Le Saviez-vous ►Les oiseaux sont les animaux les plus fidèles en amour


Parmi les animaux, les oiseaux seraient les plus fidèles, certains le sont pour toutes la vie, d’autres le temps que les petits soient autonomes, d’autres ont une belle excuse pour leur infidélité, en se trompant de partenaire. Ce qui est important pour eux, c’est la sécurité de leurs petits qui se fait beaucoup mieux à deux.
Nuage

 

Les oiseaux sont les animaux les plus fidèles en amour

 

Scrays Jays sont parmi les rares animaux qui restent monogames

Les geais sont parmi les rares animaux qui restent monogames (Photo: Creative Commons)

par Clara Zerbib, journaliste animalière

Cela peut sembler étonnant, mais les oiseaux sont les animaux les plus monogames du règne animal. En effet, lorsqu’ils s’associent à un ou une partenaire, c’est généralement pour la vie. Ainsi, plus de 90% des espèces d’oiseaux seraient fidèles en amour, contre moins de 10% chez les mammifères. Explications !

Pour les oiseaux, la vie à deux, c’est mieux

Le cygne est l’exemple le plus célèbre d’animal fidèle qui soit. Et pour cause, il ne tombe amoureux qu’une seule fois dans sa vie. Et si son âme soeur meurt avant lui, il se laisse alors bien souvent mourir de chagrin. Mais ce couple idéal n’est pas une exception dans le monde des oiseaux.

En effet, de nombreuses espèces d’oiseaux s’unissent pour un temps relativement long. En ce sens, les femelles, tout comme les mâles, se montrent bien plus difficiles que les autres animaux lorsqu’il s’agit de choisir leur partenaire potentiel. Et pour cause, mieux vaut ne pas se tromper !

cygnes

Crédits : iStock

Mais comment expliquer que les couples restent ensemble après l’accouplement ? En réalité, les oiseaux ont compris qu’il était plus facile d’élever des petits à deux. Et pour cause, contrairement aux mammifères, les oisillons n’ont pas besoin de téter leur mère. Ainsi, ce sont leurs parents qui doivent aller leur chercher de la nourriture tout en continuant à couver les oeufs ou tout en veillant à ce que les petits restent en sécurité dans le nid.

Or, pour accomplir ces deux tâches à la fois, il est essentiel d’être deux. Sans la présence du père, les oisillons auraient plus de risques de se faire dévorer par un prédateur ou de tomber du nid. Leurs chances de survie seraient alors minimes. Pour assurer la survie de l’espèce, les couples d’oiseaux doivent donc rester soudés.

Unis pour la vie, vraiment ? 

Chez les mammifères, les mâles s’accouplent avec une ou plusieurs partenaires lors de la saison de reproduction. Puis ils se séparent immédiatement, laissant les femelles se charger seules de la mise au monde et de l’éducation des petits. Ce n’est pas le cas chez les oiseaux car, comme nous l’avons vu, les petits ne pourraient pas survivre si les deux parents n’unissaient pas leurs forces.

Toutefois, attention, cela ne signifie pas que les couples d’oiseaux restent ensemble pour la vie. Hormis quelques espèces, comme le cygne, le manchot ou encore la cigogne, la plupart des oiseaux se séparent au bout d’une année ou d’une saison. En effet, une fois que le mâle a joué son rôle de père auprès de ses petits, il quitte le nid.

oiseaux couple

Crédits : ddimitrova/Pixabay

De plus, l’infidélité existe aussi chez les oiseaux. Il n’est pas rare que les mâles ou les femelles aillent voir ailleurs, notamment lorsque les territoires sont relativement proches les uns des autres. Ainsi, vous l’aurez compris, il est important de différencier la monogamie sociale, qui permet aux oiseaux de rester ensemble le temps que les oisillons soient suffisamment autonomes, de la monogamie sexuelle. En effet, il arrive que les oiseaux se trompent mutuellement, donnant même parfois lieu à la naissance d’oisillons dont le père biologique n’est pas celui qui s’en occupe.

En d’autres termes, les oiseaux socialement monogames ne sont pas toujours fidèles sexuellement. Cependant, ils se soucient de leur partenaire et de leur descendance.

Source

https://animalaxy.fr//

Les 4 ancrages de la vie


Je crois que si des personnes sont aussi perdues, qu’ils cherchent un sens à leur vie, à ne pas être bien avec leur propre personne comme avec les autres, n’ont pas de but, c’est qu’ils ne savent plus s’apprécier, se faire confiance et surtout s’estimer.
Nuage

 

Les 4 ancrages de la vie

 

 

Apprendre à se responsabiliser
Apprendre à s’aimer avec bienveillance
Apprendre à être fidèle à soi
Apprendre à se respecter

JP Bernard

Être fidèle à soi-même


On cherche le superflu, on s’inquiète sur notre apparence, comment les autres nous perçoivent, alors qu’on devrait plutôt enrichir notre propre personnalité
Nuage

 

