Trucs ► Quoi faire avec les feuilles mortes? 3 options environnementales


Avec les vents depuis mercredi dernier, les arbres ont été pas mal décoiffes. Il reste encore des feuilles qui s’accrochent, mais les autres dansent sur le sol, ou se collent pour ne plus bouger ! Beaucoup vont passer le râteau pour que la ville les ramassent en vue de faire du compostage, mais pour la biodiversité et pour l’entretien des jardins, les feuilles sont une aussi une manne qui peut rendre bien des services
Nuage

 

Quoi faire avec les feuilles mortes? 3 options environnementales

 

Un texte de Marie-Lou St-Onge

L’automne est une belle saison, les couleurs dans les arbres sont magnifiques, mais ce spectacle est de courte durée. C’est déjà le temps de ramasser les feuilles mortes sur votre terrain. Saviez-vous que les mettre dans un sac brun n’est pas la seule solution? Voici trois options qui respectent l’environnement et qui pourraient aussi vous faire gagner du temps!

1-Laissez les feuilles mortes sur votre terrain

Cette première option est la plus simple et celle qui demande le moins de travail. Plusieurs espèces de vers, papillons (au stade de larves) et bactéries vivent sous les feuilles à l’automne et pendant l’hiver.

Sachez aussi que certains petits animaux – comme les crapauds, grenouilles et salamadres – utilisent les feuilles mortes pour se cacher. Laisser les feuilles sur votre terrain aidera donc à augmenter la biodiversité en plus de produire un engrais naturel.

Sur la pelouse

Trop de feuilles peuvent étouffer votre pelouse, utiliser la tondeuse pour déchiqueter les feuilles mortes qui se décomposeront rapidement.

Dans les plate-bandes

Laissez les feuilles mortes en place. La couche de feuilles créera une barrière isolante et au printemps elle se sera transformée en compost.

D’ailleurs si vous avez trop de feuilles mortes sur votre pelouse, prenez l’excédent et déposez-le dans vos plate-bandes ou dans votre jardin. L’important est que les feuilles (ou les feuilles déchiquetées) ne dépassent pas 10 cm.

2-Mettez les feuilles dans des sacs de plastique

Vous pouvez mettre les feuilles mortes dans des sacs de plastique… avec des trous. Ces sacs ne sont évidemment pas destinés au dépotoir!

Lorsque vous mettez des feuilles mortes dans un sac aéré pendant tout l’hiver, le printemps venu, vous aurez un paillis naturel. Ce paillis pourra être utilisé dans vos plate-bandes et empêchera les mauvais herbes de pousser. De plus, ce paillis naturel améliorera le taux d’humidité, ce qui vous évitera au printemps et à l’été suivant de devoir arroser constamment.

3-Mettre les feuilles au compostage

Le principe est simple : mettre les feuilles mortes au compost. Vous avez plusieurs options : sacs bruns, bac de compostage de la Ville ou un bac marqué d’un « V » (pour « vert »). Allez, à vos rateaux!

Avec la collaboration d’Enviro Éduc-Action

 

http://ici.radio-canada.ca/

Un lézard se détend en jouant de la guitare avec une feuille


Wow, c’est une très belle photo. Est-ce pris sur le vif ? Si oui, c’est assez inusité
Nuage

 

Un lézard se détend en jouant de la guitare avec une feuille

 

lizard guitar

Cet article initialement publié sur le Huffington Post États-Unis a été traduit de l’anglais.

À Yogyakarta, en Indonésie, la photographe Aditya Permana a réussi à prendre un lézard en photo tandis qu’il semblait jouer de la guitare avec une feuille.

Aditya Permana a observé l’animal pendant une heure avant que celui-ci ne se place finalement dans cette position.

L’attente en valait définitivement la chandelle!

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ► Un automne haut en couleurs


Une mère donne un cours 101 à sa fille, qui par la même occasion permet, a tous profanes de mieux comprendre le mécanisme de l’automne d’une façon très simple. Car même, si plusieurs n’aiment pas l’hiver qui frappera aux portes de l’automne, le froid qui s’installe, l’explosion de couleur vaut vraiment le coup d’oeil
Nuage

 

La science avec ma fille

Un automne haut en couleurs

 

Crédits: bonjourquebec.com

 

Isabelle Burgun

L’automne est l’une des quatre saisons brodées sur mesure pour jouer dehors. Alors, nous revoilà jouant dans les feuilles mortes d’or et de pourpre. Ma fille en remplit ses manches avant de les lancer vers le ciel, tandis que moi je me contente d’y creuser un chemin avec les pieds. Et si c’était le temps d’une petite leçon de science…

 

Le Québec est sans doute l’un des endroits de la planète les plus merveilleux pour assister à la symphonie colorée des feuillus: des jaunes en bouquets, des oranges en corbeilles et des rouges en paniers, en contraste avec derniers verts de l’été qui ne veut pas mourir.

