Le Saviez-Vous ► «Le pain retourné», «le riz sur les mariés», «le parapluie dans la maison»… Savez-vous d’où viennent ces superstitions, vœux de chance et de malheur ?


On connait plusieurs superstitions que certains croient encore. Mais d’autres existent qui sont peut-être moins connues
Nuage

 

«Le pain retourné», «le riz sur les mariés», «le parapluie dans la maison»… Savez-vous d’où viennent ces superstitions, vœux de chance et de malheur ?

1. Que touchait-on au Moyen Age lorsque l’on « touchait du bois » ?

On touchait la croix du Christ. Toucher ce matériau était une façon de se protéger du malheur.

Deux millénaires avant notre ère, l’expression était employée chez les Perses pour invoquer Atar, génie du feu et symbole de protection des âmes.

2. Pourquoi fallait-il trinquer au Moyen Age « les yeux dans les yeux » ?

Pour éviter de se faire empoisonner. Il était courant à l’époque d’assassiner ses ennemis par empoisonnement. Aussi pour s’assurer de l’honnêteté de son compagnon de verre, on avait l’habitude de violemment entrechoquer sa chope contre la sienne, tout en ne le quittant pas du regard.

Si la chope avait contenu du poison, des gouttes se seraient alors déversées dans le contenant de l’hôte, l’obligeant à vérifier son verre et donc détourner le regard.

3. Que lançait-on à l’époque sur les mariés pour leur porter chance ? 

Des graines. Selon la tradition païenne, il était de coutume de lancer sur les mariés des graines, symbolisant la fertilité.

4. A quel siècle cessa-t-on de brûler des chats noirs, « représentations du diable »?

Le XVIIIe siècle. Jusqu’à cette époque, le chat noir était considéré comme le complice des sorcières et le symbole de Satan. Pour se protéger de ces animaux, les habitants n’hésitaient pas à les torturer et les brûler.

5. Quelle couleur ne faut-il pas porter sur la scène d’un théâtre?

Le vert. La couleur portait malheur pour trois raisons : Au Moyen Age, pour obtenir des étoffes vertes, il fallait utiliser de l’oxyde de cuivre, un composé toxique qui effrayait les comédiens qui revêtaient les habits à même la peau.

Le vert était aussi la couleur que portait le personnage de Judas dans La passion du Christ. Un rôle de traître que ne supportait pas le public, qui attendait alors l’acteur à la fin de la pièce pour le brutaliser.

Enfin, selon la légende, porter du vert serait une façon d’attirer le mauvais oeil sur soi. Molière étant mort en interprétant le Malade Imaginaire dans un costume vert. Sauf, que ce dernier n’est pas décédé sur scène mais quelques temps plus tard, vêtu d’une robe rouge.

6. D’où vient la superstition qui consiste à croire qu’il ne faut pas « ouvrir un parapluie chez soi » ?

De Londres. Au XVIIIe siècle, les parapluies à armatures métalliques apparaissent. Leurs systèmes d’ouverture, peu pratiques, provoquent souvent des accidents : des verres cassés, des bibelots éraflés… Ces mésaventures passèrent dans les croyances populaires comme l’arrivée prochaine d’un malheur.

7. De quoi « le pain retourné » est-il le synonyme  ?

La mort. Au Moyen Age, le boulanger avait coutume de réserver un morceau de pain au condamné à mort. Pour le reconnaître de toutes ses miches, il le plaçait ainsi à l’envers.

8. Quel chiffre porte malheur en Chine ?

Le 4. En chinois, le chiffre « quatre » et le mot « mort » se prononcent de la manière.

9. Quelle couleur faut-il éviter de porter en Espagne ?

Le jaune. Couleur de l’enfer pour certains, le jaune serait aussi pour d’autres, la couleur de Judas.

10. Qui « montrait du doigt » les gens au Moyen Age ?

Les sorcières. Selon les croyances populaires, les sorcières choisissaient leurs victimes en les montrant du doigt.

http://www.lefigaro.fr/

La nourriture contre les spermatozoïdes de Fido


Il y aurait certains produits de nourriture pour les chiens qui ont des contaminants qui réduiraient la fertilité des mâles. Ce qui en même temps pourrait donner une piste pour la fertilité des êtres humains
Nuage

 

La Nourriture contre les spermatozoïdes de Fido

 

 

Le déclin rapide de la qualité du sperme des chiens proviendrait de leur alimentation. Cela expliquerait-il aussi la même tendance chez les humains ?

