Les chiens Mira font de petits miracles auprès d’enfants autistes


Dans les débuts de la fondation Mira, on entraînait les chiens-guides pour les non-voyants. Aujourd’hui, la fondation entrainent pour d’autres situations. Entre autre, les chiens semblent être un atout pour les enfants autismes. Reste encore, a éduquer les gens que les chiens-aidants devraient donc avoir l’accès partout où l’enfant va
Nuage

 

Les chiens Mira font de petits miracles auprès d’enfants autistes

 

Jules, âgé de 15 ans, avec sa chienne... (Photo fournie par la famille)

Jules, âgé de 15 ans, avec sa chienne Mira nommée Chaffee.

PHOTO FOURNIE PAR LA FAMILLE

STÉPHANIE MARIN
La Presse Canadienne

 

La Fondation Mira attribue désormais plus de 100 chiens par année à des enfants vivant avec un trouble du spectre de l’autisme et devrait atteindre un record de 125 guides canins en 2015.

Réorientant sa mission, l’organisme attribue de moins en moins de chiens à des personnes aveugles, puisque le besoin diminue. Par contre, les demandes de parents d’enfants autistes ne cessent d’augmenter.

Et pour cause: les chiens, souvent de gros toutous labernois, aident énormément les enfants, selon ceux qui participent au programme de la «Schola Mira», fait sur mesure pour les jeunes qui vivent avec un trouble de l’autisme.

«Le chien a aidé à surmonter bien des difficultés», estime Valérie Banville, dont le fils Jules a un chien Mira depuis six ans.

Mais surtout, «il est plus joyeux», constate sa mère, qui renouvellerait l’expérience sans aucune hésitation.

Car le chien aide sur plusieurs plans, notamment à réduire l’anxiété chez les enfants, mais aussi chez les parents, qui vivent souvent avec un stress très sévère, explique le psychologue et directeur de la recherche et du développement chez Mira, Noël Champagne.

«J’ai été assommé par les résultats», explique-t-il lorsque questionné sur l’efficacité des fidèles bêtes.

«Il y a une différence significative chez ceux qui ont un animal», affirme le psychologue qui a effectué des recherches en analysant la salive des membres de la famille, afin d’en mesurer les niveaux de stress.

Le sommeil est aussi un facteur important. Les enfants sont souvent aux prises avec des terreurs nocturnes et ont de la difficulté à dormir. Le chien les calme, et les mauvais rêves diminuent.

«Les enfants dorment mieux et donc les parents dorment mieux, fait valoir le psychologue. Certaines mères sont complètement épuisées, d’autres ne sortent plus de chez elles.»

Et parfois, des enfants qui ne parlaient pas du tout se mettent à le faire au contact de l’animal, pour l’apprivoiser.

L’autisme est caractérisé par des troubles persistants au niveau de la communication et de l’interaction sociale et se manifeste parfois par des comportements restreints ou répétitifs, d’intensité variable.

«Mais le chien n’est pas une panacée, ce n’est pas un remède miracle», prévient M. Champagne, notant que certains enfants n’ont pas de réaction particulière en présence d’un chien. Les bêtes ont toutefois changé la vie de bien des familles.

«Moi je trouve ça extraordinaire, ne serait-ce que pour travailler l’anxiété, juste de pouvoir apaiser l’enfant», commente Karine Martel, une orthopédagogue dont la spécialité est de travailler avec les enfants ayant un trouble du spectre de l’autisme.

Dans sa clinique Giraf à Longueuil, qui offre divers services aux familles, l’orthopédagogue a vu passer des petits aux prises avec des difficultés et a constaté des changements après l’arrivée des bêtes dans la vie de certains d’entre eux.

Jules, âgé de 15 ans, est l’un de ses élèves et il vient aux séances avec sa chienne Chaffee.

