Bangladesh : déclaré guéri en 2017, "l’homme arbre" fait une rechute


La médecine quand elle croit avoir gagné sur certaines maladies, mais elle a quand même des limites. Un jeune homme, marié et père, appelé l’homme arbre, a subit plusieurs opérations pour enlever les verrues de son corps. Il a été déclaré guérit en 2017, mais ce ne fut qu’une victoire éphémère. Le pire, c’est qu’en étant pauvre, il ne peut subvenir au besoin de sa famille et donner un avenir à sa fille
Nuage

 

Bangladesh : déclaré guéri en 2017, « l’homme arbre » fait une rechute

 

homme arbre hôpital

Abul Bajandar, dans un hôpital de Dacca, au Bangladesh, le 31 janvier 2018.

AFP/ARCHIVES – SAM JAHAN

Après 24 opérations chirurgicales, le Bangladais Abul Bajandar avait été déclaré guéri des verrues impressionnantes à l’allure d’écorce sur sa peau. Mais la maladie de « l’homme arbre » ne s’est pas laissée faire

Le cas de ce conducteur de rickshaw qui souffre d’épidermodysplasie verruciforme, une maladie génétique rarissime, avait fait le tour du monde lors de son admission à l’hôpital au Bangladesh en 2016. Si en 2017, ses soignants criaient victoire et disaient avoir marqué l’histoire de la médecine, ils reconnaissent désormais que son cas est plus compliqué qu’ils ne l’anticipaient. Âgé de 27 ans, Abul est incapable de travailler depuis des années en raison de sa condition. Avec sa famille, il vit dans une petite chambre de l’hôpital et perd l’espoir d’être jamais guéri.

« J‘ai peur d’avoir encore des opérations. Je ne pense pas que mes pieds et mains se rétabliront un jour« , confie-t-il à l’AFP dans un hôpital de la capitale Dacca où il est entré en janvier 2016.

Fasciné par sa condition, l’hôpital universitaire de Dacca a accepté de le traiter gratuitement. Au total, les médecins lui ont déjà retiré près de cinq kilogrammes d’excroissances.

« Nous pensions que nous avions réussi. Mais il semble maintenant que ce sera un patient qui prendra du temps », reconnaît Samanta Lal Sen, son chirurgien plastique.

Dure succession d’interventions

Cette semaine, Abul a subi sa 25e opération pour enlever quelques-unes des nouvelles verrues sur ses mains. Pour son épouse Halima Khatun et leur fille de quatre ans, la vie est en suspens.

« Nous sommes reconnaissants pour la gratuité du traitement, nous n’aurions pas eu les moyens de le payer », dit la jeune femme, qui s’occupe à l’hôpital en fabriquant des bijoux pour gagner un peu d’argent.

Seules cinq personnes sont touchées par ce syndrome à travers le monde, selon M. Sen. En 2017, l’établissement avait également recueilli une fille de dix ans affligée de la même maladie, premier cas mondial de « femme-arbre ». L’équipe soignante avait déclaré l’opération sur Sahana Khatun réussie, mais les écorces sont depuis revenues sur son visage selon son père. Ne voulant pas la voir grandir à l’hôpital, ce dernier l’a ramenée chez elle.

 « Personne ne mérite d’être dans un hôpital pour toujours », lâche une infirmière de l’unité de chirurgie plastique.

Abul Bajandar, 26 ans, au Dhaka Medical College Hospital à Dacca le 31 janvier 2016

Abul avant son intervention en 2016. Crédit : SIPANY/SIPA

Dans l’attente interminable des journées à l’hôpital, Abul Bajandar s’inquiète lui pour l’avenir de sa fille.