« Le chien pourrait être une sentinelle pour les humains — il partage le même environnement, présente la même gamme de maladies, souvent avec la même fréquence, et réagit de manière similaire aux thérapies » affirme Richard Lea, maître de conférence en biologie reproductive à l’école vétérinaire de l’université de Nottingham.

L’étude que son équipe vient de publier dans la revue Scientific Reports montre une baisse continuelle de la mobilité des spermatozoïdes canins depuis 26 ans. Et plus la qualité de la semence d’un mâle baisse, plus sa descendance présente un risque de cryptorchidie, c’est-à-dire l’absence de l’un ou des deux testicules dans le scrotum. Ayant rapidement mis de côté le facteur génétique en raison de la durée trop courte des prélèvements, les chercheurs ont trouvé dans le sperme des chiens des niveaux de contaminants environnementaux susceptibles de perturber la fonction reproductive, tels que des phtalates et despolychlorobiphényles (BPC). Or, ils ont détecté ces mêmes produits chimiques dans un certain nombre d’aliments pour chiens, humides ou secs, disponibles dans le commerce. Ils affirme même avoir trouvé les concentrations en BPC les plus élevées dans un échantillon de nourriture sèche spécialement conçue pour les chiots ! Les marques n’ont cependant pas été dévoilées. Cette étude pourrait aider à comprendre les causes environnementales de la baisse de fertilité masculine également observée chez les humains.

– Matthieu Fannière

http://www.sciencepresse.qc.ca/

Le smartphone au lit est notre meilleur ennemi


Avant nous avions tous un ordinateur de bureau, et quand il était temps d’aller dormir, l’ordinateur se fermait, mais aujourd’hui, avec les tablettes et téléphones intelligents, plusieurs l’amènent dans leur lit. Malheureusement, il y a des conséquences et ce n’est pas juste des troubles du sommeil
Nuage

 

Le smartphone au lit est notre meilleur ennemi

 

Le smartphone au lit est dangereux sur le plan physique et relationnel | m01229 via Flickr CC License by Flickr

Le smartphone au lit est dangereux sur le plan physique et relationnel | m01229 via Flickr CC License by Flickr

Repéré par Fatma Pia Hotait

Après une longue journée de travail devant un écran d’ordinateur, il n’est pas bon de se relaxer devant son smartphone.

«Encore une petite demi-heure, juste le temps de vérifier Instagram et Snapchat. Et de regarder une vidéo sur YouTube.»

La plupart des jeunes d’aujourd’hui se reconnaissent dans cette phrase. Trop souvent, les personnes qui utilisent leur portable dans leur lit s’endorment avec l’appareil dans leur main. Une pratique qui pourrait être de plus en plus courante, vu l’usage généralisé du téléphone portable (l’OMS estimait en octobre 2014 à 6,9 milliards le nombre des abonnés dans le monde).

Le site Hopes and Fear a entrepris d’interroger sur le sujet plusieurs experts travaillant dans des domaines de recherche variés. Et leurs réponses donnent envie de poser illico son smartphone sur la table de nuit.

1.Sommeil perturbé

Selon Lauren Hale, professeure adjointe de médecine préventive à l’Université de Stony Brook, les écrans peuvent perturber trois mécanismes basiques du sommeil. Premièrement, le temps que l’on passe devant un écran est du temps enlevé au sommeil. Ensuite, le contenu (social, émotionnel ou violent) que l’utilisateur consulte soumet le cerveau à une stimulation psychologique nocive avant le sommeil.

Enfin, la lumière bleue qui émane des écrans LED ou LCD est particulièrement nocive. Brian Zoltowski, professeur assistant au département de chimie de la Southern Methodist University, explique que la lumière bleue est un signal qui nous permet de comprendre quand commence le jour. En se surexposant à cette lumière avant de dormir, l’utilisateur indique à son corps qu’il doit se réveiller. Ce phénomène affecte notre horloge interne. Il peut mener, signale l’OMS, à une augmentation du risque de développer un diabète, un cancer et des problèmes dépressifs et cardiaques.

