Accoucher dans l’espace? Une entreprise néerlandaise y travaille


Un incubateur dans l’espace pour procréer un enfant. Est-ce que cela vaut vraiment la peine de risquer la vie d’un enfant conçu dans l’espace et accoucher en apesanteur  avec toutes les conséquences que cela risque d’entrainer?
Nuage

Accoucher dans l’espace? Une entreprise néerlandaise y travaille

 

© getty.

Une entreprise néerlandaise ambitionne un accouchement dans l’espace d’ici 2024, affirment lundi plusieurs médias néerlandais.

Un organisateur d’événements habitant d’Eindhoven, Egbert Edelbroek, a fondé, dans ce but, avec un associé une entreprise baptisée SpaceLife Origin.

L’an prochain, celle-ci ambitionne de lancer dans l’espace Missie Ark, un satellite contenant ovules et spermatozoïdes. Lequel devrait ensuite rester en orbite autour de la Terre pendant 25 ans et servir de back-up en cas de catastrophe majeure. En 2021, SpaceLife Origin souhaite programmer une fécondation dans l’espace à l’aide notamment d’un incubateur à embryons, Missie Lotus. L’accouchement en milieu spatial est prévu pour 2024 et portera le nom de projet de Missie Cradle.

Le projet suscite quelque incrédulité… Les scientifiques soulignent par exemple les problèmes de rayonnement ionique cancérigène et les accélérations fulgurantes liés à un vol spatial. En outre, il y a aussi les doutes engendrés par l’absence de pesanteur.

 « À quoi ressemblera un enfant en apesanteur? », s’interroge le Russe Valeri Poliakov, recordman de la durée de séjour dans l’espace (439 jours). « Sur Terre, on se tient debout, ce qui contribue à la formation du squelette et au développement des muscles… », avance-t-il.

Le financement du projet est, par ailleurs, loin d’être bouclé

https://www.7sur7.

Développement d’un foetus dans le ventre de sa mère


S’il y a quelque chose de formidable dans le corps humain, pour ma part, c’est bien de concevoir un enfant. Au début, c’est quelque chose qui ressemble plus à quelque chose de difforme, mais les semaines passent et le miracle se fit
Nuage

 

Développement d’un foetus dans le ventre de sa mère

 

Le spermatozoïde qui remonte la trompe de Fallope

L’ovule

Rencontre du spermatozoïde et de l’ovule

La fécondation

Vue de la tête du spermatozoïde

Migration de l’embryon vers l’utérus

Une semaine après la fécondation

Au 18e  jour de développement

Au 22e jour de développement

Foetus : 28e jour après la fécondation

Après 5 semaines de développement

Foetus : Après 40 jours de développement

À 8 semaines de développement

À 8 semaines de développement. On remarque que les paupières s’ouvrent à moitié. Plus que quelques jours avant qu’elles ne s’ouvrent totalement.

10 semaines de développement

Le fœtus commence à utiliser ses mains pour prendre connaissance de son environnement.

À 16 semaines de développement

À 18 semaines de développement

Il est désormais capable de percevoir les sons extérieurs.

À 19  semaines de développement

À 19  semaines de développement. Les ongles commencent à se former.

À 20 semaines de développement

À 20 semaines de développement. Le fœtus mesure 20 centimètres de long et les poils et les cheveux commencent à apparaître.

À 24 semaines de développement

A 25  semaines de développement

foetus

Le foetus à 6 mois de développement

À  36 semaines de développement ( 9 mois )

À  36 semaines de développement. Plus qu’un mois à faire avant de sortir!

Source: pausecafein

Nos descendants seront-ils infertiles dès 2060?


En Occident, nous sommes en contact avec des perturbateurs endocriniens, la pollution, les pesticides et bien des choses encore qui affecte la fertilité masculine et qui pourrait diminuer de beaucoup la procréation dans les années à venir
Nuage

 

Nos descendants seront-ils infertiles dès 2060?

 

Via Pixabay

Via Pixabay

Repéré par Léa Marie

Repéré sur Indy100

Polluants, perturbateurs endocriniens, malbouffe ou encore tabac. Autant de facteurs qui ne cessent de faire baisser la quantité de spermatozoïdes chez l’homme.