« Elle grandit tellement vite », reconnait-il. « J’ai toujours voulu qu’elle devienne docteur. Mais si mon état empire, comment puis-je l’envoyer à l’école primaire, encore moins faire des études de médecine ? »

 

https://www.sciencesetavenir.fr/

Publicités

Bangladesh: opération réussie pour la «fille-arbre»


Le syndrome de l’homme arbre semble, pour la première fois, connu, une jeune femme du Bangladesh. Heureusement, elle a été prise très tôt avant que le mal s’étende sur d’autres membres. Reste maintenant à savoir par des tests génétiques si elle souffre vraiment de ce syndrome et espérons que ces verrues ne reviendront pas de sitôt
Nuage

 

Bangladesh: opération réussie pour la «fille-arbre»

 

«L'opération a été réussie. Nous avons enlevé les... (Photo Agence France-Presse/STR)

 

La jeune patiente bangladaise Sahana Khatun, s’est faite retirée de son visage ses verrues en forme d’écorce d’arbre. 

©STR / AFP

Sahana Khatun, une jeune Bangladaise de 10 ans et première femme connue potentiellement atteinte de la maladie de « l’homme-arbre » a pu être opérée. Ses verrues semblables à des écorces d’arbres lui ont été retirées le 7 février 2017 à hôpital universitaire de la capitale, Dacca. 

« L’opération a été réussie. Nous avons enlevé les verrues de son visage », a indiqué à l’AFP Samanta Lal Sen, directeur du département de chirurgie plastique de l’institut. 

Une prise en charge rapide pour la jeune femme atteinte du « syndrome de l’homme-arbre »

La maladie ayant été prise en charge relativement tôt, Sahana Khatun pourrait ne pas avoir à subir d’autres interventions.  A la différence d’Abu Bajandar, un jeune Bangladais de 27 ans qui avait subit pas moins de 16 interventions. Ou même de Dede Kosawa qui décédait des suites de ce syndrome après 14 opérations. La jeune patiente elle, devrait quitter l’établissement d’ici quelques semaines précise l’AFP.

Pour rappel, la maladie de l’homme-arbre ou épidermodysplasie verruciforme est une condition génétique extrêmement rare. Elle se caractérise par l’apparition de verrues sur le tronc, le visage, les bras, les avant-bras et le cou. Il s’agit d’un mal incurable, même si la chirurgie peut en soulager les symptômes. A ce jour, seul 4 cas sont avérés, mais aucune femme, en tous cas de façon certaine. En effet, si les impressionnant symptômes correspondent, des tests complémentaires détermineront avec certitude si oui où non Sahana Khatun souffre de cette étrangeté. 

Par Victor Miget avec l’AFP

https://www.sciencesetavenir.fr/

Possible premier cas mondial de "femme-arbre"


Il est connu 4 hommes atteints d’épidermodysplasie verruciforme, des hommes arbres, aujourd’hui, on croit qu’une femme est atteinte de cette maladie. Espérons qu’ils pourront la soigner avant que ces excroissances soient vraiment handicapantes dans la vie de tous les jours
Nuage

 

Possible premier cas mondial de « femme-arbre »

 

A peine quatre personnes au monde ont été diagnostiquées avec cette condition génétique rarissime jusqu’ici, et aucune d’entre elle n’était une femme © afp.

Une jeune Bangladaise aux verrues impressionnantes à l’allure d’écorces sur le visage pourrait être la première femme touchée par le « syndrome de l’homme-arbre », ont indiqué mardi ses médecins.

Si Sahana Khatun, 10 ans, présente bien les excroissances caractéristiques de l’épidermodysplasie verruciforme, les médecins du collège médical de Dacca où elle est traitée mènent encore des tests pour savoir si elle ne serait pas affligée d’une autre maladie de peau.

A peine quatre personnes au monde ont été diagnostiquées avec cette condition génétique rarissime jusqu’ici, et aucune d’entre elle n’était une femme, a indiqué Lal Sen, directeur du département de chirurgie plastique de l’institut.

« Nous pensons qu’elle est la première femme », a-t-il déclaré à l’AFP.

Son père, un fermier pauvre du nord rural du Bangladesh, a dit ne pas s’être inquiété lorsque que les premiers symptômes sont apparus sur le visage de sa fille il y a quatre mois.

Mais les excroissances se développant rapidement, il s’est finalement décidé à l’amener de leur village à la capitale pour qu’elle y soit soignée.

http://www.7sur7.be/