Février 2015: le mois le plus froid en 115 ans


Janvier et février n’a pas été facile au Québec, nous avons connu plusieurs journées froides, et même des avertissements de froid extrême. Enfin, mars se pointe le nez, mais qui n’aura peut-être pas les températures auxquelles nous sommes habitués
Nuage

 

Février 2015: le mois le plus froid en 115 ans

 

L'air arctique qui a soufflé sur le Québec... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

L’air arctique qui a soufflé sur le Québec en février a plongé la province sous des températures entre cinq et neuf degrés sous les normales mensuelles entre le 1er et le 25 du mois.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

JASMIN LAVOIE

La Presse

Le mois de février 2015 aura été le plus froid… de toute l’histoire des mois de février recensés. Dans son sommaire climatologique mensuel, Environnement Canada mentionne que cette «anomalie de température» sur l’est et le sud-ouest du Québec n’avait jamais été observée en 115 ans.

Un froid polaire

L’air arctique qui a soufflé sur le Québec en février a plongé la province sous des températures entre cinq et neuf degrés sous les normales mensuelles entre le 1er et le 25 du mois. Selon Environnement Canada, les variations de température ont été moins grandes cette année, ce qui explique ce nouveau record.

Moins de précipitations

Excepté dans l’est de la Gaspésie et sur la Basse-Côte-Nord, le Québec a enregistré beaucoup moins (un déficit d’au moins 25%) de précipitations dans le deuxième mois de l’année.

«Durant le mois, tous les systèmes météorologiques ont subi la même trajectoire. Ils glissaient sous les Maritimes, poursuivaient leur route sur la Gaspésie et finissaient sur la Basse-Côte-Nord», indique Catherine Vallières, météorologue à Environnement Canada.

Impacts liés au froid

Environnement Canada note que ce froid extrême a aussi causé des dommages sur l’ensemble du territoire québécois. Des structures souterraines ont été endommagées dans de nombreuses municipalités de la province, il y a eu des retards dans les transports ferroviaires et des pannes de courant.

Pas de répit en mars

N’en déplaise à plusieurs, le mois de mars pourrait aussi s’avérer en dessous des normales saisonnières. Environnement Canada s’attend à un début de mois chaud, mais le froid intense devrait revenir au milieu de la semaine prochaine.

«Si l’hiver s’étire, ça pourrait devenir un problème. Le froid à long terme pourrait créer des inondations au printemps lors du dégel», ajoute Catherine Vallières.

http://www.lapresse.ca/

Février: un mois difficile pour le sommeil?


Dormir c’est quoi ça ?? Bon moi c’est pas de m’endormir mon problème, mais de me réveillé très tôt. Enfin bref, il serait peut-être intéressant pour les autres insomniaques de baisser la température de la chambre voir si cela n’aiderais pas au sommeil .. Bon c’est sur que la pause pipi la nuit c’est un peu frisquet mais retomber dans le lit tout chaud .. c’est toujours agréable
Nuage

 

Février: un mois difficile pour le sommeil?

 

Février: un mois difficile pour le sommeil?

Photo Fotolia

Si vous avez des problèmes de sommeil comme l’insomnie, ou que vous arrivez à dormir, mais que le sommeil ne s’avère pas réparateur, il faudra peut-être pointer du doigt le mois dans lequel on se trouve.

En effet, selon une étude-sondage révélée par Top Santé, il appert que le mois de février serait le plus difficile pour les nuits de sommeil. C’est après avoir interrogé près de 21 000 répondants que les chercheurs anglais sont arrivés à cette conclusion.

Donc, nous dormirions plus mal en février, mais nous aurions aussi besoin de plus de temps pour sombrer dans les bras de Morphée, soit huit minutes de plus.

Plus encore, les pauvres gens qui souffrent déjà d’insomnie ou de problèmes à s’endormir auraient besoin de dix minutes supplémentaires avant de fermer l’œil!

On noterait déjà une amélioration dès les premiers jours du mois de mars.

Pour le professeur en tête de l’étude, Colin Espie, une partie de la réponse se trouve dans le froid, alors que les gens surchauffent leur chaumière afin de s’en protéger, ce qui nuit au sommeil de qualité.

Il semble également que les femmes soient davantage touchées par le phénomène.

http://fr.canoe.ca

Temps doux → Un avant-goût printanier


Avec les belles journées comme nous avons, il est difficile de croire que nous sommes en Février et pourtant un air de printemps semble se dessiné .. mais nous savons par expérience qu’il ne faut jamais se fier a l’apparence des beaux jours en hiver … Car il est souvent capricieux et jaloux de notre volonté de sentir enfin la chaleur
Nuage

 

 

Temps doux → Un avant-goût printanier

 

Un avant-goût printanier

Crédit photo : Agence QMI

Par Francis A-Trudel | Le Journal de Montréal

L’incursion d’un temps doux printanier dans l’air de février se prolongera jusqu’à vendredi, selon Environnement Canada.

La journée d’hier semblait vouloir donner raison aux marmottes à l’ombre timide ayant prédit un printemps hâtif.

Grâce aux chauds rayons du soleil, le mercure est monté d’un degré au-dessus des normales de saison pour atteindre -2 ºC.

Et les températures prévues cette semaine s’annoncent plutôt intéressantes.

«Nous allons passer au-dessus des normales de saison aujourd’hui et demain, avec une pointe de temps doux en milieu de semaine», affirme le météorologue Jean Thériault, d’Environnement Canada.

Le mercure, qui dépassera le point de congélation toute la semaine, « devrait alors grimper jusqu’à 5 ºC ».

Pluie et neige

Deux systèmes attendus en milieu et fin de semaine sur l’ensemble de la province devraient cependant refroidir les ardeurs de ce printemps précoce.

Le premier se matérialisera sous forme de pluie ou de neige fondante dans la nuit de mardi à mercredi.

La région de Québec risque d’être plus affectée, avec des accumulations d’environ cinq centimètres, estime M. Thériault.

«Le second système donnera probablement de la pluie vendredi, et là encore, en quantité plus abondante à Québec», ajoute-t-il.

Retour à la normale

Février reprendra ses droits sur cet échantillon d’avril dès samedi.

Les températures redescendront alors sous zéro sans trop s’en éloigner, avec un minimum à -3 °C et un maximum à -2 °C.

«Nous allons revenir dans les normales saisonnières dès la fin de semaine prochaine», avance le météorologue.

Patience

À ceux qui sont déjà prêts à sortir les chaises sur leur terrasse, M. Thériault répond que la patience est de mise.

Même si les ourlets des bancs de neige ont déjà reculé, dénudant un peu d’herbe jaune, l’hiver n’a pas encore abdiqué.

«L’hiver n’a pas dit son dernier mot, prévient-il, le mois de mars peut nous réserver des surprises.»

http://tvanouvelles.ca