«Il n’aimait pas quand les gens étaient trop proches de lui ou le touchaient. Je ne pouvais pas mettre mon bras autour du dossier de sa chaise quand on travaillait ensemble. Depuis qu’il a le chien, il accepte plus la présence des autres proche de lui», dit-elle.

Mme Martel explique aussi que les jeunes vont dans certains cas à l’école avec leur animal. Cela leur permet de socialiser avec les autres enfants, qui, curieux, viennent voir leur petit propriétaire à la récréation et bavardent avec eux, dit-elle.

La mère de Jules, l’écrivaine Valérie Banville, le décrit comme un jeune homme très charmant et de bonne humeur. Plus jeune, il faisait des crises, avait des difficultés de langage, tolérait difficilement le bruit, et a aussi vécu une phase de frustration, surtout quand il a commencé l’école: il allait se cacher dans les toilettes à la maternelle. Maintenant, les progrès sont tangibles, dit-elle, mais il n’a par contre pas vraiment de copain.

«C’est triste de voir un enfant qui n’a pas d’ami», souligne-t-elle doucement.

La plus grosse différence depuis l’arrivée de Chaffee?

«Il est devenu vraiment plus joyeux, comme s’il trouvait un ami qui l’attendait après l’école», rapporte Mme Banville.

Mais aussi, «ça le rassure, le calme et diminue le stress», explique sa mère. Avant, il ne voulait même pas s’asseoir sur la chaise du dentiste, donne-t-elle en exemple.

Et puis, comme c’est Jules qui s’occupe du chien et le nourrit, «cela lui fait une responsabilité et ça le valorise. Et ça le fait se sentir spécial», ajoute-t-elle.

Chaffee, une labrador blonde, facilite les sorties en famille, au restaurant ou ailleurs, dit Mme Banville.

«C’est comme si elle est la cheerleader.»

Les parents ont la garde partagée de l’adolescent. Il va de chez un à l’autre, avec Chaffee:

«Le chien offre une stabilité, dans les deux endroits», ce qui est un plus pour ces enfants qui ont besoin de routine et de constance.

Mais tout n’est pas facile pour les parents. La formation du chien prend du temps et représente un grand engagement pour les familles. La fondation Mira les entraîne, mais un parent doit passer au moins une semaine, 24 heures sur 24, à la «Schola Mira». Et après, le chien ne peut être laissé seul: si l’enfant ne peut l’amener à l’école, par exemple, il se retrouvera dans le bureau de papa ou de maman le jour!

Sans Chaffee, «quelque chose aurait manqué», dit spontanément la mère de Jules.

Elle admet toutefois ne pouvoir départager à quoi le progrès de son fils est dû, entre le travail des parents, des spécialistes, les efforts de Jules lui-même et la présence réconfortante du chien.

Le programme pour les enfants autistes, qui existe depuis 2003, est encore méconnu malgré les efforts. Et des commerçants refusent l’accès aux familles avec le chien – pourtant bien identifié – car ils ne comprennent pas son rôle, ayant l’habitude de faire des exceptions pour les non-voyants uniquement.

Méconnu auprès de la population, le programme ne l’est pas auprès des parents: il y a une liste d’attente d’environ 18 mois.

Selon M. Champagne, le nombre de cas d’autisme a monté en flèche ces dernières années. «Une catastrophe, dit-il. Du jamais vu.»

Et il a ainsi deux fois plus de demandes que la capacité de Mira à former et attribuer des chiens.

«On devrait pouvoir diminuer les délais», ajoute M. Champagne, confiant, précisant que le nombre de chiens donnés à de jeunes autistes a déjà doublé, n’étant que de 50 il y a quelques années.

http://www.lapresse.ca/

Une victoire pour les chiens-guides en milieu de travail


Moi, qui croyais que les chiens-guides étaient acceptés partout Qu’une personne malvoyante n’avait pas à se battre pour avoir son chien auprès d’elle. Faut croire que non !!! C’est dommage que ces personnes soient obligées de se battre pour ce qui est un droit légitime
Nuage

 

Une victoire pour les chiens-guides en milieu de travail

 

Maryse Sauvé, qui réclamait le droit d'être accompagnée... (PHOTO LA VOIX DE L'EST)

Maryse Sauvé, qui réclamait le droit d’être accompagnée de son chien-guide au travail, vient de remporter une victoire devant le Tribunal des droits de la personne.

