Des milliers d’animaux sauvages saisis dans un coup de filet international


Quand Interpol et l’Organisation mondiale des douanes s’y mettent pour traquer les ventes illégales d’animaux sauvages, ils y mettent le paquet. Ils ont oeuvrer dans 109 pays et ont saisie des animaux, des peaux, des défenses et objets en ivoire., Malheureusement, ce genre d’enquête ne cessera jamais.,
Nuage


Des milliers d’animaux sauvages saisis dans un coup de filet international

Un lionceau a été secouru par Interpol en... (PHOTO AP)

Un lionceau a été secouru par Interpol en Inde.

PHOTO AP

Agence France-Presse
Lyon

Félins, primates, tortues, reptiles, oiseaux, et même des requins : des milliers d’animaux ont été saisis lors d’un impressionnant coup de filet mondial contre le trafic d’animaux sauvages qui a permis l’arrestation de près de 600 suspects, a annoncé Interpol mercredi.

Au cours de cette opération coordonnée au mois de juin par Interpol et l’Organisation mondiale des douanes (WCO) dans 109 pays, la police a interpellé 582 suspects et également mis la main sur 440 défenses d’éléphants, plus d’une demi-tonne d’objets en ivoire, 2550 mètres cubes de bois et 2600 plantes.

Ces arrestations et saisies ont été déclenchées par une équipe internationale d’enquêteurs et agents des douanes réunie dans les locaux d’Interpol à Singapour. D’autres arrestations et poursuites pourraient survenir dans les semaines et mois à venir, indique Interpol, organisation internationale de police criminelle dont le siège est à Lyon.

Au total, ont été saisis 23 primates, 30 fauves, plus de 4300 oiseaux, près de 10 000 animaux marins dont du corail, des hippocampes, des dauphins et requins, près de 10 000 tortues et quelque 1500 autres reptiles.

Les photos mises en ligne par Interpol montrent notamment des saisies de peaux de crocodile au Royaume-Uni, des dizaines de perroquets entassés les uns contre les autres dans une petite cage grillagée en Inde ou des poissons-zèbre morts pendant leur transport illégal au Brésil.

A également été saisie au Nigeria une demi-tonne d’écailles de pangolin, un des animaux les plus braconnés au monde, auxquelles la médecine traditionnelle chinoise attribue de nombreuses propriétés.

L’opération a remonté plusieurs filières de commerce illégal en ligne, permettant notamment l’arrestation de 21 personnes en Espagne et la saisie de 1850 oiseaux en Italie.

Dans un communiqué diffusé mercredi, Wildlife Conservation Society (WCS) a «applaudi» cette «perturbation massive de réseaux criminels», que cette ONG américaine juge «décisive pour sauver les animaux en danger à travers la planète».

«Ces saisies et arrestations constituent seulement le premier pas. Les gouvernements devraient maintenant assurer un suivi avec des poursuites solides et significatives. Les criminels faisant partie de ces réseaux doivent sentir tout le poids de la loi, des sanctions dissuasives et des peines de prison», insiste la WCS.

Il s’agit de la troisième opération de cette ampleur menée par Interpol, après 2017 et 2018, avec à chaque fois des saisies représentant plusieurs millions de dollars.

https://www.lapresse.ca/

Quand des chats montent la garde


C’est une excellente idée d’utiliser des chats errants qui ne sont pas social ni adoptable. On leur offre un logis, nourriture, eau, des soins médicaux si nécessaire en échange de chasser les rats et autres rongeurs dans les rues, dans les entreprises. Pour avoir un chat de garde, il faut répondre a des exigences strictes. Cela permet d’éviter l’euthanasie pour les chats et un meilleur contrôle de la population de rat dans la capitale des États-Unis.
Nuage


Quand des chats montent la garde

Tim Williams jetait un quart des graines pour... (PHOTO ANNA-ROSE GASSOT, AFP)

Tim Williams jetait un quart des graines pour oiseaux et des graines de gazon du magasin Greenstreet Gardens où il travaille, situé à Alexandria, à quelques kilomètres de Washington. Mais depuis le recrutement de Rue auprès de Blue Collar Cats, les attaques de rats sur ses sacs de graines sont désormais un phénomène rare.

PHOTO ANNA-ROSE GASSOT, AFP


ANNA-ROSE GASSOT
Agence France-Presse
Washington

Une armée de gardiens à pattes de velours veille sur des dizaines de maisons et d’entreprises de Washington, prêts à bondir toutes griffes dehors sur un intrus. Leur rétribution ? Un bol de lait devrait suffire.

