Des îles flottantes de fourmis en Caroline du Sud


Les inondations en Caroline du Sud aux États-Unis ont fait beaucoup dégâts, des rues, des maisons, des automobiles inondées. Les animaux et insectes voient aussi leur environnement détruit et chacun survit à sa manière
Nuage

 

Des îles flottantes de fourmis en Caroline du Sud

 

(capture d’écran, Fox News)

Alors que des inondations sans précédent ont touché la côte de la Caroline du Sud ce weekend, un journaliste du réseau américainFox News est tombé sur une île flottante formée de fourmis, phénomène plutôt impressionnant.

Ce qui ressemblait à première vue à de la boue flottant à la surface s’est avéré être une île flottante constituée de milliers de fourmis formant un radeau, afin de rester au sec.

Les images ont été filmées dans le comté de Greenville, dimanche dernier.

D’autres personnes ont également été témoins à plusieurs endroits de ces fourmis qui s’entraident pour survivre dans des conditions difficiles.

Selon les experts, ce comportement des fourmis est tout à fait normal, même habituel, même s’il n’est pas observé régulièrement.

Selon le National Geographic, les fourmis, dès qu’elles perçoivent une montée de l’eau ou un risque d’inondation, protègent leurs oeufs et forment leur embarcation.

Grâce aux poils sous leur ventre, les fourmis se situant au «rez-de-chaussée» arrivent même à rester au sec, puisqu’une couche d’air forme un coussin.

http://tvanouvelles.ca/

Le saviez-vous ► Fourmis à la dérive


Des fourmis sont tellement bien organisé que même en cas de destructions de leur nid causé par des inondations, elles survivent .. Les fourmis un pour tous et tous pour un pour réussir a surmonter les épreuves et recommencer a vivre ailleurs
Nuage

Fourmis à la dérive


Quand une inondation menace leur fourmilière, les fourmis rouges de la forêt tropicale brésilienne coopèrent de façon étonnante pour survivre : elles s’accrochent les unes aux autres par leurs pattes et les mandibules pour former un radeau vivant, prêt à dériver pendant des mois, le temps de trouver une terre accueillante pour la colonie

7 jours/Extra!Science/Juin 2011