Être fidèle à soi-même

 

 

Je sais qu’à moins d’être fidèle à moi même, je ne peux pas être heureuse. De nos jours on met trop l’accent sur les apparences et pas assez sur la personnalité

Betty White

Code Moral


Une règle de vie qui devrait faire partie de notre quotidien, il serait pourtant si simple si tout le monde l’appliquait
Nuage

 

Code Moral

 

 

La Politesse : C’est le respect d’autrui
La Sincérité : C’est de l’exprimer sans déguiser sa pensée
L’Honneur : C’est d’être fidèle à la la parole donnée
La Modestie : C’est de parler de soi-même sans orgueil
Le Respect : Sans respect, aucune confiance ne peut naitre
Le Controle de soi : C‘est de savoir se taire lorsque montre la colère

Auteur Inconnu

S’encourager


Tu ne peux pas , par exemple, aider un dépressif, si toi-même tu as des émotions à fleur de peau. Ou encore donner des conseils, que tu ne suis pas. Il faut d’abord commencer par mettre soi-même sur de bonnes bases avant d’aller aider les autre
Nuage

 

S’encourager

 

 Soyez d’abord fidèle à vous-même. Vous ne pouvez pas encourager et aider les autres si vous ne pouvez pas vous encourager et vous aider en premier.

Sagesse Amérindienne

Le choc de novembre : comment le corps s’apprête à passer l’hiver


Novembre annonce la fin de tout, la fin des plaisirs de la saison estivale. Novembre annonce aussi le froid qui se fait de plus en plus ressentir sans oublier cette neige qui ne tardera pas a laisser sa trace. Novembre la nature change et nous changeons pour faire front aux mois glacials qui suivront
Nuage

 

Le choc de novembre : comment le corps s’apprête à passer l’hiver

 

Gilles Brien

Biométéorologue, scénariste et auteur du livre «Les Baromètres humains»

Le récent changement d’heure au tout début de novembre en a bouleversé plus d’un. Parlez-en aux deux millions de canadiens qui en ont fait une migraine. Ou aux victimes d’infarctus et de crises d’angines qui ont augmenté de 5% dans les jours qui ont suivi le changement d’heure. Malgré sa technologie et son confort moderne, l’homme n’échappe pas aux influences des changements de saison. Certains s’en réjouissent. D’autres s’en rendent malade.

En automne, toute la nature commence à stocker. Notre corps s’en rend compte et fait pareil. En général, c’est à la fin de l’automne, en novembre surtout, que les gens gagnent le plus de poids dans l’année. Curieusement, c’est aussi à l’automne que les gens sont les plus fidèles dans leurs relations amoureuses. Selon un sondage auprès de 10 000 Français et Européens réalisé par le site internet Gleeden, le plus populaire des sites de rencontres en ligne, le taux d’infidélité des couples atteint son maximum en été (39 %), et son plus bas taux en automne (12 %). Selon les spécialistes, le temps froid de l’automne inciterait les gens à rechercher de la chaleur humaine sincère plutôt que des aventures sans lendemain. On devrait déplacer la St-Valentin en novembre.

Les variations saisonnières dans notre vie sentimentale sont fortement liées à l’action de la sérotonine dans le cerveau. La sérotonine, surnommée l’hormone du bonheur, est un neurotransmetteur qui relaie des messages sous forme bioélectrique dans le corps. De nos émotions amoureuses aux crises de colère en passant par nos désirs sexuels, notre mémoire et notre appétit, tout l’éventail de nos sentiments et de nos émotions est géré par cette hormone qui agit comme un vrai chef d’orchestre dans notre humeur du jour. Or, les changements de lumière saisonniers sont connus pour affecter sérieusement le taux de sérotonine dans l’organisme. Par ailleurs, on sait que les déséquilibres dans les niveaux de sérotonine engendrent de l’anxiété, des crises de panique et des idées sombres. La mélancolie de l’automne tire surtout son origine du débalancement hormonal qui affecte tous les humains à cette époque de l’année.

Ce qui change surtout pour l’organisme au cours du mois de novembre, c’est l’alimentation. Subtilement, les gens changent peu à peu de diète à l’automne. Novembre devient le mois où les glucides (les pâtes, le riz, le pain) prennent de plus en plus de place dans les repas. Novembre est aussi l’un des mois où les gens ont le plus faim dans l’année. La même grosseur d’assiette qui nous aurait rassasié en juillet n’est plus suffisante en novembre. Vers la fin de l’automne, la consommation de calories peut augmenter de 10% par jour comparé aux autres mois de l’année.

Cet appétit et cette passion pour la bouffe et les émissions culinaires à la télé qui revient à chaque rentrée chez les Québécois est dicté par le cycle des saisons. Le climat s’apprête à changer. Et avec lui, nous aussi. Comme si le corps anticipait l’arrivée prochaine du froid de l’hiver, l’organisme se conditionne lui-même et fait ses propres réserves.