Attendue, une question se pose au creux de mon oreille:

«Dis maman, pourquoi les feuilles changent de couleur à l’automne?».

«Ma petite chérie, curieuse de nature comme tu l’es, tu dois bien avoir une piste de réponse, non?».

«Pour annoncer que l’hiver est proche?».

Bon, tu n’es pas loin. Le changement de température, les premières gelées et surtout des journées plus courtes activent un phénomène qui fera, à terme, tomber les feuilles. Pour faire simple, il se produit dans l’arbre un signal –la production d’un hormone, l’éthylène– signe que l’été tire à sa fin et qu’il est temps de tirer le rideau vert.

Ce signal va boucher l’alimentation en sève des feuilles. Un bouchon se créé à la jonction de la branche et de la feuille bloquant ainsi son alimentation en eau et en sucre. Elle va survivre quelques temps et, à la fin de ses réserves, la feuille va sécher, puis tomber.

Pour commencer, le vert

«Cela nous explique pas les couleurs. Maman, pourquoi trouve-t-on des feuilles jaunes et rouges?».

Place, au petit cours 101 sur la chlorophylle.

Pour parler du jaune et des teintes orangées, il faut bien d’abord parler du vert.

«Les feuilles tirent leur belle couleur verte de la chlorophylle, c’est un pigment présent dans toutes les plantes vertes et donc dans les feuilles».

Pas juste une belle coloration, la chlorophylle s’avère essentielle pour l’arbre car elle lui permet de se nourrir par photosynthèse –une réaction permettant de fabriquer du sucre et de l’oxygène sous l’action de la lumière du soleil.

Pour faire fonctionner cette usine intégrée il ne lui suffit que du CO2 (le méchant gaz carbonique), de l’eau et quelques beaux rayons de soleil. Le spectre lumineux sera absorbé par la feuille, sauf le vert qui sera réfléchi durant toute la belle saison.

Ensuite, le jaune

«Alors, pourquoi les feuilles virent-elles au jaune si la chlorophylle est là?»

Avec le changement de saison et de température, il va justement être de moins en moins renouvelé. À sa place, apparait un autre pigment le carotène qui réfléchit les beaux jaunes et les teintes d’orange flamboyant.

«Il y a aussi des rouges de feu, pas juste des jaunes».

Tu as raison, pour la gamme des rouges apparait alors une autre famille de pigments, nommée «anthocyanes», qui va de l’orange au bleu. Ces colorants très forts en couleur pourraient jouer un rôle de protection pour la feuille –un peu comme un bouclier– lorsque la chlorophylle disparaît.

Faire rougir les arbres

Ces rougeurs automnales touchent les feuillus –érables en tête. Le phénomène varie selon les espèces végétales, la situation géographique et de l’ensoleillement.

Du côté des feuillages d’or, vous pourrez admirer la famille des bouleaux, le frêne blanc et le ginkgo biloba –l’arbre aux quarante écus.

Si vous aimez les belles teintes de vermillon, il faudra lever la tête vers certains chênes –chêne rouge d’Amérique et chêne écarlate– les liquidambar ou copalme d’Amérique.

Pour te quitter, ma fille. Laisse moi te conter d’où vient l’été des indiens.

Cette période tire son nom d’une légende indienne où le Cerf mauvais perdant d’une course aurait blessé son compère l’Ours. Les gouttes de sang auraient éclaboussé la terre et les arbres, qui tous les automnes se parent de vermillon pour rappeler le premier sang versé.

Bonnes promenades en forêts!

http://www.sciencepresse.qc.ca

Butch, le Husky qui adore l’automne


Nous sommes encore loin de l’été des indiens, du moins je l’espère et il reste beaucoup de feuilles aux arbres … mais reste que je comprend le plaisir de ce chien avec les feuilles sur le sol a l’automne
Nuage

 

Butch, le Husky qui adore l’automne

 

Crédits photo : Kent Petersen – Youtube

Par Sophie Le Roux

Si l’été indien nous fait le plaisir de nous rendre une petite visite, l’automne ne tardera pas à faire son apparition, et avec lui les journées plus courtes, le froid, et les feuilles mortes.

Un vrai bonheur en somme ! Pour Butch tout du moins. Ce Husky sibérien adore la saison des feuilles tombant dans le jardin. Il sait que son maître va ramasser ces feuilles aux couleurs chatoyantes, et en faire un immense tas dans lequel il pourra joyeusement batifoler.

Quel bonheur de pouvoir ainsi se dépenser et s’amuser.Butch ne s’en lasse pas, et on le comprend aisément.