Ces agents de l’ombre sont des chats errants récupérés dans les rues de la capitale américaine et leurs proies, la population exponentielle de rats et autres rongeurs.

Le programme Blue Collar Cats, lancé en 2017 dans le cadre de l’initiative Humane Rescue Alliance (HRA) par la ville, présente ces félins peu accoutumés à côtoyer des humains et qui ne feraient pas de bons animaux de compagnie comme une alternative écologique aux pièges et produits chimiques pour lutter contre cette infestation.

Ils ne démontrent en général aucun intérêt pour la socialisation et, pour la plupart, ne se laissent pas approcher. Des chats parfaits pour les humains n’étant intéressés que par leur instinct de chasseurs.

« Le chat Blue Collar reçoit du propriétaire des locaux, en échange de son effet dissuasif à l’égard des rongeurs, de la nourriture, de l’eau et un abri en cas de mauvaise météo », explique Lauren Lipsey, une responsable de la HRA, organisation spécialisée dans la protection des animaux.

Et « le propriétaire s’engage à fournir des soins médicaux d’urgence le cas échéant et à garder un oeil sur le bien-être du chat », relève-t-elle.

Toute personne souhaitant adopter l’un de ces gardiens solitaires subit un strict processus de sélection avec un questionnaire très précis – y compris sur la présence d’animaux domestiques dans les locaux – pour assurer un environnement accueillant au félin.

« J’aime les animaux et même les rats – je ne les déteste pas », a confié à l’AFP Christian Kelleher, propriétaire d’une menuiserie et client de Blue Collar Cats, tandis qu’il réceptionnait deux chats de garde.

« Avec un peu de chance, ces chats vont limiter un peu le nombre de leurs forces vives et (les rongeurs) ne vont pas se reproduire et se répandre partout », a-t-il ajouté.

Tim Williams jetait un quart des graines pour oiseaux et des graines de gazon du magasin Greenstreet Gardens où il travaille, situé à Alexandria, à quelques kilomètres de Washington.

Mais depuis le recrutement de Rue auprès de Blue Collar Cats, les attaques de rats sur ses sacs de graines sont désormais un phénomène rare.

Les simples patrouilles du chat parmi les pots de fleurs suffisent à tenir les rongeurs à l’écart, a-t-il expliqué.

Outre un terrain de jeu inépuisable et un abri, Rue dispose d’une litière et d’un griffoir.

Ce programme s’est révélé être très efficace pour maîtriser le nombre de rats parcourant la capitale américaine, mais a aussi permis de sauver la vie de nombreux chats.

« Avant la création de ce programme, ces chats étaient euthanasiés parce qu’ils ne pouvaient être remis en liberté là où ils avaient été capturés et ils n’étaient pas sociables ni adoptables », a précisé Mme Lipsey.

Près de 250 chasseurs de souris ont été placés à ce stade. La HRA prévoit étendre ses services à l’avenir.

https://www.lapresse.ca/

Le "chat-renard", probable nouvelle espèce de félin recensée en Corse


C’est suite à une mythologie des bergers en Corses que les scientifiques sont parti à la recherche d’un chat forestier. Ce chat existe vraiment, ils ont pu trouver plusieurs sujets. Ils sont semblables au chat domestique, mais une bonne observation permet de voir les différences. Il serait arrivé en Corse, il y a environ 6,500 ans. Bref, ce chat n’est plus un mythe, mais bien une réalité.
Nuage


Le « chat-renard », probable nouvelle espèce de félin recensée en Corse

Poil gris-fauve, queue à anneaux, le « ghjattu-volpe » – « chat-renard » en corse – gronde dans sa cage. Dans la forêt d’Asco, deux agents de l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) montrent à l’AFP ce qu’ils pensent être une nouvelle espèce de félin.

« Pour nous c’est une espèce sauvage naturelle, qui était connue mais pas recensée, parce que c’est un animal extrêmement discret, avec des moeurs nocturnes. C’est une découverte extraordinaire », s’enthousiasme auprès de l’AFP Pierre Benedetti, chef technicien de l’environnement de l’ONCFS, sur le site de la capture effectuée sans violence.

Ce sous-bois de Haute-Corse est accessible après 45 minutes de marche dans le paysage rocailleux et forestier de la vallée d’Asco, où l’on croise des vaches et de rares randonneurs.