L’extinction de l’être humain serait-elle proche? Si l’on en croit une étude (a priori sérieuse) publiée en juillet dernier dans la revue spécialisée Human Reproduction Update, la question pourrait finir par se poser…

Un constat: le nombre moyen de spermatozoïdes des hommes dans les pays les plus industrialisés du monde a diminué de près de 60% en l’espace de quarante ans. Et continuerait de baisser, en particulier dans le monde occidental: Amérique du Nord, Europe, Australie et Nouvelle-Zélande. Sur un échantillon de 42.935 hommes, les chercheurs n’ont étrangement pas retrouvé ce déclin auprès des hommes venant d’Asie, d’Afrique et d’Amérique du Sud.

Notre mode de vie pointé du doigt

Si la qualité du sperme humain continue de se dégrader au même rythme, les conséquences sur la fertilité des hommes pourraient se faire sentir bien plus tôt que ce que l’on imagine, explique Chris Barrat, professeur en sciences de la reproduction humaine à l’université de Dundee, en Écosse: 

«Si on extrapole les chiffres des spermatozoïdes de manière logique, les hommes n’auront plus ou presque plus de capacité reproductive à partir de 2060.» 

La baisse de la fertilité est corrélée à des problèmes de santé publique, et notamment à des facteurs environnementaux. L’exposition à une importante quantité de produits polluants (comme les pesticides) serait ainsi mise en cause. À l’image du bisphenol A, les pertubateurs endocriniens présents dans de nombreux produits du quotidien auraient un impact direct sur la fertilité. Mauvaise alimentation, stress et tabac viendraient aggraver le tout.

Si la quantité de spermatozoïdes joue un rôle déterminant dans le processus de fécondation, les résultats de l’étude en question seraient toutefois à relativiser. Et pour cela, Stefan Schlatt, chercheur auprès de l’université de Munster en Allemagne, avance un drôle d’argument:

«Quand vos grands-pères faisaient des prélèvements de sperme, ils prenaient ça très au sérieux et n’éjaculaient pas les 5 ou 6 jours précédant l’analyse. De nos jours, les choses ont changé. Je pense que la fréquence des éjaculations a depuis augmenté.» 

Faible quantité de spermatozoïdes ne voudrait pas (forcément) dire infertilité 

L’optique d’une infertilité généralisée à moyen terme divise encore les scientifiques. Et la correlation entre une faible densité ou volume de spermatozoïdes et une véritable stérilité est à nuancer. Certains affirment également que les échantillons d’hommes sélectionnés pour ce genre d’études ne sont pas représentatifs de l’ensemble de la population. D’autres critiquent les méthodes d’analyse, qui livreraient des résultats trop approximatifs.

L’immense majorité d’entre eux s’accordent tout de même sur le fait que la détérioration de la qualité du sperme observée ces dernières décennies est inquiétante, et qu’il faut combattre ses causes pour l’endiguer. Le professeur Richard Sharpe, de l’université d’Édimbourg, conclut:

«Il est sûr que l’infertilité tend à augmenter. J’espère donc que cette étude permettra de tirer la sonnette d’alarme auprès des autorités médicales et des jeunes générations.»

http://www.slate.fr/

Pourquoi une filiale de Google lâche-t-elle dans la nature plus de 20.000 moustiques ?


Une filaire de Google va laisser s’envoler 20.000 moustiques mâles atteint par une bactérie qui se retrouve dans la nature. Ces mâles stériles iront « féconder » les femelles dont les oeufs ne seront pas viables. Ceci est pour venir à bout des virus que les femelles peuvent transmettre à l’être humain
Nuage

 

Pourquoi une filiale de Google lâche-t-elle dans la nature plus de 20.000 moustiques ?

 

Moustiques de l'espèce Aedes aegypti

L’espèce de moustiques Aedes aegypti est vectrice de nombreuses maladies dont le virus Zika, la dengue et le chikungunya.

©FELIPE DANA/AP/SIPA

Verify Life Science a annoncé le 14 juillet 2017 avoir commencé à lâcher en Californie plus de 20.000 moustiques afin de lutter contre le virus Zika, la dengue et le chikungunya.

Comment lutter à grande échelle et sans pesticide contre le moustique tigre, l’espèce vectrice entre autres joyeusetés du Zika, de la dengue et du chikungunya ? La filiale de Google Verify Life Science pense avoir trouvé la solution et a annoncé le 14 juillet avoir commencé à lâcher dans le comté de Fresno (Californie) plusieurs milliers de moustiques mâles (Aedes aegypti) préalablement stérilisés.Baptisé « Debug Fresno » le projet repose sur un postulat simple : diffuser dans la nature une quantité importante de moustiques censés féconder les femelles. Les œufs pondus étant non viables, l’expérience doit consécutivement entraîner une réduction du nombre d’individus et ainsi contribuer à lutter contre les maladies véhiculées. Les lâchés sont prévus pour durer tous les jours avant l’aube et ce pendant 5 mois, à raison de plusieurs milliers de moustiques par semaine.