2.Mémoire affectée

La nuit, le cerveau est presque aussi actif que le jour. Il traverse trois processus qui permettent de «faire le tri» dans nos idées. C’est ce qu’explique Larry D. Rosen, psychologue et chercheur à la California State University. La «consolidation» permet au cerveau de s’exercer à ce qu’il a assimilé au cours de la journée et qu’il considère comme important (les éléments qui sont jugés superflus sont, eux, éliminés). Enfin, le cerveau est irrigué et donc nettoyé par le liquide rachidien s’écoulant par la colonne dorsale, qui s’ouvre légèrement au cours de la nuit. Lorsque le sommeil n’est pas dérangé, ces étapes sont synchronisées.

«La plupart d’entre nous ne dorment pas assez, estime Larry D. Rosen. Cela signifie que l’un de ces processus n’a pas lieu. On ne s’en rend pas compte, car nous sommes tous affectés. Mais cela touche notre mémoire et notre développement. Et à peu près tout le reste.»

3.Fertilité exposée

Une équipe de chercheurs menée par Fiona Matthews à l’université d’Exeter, en Angleterre, s’est penchée sur la question de l’infertilité. 1.492 hommes ont été exposés aux radiations électromagnétiques des smartphones. La mobilité de leur sperme a été réduite de 8% et la viabilité de 9%.

4.Oreiller enflammé

Si malgré ça vous n’arrivez pas à vous détacher de votre téléphone durant vos quelques heures de sommeil, ne le placez pas sous votre oreiller. Les coussins sont fabriqués à partir de composants facilement inflammable. Un téléphone laissé en charge toute la nuit risque de créer une surcharge, nous apprend le site Vivere Più Sani. Placé sous un matériau combustible, il risque de s’enflammer. Plusieurs personnes ont souffert de brûlures aux mains ou au visage. Et comme le précise pour Hopes & Fears Chad Ruoff, professeur assistant en psychiatrie et sciences du comportement, la chambre à coucher est réservée au sommeil et aux relations intimes. Il est temps de lâcher prise.

http://www.slate.fr/

Cancer : un garçon de 9 ans bénéficie d’une congélation de tissu testiculaire


Généralement en cas de traitement contre le cancer qui peut rendre des hommes stériles, il est possible de congeler les spermatozoïdes pour être utilisé plus tard pour fonder une famille, mais pour un enfant prépubère, les spermatozoïdes n’ont pas atteint la maturité. A stade expérimentale, les médecins prélèvent un peu des tissus testiculaires dans le but de les congeler pour espérer que l’enfant adulte puisse avoir des enfants
Nuage

 

Cancer : un garçon de 9 ans bénéficie d’une congélation de tissu testiculaire

 

Cancer : un garçon de 9 ans bénéficie d'une congélation de tissu testiculaire

© iStockPhotos

Un garçon de neuf ans souffrant d’une tumeur au cerveau est devenu le premier au Royaume-Uni à bénéficier d’une congélation de tissu testiculaire pour être en mesure d’avoir des enfants plus tard.

Le prélèvement et la congélation de tissu testiculaire est une des techniques de préservation de la fertilité disponibles pour conserver la possibilité d’avoir un enfant plus tard. Les garçons prépubères atteints d’un cancer sont particulièrement concernés par cette technique car les chimiothérapies sont potentiellement toxiques pour leur appareil reproducteur mais il n’est pas possible de recueillir des spermatozoïdes matures. Il est donc proposé de prélever et de congeler du tissu testiculaire.

Comme l’explique l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm),  « l’objectif est d’utiliser ces échantillons de tissu pour réaliser une maturation in vitro des cellules germinales immatures qu’ils contiennent. Une autre possibilité est de réimplanter le tissu prélevé à l’issue du traitement toxique ».

Un jeune britannique de 9 ans souffrant d’une tumeur au cerveau est ainsi devenu le premier garçon de Grande-Bretagne à bénéficier de la congélation de tissu testiculaire dans l’espoir d’avoir des enfants lorsqu’il sera adulte. Cette opération est encore expérimentale et aucun enfant n’est encore né de tissu testiculaire congelé. Mais elle est similaire à l‘autogreffe de tissu ovarien, qui a déjà permis à une femme sur trois transplantée de tomber enceinte.

Au cours de l’opération chirurgicale réalisée sous anesthésie générale, les chirurgiens ont enlevé un morceau de tissu testiculaire de l’un des testicules du jeune garçon contenant des cellules souches de spermatozoïdes. L’opération a duré une trentaine de minutes et l’enfant était de retour chez lui deux jours plus tard.

http://www.topsante.com/

Êtes-vous une victime de votre smartphone ?