C’est sur ce territoire « montagneux très escarpé » de 25.000 hectares, « loin de la présence de l’homme » et où il y a « de l’eau et un couvert végétal pour le protéger de son principal prédateur, l’aigle royal » que l’ONCFS a identifié 16 chats-renards et en a capturé 12, dont une femelle, explique à l’AFP Carlu-Antone Cecchini, chargé de mission chat forestier à l’Office national. Tous ont été relâchés après rapide examen.

Une fois endormi, le félin au poil soyeux, à l’aspect très proche du classique chat domestique pour les non-initiés, est étudié par les deux agents : 90 cm de la tête au bout de la queue, pavillons des oreilles « très larges », courtes moustaches, canines « très développées ». « Tarses des pattes postérieures toujours très noirs », « couleur rousse-rouille sur le ventre », densité de poil très importante qui le préserve des puces, poux ou tiques. Queue « avec entre 2 et 4 anneaux et toujours un manchon terminal bien noir », « zébrures sur les pattes antérieures très caractéristiques ».

La mythologie des bergers


« C’est leur longueur et leur queue qui leur a valu le nom de chat-renard d’un bout à l’autre de l’île », note M. Benedetti en précisant qu’il a été observé dans plusieurs régions corses.

Equipé d’une puce avec un numéro d’identification dans le cou, ce mâle « de 4 à 6 ans », déjà capturé plusieurs fois, a un oeil vert et un oeil brun endommagé lors d’une bagarre avec un autre mâle.

Après ces mesures, le félin a pu repartir débarrassé de son collier GPS porteur de 80 jours de données.

« Pour nous, l’histoire commence en 2008 par la capture inopinée d’un chat dans un poulailler d’Olcani, dans le Cap Corse« , raconte Pierre Benedetti, qui lui a consacré plus de dix ans de sa vie.

« Cet animal appartient à la mythologie de nos bergers. Ils racontaient que ces chats forestiers s’attaquaient aux mamelles de leurs brebis et chèvres. C’est à partir de ces récits, transmis de génération en génération, qu’on a commencé nos recherches », renchérit Carlu-Antone Cecchini.

Un programme de recherche est lancé en 2008. Des « pièges à poil » ont permis en 2012 d' »établir son génome ». « On l’a distingué par son ADN du chat sauvage européen – Felis silvestris silvestris. Il se rapproche du chat forestier africain – Felis silvestris lybica – mais son identité exacte reste à déterminer », indique Pierre Benedetti.

A mesure des avancées, des pièges photographiques puis des pièges physiques sont installés avec de premières captures en 2016, « véritable cap de connaissances ». Les colliers GPS ont également montré leurs vastes déplacements, jusqu’à 2.500 mètres d’altitude.

Si des mystères demeurent notamment sur sa reproduction et son régime alimentaire, ce chat pourrait « être arrivé à l’époque de la deuxième colonisation humaine qui remonte à 6.500 ans environ avant notre ère. Si cette hypothèse se confirme, son origine est moyen-orientale », avance Pierre Benedetti.

L’objectif de ce policier de l’environnement est que dans les 2 à 4 ans à venir, « ce chat soit reconnu et protégé ».

« Au début, on nous prenait pour des fous mais aujourd’hui quand on montre ce qu’on a comme données, les gens restent bouche bée », livre, satisfait, Carlu-Antone Cecchini. « C’était un mythe et aujourd’hui c’est une réalité ».

https://www.geo.fr

Campagne de la SPCA contre le dégriffage des chats


Le dégriffage des chats est un acte cruel, c’est une amputation partielle des doigts des chats et peut apporter des douleurs inutiles. Plusieurs provinces au Canada ont interdit le dégriffage des chats, d’autres provinces suivront l’exemple et c’est sans compter que 30 pays dont la France et le Royaume-Uni l’ont aussi interdit, il serait temps que le Québec emboite le pas. On peut signer la pétition pour le Québec https://www.spca.com/degriffage/?fbclid=IwAR1Yq7aXz4a5jzvSiHOfGBqb1j-bb-4xAJnCXOLbT-RpzLSV8AAmm7wlfhA
Nuage

 

Campagne de la SPCA contre le dégriffage des chats

 

JENA ARDELL VIA GETTY IMAGES

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux a lancé une pétition

La Société pour la prévention de la cruauté envers les animaux (SPCA) de Montréal invite la population à signer une pétition pour presser l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec (OMVQ) à interdire le dégriffage des chats.

