La Défense investit 14 000 $ pour un sondage sur les superhéros


Je peux concevoir que certaines croyances sont importantes sur le point psychologique, par exemple en médecine, mais de là que l’armée en face un sondage sur des super-héros, pour être en mesure de parler au monde … C’est quoi l’attrape? Est-ce qu’un soldat va devenir un Superman lors d’urgence national ?
Nuage

 

La Défense investit 14 000 $ pour un sondage sur les super héros

 

La façade du ministère de la Défense à Ottawa Photo :  PC/Adrian Wyld

Des chercheurs de la Défense ont dépensé près de 14 000 $ pour un sondage demandant si des super héros pouvaient sauter par-dessus des gratte-ciel.

L’étude réalisée pour la division de la recherche de la Défense nationale a également interrogé 150 personnes en ligne pour savoir si les superhéros pouvaient voler dans les airs, voir à travers les murs, entendre des murmures à des kilomètres de distance, devenir invisibles et traverser les murailles.

Ces questions quelque peu surprenantes découlent d’une brève étude menée en octobre pour aider les Forces canadiennes « à gagner les coeurs et les esprits » des populations locales lorsqu’elles sont déployées à l’étranger, comme récemment en Afghanistan.

Certaines questions étaient conçues pour déterminer les attentes de la population par rapport aux « catégories surnaturelles qui sont si importantes dans la culture populaire et dans la religion ».

Au dire du porte-parole de la Défense nationale Noel Paine, le projet d’étude comprenait un paiement de 13 750 $ pour de la collecte de données effectuée par l’Université de Toronto.

« Ces travaux permettront non seulement aux sociologues de mieux comprendre la dissémination des concepts surnaturels et religieux, mais donneront également aux Forces canadiennes la possibilité […] de concevoir des messages qui seront plus efficaces auprès du public cible. »— Extrait du résumé de la recherche

L’armée ne dispose « d’aucune capacité de modélisation ou d’analyse pour comprendre comment ses actions auront un impact sur l’état psychologique des individus ».

L’étude, l’une de plusieurs prévues sur ce sujet, comprenait trois expériences proposant une série d’affirmations philosophiques, à propos desquelles les participants indiquaient leur accord selon une échelle.

« Les Forces canadiennes doivent être en mesure d’informer et de rassurer les populations locales », a indiqué la porte-parole de la Défense Myriam Bower dans un courriel, lorsqu’interrogée à savoir pourquoi cette recherche avait été effectuée à une époque de compressions budgétaires.

« Cela ne peut être accompli sans comprendre la façon dont les gens perçoivent, comprennent et se souviennent de divers messages. »

La prochaine étape de cette recherche, dit-on, consiste à examiner les messages fréquents déjà utilisés par l’armée canadienne pour communiquer avec les populations locales, et comment celles-ci les comprennent.

http://ici.radio-canada.ca

Doctorat honorifique Le Collège militaire royal du Canada accepte la décision de Don Cherry


Cela aurait été le bouquet que Monsieur Don Cherry aurait reçu un doctorat honorifique parce qu’il semble t’il fait partie des personnes qui font la différence … Après avoir insultés a plusieurs reprises des groupes de gens tel que les Québécois … C’est la qu’on voit que la liberté d’expression que les gens défendent corps et âme a quand même des limites a respecté
Nuage

Doctorat honorifique

Le Collège militaire royal du Canada accepte la décision de Don Cherry

Le Collège militaire royal du Canada accepte la décision de Don Cherry

Crédit photo : Archives Agence QMI

Don Cherry

Par Elliot Ferguson | Agence QMI

Bien que déçu, le Collège militaire royal du Canada, situé à Kingston, en Ontario, accepte la décision du controversé animateur Don Cherry de refuser le doctorat honorifique que l’établissement d’enseignement voulait lui décerner.

«Ça aurait été pour nous un honneur et un privilège que M. Cherry reçoive un diplôme honorifique de notre université, en reconnaissance de son soutien exceptionnel au personnel des Forces canadiennes et de son incroyable travail caritatif», a souligné le directeur de l’établissement, Joel Sokolsky, lundi, dans un communiqué.

Don Cherry a expliqué qu’il ne voulait pas que la controverse prenne le dessus sur la collation des grades qui aura lieu ce mois-ci.

La décision de décerner un doctorat honorifique à M. Cherry a été critiquée par le corps professoral du collège militaire. Celui-ci avait même adopté une résolution exprimant son «insatisfaction» devant l’intention du Sénat et une enseignante avait publiquement dénoncé ce choix.

La professeure de français Catherine Lord s’était en effet interrogée sur le message envoyé au reste du pays.

«À plusieurs reprises, il a exprimé publiquement son mépris envers de nombreux groupes de la population canadienne, notamment les Canadiens d’expression française, la communauté LGBT (lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres) et les immigrants», avait écrit Mme Lord dans une lettre ouverte.

«Je suis triste, parce que j’étais vraiment impatient de passer du temps avec les 800 cadets», a déclaré Don Cherry vendredi, en entrevue avec l’Agence QMI.

Le Collège militaire royal du Canada accorde des doctorats honorifiques à des personnes qui «font une différence», selon le communiqué.

http://tvanouvelles.ca