Êtes-vous dépendant de votre téléphone, tablette, ordinateur ? Savez-vous prendre des pauses ?
Prendre l’air, parler avec des gens de votre propre entourage ? Quand nous passons trop de temps avec ces appareils, il y a des conséquences physiques et sociales qui en ressentent
Nuage

 

Êtes-vous une victime de votre smartphone ?

 

    La question est de savoir si vous maîtrisez les nouvelles technologies et notamment votre smartphone et votre tablette ou si vous en êtes plutôt victime.

    L’objectif est de rétablir la situation afin de les utiliser à bon escient et de ne pas mettre votre santé en danger.

    Conseils pratiques et explications…

    Comment retrouver la maîtrise de votre smartphone et ne plus être une smartphone-victime ?

    Les nouvelles technologies améliorent notre quotidien, c’est certain, encore faut-il ne pas en devenir esclave. Faites le point et modifiez vos habitudes si nécessaire.

    Dormir, surfer, jouer ou communiquer, il faut choisir !

    Toutes les activités sur écran sont prenantes et difficiles à lâcher. Imposez-vous une certaine rigueur, ainsi qu’à vos enfants et ados, pour que les jeux, le surf sur Internet, les Chats, les SMS, les mails, n’empiètent pas sur le temps de sommeil.

    Et quand on va se coucher, on quitte son smartphone, c’est-à-dire qu’il est déposé non pas sous l’oreiller ou sur la table de nuit, mais en dehors de la chambre et en mode silencieux.

    Méfiez-vous de la lumière bleue émise par les écrans

    Outre le temps consacré aux écrans sous toutes ses formes, le sommeil est aussi affecté par la lumière bleue qu’ils émettent. Il a ainsi été montré que celle-ci perturbe notre horloge biologique et retarde l’endormissement (1). Donc pas d’écran avant de s’endormir et il est conseillé d’abandonner les e-books avant d’aller se coucher.

    Auto-réglementez votre boîte mails pour déstresser

    Les mails, surtout professionnels, peuvent devenir une source très importante de stress. Selon des chercheurs canadiens, pour améliorer notre bien-être, nous ne devrions pas consulter nos mails plus de 3 fois par jour (2). Pour s’imposer ce rythme, il importe de désactiver les avertisseurs sonores et de ne plus consulter ses mails professionnels le soir, le matin au lever ou le week-end. Par ailleurs, demandez à votre entourage de vous envoyer un SMS et non un mail en cas d’urgence.

    Tiens-toi droit !

    Prenez conscience de votre posture et corrigez-la. Lorsque vous consultez votre smartphone, vous penchez inconsciemment votre tête vers l’avant, ce qui impose une légère courbure au haut de votre colonne vertébrale. Aussi légère soit-elle, cette courbure a pour effet d’imposer à votre colonne vertébrale un poids supplémentaire de 5 kg, annonçant de vives douleurs dorsales et des cervicales en perspective (3). Assis devant un ordinateur ou une tablette, vous devez aussi veiller à adopter une bonne position pour préserver votre dos.

    Pensez à reposer vos yeux

    Les écrans (smartphone, tablette, ordinateur, télé) ne sont pas responsables de troubles visuels. En revanche, la fréquence de clignements des paupières diminue devant un écran, ce qui favorise les yeux secs et la fatigue oculaire. Vous devez donc faire régulièrement des pauses durant lesquelles vous regardez au loin. Vos yeux n’ont alors plus besoin d’accommoder pour voir net, ce qui les repose.

    Enfin, Messieurs, évitez de poser votre ordinateur portable sur le haut de vos cuisses. La chaleur dégagée par l’appareil pourrait entraîner des troubles de la fertilité et augmenter le risque de cancer des testicules. En attendant des preuves formelles, il est préférable de miser sur la prévention.

    Un dernier conseil : ne vous laissez pas absorber par Facebook. On peut y faire de mauvaises rencontres et d’une manière générale sur Internet, accéder à du contenu choquant. L’important est de ne pas y passer sa vie, et de rester connecté avec la vie réelle. Donc pas d’excès et gardez le contact avec les personnes physiquement proches…

    Apprendre à bien gérer son smartphone

  • En bref, ne consultez pas vos mails à tout bout de champ pour vous éviter du stress.

  • Rangez votre portable en soirée pour ne pas empiéter sur votre temps de sommeil.

