Ce milliardaire a fait don de 99,9 % de sa fortune


Il y a des riches qui ont le coeur sur la main. Chuck Feeney fait parti d’un des rares milliardaires qui a partager presque toute sa fortune, il ne garde que 2 millions de dollars américains pour ses vieux jours.
Nuage

 

Ce milliardaire a fait don de 99,9 % de sa fortune

 

 

Source : The New York Times

Une veuve lègue une fortune à ses deux chats


J’aime beaucoup les chats, mais de là à donner une grosse sommes d’argent en héritage, alors qu’il y aurait des besoins urgents…. Elle aurait été mieux de trouver de son vivant, une famille d’acceuil qui aurait pris les chats où ils seraient bien soignés comme de vrai animaux que des pachas
Nuage

 

Une veuve lègue une fortune à ses deux chats

 

Ça en fait des paquets de croquettes !

Troy et Tiger sont peut-être les chats les mieux lotis de tout New York. Les deux matous ont hérité d’une très grosse somme d’argent de la part de leur ancienne maîtresse, Ellen Frey-Wouters. Ancienne employée des Nations Unies originaire des Pays Bas, cette veuve de 88 ans s’est éteint en 2015, léguant une partie de sa fortune aux deux êtres qui lui étaient le plus cher : ses deux chats.

Comme des chats en pâte

Veuve depuis 26 ans et sans descendance, elle considérait ses matous comme ses enfants et a voulu s’assurer qu’ils ne manqueraient d’absolument rien lorsqu’elle partirait. Malgré les réticences de son notaire, elle a donc décidé de leur laisser la belle somme de 300 000 dollars (soit environ 254 000€), exigeant qu’ils ne soient jamais « enfermés dans une cage », qu’on prenne soin d’eux et qu’ils reçoivent tout l’amour dont ils ont besoin.

Tiger, ancien chat errant adopté, a été recueilli par l’une des aides médicales de madame Frey-Wouters chez qui il est choyé, reçoit des friandises aromatisées au faux-filet et dort dans un lit en fausse fourrure bordée de soie.

« C’est un chat vraiment génial », s’enthousiasme Dahlia Grizzle auprès des New York Post.

Troy, lui, a été adopté par une autre aide médicale de son humaine. Invoquant les droits à la vie privée du matou, elle a refusé de répondre aux questions des médias. Les deux femmes ont également hérité d’une certaine somme de la part de leur ex-employeuse, tout comme deux autres aides, son notaire et des associations. Si les matous venaient à mourir, leur héritage reviendrait au seul membre de la famille d’Ellen Frey-Wouters, sa sœur, qui vit toujours aux Pays Bas.

https://wamiz.com

Les 100 personnes les plus pauvres du monde ont un visage


À chaque année on publie le résultat des 100 plus riches de la planète, alors pourquoi pas sensibiliser les gens pour 100 plus pauvres de la terre, qui eux,  c’est plus difficile à distinguer parmi les pauvres, alors que les riches, on compte leurs agents et tous leurs avoirs. C’est pour cela que cette courte vidéo veut simplement mettre des visages aux pauvres des plus pauvres
Nuage

Les 100 personnes les plus pauvres du monde ont un visage

 

 

L’ONG américaine « Fund for Peace » a pris le contrepied des classements des plus grandes fortunes mondiales en dévoilant les 100 personnes les plus pauvres de la planète.

Le classement est presque impossible à réaliser, et il existe certainement des gens encore plus pauvres que les cent personnes présentées dans le classement de l’ONG « Fund for Peace », mais l’initiative a de quoi interpeller.

L’organisation, avec l’aide de l’agence Havas Sydney, a parodié le classement annuel des 100 plus grosses fortunes du magazine Forbes pour sensibiliser l’opinion publique à la pauvreté.

Sur le site Bottom Hundred (« les 100 derniers »), on retrouve donc le portrait des toutes ces personnes qui font partie des plus démunies sur la planète. Posant toutes devant un fond bleu, et venant des quatre coins du monde, ces gens racontent la misère dans laquelle ils vivent.

