Quand Léonard de Vinci décodait les fossiles


Léonard de Vinci, en plus d’être peintre de grand talent, excellait dans d’autres domaines. Entre autres, il s’intéressait un peu aux fossiles. D’après un des croquis des fossiles marins, il viendrait changer une théorie sur les soins parentaux sur les oeufs des nouveaux nés. Ces soins auraient commencé 200 millions d’années plus tôt
Nuage

 

Quand Léonard de Vinci décodait les fossiles

 

 

Par Delphine Bossy, Futura

 

Un tableau de Léonard de Vinci, Salvator Mundi, s’est vendu aux enchères à un prix record de 382 millions euros le 15 novembre 2017. Mais Léonard de Vinci n’était pas que peintre, c’était aussi un inventeur de génie qui s’intéressait à différents domaines scientifiques. En travaillant brièvement sur des fossiles, il a même soulevé un grand mystère, comme nous l’évoquions dans Futura en 2012. Certains croquis du peintre sont les premières preuves d’observation de terriers hexagonaux fossilisés datant du Cambrien. Une théorie suggère qu’il s’agirait du plus ancien réseau de nids observé, mettant en lumière les premiers signes de soins parentaux.

Article de Delphine Bossy paru le 22 novembre 2012

Le soin parental est un signe de l’évolution. Les plus vieilles traces de comportement parental animal remontent à plus de 200 millions d’années. Défini pour la première fois en 1936, le soin parental caractérise l’ensemble des activités suivantes : l’édification du nid, l’incubation, les conduites alimentaires, la protection contre les prédateurs et l’apprentissage. S’il n’y a, à ce jour, aucune trace antérieure à 280 millions d’années, les paléontologues définissent souvent le Jurassique comme l’ère d’évolution des soins parentaux.

Léonard de Vinci pourrait bien avoir ébranlé cette hypothèse. Il y a 500 ans, l’artiste s’était sommairement intéressé aux fossiles. Une attention qui aura par inadvertance pointé un mystère encore non résolu. La coupable ? Une page manuscrite couverte de croquis de fossiles marins et, entre eux, un schéma de réseau hexagonal. Les paléontologues pensent que le dessin, première trace d’observation de ce type de fossile, représenterait un réseau de protection des œufs d’une espèce animale inconnue datant du début du Cambrien (soit de 542 millions d’années).

 

Le croquis du réseau hexagonal de Léonard de Vinci au milieu d'autres croquis de fossiles marins pourrait bien représenter le fossile du Paleodictyon, issu des sédiments marins du début du Cambrien. © Baucon, 2010

Le croquis du réseau hexagonal de Léonard de Vinci au milieu d’autres croquis de fossiles marins pourrait bien représenter le fossile du Paleodictyon, issu des sédiments marins du début du Cambrien. © Baucon, 2010

Les paléontologues supposent que le fossile appelé Paleodictyon est l’empreinte de terriers creusés par un animal dont l’identité est complètement inconnue. Vivant dans les sédiments du plancher océanique, l’animal n’a jamais été observé fossilisé. En effet, seuls certains exemples de terriers hexagonaux ont été retrouvés et datent du Cambrien. D’après le chercheur Mark McMenamin, cette géométrie pourrait montrer que les organismes ont commencé à s’occuper de leurs nouveau-nés des millions d’années plus tôt qu’on le pensait.

Les soins parentaux dès le début du Cambrien

Le chercheur base sa théorie sur des terriers fossiles trouvés dans l’État du Nevada aux États-Unis et au Mexique. Datés du début du Cambrien, c’est-à-dire la période où les organismes ont commencé à apparaître et à se diversifier, les fossiles ressemblent donc à des terriers hexagonaux d’une dizaine de micromètres de diamètre formant un essaim d’environ 2 cm. En regardant en détail la structure, Mark McMenamin a remarqué que l’essaim était entrecoupé de boulettes organiques de 250 à 500 micromètres, trop larges pour avoir été générées par l’espèce qui aurait aménagé ces hexagones. 

Le Paleodictyon est un réseau de terriers fossilisés provenant des sédiments du plancher des océans du début du Cambrien, voilà 542 millions d'années. D'après Mark McMenamin, ces terriers seraient des nids, ce qui signifierait que les soins parentaux des adultes sur leurs œufs et nouveau-nés auraient commencé 200 millions d'années plus tôt qu'on pensait. La pièce de monnaie de 24 mm (quarter dollar) donne la comparaison de taille. © Rona Peter & Seilacher Adolf, Wikipédia, DP

Le Paleodictyon est un réseau de terriers fossilisés provenant des sédiments du plancher des océans du début du Cambrien, voilà 542 millions d’années. D’après Mark McMenamin, ces terriers seraient des nids, ce qui signifierait que les soins parentaux des adultes sur leurs œufs et nouveau-nés auraient commencé 200 millions d’années plus tôt qu’on pensait. La pièce de monnaie de 24 mm (quarter dollar) donne la comparaison de taille. © Rona Peter & Seilacher Adolf, Wikipédia, DP

La théorie du chercheur est qu’une espèce adulte inconnue a déposé les boulettes pour former un essaim autour du nid de ses œufs.