  • Toujours en soirée, ne vous exposez pas à leur lumière bleue au risque de ne plus pouvoir vous endormir.

  • Prenez conscience de votre posture lorsque vous consultez un écran.

  • Faites des pauses et restez bien présent dans la « vraie vie ».

Article publié par Isabelle Eustache

Sources : (1) Proceeding of the National Academy of Sciences, 22 décembre 2014. (2) Kostadin Kushlev et coll., https://www.academia.edu/9182785/Checking_Email_Less_Frequently_Reduces_Stress.(3) Hansraj Kenneth K. et al., Surgical Technology International XXV, https://cbsminnesota.files.wordpress.com/2014/11/spine-study.pdf.

http://www.e-sante.fr

Les effets ravageurs du manque de sommeil expliqués dans cette infographie !


Dormir, quel beau verbe, surtout quand des gens ont de la difficulté à s’endormir et que le réveil vient toujours trop vite ou qu’ils n’arrivent pas à atteindre au moins 6 heures de sommeil. Dormir moins signifie aussi problème de santé à l’horizon
Nuage

 

Les effets ravageurs du manque de sommeil expliqués dans cette infographie !

 

 

Sur le long terme, le manque de sommeil est dangereux. Qu’il soit volontaire ou pas, un nombre d’heures de sommeil insuffisant par nuit a des effets néfastes sur le corps humain. L’an dernier, une étude a révélé que lorsqu’on dort seulement six heures par nuit pendant une semaine, ça nuit à 700 de vos gènes.

Voici une infographie ainsi que des explications sur les effets ravageurs du manque de sommeil sur votre organisme, et ce, même après une seule nuit :

Après une seule nuit :

– Vous mangez plus et plus gras.

Des études ont démontré un lien entre un manque de sommeil à court terme et une tendance à manger de plus grosses portions avec une préférence marquée pour les aliments riches en calories et en glucides, donc les aliments gras.

– Vous avez plus de risques d’accidents de la route.

Six heures ou moins de sommeil par nuit multiplient par trois le risque d’un accident de la route. De plus, même une seule nuit de mauvais sommeil nuit à votre coordination oeil-volant.

– Votre apparence n’est pas au mieux, pas plus que votre sociabilité.

Une étude a démontré que les personnes qui manquaient de sommeil étaient moins attirantes et se disaient plus tristes. Une autre étude a prouvé que les gens qui se disent épuisés sont plus difficiles d’approche.

– Vous êtes plus susceptible d’attraper un rhume.

Le repos est la base d’un système immunitaire en bonne santé. Une étude a démontré que le fait de dormir moins de sept heures par nuit pouvait amener à un risque de rhume trois fois plus élevé.

– Vous perdez de la masse cérébrale.

Une récente étude menée sur 15 sujets masculins a montré qu’après une seule nuit sans le sommeil nécessaire, on pouvait détecter des signes de perte de masse cérébrale. Un constat possible grâce à la mesure dans les niveaux sanguins de deux molécules qui augmentent habituellement après une lésion cérébrale.

– Vous devenez plus émotif.

Dans une étude de 2007, des chercheurs ont utilisé l’IRM pour démontrer qu’à la suite d’une perte de sommeil, les centres émotifs du cerveau étaient 60% plus réactifs.

– Votre concentration est compliquée, vous pouvez avoir des problèmes de mémoire.

L’épuisement vous fait perdre votre capacité à se focaliser et peut provoquer des pertes de mémoire, ce qui pourrait expliquer pourquoi nous égarons souvent nos objets personnels après une mauvaise nuit de sommeil.

Après un certain temps :

– Vos risques d’AVC sont multipliés par 4.

Les résultats de plusieurs recherches indiquent que moins de six heures de sommeil par nuit pour des personnes d’âge moyen et d’âge mûr aggravent considérablement les risques d’un AVC.

– Vos risques d’obésité augmentent.

Dormir moins de six heures par nuit génère des changements dans les hormones qui contrôlent l’appétit. Une autre étude a quant à elle démontré que les gens qui manquaient de sommeil pendant cinq nuits consécutives avaient pris environ un kilo, probablement à cause de leur grignotage nocturne.

– Vos risques pour certains cancers peuvent augmenter.

Les chercheurs ont trouvé une corrélation entre l’apnée du sommeil et le risque de contracter un cancer de tout type. De plus, une étude a établi un lien possible entre le manque de sommeil et les cancers du sein agressifs.