Le texte accompagnant la pétition intitulée «Félin jusqu’au bout des griffes» soulève plusieurs arguments. Il rappelle d’abord que l’Association canadienne des médecins vétérinaires s’oppose fermement à l’ablation des griffes, considérant cette chirurgie inacceptable du point de vue éthique en raison de la douleur inutile et évitable qu’elle occasionne aux chats.

Une citation de l’Association ajoute que l’amputation partielle des doigts est non urgente et présente le potentiel de causer de la douleur chronique et des conséquences orthopédiques négatives à long terme.

Dans un communiqué publié mardi, l’Ordre des médecins vétérinaires du Québec écrit que cette chirurgie peut amener son lot de complications et avoir des répercussions sur le bien-être de l’animal et qu’elle n’est pas médicalement nécessaire. Il se dit convaincu que cette intervention diminuera significativement pour devenir marginale au cours des prochaines années.

L’Ordre ajoute que des solutions alternatives telles que la coupe régulière des griffes, l’utilisation d’un griffoir et le renforcement positif doivent être considérées avant de procéder au dégriffage félin. L’organisme pense toutefois que l’éducation et la sensibilisation des propriétaires de chats sont des étapes fondamentales avant d’envisager l’interdiction d’une telle chirurgie.

Des ordres professionnels vétérinaires de la Colombie-Britannique, de la Nouvelle-Écosse, de Terre-Neuve-et-Labrador et de l’Île-du-Prince-Edouard interdisent la pratique alors que les ordres vétérinaires du Manitoba, de l’Alberta et du Nouveau-Brunswick seraient sur le point d’emboîter le pas.

La SPCA ajoute que le dégriffage est interdit depuis des années dans plus de 30 pays, dont la France et le Royaume-Uni.

Sur son site web, l’organisme montréalais propose lui aussi des solutions de rechange au dégriffage.

Les organisateurs de la pétition ont affiché un objectif de 10 000 signatures.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Le Saviez-Vous ► Pourquoi les chats sont attirés par les gens qui ne les aiment pas


En fait, c’est plutôt comment manipuler un chat pour se faire accepter par lui ? C’est d’ailleurs une méthode pour amener un chat craintif à venir vers nous. Ceux qui aiment les chats l’ont sûrement testé sans vraiment y penser. Tout est dans le regard, un moyen de communication qui peut vouloir dire, je suis ami, ou je suis un peut-être dangereux point du vue du chat.
Nuage

 

Pourquoi les chats sont attirés par les gens qui ne les aiment pas

Ménager ses caresses est le moyen le plus efficace pour s'attirer les faveurs de nos petites boules de poils | Yerlin Matu License by

Ménager ses caresses est le moyen le plus efficace pour s’attirer les faveurs de nos petites boules de poils | Yerlin Matu License by

Petit traité de manipulation féline.

Cet article est publié en partenariat avec Quora, plateforme sur laquelle les internautes peuvent poser des questions et où d’autres, spécialistes du sujet, leur répondent.

La question :: «Comment se faire “adopter” par un chat que l’on voit pour la première fois?».

La réponse de Diane Meriwether, autrice de Wow, my cat really likes you! (Ouah, mon chat t’aime vraiment beaucoup!):

L’un des grands paradoxes du comportement des chats est qu’ils semblent irrésistiblement attirés par les gens qui ont peur d’eux. Analyser les attitudes des personnes qui n’aiment pas les chats présente donc un intérêt certain pour quiconque souhaite se faire aimer par un félin domestique.

Les personnes qui ont peur des chats tentent généralement de fuir leur regard tout en les surveillant plus ou moins constamment du coin de l’œil. Elles veulent s’assurer que le chat ne va pas les approcher («Oh c’est pas vrai, le voilà qui arrive! Mais qu’est-ce qu’il a à se frotter contre moi? Ah, il me saute dessus! Oh non, il s’installe en ronronnant…»)

Mettons-nous à la place de l’animal: dans le monde félin, toute agression commence par un regard fixe. La discrétion est en quelque sorte une marque de politesse chez les chats, un lubrifiant social. Lorsque deux chats se rencontrent, «l’usage» veut qu’ils se regardent brièvement, puis détournent le regard. Aussi, lorsque vous rencontrez un chat avec lequel vous voulez sympathiser, repérez où il se trouve dans la pièce tout en regardant ailleurs.

