La pollution serait particulièrement intense autour des feux rouges


Ce n’est pas surprenant, cependant 25 % d’exposition de la pollution due aux automobiles, au feu rouge, c’est quand même beaucoup pour le peu de temps (du moins généralement) que l’on reste devant un feu rouge. Pour les piétons, on suggère de ne pas utiliser ces intersections, ce qui est souvent impossible et voir même dangereux
Nuage

 

La pollution serait particulièrement intense autour des feux rouges

 

Gaz d'échappement

Photo :  iStockphoto

La prochaine fois que vous serez en voiture et que vous devrez vous immobiliser à un feu rouge, remontez les fenêtres, éteignez la ventilation et restez à une distance respectable du véhicule devant vous, conseillent des chercheurs britanniques qui ont mesuré des niveaux de pollution particulièrement élevés aux intersections gérées par des feux de circulation.

Les scientifiques de l’Université de Surrey ont déterminé que les arrêts aux intersections, qui ne représentaient que 2 % du trajet des automobilistes étudiés, contribuaient malgré tout à 25 % de leur exposition totale à des nanoparticules, qui augmentent les risques de maladies pulmonaires et cardiaques.

Les arrêts aux feux rouges et les accélérations au moment de repartir font en sorte que les concentrations de particules sont 29 fois plus élevées aux intersections que sur les routes où les voitures circulent librement, ajoutent les chercheurs.

L’auteur de l’étude, le Dr Prashant Kumar, a rappelé que la pollution atmosphérique fait depuis peu partie des 10 plus grandes menaces à la santé humaine.

L’Organisation mondiale de la santé associe la pollution atmosphérique à 7 millions de décès prématurés chaque année.

Les chercheurs conseillent aux piétons d’éviter ces intersections et demandent aux responsables de synchroniser les feux de circulation pour minimiser le temps d’immobilité des automobilistes.

http://ici.radio-canada.ca/

Tours radio → Sept millions d’oiseaux victimes


Nos besoins technologique ont des répercussions sur l’environnement et certaines de ces technologies pourraient être améliorer pour éviter des dommages comme il est question ici pour les oiseaux … dont leur perte est énorme
Nuage

 

Tours radio  → Sept millions d’oiseaux victimes

 

©Anne-Marie Parent / Agence QMI

 

WASHINGTON – Quelque 6,8 millions d’oiseaux sont tués chaque année au Canada et aux États-Unis à cause des tours de télécommunications, lors de leur migration vers l’Amérique centrale et du sud, selon des chercheurs dont l’étude est publiée mercredi.

Ces oiseaux sont victimes des 84 000 tours de télécommunications que comptent le Canada et les États-Unis et dont certaines peuvent culminer à près de 600 mètres, soit deux fois la hauteur de la Tour Eiffel.

«Une telle tragédie pourrait être évitée», estime Travis Longcore, un ornithologue de l’Université de Californie du Sud, principal auteur de cette étude parue dans la revue américaine PLoS ONE (Public Library of Science).

Plus la tour est haute, plus elle représente une menace pour les oiseaux.

Les oiseaux sont le plus souvent tués non pas en heurtant les tours, mais en butant contre l’un des nombreux câbles qui maintiennent ces structures métalliques en place.

Par mauvais temps, les nuages forcent les oiseaux à voler plus bas et les privent de repères de navigation, comme les étoiles, laissant comme seuls guides visuels les feux rouges de ces énormes antennes.

«Face à ces seules lampes rouges fixes comme repère, les oiseaux sont incapables de s’en détacher. Dès lors, ils volent en cercle autour des tours et finissent souvent par heurter un de ces gros câbles», explique Travis Longcore.

Selon lui, les tours de télécommunications équipées de lumières rouges clignotantes sont moins dangereuses pour les oiseaux que les autres.

Selon ces chercheurs, le remplacement des feux rouges fixes de signalisation par des lampes clignotantes dans les 4 500 antennes de plus de 150 mètres de haut pourrait réduire la mortalité des oiseaux d’environ 45%, soit 2,5 millions par an.

L’étude recommande aussi aux sociétés de télécommunications de se partager les antennes afin d’en réduire le nombre et de construire plus de tours pouvant tenir debout sans câbles.

http://fr.canoe.ca