Ouverture d’une tombe florentine pour identifier la Joconde


Nous voulons tout savoir quitte a déterré les morts. Même s’ils peuvent désigner hors de tout doute que ce soit Lisa Gherardini qui est dans ce caveau, peut-on être sur même avec toute la technologie qu’elle aurait servi de modèle ? Est-ce que ce genre de recherches en vaut vraiment la peine de dépenser autant d’argent et d’énergie ? Et pourquoi ne pas laissé le mystère planer, c’est ce qui rend cette toile si populaire
Nuage

 

Ouverture d’une tombe florentine pour identifier la Joconde

 

Des visiteurs photographient au musée du Prado, à Madrid, une copie de la Joconde de Léonard de Vinci présentée comme "la première connue", exécutée à la même époque que l'original et dans l'atelier du peintre par l'un de ses élèves.

Le caveau de la famille du marchand florentin Francesco del Giocondo, dont la femme Lisa Gherardini pourrait avoir servi de modèle à Léonard de Vinci pour son célèbre tableau La Joconde, a été ouvert vendredi 9 août par une équipe de scientifiques. L’équipe de l’historien Silvano Vinceti est à la recherche de restes susceptibles de contribuer à la confirmation de l’identité de la femme au célèbre sourire énigmatique.

Un orifice juste assez grand pour qu’une personne puisse s’y faufiler a été découpé dans le sol de la basilique de la Santissima Annunziata, au-dessus du caveau familial des Giocondo. Silvano Vinceti, historien de l’art et président du Comité national pour la promotion du patrimoine historique et culturel italien, prévoit de faire des prélèvements ADN sur les os retrouvés dans le caveau et de les comparer avec ceux de trois femmes enterrées dans le couvent Saint Orsola, non loin de là. Les restes de l’une des trois, un crâne notamment, pourraient être ceux de Lisa Gherardini.

« CORRESPONDANCE MÈRE-ENFANT »

Lisa Gherardini, dont le nom de femme mariée « Gioconda » est à l’origine du nom Joconde, a en effet passé les dernières années de sa vie à Saint Orsola, selon les historiens. Les chercheurs ont commencé l’an dernier à fouiller ce bâtiment aujourd’hui délabré à la recherche de ses os. Silvano Vinceti espère que certains des os dans le caveau familial de la basilique Santissima Annunziata seront ceux d’au moins un parent de la muse de Léonard de Vinci, sans doute de son fils, Piero.

Une fois la correspondance entre les ADN établie, Silvano Vinceti espère lancer une reconstitution du visage de Lisa Gherardini à partir du crâne retrouvé au couvent Saint Orsola. Cette reconstitution sera ensuite comparée à la Joconde au Louvre à Paris.

« Si nous trouvons une correspondance mère-enfant, alors nous aurons trouvé la Joconde », a-t-il expliqué.

QUI EST LE VRAI MODÈLE DU PEINTRE ?

Selon les experts du Louvre, le tableau le plus célèbre au monde a sans doute été réalisé entre 1503 et 1506.

« Si nous réussissons, nous pourrons finalement répondre à trois questions qui obsèdent les historiens et les amoureux de l’art », assure Silvano Vinceti.

« Gherardini a-t-elle été le modèle de la Joconde ? Ou bien s’agissait-il d’un autre modèle comme le disent certains ? Ou bien est-ce juste une représentation sortie de l’imagination du peintre ? »

L’équipe de Silvano Vinceti est également connue pour avoir annoncé en 2010 avoir découvert que la mort mystérieuse du peintre italien Le Caravage était vraisemblablement due au plomb contenu dans sa peinture.

http://www.lemonde.fr/

Joconde : d’où vient la nouvelle Mona Lisa présentée à Genève ?


Léonard de Vinci pourrais se vanter d’avoir fait parler de lui avec une oeuvre telle que sa Mona Lisa.. Aurait-elle une soeur jumelle .. ?? Le tableau présenté à Genève a t’elle vraiment été peint par le célèbre artiste italien
Nuage

 

Joconde : d’où vient la nouvelle Mona Lisa présentée à Genève ?

 

mona

 

A Genève, un autre tableau de la Joconde a été présenté, non pas comme une copie de l’original, mais bien comme une oeuvre de Léonard de Vinci. D’où vient-il ?

Publié le 28 septembre 2012, 15h56

D’où vient cette version de la Joconde présenté par la Mona Lisa Foundation à Genève ? Aussi incroyable que cela puisse paraître, la toile a été conservée pendant plus de quarante ans dans un coffre en Suisse. L’oeuvre n’est pourtant pas inconnue des amateurs et professionnels de l’art. On sait notamment qu’elle a été achetée en 1914 par l’artiste Hugh Blaker qui vivait tout près de Londres. Lui-même affirmait que le tableau était auparavant conservé dans un manoir du Somerset.

Le britannique Henry Pulitzer en a fait ensuite l’acquisition dans les années 1960. Il l’avait exposé quelques temps dans une galerie commerciale de Phoenix, affirmant déjà qu’il s’agissait d’un original de Léonard de Vinci. Difficile de savoir si le tableau a bien été peint par le maître italien. Selon Alessandro Vezzosi, directeur du musée communal de Vinci, la toile pourrait bien être celle que Léonard aurait donnée au commanditaire de la Joconde, Francesco del Giocondo. Le peintre aurait alors peint la Joconde du Louvre une dizaine d’années après.

Selon plusieurs experts, cette hypothèse est difficilement crédible. Des tests réalisés par réflectographie infrarouge ne révèlent aucun repentirs sur le tableau, alors que la version du Louvre en comporte un certain nombre, ce qui laisse présager que la Mona Lisa de Genève n’a pas pu précéder celle de Paris.

Ce débat vient en tout cas s’ajouter à une série de révélations mystérieuses sur le célèbre tableau. Il y a quelques semaines, le squelette de la Joconde a par exemple fait l’objet de controverses après qu’une équipe de chercheurs ait affirmé l’avoir découvert à Florence.

mona tableau

La « Mona Lisa » présentée à Genève © Mona Lisa Foundation

http://www.linternaute.com