– Votre risque de faire du diabète augmente.

Une étude de 2013 a démontré que trop peu de sommeil était lié à tout un éventail de maladies chroniques, incluant le diabète de Type 2.

– Votre risque de maladie cardiaque augmente.

Le manque de sommeil chronique a été associé à l’hypertension artérielle, à l’athérosclérose (des artères bloquées par le cholestérol), aux insuffisances cardiaques et aux infarctus.

– Votre nombre de spermatozoïdes est réduit.

Une étude portant sur 953 jeunes hommes du Danemark a démontré que ceux qui présentaient des troubles du sommeil avaient une concentration de spermatozoïdes inférieure de 29%.

– Votre risque de décès augmente.

Une étude portant sur 1741 personnes pendant sur 10 ans a démontré que ceux qui dormaient moins de six heures par nuit présentaient un taux de mortalité significativement plus élevé.


Bref, vous avez assez lu pour aujourd’hui. Allez, au lit !

http://www.demotivateur.fr

Pourquoi il ne faut pas mettre de plastique au micro-onde ?


On se facilite la vie avec le micro-ondes, mais nous n’employons pas nécessairement les bons outils
Nuage

 

Pourquoi il ne faut pas mettre de plastique au micro-onde ?

 

 

Des chercheurs américains ont découvert que les conteneurs en plastique chauffés au micro-onde favorisent la diffusion de perturbateurs endocriniens.

Adeptes des plats préparés, pensez à les retirer du plat en plastique avant de les faire chauffer. Selon un congrès médical réuni à Bruxelles le 12 novembre, les récipients en plastique mais aussi les boîtes de conserves contiennent des perturbateurs endocriniens. La chaleur favoriserait leur développement dans l’environnement.

Pthalates et bisphénol A dans les urines 

Selon une étude de 2004 exposée au congrès rapportée par le Dailymail des chercheurs ont étudié les effets d’un conteneur en plastique passé au micro-onde sur 2500 enfants âgés de plus de six ans. Dans 93% des échantillons d’urine fournis par les volontaires, 93% contenaient des phtalates ou du bisphénol A. Ces produits chimiques sont connus pour être des perturbateurs endocriniens sévères.

Perturbateur endocriniens : quels risques ?

Les perturbateurs endocriniens sont des produits chimiques qui peuvent altérer la façon dont nos glandes produisent des hormones. Une fois dans le sang, si lt chemin des hormones est perturbé cela peut entraîner des troubles du sommeil, neurologiques ou de fertilité.

http://www.medisite.fr/

Régulation des naissances : déjà dans l’Égypte antique…


Au temps des pharaons, il semble que la crue du Nil auraient été propice pour la fécondité des femmes. S’ils pouvaient préférer les temps chauds, ils pouvaient aussi sans doute, contrôler les naissances avec une potion qui sans doute ne devait pas vraiment fonctionné
Nuage

 

Régulation des naissances : déjà dans l’Égypte antique…

 

Amonchopeshfu, fils de Ramsès III, avec sa mère et Anubis. Fresque du tombeau d'Amonchopeshfu, dans la vallée des Reines.

Amonchopeshfu, fils de Ramsès III, avec sa mère et Anubis. Fresque du tombeau d’Amonchopeshfu, dans la vallée des Reines. © Holton Collectio/SUPERSTOCK/SIPA

VICTORIA GAIRN

Les récentes fouilles des sépultures de Dakhla ont révélé une saison des amours liée à la crue du Nil. Ainsi que l’usage de moyens contraceptifs…

On pensait que la vie quotidienne des Égyptiens n’avait – presque – plus de secrets pour nous. Que les peintures et textes nombreux sur papyrus ou sur terre cuite découverts dans les tombes du village d’artisans et d’ouvrier de Deir el-Médineh, dans la vallée des Rois, nous avaient donné les grandes lignes de leur mode de vie, de leurs habitudes. Las, début avril, à Honolulu, devant les membres de la Society for American Archaeology, l’équipe de Lana Williams, professeur à l’université de Central Florida, révélait une découverte des plus intrigantes.

En s’interrogeant sur les pratiques sexuelles de nos aïeuls égyptiens, l’équipe américaine s’est en effet intéressée au cimetière de l’oasis de Dakhla, à 700 km au sud-ouest du Caire. D’après le site Live Science, qui relate les fouilles, les chercheurs auraient sorti près de 800 sépultures et estimé l’âge des individus au moment de leur mort. Le mois du décès a également pu être évalué en fonction du sens de la tombe, qui devait être orientée en direction du lever du soleil.