Publiée il y a 10 mois sur Youtube, cette vidéo a fait le tour du web. Et voilà que Kent Peterson, l’heureux propriétaire de ce magnifique toutou, en a réalisé une nouvelle.

Près d’un an plus tard, le Husky aime toujours autant aider son maître à ramasser les feuilles. La preuve !

 

http://wamiz.com/

Fascinante nature


La nature en toute simplicité, mise a nu et ce sans artifice .. Beauté époustouflante que l’auteur de ces photos a su transmettre
Nuage

 

Fascinante nature

Zoom sur la nature avec Bertrand Kulik

 

Opération escargot

© Bertrand Kulik

Graines de pissenlit comme une petite famille

© Bertrand Kulik

Feuilles sur l’eau

© Bertrand Kulik

« Moucha badmintonia »

© Bertrand Kulik

Empaqueté

© Bertrand Kulik

Rose de Noël

© Bertrand Kulik

Posé sur l’eau

© Bertrand Kulik

Escargoté dans la lumière

© Bertrand Kulik

Ames sœurs

© Bertrand Kulik

Taxi new-yorkais

© Bertrand Kulik

Barre fixe

© Bertrand Kulik

http://www.linternaute.com

L’automne passe …


L’automne n’a pas fini sa course mais elle s’est dénudé pour laisser place aux souvenirs de feuilles colorés sous un ciel azuré
Nuage

 

L’automne passe …

Quand l’escargot fait des bulles

© Vincent Baré

Ombre et soleil

© Géraldine Deveau

L’arbre couché

© Murielle Chagneau

Miroir d’automne sur lac canadien

© Gilles Boisset

Envol vers le soleil

© Vincent Baré

Sous la pluie

© Eric Fillaud / wise-photographie

Un peu de chaleur

© Anne Jeanty

Champignons à foison

© Anne Jeanty

Erablement vôtre

© Gilles Boisset

http://www.linternaute.com

Sculptures sur feuilles par Lorenzo Durán


Quelle persévérance et de doigté pour arriver a sculpter sur des feuilles d’arbres avec des motifs très ressemblant C’est d’une très grande agilité que cet artiste arrive a faire et avec des détails saisissant
Nuage

 

Sculptures sur feuilles par Lorenzo Durán

 

sculpture feuille1 635x763
Lorenzo Durán est un artiste qui sculpte principalement des animaux ou des insectes dans des feuilles. Un travail minutieux ! Lorenzo Durán vit et travaille à Guadalajara en Espagne.

sculpture mante religieuse 635x422
sculpture chenille 635x508
sculpture serpent 635x799
sculpture ours 635x740
sculpture squelette 635x871

http://flepi.net

Quelque part dans un parc


La semaine dernière j’ai été plusieurs fois au parc Lemay, un endroit qui en 15 minutes a pied pour m’y rendre .. tout autour, il y a la ville, des autoroutes et viaduc, mais malgré le son des automobiles a certains endroits on se sent quand même isolée de la ville Malheureusement, les marmottes n’ont pas daigné montré leur bout du nez, ni les oies, ni les canards se sont présenter .. peut-être trop chaud, ou trop de monde qui s’affairaient a monté des tentes pour le festival des feux d’artifices qui auront lieux bientôt, de quoi a faire peur a tous animal rôdant par la
Nuage

 

Quelque part dans un parc

 

Mon coeur, une rose


C’est je crois, un de mes plus beaux poèmes dont je suis très très fière
Nuage

 

Mon coeur, une rose

 


La tristesse de mon coeur,  une fleur unique existe
Chaque pétale est un pleur, d’un mal qui persiste
Des perles claires de cristal, naissent en secret la nuit
D’où jaillissent mes dédales, recherchant cajoleries

Rouge vif couleur de sang, de mes veines mutilées
Par la nuance du temps, je cris ma vie brisé
De ces ardeurs d’espoirs, tous ces songes sont déchu
Au fond de la nuit noire, mon âme cherche une issue

Aux feuilles vertes d’armistice, s’unissent pour ma prière
Implorant cette justice, au Dieu de l’univers
Ainsi sortir des méandres, m’éloigné du malheur
Crépuscule de mes cendres, j’ai droit à ce bonheur!

Corps protégé d’épines, semble parfois me cribler
Des chimères libertines, qui un jour m’ont charmées
Hantent à jamais l’esprit, d’une douceur longtemps crue
Du désir déconfit, de l’oracle corrompu

Souvenirs qui germe mon coeur, habite ma fleur une rose
Propageant cette odeur, d’une émotion éclose
Comme cette rose fragile, je me soumets à la vie
Que mon destin futile, je puisse fuir sans sursis

Rachel Hubert (Nuage)
6 août 2002