« Les nouveau-nés se sont nourris de ces pelotes organiques décomposées par les bactéries. »

 Ainsi, malgré leur complexité, Mark McMenamin pense que les terriers sont créés par les nouveau-nés. L’idée est que le nouveau-né se nourrit, grossit et quitte le nid lorsqu’il n’y a plus de nourriture. Le chercheur a en effet remarqué que les nids au centre étaient plus petits qu’en périphérie de l’essaim. Ceci suggère que les terriers sont occupés assez brièvement, et que le juvénile se développe au fur et à mesure.

Toutefois, cette théorie ne fait pas l’unanimité.

« L’idée est certes spectaculaire mais McMenamin est connu pour de telles idées », déclare Gabriela Mangano, spécialiste canadienne des terriers du Cambrien.

Mark McMenamin devrait construire une image 3D des structures hexagonales pour déterminer si ces terriers sont réellement des nids : c’est l’avis de Duncan McIlroy.

« Je chercherais une structure faisant partie d’un grand réseau permanent créé par l’adulte », explique-t-il.

Ainsi, si les Paleodictyons pouvaient bien être des nids, ce qui serait une grande découverte, il sera difficile de le prouver sans trouver d’œufs fossilisés à l’intérieur. 

http://www.futura-sciences.com

Un crocodile baptisé «Lemmy» en hommage au leader de Motörhead


Un chanteur bassiste connu en Angleterre et probablement ailleurs pour être considéré comme un des pionniers du heavy metal a été choisi pour que son nom puisse désigner un crocodile primitif vivant à l’époque de Jurassique
Nuage

 

 

Un crocodile baptisé «Lemmy» en hommage au leader de Motörhead

 

Lemmysuchus, qui vivait durant la période du Jurassique,... (PHOTO AFP)

Lemmysuchus, qui vivait durant la période du Jurassique, «était l’un des plus grands prédateurs côtiers de l’époque», selon le musée.

PHOTO AFP

 

Agence France-Presse
Paris

Lemmy Kilmister, leader du groupe britannique de heavy metal Motörhead, a désormais son fossile: un groupe de scientifiques fans du musicien disparu en 2015 a officiellement donné son nom à un redoutable crocodile primitif préhistorique.

À l’occasion d’une nouvelle description scientifique d’un fossile marin, des chercheurs du Natural History Museum (NHM) de Londres ont décidé de le baptiser «Lemmysuchus» – ce qui signifie le «crocodile de Lemmy», en hommage au chanteur et bassiste, a annoncé mercredi le musée dans un communiqué.

Le fossile a été trouvé au début du XXe siècle près de Peterborough en Angleterre. Il a été réétudié récemment par une équipe de chercheurs. Une doctorante en paléontologie, Michela Johnson, a découvert qu’il n’avait pas été correctement classifié.

Lemmysuchus, qui vivait durant la période du Jurassique (-200 millions à -145 millions d’années), mesurait environ 5,8 mètres de long, et son crâne plus d’un mètre.

«C’était l’un des plus grands prédateurs côtiers de l’époque», selon le musée.

Lemmy Kilmister... (AFP) - image 2.0

Lemmy Kilmister

AFP

Ses dents larges étaient parfaites pour broyer les proies comme les tortues.

Lorna Steel, conservatrice au musée londonien et fan de Lemmy, a suggéré que le fossile prenne le nom du rocker au look inimitable (favoris, longues moustaches, tête couverte d’un chapeau noir).

«Bien que Lemmy soit mort à la fin 2015, nous aimons à penser qu’il aurait trinqué à Lemmysuchus, une des plus méchantes créatures marines qui aient jamais habité la Terre», explique-t-elle. «En tant que fan de longue date de Motörhead, je suis ravie d’avoir la possibilité d’immortaliser cette star du rock de cette façon».

Fêtard invétéré, Ian «Lemmy» Kilmister est mort fin décembre 2015 d’un cancer à l’âge de 70 ans.

Il était considéré comme l’un des pionniers du heavy metal. Il préférait cependant qualifier Motörhead, formé en 1975, de groupe de rock’n roll.

http://www.lapresse.ca

États-Unis : Le plus grand oiseau marin de l’histoire excavé en Caroline du Sud


Cet oiseau devait être immense a ce que nous connaissons aujourd’hui, Il devait avoir fier allure quand il s’élançait et planait dans les airs.
Nuage

 

États-Unis

Le plus grand oiseau marin de l’histoire excavé en Caroline du Sud

 

Le plus grand oiseau marin de l'histoire excavé en Caroline du Sud

Crédit photo : Reuters

Agence France-Presse

Des os fossilisés des ailes d’un oiseau d’une envergure de 6,4 mètres retrouvés en Caroline du Sud, aux États-Unis, appartiennent au plus grand oiseau de l’histoire, selon une recherche publiée lundi.