On retrouve par exemple Khan Mangok Tier, qui a fui le Soudan du Sud et qui survit aujourd’hui dans un camp de réfugiés grâce aux aides alimentaires. Ou encore Jeanette Johari, une congolaise tombée enceinte suite au viol qu’elle a subi à l’âge de 16 ans. Chassée de son village, elle a trouvé refuge dans un camp. Elle s’occupe aujourd’hui des enfants qui y vivent également, et gagne un dollar par jour

Plus qu’un classement, ce travail a surtout pour but de mettre en lumière ces histoires et ces personnes issues des guerres, ou encore des exils politiques, et de leur attribuer un visage.

http://www.7sur7.be

Un prince saoudien va allouer 32 milliards à des projets humanitaires


Des milliardaires partagent leur argent pour des causes humanitaires, pour des projets, des recherches contre des maladies, défendre des causes. Un prince de l’Arabie Saoudite à de se joindre à ce groupe qui ont les moyens de changer les choses
Nuage

 

Un prince saoudien va allouer 32 milliards à des projets humanitaires

 

Le prince saoudien Al-Walid Ben Talal s’est engagé mercredi à allouer toute sa fortune, soit 32 milliards de dollars, à des projets sociaux et humanitaires, au cours des prochaines années et après sa mort.

« Cet engagement philanthropique de 32 milliards de dollars va aider à jeter des ponts entre les cultures, développer les communautés, promouvoir les droits des femmes, aider les jeunes, fournir des secours en cas de catastrophes naturelles et créer un monde plus tolérant« , a affirmé le prince, âgé de 60 ans, dans un communiqué.

« Ce don sera alloué selon un plan bien conçu tout au long des prochaines années », mais sans limite dans le temps, a-t-il ajouté, précisant que la structure fonctionnerait à la manière de la fondation du milliardaire américain Bill Gates.

Il a indiqué que le don serait « supervisé et géré par un conseil d’administration » dont il aura la présidence, soulignant que son engagement se poursuivrait après sa mort en faveur « de projets et d’initiatives humanitaires ».

Neveu du roi Salmane et de l’ancien roi Abdallah, décédé en janvier, le prince Al-Walid n’occupe aucune fonction gouvernementale mais se distingue parfois par des prises de position iconoclastes.

Il dirige une compagnie, Kingdom Holding Co, qui détient des parts dans des activités aussi diverses que le parc d’attractions Euro Disney, la chaîne hôtelière Four Seasons, la banque américaine Citigroup et le géant des médias News Corporation.

Il est l’un des constructeurs d’une tour qui doit devenir la plus haute du monde, plus de 1 000 mètres au-dessus de la ville de Jeddah, sur la côte ouest de l’Arabie saoudite.

En début d’année, il a ouvert une chaîne panarabe d’informations à Bahreïn, que les autorités locales ont fait fermer après moins de 24 heures d’antenne, dans ce que des observateurs ont décrit comme une atteinte à la liberté de la presse.

« Nous travaillons en parfaite coordination avec la Fondation de Bill et Melinda Gates », notamment dans des projets d’éradication de la polio, a expliqué le milliardaire saoudien.

Bill Gates (cofondateur de Microsoft) et sa femme Melinda, le couple le plus riche du monde, ont crée en 2000 la Fondation qui porte leur nom. Celle-ci compte quelque 1 200 employés et a déjà mobilisé des milliards de dollars pour combattre diverses maladies, comme le sida et le paludisme. Basée à Seattle (nord-ouest des Etats-Unis), elle a distribué environ 4 mds de dollars en 2014.

Durant une conférence de presse qui s’est tenue mercredi, le prince Al-Walid a assuré qu’il était en « bonne forme » et faisait 3 heures de vélo par jour. Entouré de son fils, le prince Khaled, et de sa fille, la princesse Reem, il a annoncé qu’ils assureront la présidence et la vice-présidence du conseil qui gérera les œuvres de charité après sa mort.

Il d’autre part indiqué avoir déjà accordé en plus de 35 ans quelque 3,5 mds de dons pour des œuvres philanthropiques.

Ces dons ont notamment servi à construire des maisons et fournir l’électricité dans des villages isolés en Arabie saoudite.

La semaine dernière, le prince al-Walid avait signé en France une lettre d’intention créant le premier fonds d’investissement franco-saoudien, qui doit à terme être doté de 400 millions de dollars et aider les entreprises françaises à se développer dans la région du Golfe.

A l’instar du prince saoudien et du couple Gates, d’autres personnalités richissimes ont elles aussi fait des dons massifs à des œuvres caritatives, comme les milliardaire sud-africain Patrice Mopsepe et ukrainien Viktor Pintchouk.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Combien ça coûte


On s’inquiète de la surpopulation, on voit des gens avec peu ou sans ressources pour vivre, alors qu’on voit des milliards dépenser dans l’armement, les guerres. Pourquoi, il est si difficile de faire ce qui est nécessaire
Nuage

 

Combien ça coûte

 

Combien ça coûterait de nourrir le monde?
Moins cher que de le bombarder…

On a pas d’argent pour nourrir chaque être humain et lui prodiguer les soins nécessaires ainsi qu’un logement et satisfaire les besoins de chacun mais dépenser des fortunes pour s’entretuer, ça on trouve facilement de l’argent…

Tout n’est que question de priorités !