Lorsqu’il s’agit de lutter contre le froid, ce n’est pas la quantité de nourriture qu’on absorbe qui compte, c’est le type de nourriture. La chaleur énergétique d’un homme après avoir mangé un repas riche en protéines animales et en gras est estimée à 33 cal/h. Si le repas est composé de glucides (pour une même teneur en calories), cette valeur tombe à 21 cal/h. Bref, quand on a froid, le corps tire meilleur profit d’un repas riche en viande plutôt qu’en légumes, en pâte, pain ou riz. Le hic, c’est que la viande rouge augmente le risque de cancer colorectal. Voilà peut-être l’une des raisons pourquoi la mortalité au Québec augmente en flèche à partir de la mi-novembre…

Après tout, novembre n’est pas le mois des morts pour rien.

Source : Sargent. F. «Season and the metabolism of fat and carbon hydrates», Meteorological Monographs 1954, 2,8, 68-80; INSPQ, la mortalité et l’espérance de vie au Québec en 2012, mai 2013, no, 26.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Le chien a-t-il un seul maitres?


Tout comme l’être humain, un chiot a besoin de sa mère pour acquérir une autonomie, s’il est adopté trop jeune, le maitre devra faire office de parent pour finaliser son développement
Nuage

 

Le chien a-t-il un seul maitres?

 

Le chien a-t-il un seul maître?

Shutterstock

Anne-Lise Paul

 

On entend souvent des maîtres déclarer fièrement: «Mon chien n’écoute que moi!» ou, à l’inverse, dire un peu tristement: «Mon chien aime tout le monde et écoute n’importe qui…» Qu’en est-il vraiment? La fidélité canine est-elle une question d’éducation, de race, de tempérament?

L’attachement: essentiel à la vie

Si l’attachement à la mère a des fonctions multiples, il permet avant tout la survie du jeune animal. Grâce à lui, le chiot sera rassuré et capable d’explorer son environnement, d’interagir avec ses congénères et les autres espèces, d’éviter les prédateurs, d’apprendre les rituels canins… Bref, l’attachement à la mère est un processus indispensable à l’équilibre mental, physique et affectif du chiot.

Le détachement: une étape clé vers l’autonomie

Lorsque les chiots atteignent l’âge de quatre mois, la mère se détache naturellement d’eux afin de les rendre le plus autonomes possible. À partir de ce moment, elle ne répond plus à leurs sollicitations (demandes de contact, de tétée, etc.) Or, ce processus ne peut pas s’exprimer si un chiot est adopté et séparé de sa mère vers l’âge de deux mois.

À ce moment, seul le sevrage alimentaire est terminé; c’est pourquoi l’humain doit impérativement prendre le relais afin de sécuriser le chiot en détresse nouvellement adopté. Il y a donc un transfert d’attachement de la mère à l’être humain. Une fois que le chiot aura atteint quatre mois, son nouveau maître devra ensuite créer une période de détachement, tout comme l’aurait fait la chienne.

Attachement multiple: le secret des chiens équilibrés

À la suite de la période de détachement, le chiot est devenu plus autonome et peut se lier avec d’autres personnes que son maître. Il est alors essentiel que les autres membres de la famille deviennent eux aussi des «ressources» pour le chiot, c’est-à-dire qu’ils lui prodiguent les soins quotidiens (le nourrir, jouer avec lui, le promener, etc.). De cette façon, le jeune chien pourra s’attacher à d’autres êtres que son «premier parent humain». Il deviendra ainsi capable de fonctionner même en l’absence du propriétaire principal, sans risquer de souffrir d’hyperattachement ou de crises d’anxiété.

Existe-t-il des races plus indépendantes?

Il est faux de croire que la race détermine complètement le tempérament. En effet, celui-ci est bien plus influencé par le caractère des parents et par la lignée d’origine du chiot. Certains individus seront plus joueurs, d’autres plus craintifs, d’autres encore plus téméraires, et ces différents aspects de leur personnalité seront ou non appelés à s’exprimer plus fortement suivant le milieu de vie du chien.

Un chien bien dans son poil

Vous l’aurez compris, le fait pour le chien d’être autonome et fonctionnel avec d’autres personnes que son maître ne veut absolument pas dire qu’il y est moins attaché, bien au contraire! Cela prouve simplement qu’il est équilibré et peut rester calme et serein en votre absence. C’est un gage d’amour que de lui laisser cette autonomie, qui ne l’empêchera pas du tout d’avoir une relation privilégiée avec vous!

Q: «Mon chien n’a eu que moi comme maître. Si je dois m’en défaire, pourra-t-il s’adapter à un nouveau foyer?»

R: Contrairement à une idée très répandue, le chien a de formidables capacités d’adaptation. Il peut donc, moyennant une période de transition de trois semaines à deux mois, s’adapter à un nouvel environnement et à de nouveaux maîtres. Cependant, certains chiens auront besoin d’un peu d’aide pour se familiariser avec leur milieu, tandis que d’autres seront plus facilement adaptables

http://fr.canoe.ca/