Surprise : en identifiant 124 dépouilles de bébés, dont le décès serait survenu entre 18 et 45 semaines après leur conception, les archéologues déduisent un pic de naissance autour des mois de mars et d’avril. Soit une conception en juillet-août, des mois souvent caniculaires en Égypte, où la température pouvait grimper au-delà de 40 °C.

Bouse de crocodile

Pourquoi donc les Égyptiens profitaient-ils des mois les plus chauds pour se reproduire, alors même que, parmi les autres cultures européennes, on constate au cours de ces mois estivaux une baisse de la libido et surtout du nombre de spermatozoïdes ? Pour Lana Williams, qui ne s’interdit cependant pas d’autres hypothèses, la raison est simple : les habitants de l’oasis de Dakhla, qui pensaient que la crue du Nil avait lieu tous les étés, était la clé de la fertilité de leurs terres, transposaient cette croyance sur les femmes et la fécondité.

« C’est la première fois que l’on se penche sur les individus eux-mêmes, que l’on fait parler la biologie », se réjouit Lana Williams.

Des chercheurs avaient, certes, déjà travaillé à partir de recensements, mais jamais une fouille de cimetière n’avait permis de comprendre un cycle de naissances.

Plus étonnantes encore, les conséquences de cette découverte. Si une hausse de la natalité avait bien lieu en mars-avril, comment les Égyptiens parvenaient-ils à contrôler les naissances le reste de l’année ?

« Si le calendrier des naissances était si bien planifié, analyse l’archéologue, il semble inévitable que les Égyptiens aient utilisé un moyen de contraception. »

Dans les papyri d’el-Lahoun, qui auraient été rédigés il y a près de 3 800 ans, un traité de gynécologie fait état d’une recette à base de bouse de crocodile et de miel. Sans toutefois préciser comment utiliser la mixture… Était-ce simplement un dissuasif introduit dans le corps de la femme et destiné à repousser l’homme ? Ou les vertus chimiques du mélange permettaient-elles d’agir comme un spermicide ? Si Lana Williams n’apporte pas de réponse pour l’instant, elle tient cependant à préciser que la bouse de crocodile n’était certainement pas aussi efficace que le préservatif. Nous voilà rassurés.

http://www.lepoint.fr/

Des perturbateurs endocriniens dans des produits de beauté


On utilise tellement de produit pour l’hygiène corporelle dans une seule journée pour se sentir bien et propre qu’on ne peut soupçonner que ces produits peuvent renfermer des substances chimiques qui met en otage la santé et même peut-être la fertilité
Nuage

 

Des perturbateurs endocriniens dans des produits de beauté

 

L'association de consommateurs UFC-Que Choisir a dénoncé lundi la présence dans... (Photo Reuters)

PHOTO REUTERS

Agence France-Presse
PARIS

L’association de consommateurs UFC-Que Choisir a dénoncé lundi la présence dans de nombreux produits de beauté de substances chimiques connues comme perturbateurs endocriniens, parfois en concentrations élevées, ainsi que le manque de fiabilité de certaines étiquettes.

L’UFC-Que Choisir a annoncé dans un communiqué avoir trouvé des perturbateurs endocriniens «sous la forme de conservateurs, d’antibactériens, de filtres solaires et d’émollients ajoutés dans les produits de beauté et d’hygiène corporelle».

«Alors que l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) considèrent les perturbateurs endocriniens comme une menace mondiale pour la santé, du fait par exemple de leur impact sur la fertilité ou les troubles neurocomportementaux, les résultats de ce test exclusif douchent tout espoir d’innocuité», assure l’association.

L’UFC publie lundi les résultats de tests réalisés avec trois autres associations sur 66 produits, attirant notamment l’attention sur le dentifrice Colgate Total pour lequel les «mesures ont révélé une teneur en Triclosan susceptible d’effet sur la thyroïde».

UFC précise que la réglementation européenne prend bien «en compte les risques» liés aux perturbateurs endocriniens mais s’alarme de l’effet «cocktail» induit par l’addition de plusieurs produits utilisés l’un après l’autre.