PHOTO LA VOIX DE L’EST

CAROLINE D’ASTOUS
La Presse

Le Tribunal des droits de la personne a rendu une décision historique pour les chiens-guides en milieu de travail. Ce jugement a été prononcé après qu’une travailleuse malvoyante a perdu son gagne-pain alors qu’elle voulait amener son chien-guide sur son lieu de travail.

Maryse Sauvé, atteinte d’une maladie dégénérative de la vision, est encore sous le choc.

«Cette histoire m’a beaucoup déstabilisée. Je vais complètement changer de profession», a-t-elle confié.

«Il s’agit de la première décision du Tribunal des droits de la personne concernant la présence d’un chien guide dans le domaine de l’emploi. Cette décision démontre que l’employeur doit trouver des mesures d’accommodement pour les employés qui utilisent un moyen pour pallier leur handicap. Il s’agit d’une obligation légale», a déclaré le président de la Commission, Gaétan Cousineau.

Une occasion unique

Massothérapeute de profession, elle obtient en 2009 un poste dans l’équipe du SPA Bromont. Une belle occasion pour elle d’améliorer sa situation financière, difficile à cause notamment de son handicap.

Au moment de l’embauche, Maryse Sauvé ne possède pas encore de chien-guide. Toutefois, comme sa vision diminue, elle mentionne lors de l’entretien qu’elle pense avoir un chien-guide dans les prochains mois. Une information qui, à l’époque, ne semble pas déranger outre mesure.

Arrive finalement le téléphone d’acceptation de la Fondation Mira. Maryse Sauvé s’absente alors de son travail pour trois semaines, le temps de la formation obligatoire.

Ce n’est que lors de son retour qu’elle réalise qu’elle a perdu son gagne-pain.

«Je n’avais plus d’emploi, ils ne m’appelaient pas pour travailler», explique-t-elle.

Voulant garder son poste, Maryse Sauvé suggère aux dirigeants du SPA Bromont les services d’un entraîneur de la Fondation Mira pour faciliter l’intégration du chien-guide, en vain.

«J’avais apporté tous les arguments pour conserver mon emploi, mais ça n’a pas fait», explique-t-elle.

Pour le SPA Bromont, le chien ne pouvait être «accepté dans l’établissement à cause des allergies, du poil, des odeurs et du manque d’espace», lit-on dans le jugement.

Choquée, la malvoyante a décidé de retrousser ses manches et de faire valoir ses droits.

«Je me suis défendue pour tous ceux qui vivent des injustices et qu’ils n’ont pas la force de foncer. Moi, j’avais cette énergie et j’ai été jusqu’au bout», dit-elle.

Une bataille constante

Directeur de la recherche et du développement pour la Fondation Mira, Noël Champagne était « persuadé » que la plaignante allait obtenir gain de cause.

«Tu es massothérapeute, tu viens chercher un chien et du jour au lendemain, tu n’as plus de job… c’est assez clair, la raison», dénonce-t-il.

«Une personne qui veut aller se faire masser et qui est un peu gênée: il me semble qu’une handicapée visuelle, ça facilite les contacts», dit-il à la blague. On fait des campagnes de sensibilisation, mais c’est toujours à recommencer.»

L’entreprise devra payer 7605$ en dommages à la plaignante. Depuis cinq ans, la Commission a ouvert 76 dossiers d’enquête pour le motif d’utilisation d’un chien-guide. En 2012 et 2013, 21 dossiers ont été ouverts, contre six en 2008 et 2009.

http://www.lapresse.ca