Aider les abeilles pour l’épicerie du futur


La campagne de Ramenons, les abeilles revient cette année avec une offre gratuite de semences de fleurs sauvages. Nous le savons, les abeilles sont importantes dans divers aliments et leur disparition sera une vraie catastrophe
Nuage

 

Aider les abeilles pour l’épicerie du futur

 

Aider les abeilles pour l'épicerie du futur

Un aperçu de l’épicerie du futur si la santé de la population des abeilles ne s’améliore pas.Photo Cheerios

La campagne Ramenons les abeilles de Cheerios est de retour pour une deuxième année. L’objectif? Distribuer 100 millions de semences de fleurs sauvages à travers le Canada afin de restaurer l’habitat naturel des abeilles.

À l’occasion du lancement de la campagne, Canoe.ca a été invité à visiter l’épicerie du futur. Dans une première version, la population des abeilles a continué de diminuer et d’être en mauvaise santé. Il s’agissait d’une épicerie bien vide. Les abeilles étant responsables d’un tiers de la nourriture que nous ingérons, leur absence aurait pour incidence un fort problème d’approvisionnement alimentaire. Fruits et légumes rares, chocolat et café absent, pour un choix très limité.

Pour aider à améliorer la santé des abeilles et à conserver la population présente au Canada, Cheerios propose aux Canadiens de commander leur sachet de semences de fleurs sauvages gratuitement sur le site de Ramenons les abeilles.

En ajoutant davantage de fleurs sauvages, le pollen et le nectar disponibles aideront à améliorer la santé des insectes ce qui assurera une pérennité dans la disponibilité des aliments en épicerie.

http://fr.canoe.ca

Buzz, la mascotte des Cheerios, n’est plus sur les emballages (pour une bonne raison)


Je crois que c’est une bonne façon pour sensibiliser les gens à aider les abeilles en proposant des graines pour semer des fleurs sauvages dans leur jardin
Nuage

 

Buzz, la mascotte des Cheerios, n’est plus sur les emballages (pour une bonne raison)

 

La prochaine fois que vous retirerez de l’étalage une boîte de céréales Cheerios au miel et aux noix à l’épicerie, vous remarquerez peut-être quelque chose de différent.

General Mills Canada a enlevé Buzz, sa célèbre mascotte, de la devanture des boîtes canadiennes de Cheerios, et c’est pour une bonne cause : l’entreprise veut sensibiliser les gens à la disparition de colonies d’abeilles à travers le monde à l’occasion de sa campagne #RamenonsLesAbeilles.

Le but de cette initiative est d’offrir au public autant de semences de fleurs sauvages qu’il y a de résidents au Canada.

« C’est la première fois de notre histoire que nous enlevons « Buzz » de la boîte », a expliqué la directrice du marketing de General Mills Canada, Emma Eriksson, à AdWeek.

Face à la diminution de la population d’abeilles au Canada, « nous voulions montrer cette problématique sur notre emballage et faire un appel à l’action aux Canadiens afin d’aider à planter 35 millions de fleurs sauvages — une par habitant du Canada », a-t-elle poursuivi.

L’entomologue Marla Spivak a expliqué lors d’une conférence TED Talk en 2013 que les colonies d’abeilles ont commencé à disparaître autour de 2006.

Au moment de sa conférence, la population globale était d’environ 2 millions, comparativement à autour de 4,5 millions en 1945.

Plusieurs raisons expliquent ce déclin, entre autres les pesticides utilisés sur les fermes — qui tuent les abeilles — et les fertilisants synthétiques choisis par les agriculteurs — qui éliminent des plantes nécessaires à la survie de cet insecte.

General Mills s’est donc associé à Vaseys Seeds, une compagnie de l’Île-du-Prince-Édouard, pour offrir aux Canadiens la possibilité de planter le plus de fleurs possibles ce printemps.

Si vous êtes intéressés, vous pouvez commander vos graines sur le site dédié à la campagne. Vous avez aussi une chance de gagner, grâce à un concours, un jardin de fleurs sauvages d’une valeur de 5 000 $.

La campagne #RamenonsLesAbeilles se termine en juillet.

Cet article initialement publié sur le HuffPost Canada a été traduit de l’anglais.

http://quebec.huffingtonpost.ca/