Louis Berger

Les milliardaires amassent 500 000 $ à la minute


Je n’ai rien contre les riches, cependant quand l’argent sort par les oreilles et qu’ils paient le même taux d’impôts que les autres tout en profitant de certains abris fiscaux et autres moyens pour  »économiser » alors qu’il y a des besoins criant en santé, éducation, aide familiale, famine dans le monde, préservation de l’environnement où autre, il y a de quoi à s’offusquer de leur inaction envers les autres
Nuage

 

Les milliardaires amassent 500 000 $ à la minute

 

La fortune de l’homme d’affaires Carlos Slim est tellement importante qu’il lui faudrait 220 ans pour vider son compte de banque en dépensant 1 million $ par jour.

Il s’agit d’un exemple parmi tant d’autres évoqués dans le plus récent rapport de l’organisme Oxfam.

Carlos Slim est un homme d’affaires mexicain qui a fait fortune dans le domaine financier, des télécommunications et de l’immobilier. En 2014, il est considéré comme la personne la plus riche au monde, avec un patrimoine de 72 milliards $, selon le magazine «Forbes».

Le rapport d’Oxfam met principalement l’emphase sur les inégalités dans le monde.

L’organisme note que le nombre de milliardaires a doublé depuis la dernière crise financière passant de 793 en 2009 à 1614 en 2014.

Voici quelques chiffres qui portent à réflexion :

– En 2014, la richesse collective des 85 personnes les plus fortunées dans le monde a augmenté de 668 millions $ par jour, soit près de 500 000 $ par minute.

– Oxfam note que si les gouvernements imposaient une taxe de seulement 1,5 % sur la fortune de chaque milliardaire cela permettrait d’amasser 74 milliards $. Ce montant permettrait notamment de fournir des services de santé aux populations des pays les plus pauvres.

http://argent.canoe.ca

Une gagnante de 49,6 millions $ donne sa fortune


Je suis une anti-loterie, cependant, je lève mon chapeau à cette femme qui se rappelle ce qu’est de vivre dans la pauvreté. Imaginez si tous les multi-millionnaire et milliardaires feraient la même chose que ce soit pour relancer une ville, une recherche médicale, l’éducation, la pauvreté dans le monde, ce serait les plus beaux gestes humanitaires
Nuage

 

Une gagnante de 49,6 millions $ donne sa fortune

 

euros argent

Photo Fotolia

Margaret Loughrey a indiqué qu’elle a déjà donné la moitié de sa fortune.

Agence QMI

 

STRABANE, Irlande du Nord Une ancienne chômeuse qui a remporté 34 millions d’euros (49,6 millions $) à la loterie Euro Millions persiste à consacrer sa fortune à la relance de sa ville d’Irlande du Nord et aux pauvres, malgré l’opposition de sa famille qui a même demandé son évaluation psychiatrique.

Selon le quotidien français Le Figaro, Margaret Loughrey, une résidente de 48 ans de Strabane, petite municipalité de 17 000 habitants, a acheté en décembre dernier un billet de loterie sur un coup de tête, en revenant d’un rendez-vous au centre local d’aide à l’emploi.

Après avoir remporté un gros lot de 49,6 millions $, elle a expliqué dans les jours suivants qu’elle en ferait profiter sa famille, soit sa mère, sa sœur et ses quatre frères.

«Pour le bien de la ville»

Cependant, elle a finalement plutôt choisi d’en faire profiter sa collectivité, achetant au prix d’environ 1,8 million $ une ancienne filature de lin pour en faire un lieu de tourisme et de commerce.

«Dès que j’ai eu l’argent, je me suis dit que ça irait au bien-être de la collectivité», a-t-elle dit.

Elle a également tenté d’acheter le parc industriel de Strabane afin d’y développer un village d’artisanat afin de créer près de 80 emplois, mais l’agence municipale de développement s’y oppose, le projet de Mme Loughrey ne respectant pas les critères.

Malgré tout, la multimillionnaire n’en démord pas et veut relancer le tourisme et les projets dans sa ville.

Invoquant des inquiétudes pour son bien-être, sa famille a demandé l’internement de la femme dans un hôpital psychiatrique et son évaluation, mais l’avocat de Mme Loughrey l’a fait libérer après trois semaines.

Déjà la moitié

Margaret Loughrey a indiqué le week-end dernier au Irish News qu’elle a déjà donné la moitié de sa fortune, et qu’elle entend continuer de la même façon.