Les personnes qui n’aiment pas les chats rechignent à les caresser. Si le félin approche, il peut arriver que la personne ait l’instinct de le toucher avant de retirer sa main en espérant que le chat s’en aille. Erreur de stratégie: jouer à «suis-moi, j’te fuis» est l’un des meilleurs moyens pour s’attirer son affection. Par conséquent, si vous souhaitez copiner avec un quadrupède que vous ne connaissez pas, laissez-le s’approcher, offrez-lui le dos de votre main et laissez-le vous sentir avant de se frotter sa joue en commençant par les phalanges). Ignorez-le ensuite plusieurs minutes pendant qu’il renifle vos jambes.

Le secret? Frustrer Minet

Une fois que le chat a décidé que vous l’intéressez, vous pouvez passer à l’étape suivante: la caresse-frustration. Pour ce faire, caressez-le du sommet du crâne jusqu’à la fin de la queue. En arrivant en bas du dos, incurvez légèrement la main pour étendre la caresse tout le long de sa queue –poursuivez au-delà du bout, comme si elle faisait 8 à 10 centimètres de plus. Ne le faites qu’une seule fois. Le chat s’attendra à ce que vous lui fassiez une autre caresse en partant de la tête (mais vous ne le ferez pas). Ce désir insatisfait va résonner en lui comme les paroles d’une chanson et il aura envie d’autres caresses. Après quelques minutes, vous pourrez recommencer, peut-être même deux ou trois fois. Interrompre les caresses au moment où le chat les attend le plus et certes vicieux… mais des plus efficace.

Lors de la seconde rencontre avec le félin, faites-lui un léger signe de tête en entrant dans la pièce. Il vous répondra probablement en vous imitant. Réitérez les étapes regard fuyant- dos de la main-caresses-frustration. Dès lors, vous aurez fait connaissance. Vous pouvez désormais passer à l’étape suivante: le long clignement des yeux.

Pour l’amadouer, faites-lui de l’œil

Pour ce faire, attendez que l’animal soit plus ou moins en face de vous. Regardez-le gentiment jusqu’à ce qu’il vous regarde à son tour. Dès que vos regards se croisent, clignez lentement, longuement, des yeux. Vous devez garder les yeux fermés assez longtemps pour bien lui faire comprendre qu’il ne s’agit pas d’un simple battement –sans pour autant envoyer des signes de somnolence. Si le chat vous considère comme un ami, il devrait vous répondre par un clignement similaire (les chats font cela à la perfection: imitez son timing). Vous pouvez ainsi dialoguer en répétant ces longs clins d’œil.

Du point de vue du chat, cela revient à dire:

«J’ai assez confiance en toi pour oser fermer les yeux en ta présence.»

Pour un animal de proie qui se considère comme une véritable terreur, autant dire que cela équivaut en quelque sorte à un «je t’aime».

Le Saviez-Vous ► Le félin le plus meurtrier du monde n’est pas celui


Un beau minet qui mine de rien est un excellent chasseur. Même s’il ressemble beaucoup au chat domestique, il est un chat sauvage vivant en Afrique du Sud.
Nuage

 

Le félin le plus meurtrier du monde n’est pas celui

 

 

par Brice Louvet

 

Plusieurs félins sont aujourd’hui considérés comme de véritables « machines à tuer ». On pense notamment aux lions, ou aux léopards. S’ils sont effectivement imposants, ils ne sont en revanche pas les plus efficaces. Non, car cet honneur revient au plus petit félin d’Afrique : le chat à pieds noirs.

Vous le retrouverez – avec beaucoup de chance – dans les prairies de Namibie, du Botswana et en Afrique du Sud. Le chat à pieds noirs (ou chat à pattes noires) n’est pas très grand : 36 à 52 centimètres de long pour 20 cm de haut, et il ne dépasse pas les trois kilos. Imaginez alors un gros chat domestique. Difficile de rivaliser avec les plus grands félins du monde avec de telles mensurations, donc.

Mais malgré son aspect chétif, « le chat aux pieds noirs chasse et tue plus de proies en une nuit qu’un léopard en six mois », apprend-on dans la série Super Cats, diffusée sur la chaîne américaine PBS Nature.

Le deuxième épisode de la mini-série s’est en effet penché sur l’animal, particulièrement discret. Pour ce faire, Alex Sliwa, conservateur au zoo de Cologne en Allemagne et qui étudie le chat à pattes noires depuis les années 1990, a équipé plusieurs spécimens de colliers GPS en Afrique du Sud. Après avoir les avoir suivis durant plusieurs nuits, il s’est alors avéré que l’animal était effectivement un prédateur très, très efficace.