Les ailes de ce Pelagornis Sandersi sont deux fois plus importantes que celles de l’Albatros royal contemporain, selon une recherche publiée dans les Comptes rendus de l’Académie nationale des sciences (PNAS).

(Crédit photo: Reuters)

Avec son long bec et ses dents acérées, l’animal était capable de survoler longuement les eaux à la recherche d’une proie, il y a quelque 25 à 28 millions d’années.

Cependant, l’oiseau avait probablement besoin d’un tremplin pour gagner les airs car ses ailes étaient tout simplement trop longues pour lui permettre de décoller du sol.

Les chercheurs pensent qu’il devait s’élancer de promontoires naturels et utiliser les bourrasques de vent pour s’élancer, comme un planeur, dans les airs.

L’auteur de la recherche Dan Ksepka qui travaille au Centre national de synthèse sur l’évolution de Durham en Caroline du Nord aux États-Unis, explique que l’oiseau, une fois en altitude était capable de voler des kilomètres sans battre des ailes.

«C’est important au-dessus de l’océan où la nourriture est éparse», affirme-t-il.

Le Pelagornis a vécu après l’extinction des dinosaures mais avant l’arrivée des premiers humains en Amérique du Nord.

Les ailes de l’oiseau, ses pattes ainsi que son squelette complet ont été découverts pour la première fois en 1983 près de Charleston en Caroline du Sud, lors de travaux de construction d’un aéroport.

«L’os supérieur de l’aile était plus long que mon bras», raconte-t-il, se souvenant avoir eu besoin d’une pelleteuse pour déterrer les os.

Au vu des os retrouvés, l’envergure des ailes mesurait de 6,06 à 7,38 mètres, affirme les chercheurs dans l’article.

Avec quelques 6,4 mètres d’envergure, l’«Argentin magnifique», dont les ossements sont vieux de 6 millions d’années, était l’oiseau qui détenait le record de la plus grande envergure jusqu’ici.

Cette nouvelle découverte permet de mettre en lumière les capacités étonnantes de cet animal qui appartient à la famille des Pelagornis, des oiseaux marins à très grande envergure et à pseudo-dents et sur les conditions de leur disparition il y a quelque 2,5 millions d’années.

Ces oiseaux étaient d’«excellents planeurs» dont on a retrouvé la trace sur les sept continents, rendant la cause de leur extinction encore plus mystérieuse, explique encore la recherche.

http://tvanouvelles.ca/

Un fossile aux pinces en forme de ciseaux baptisé au nom de Johnny Depp


Un chercheur tellement fan d’une vedette décide de donner son nom a une découverte d’un fossile marin … Enfin, ce fossile avait une grande particularité, ses pinces étaient très grandes par rapport a son corps
Nuage

 

Un fossile aux pinces en forme de ciseaux baptisé au nom de Johnny Depp

 

Science - Un fossile aux pinces en forme de ciseaux baptisé Johnny Depp

Johnny Depp

Photo Archives / Wenn

PARIS – Un fossile marin vieux de 500 millions d’années et doté d’impressionnantes pinces en forme de ciseaux a été baptisé du nom de l’acteur américain Johnny Depp en l’honneur du personnage d’Edward aux mains d’argent qu’il a incarné dans le film de Tim Burton.

«Kooteninchela deppi», un lointain ancêtre des langoustes et des scorpions qui vivait dans des eaux très peu profondes au large de l’actuelle Colombie britannique au Canada, a été identifié par un scientifique britannique admirateur de Johnny Depp.

«Lorsque j’ai vu la paire de pinces dans les fossiles de cette espèce, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à Edward aux mains d’argent (Edward Scissorhands, en anglais). Même le nom de Kooteninchela est une référence à ce film car +chela+ est le terme latin pour pinces ou ciseaux», explique dans un communiqué le découvreur de l’animal, David Legg, de l’Imperial College de Londres.

«À vrai dire, je suis aussi un peu fan de Johnny Depp, et quel meilleure façon de rendre hommage à cet homme que de l’immortaliser en tant que créature ancienne qui sillonnait les mers jadis», ajoute le chercheur.

«Grandes mains»

David Legg pense que Kooteninchela deppi était probablement un chasseur ou un charognard, ses grandes pinces pourvues d’épines allongées lui permettant de capturer ses proies ou d’explorer les fonds marins à la recherche des petites créatures qui s’y cachaient.

Il n’était toutefois lui-même pas bien grand, quatre centimètres de long environ.

Kooteninchela deppi appartient à un groupe d’arthropodes appelé Mégacheira – littéralement «grandes mains» en grec ancien – qui a donné naissance aux scorpions, mille-pattes, insectes et crabes que nous connaissons aujourd’hui.

«Imaginez un peu: les crevettes recouvertes de mayonnaise dans votre sandwich, l’araignée qui grimpe sur votre mur, et même la mouche qui se cogne à la vitre (…) sont toutes des descendantes de Kooteninchela deppi», selon David Legg

http://fr.canoe.ca