«J’ai toujours dit : un pour moi, le reste pour la ville», a-t-elle dit, précisant qu’elle ne garderait qu’environ 1 million d’euros (1,4 million $).

Pourquoi tant d’altruisme, de générosité et de détachement?

«Je sais ce que c’est que de ne rien avoir», a expliqué celle qui vivait avec 100 $ par semaine quand elle était au chômage.

«Comment être riche – ce que je n’ai jamais été – pourrait-il me manquer?», a-t-elle conclu.

http://www.journaldequebec.com

Rétrospective


Il y a tellement de chose qu’on peut faire sans courir après la renommée ou la richesse .. des choses simples a vivre avec ceux que nous aimons .. et quand on vieillit si on a la chance d’être grand-parent c’est une belle occasion de prendre le temps, ce temps que nous avons peut-être négligé quand nos enfants étaient eux plus petits
Nuage

 

Rétrospective

 

 

J’aurais pu devenir riche si j’avais choisi l’or plutôt que mes amitiés.

J’aurais pu être célèbre si j’avais cherché la renommée pendant les heures où je m’appliquais à jouer.

Et me voici, assis à l’extrémité de ma vie, jetant un coup d’œil derrière moi pour voir tout ce que j’ai fait avec ces jours et ces années qui étaient miens et tout ce qui m’est arrivé.

Je n’ai pas vraiment de fortune à léguer à ceux qui porteront mon nom. Et je n’ai rien fait qui soit susceptible de m’assurer une place sur les registres de la renommée. Mais j’ai adoré le ciel et ses grands espaces bleus; j’ai vécu avec les arbres et les oiseaux; j’ai dédaigné l’or et l’argent pour partager des plaisirs comme ceux-là.

J’ai donné mon temps aux enfants qui sont venus; nous avons joué ensemble bruyamment. Et je n’échangerais pas les heures heureuses passées avec eux pour tout l’argent que j’aurais pu faire.

J’ai choisi d’être connu et aimé par quelques personnes, et j’ai fait la sourde oreille aux applaudissements des hommes; et je referais les mêmes choix si la chance m’était donnée de revivre ma vie.

J’ai vécu avec mes amis et j’ai partagé leurs joies, connu leurs peines avec toutes leurs larmes; j’ai fait une belle récolte avec les quelques arpents de ma vie, même si certains prétendent que j’ai gaspillé mon temps.

J’ai été à même de bien profiter de mes belles choses, et je crois avoir ainsi rempli ma vie de mon mieux. Et au crépuscule de ma vie, je ne regrette pas tout l’or que j’aurais pu posséder.

Source : Bouillon de poulet pour l’âme des aînés.

La richesse est-elle dangereuse ?


La richesse est-elle dangereuse ?
 

L’argent rend t’il heureux ? On réponds souvent qu’il y contribue … mais en réalité ce n’est qu’un moyen non pas a parvenir au bonheur mais a se débarrasser de certains casse-tête pour parvenir a une sécurité financière. Enlever les tracas des comptes, des impôts, des imprévus, la tête peut-être plus libre … mais quand on base le bonheur sur l’argent .. alors ce bonheur n’est qu’un cristal qui vole aux éclats
Nuage

 

La richesse est-elle dangereuse ?

 

 

« Karl Rabeder est un homme d’affaires autrichien qui a décidé l’année dernière de se débarrasser de son immense  fortune. Il vit aujourd’hui avec 1 000 euros (1 400 dollars) par mois »

Un de mes correspondants, inquiet, m’a envoyé cet extrait de presse.
 
La richesse rend-elle malheureux ?
 
Est-elle dangereuse ?
 
Ainsi tout ce que l’on fait pour s’enrichir ne servirait à… rien ?
 

« Christian, rassurez-moi : êtes-vous heureux ? »

Voici ma réponse.
 
La richesse n’apporte pas le bonheur.
Elle peut même apporter le contraire.
Mais elle peut largement contribuer au bonheur.
 
Prenons l’échelle de Maslow. Une fois les besoins physiologiques remplis, nous passons aux besoins de sécurité. Là l’argent joue un rôle. Quand on a du mal à payer ses factures, quand on craint l’huissier et les relances de paiement, c’est désagréable, voire angoissant. Difficile d’être heureux quand on a le ventre vide et l’angoisse du lendemain.
 
Ce n’est que lorsqu’on a dépassé ce cap qu’on peut passer aux besoins
d’appartenance, aux besoins de reconnaissance et à l’épanouissement
personnel.
 
Prenons Karl Raberer. Il a fait fortune, et a pu fonder une O.N.G. de
micro-financement. Sans cette fortune il n’aurait pas pu le faire.
 