«L’exposition à ces molécules est (…) accrue lorsque l’on utilise différents produits comportant la même molécule et dont les doses s’additionnent pour atteindre un niveau de risque significatif», souligne l’UFC.

C’est le cas en particulier avec le Triclosan pour les teneurs dans les dentifrices et les déodorants pris isolément sont «acceptables» mais qui atteignent un niveau de risque significatif pour une utilisation combinant les deux produits.

Ainsi le dentifrice Colgate Total renferme 2,09 g/kg de Triclosan, une dose jugée par les experts d’UFC comme «trop élevée en particulier combinée à un déodorant contenant également du Triclosan car elle engendre un niveau de risque significatif».

L’UFC attire également l’attention sur un gel douche de la marque allemande Nivea.

«Nous avons relevé dans le gel douche Nivea Water lily & oil, une teneur de 2,68 g/kg de propylparaben» alors que la recommandation du Comité Scientifique pour la Sécurité des Consommateurs (CSSC) qui est un organe consultatif de l’UE, est de ne pas dépasser 2,48 g/kg.

L’UFC appelle la Commission européenne à «diligenter (…) des recherches indépendantes sur l’impact de ces molécules sur le long terme» et à «renforcer» la réglementation pour prendre en compte «l’effet cocktail» des produits l’un après l’autre.

Les tests ont, en outre, montré que les listes d’ingrédients n’étaient pas toujours fiables avec la présence de substances non indiquées sur les étiquettes (par exemple du phénoxyéthanol dans un savon liquide Dettol et un gel douche Nivea). À l’inverse, l’UFC note que certains cosmétiques affichent la présence de molécules «non détectées par notre laboratoire».

Les perturbateurs endocriniens se définissent comme des substances chimiques (certaines naturelles) qui interfèrent ou bien sont suspectées d’interférer avec le système hormonal humain, parfois même s’ils sont présents à très faibles doses.

Ces perturbateurs endocriniens ou hormonaux sont suspectés d’avoir un impact sur la fertilité et d’être liés à l’augmentation du nombre de cancers dits hormono-dépendants, principalement ceux du sein et de la prostate.

En particulier le Bisphénol A (BPA), substance présente dans de nombreux contenants alimentaires est suspectée d’être un perturbateur endocrinien et a été banni des biberons et de produits destinés aux enfants dans l’UE.

http://www.lapresse.ca

De l’importance de la mère épaulard


L’épaulard femelle sont des mères très intentionnées pour ses petits et c’est peut-être le secret de leur longévité mais il reste encore beaucoup de questions qui ne demandent que des réponses
Nuage

 

De l’importance de la mère épaulard

 

Une orque

Les femelles peuvent vivre jusqu’à 90 ans et les mâles jusqu’à 60 ans.

La période post reproductive de l’épaulard femelle est la plus longue jamais observée dans le règne animal. Quand sa période de fertilité est définitivement terminée, elle peut continuer à vivre de 50 à 60 ans.

Des biologistes pensent avoir découvert l’avantage de cette longévité pour l’espèce.

John Ford, de Pêches et Océans Canada, et ses collègues américains affirment que la présence de maman orque augmente considérablement le taux de survie de sa progéniture à l’âge adulte, particulièrement des jeunes mâles.

En fin de compte, selon les chercheurs, la présence de femelles âgées pourrait donc permettre d’augmenter le nombre de petits que leurs fils pourront avoir.

Méthode novatrice

Pour arriver à ces conclusions, les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Science ont appliqué un modèle statistique à 36 ans de relevés démographiques dans une population d’orques.

En compilant ces données des naissances et décès, ils ont ainsi pu calculer la probabilité de survie d’un individu à n’importe quel âge.

Le saviez-vous?

La même méthode est utilisée par les compagnies d’assurance-vie dans le calcul des primes que doivent payer les individus pour leur assurance.

Le résultat montre que les rejetons d’une portée dont la mère avait une longue durée de vie avaient aussi tendance à survivre plus longtemps.

Ces résultats sont donc la preuve que les orques femelles qui cessent de se reproduire mais augmentent la survie de leur fils adulte peuvent optimiser la transmission de leurs gènes sans pour autant accroître la compétition au sein de leur groupe.

Comment la présence de la mère augmente-t-elle la vie de son fils? Les chercheurs ne disposent que de peu d’informations, mais estiment qu’elle pourrait aider à trouver de la nourriture ou encore aider en situation dangereuse.

http://www.radio-canada.ca