En l’espace d’une seule nuit, un chat à pattes noires tuerait en effet en moyenne 10 à 14 rongeurs ou oiseaux, soit une proie toutes les 50 minutes environ. Le taux de réussite est également extraordinaire : 60 %, soit quasiment trois fois plus que les lions ou les léopards. Pour les chercheurs, ce taux de réussite en fait « le félin le plus meurtrier sur Terre ».

Mais alors, comment expliquer cette redoutable efficacité ? Comme le détaille Luke Hunter, de l’association Panthera, qui œuvre à la conservation des félins, les chats sauvages à pattes noires présentent en fait un métabolisme accéléré. En d’autres termes, ils doivent chasser constamment.

Notons par ailleurs que l’IUCN considère l’espèce comme étant « vulnérable ». Comme beaucoup d’autres félins, elle est menacée entre autres par la perte de son habitat, transformé depuis quelques décennies en pâturages.

Source

https://sciencepost.fr

Un abattoir pour tigres découvert en République tchèque


Misère, les animaux sauvages qu’ils faut protéger sont aux prises avec des criminels qui feront n’importe quoi pour avoir leur peau, os et tout ce qui peut rapporter au marché noir
Nuage

 

Un abattoir pour tigres découvert en République tchèque

 

tigres république tchèque abattoir

Un congélateur rempli de cadavres de tigres en décomposition. Crédits : Inspection tchèque de l’environnement (CEI)

par Brice Louvet

Une enquête sur le commerce illégal de tigres vient d’aboutir à la découverte macabre d’un abattoir pour félins à Prague, en République tchèque. Le trafic illégal de grands félins est déjà répandu en Asie, mais il se propage également de plus en plus sur le territoire européen.

Une scène macabre

Il y a quelques mois, des responsables de l’Inspection tchèque de l’environnement (CEI) perquisitionnaient une dizaine de locaux à Prague et dans la région de Bohême, dans le cadre de l’opération Trophy. Arrivés sur place, ils sont tombés sur un tigre tué par balle quelques minutes plus tôt. Il ne s’agit pas d’un cas isolé. Si le trafic de tigres est bien connu en Asie, il se répand de plus en plus en Europe. On élève ici les félins pour ensuite les abattre et prélever leurs os et organes vendus à prix d’or sur le marché noir.

« Un problème très grave en Europe »

« Nous avertissons depuis plusieurs années que le commerce illégal de produits à base de tigre constitue un problème très grave en Europe, et pas seulement en Asie, a déclaré Pavla Říhová, inspectrice de la CEI. Il y a beaucoup de tigres en captivité en Europe, mais on manque de visibilité sur qui les détient, et où ». Dans le cas de cet abattoir, les principaux acheteurs étaient vietnamiens.

Les enquêteurs expliquent avoir été mis sur la piste de cet abattoir dès 2013, suite à l’arrestation d’un homme retrouvé avec un sac poubelle rempli de près de 8 kilogrammes d’os de tigres (les ossements de plusieurs spécimens). Cinq années d’enquête et plusieurs autres saisies ont finalement permis de localiser cet abattoir pour félins, retrouvé près de la ville de Prague.

Outre le tigre décédé à l’entrée, les inspecteurs détaillent également avoir retrouvé un vieux congélateur rempli de cadavres. Il y avait aussi un chaudron utilisé pour réduire les os des animaux en bouillon, ainsi que des griffes suspendues et plusieurs spécimens maintenus dans des box en béton.

Les clients préfèrent les tigres d’Europe

Pourquoi des tigres d’Europe ?

« La conviction que les tigres sont plus grands et plus forts est répandue en Asie, poursuit Kieran Harkin, responsable des campagnes sur la vie sauvage du groupe. C’est comme pour les voitures. L’origine européenne est synonyme de qualité. Les commerçants asiatiques de la faune disent ouvertement qu’eux-mêmes et leurs clients préfèrent les tigres venus d’Europe ».

tigre République Tchèque trafic abattoir

Des os de tigres réduits pour en faire du bouillon. Crédits : Inspection tchèque de l’environnement (CEI)

Côté chinois, rappelons que le gouvernement avait annoncé fin octobre que la vente de produits de tigre ou de corne de rhinocéros serait de nouveau autorisée, provoquant alors un véritable tollé international. Une nouvelle réglementation qui ne sera finalement pas appliquée (du moins pour l’instant), annonçait il y a quelques jours Ding Xuedong, secrétaire général adjoint du Conseil des affaires d’État.

Source

https://sciencepost.fr