Sa femme l’a quitté quand il a décidé de se débarrasser de sa fortune… ou il s’est débarrassé de sa fortune après que sa femme l’ait quitté. Il me semble qu’aimer et se sentir aimé est une des clefs du bonheur.
 
Aujourd’hui il vit dans un petit chalet qu’il nomme cabane et que
beaucoup de personnes lui envieraient. Il est sur les flans d’une montagne dans  la nature, près d’un charmant village autrichien. Il n’a pas de loyer à payer.
 

Il est propriétaire de son terrain. Il donne des cours sur l’art du bonheur qui lui assurent son quotidien et ses frais.
 
A-t-il des enfants dont il doit payer les études ?

Des frais de santé auxquels il ne pourrait faire face ?

Des impôts qui l’écrasent ?

Non, il vient même de régler 400.000 euros aux impôts pour pouvoir se lancer dans sa nouvelle aventure.
 
Il ne faut pas confondre la fin et les moyens. L’argent est un moyen. Il donne de la liberté et de la sécurité… mais pas du bonheur.
 
Un de mes amis était architecte, d’une humeur agréable et insouciante. Il a fait un gros héritage. En quelques années son caractère s’est assombri. Il a peur de se faire voler, craint pour son argent, est devenu radin. Exemple de l’argent qui ne fait pas le bonheur.
 
Un de mes amis a fait fortune sur Internet. Son rêve était d’apporter sa
contribution à des enfants du Burkina Faso. Il a construit des écoles,
participe à de nombreux projets qui l’enthousiasment. Il est heureux.
 
J’ai connu le manque et de gros ennuis d’argent. Et donc ma fortune contribue à mon bonheur. Mais ce n’est pas mon bonheur. Je ne suis pas oncle Picsou qui compte et recompte son argent.
 
Mon bonheur, ce sont ma femme, mes enfants, mes amis, tous ceux qui m’entourent, les projets que je mène à bien, mon équipe, les témoignages de mes étudiants. Et bien sûr les grands moments que je m’aménage avec moi-même, vec un bon livre ou avec la nature.
 
L’argent a une place dans tout cela, c’est une énergie, un flux, une mesure de ce que l’on apporte aux autres. Je ne me leurre pas : je l’apprécie d’autant qu’il m’a manqué. Mais je peux me contenter de très peu et être parfaitement heureux. Le reste est la  »cerise sur le gâteau ».
 
Les médias se sont emparés de  l’histoire de Karl Raberer pour prouver
que l’argent est la source du mal, que l’argent est mauvais, qu’il est source de corruption et d’hypocrisie. Il s’est  »débarrassé » de sa fortune ?

Non, il en a fait don à son O.N.G.
 
Karl dit que quand il était riche il n’avait pas de vrais contacts avec les
gens. Il est possible que son attitude et ses signes de richesse l’aient coupé des autres.
 
C’est pourquoi je n’aime pas porter de montre, ni de signes
extérieurs de richesse qui exprimeraient un « Je suis différent de vous » prétentieux et faux. La situation de Karl est propre à Karl. Elle n’est pas une règle générale.
 
C’est à chacun de savoir de quels moyens il a besoin et pour quelle fin et cela change au cours de l’existence.
 
Si vous voulez devenir riche, prenez la décision de l’être en 2012. Vous verrez bien ce qu’il en est. Mais ne tombez pas dans le piège qui consiste à haïr et critiquer sans cesse les riches, vous empêchant bien évidemment… de le devenir vous-même !

 
Origine: ©2011 Christian Godefroy,   http://www.cpositif.com

Le saviez-vous ► Expression : Faire contre mauvaise fortune bon coeur


Une autre expression bien connue dans la langue française … que si on ne peut pas tout avoir, mieux vaut être raisonnable et prendre ce qui viens
Nuage

« Faire contre mauvaise fortune bon coeur  »

 

Ne pas se laisser décourager par les difficultés.

Peut aussi s’employer pour dire :
Savoir se contenter de ce qu’on peut avoir, ne pas trop en vouloir.
Accepter un compromis
.

 
Le style de cette locution proverbiale
(complément direct rejeté au bout, pas d’article) est archaïque.

La fortune a l’ancienne signification de la chance, de la réussite, la mauvaise fortune étant les difficultés, les revers.

Si, dans les expressions, le coeur désigne souvent le courage, ici il est plus employé à la place de l’esprit, la mémoire (comme dans ‘par coeur’) ou la raison.

C’est même cette dernière signification qui est la plus présente dans les différents emplois où pour lutter contre la mauvaise fortune, il est important d’être raisonnable.

http://www.expressio.fr