Une expérience ne présentant pas de danger pour l’Homme

Pour stériliser les moustiques mâles, le projet Debug Fresno a utilisé la bactérie Wolbachia, laquelle est présente dans environ 60% des insectes dans la nature. La technique a déjà été mise en oeuvre au Brésil et en Colombie au début de l’année 2017.

Selon l’organisation mondiale de la santé (OMS), recourir à cette méthode « n’implique aucune modification génétique des moustiques » et les bactéries Wolbachia « n’infectent ni l’être humain ni les autres mammifères ».

Pour l’heure il n’y a donc pas d’inquiétude à avoir si vous vous rendez en Californie pendant la période estivale. Quant aux piqûres elles ne sont le fait que des femelles moustiques et non des mâles. 

https://www.sciencesetavenir.fr/n

L’amour au temps de la course aux armements


La vie sexuelle pour certains animaux, et insectes n’est pas sans mal, voir même traumatisante. Une espèce de coléoptère a évolué dans une sorte de course à l’armement dont la femelle subie des conséquences malheureuses en vivant moins longtemps après sa progéniture
Nuage

 

L’amour au temps de la course aux armements

 

Le pénis de la bruche du niébé mâle est recouvert d'épines.

Le pénis de la bruche du niébé mâle est recouvert d’épines.   Photo : Université d’Uppsala

Pas facile de s’accoupler pour une certaine espèce de coléoptères (qui englobe les scarabées, les coccinelles, les hannetons…) dont le pénis des mâles se barde d’épines de plus en plus longues et pointues et dont la paroi des parties génitales de la femelle s’épaissit pour réussir l’exercice de fécondation. Voici l’histoire d’une sexualité extrême.

Radio-Canada avec Agence France-Presse

Un texte d’Alain Labelle

L’espèce en question : la bruche du niébé ou Callosobruchus maculatus. Des chercheurs australiens l’ont étudiée pendant dix ans et ont réussi à mettre en évidence une véritable « course aux armements » sexuelle au sein de l’espèce.

Le phallus du mâle ressemble étrangement aux fléaux d’armes, ces boules en acier aux pointes acérées utilisées au Moyen Âge pour terrasser l’adversaire.

Quant aux femelles, elles n’en sortent pas indemnes : en effet, la paroi de leurs parties génitales s’est épaissie pour y faire face.

« L’accouplement traumatique est observé chez plusieurs autres espèces », explique Liam Dougherty de l’Université d’Australie-Occidentale à Crawley.

D’autres exemples

Un autre exemple, plus connu, est celui des punaises de lit. Le mâle perfore l’abdomen de la femelle avec son pénis en forme d’aiguille hypodermique pour directement déverser ses spermatozoïdes au bon endroit. Des piquants ornent également les pénis de nos cousins les chimpanzés, des chats ou des limaces de mer.

Pourquoi un animal développe-t-il de telles armes? La théorie dominante veut que les mâles équipés de pénis avec de longues épines aient une plus grande réussite en matière de fertilisation.

Ainsi, pour augmenter son succès reproductif, au cours des générations, la bruche du niébé a acquis des épines de plus en plus longues, comme le veut la sélection sexuelle décrite par Darwin.

Selon les auteurs de ces travaux publiés dans la revue Proceedings of the Royal Society B, ces accouplements dévastateurs ne sont pas immédiatement meurtriers. Cela ne serait pas à l’avantage du mâle, puisque la femelle doit pouvoir élever sa descendance. Mais, à terme, ils réduisent la durée de vie des femelles.

Ces dernières ne sont pas restées sans réaction face à cette évolution :

  • l’épaisseur moyenne de l’appareil génital de la femelle a augmenté pour éviter la perforation;
  • les femelles ont développé leur système immunitaire, les plaies sont moins nocives et peuvent être réparées plus rapidement.

Pour arriver à ces conclusions, les chercheurs ont étudié 13 groupes de bruches du niébé élevées en laboratoire pendant plus de 10 ans. Les chercheurs ont ainsi pu voir défiler environ 100 générations.

La coévolution observée chez cette espèce aboutit à une course aux armements sexuelle, mais également à une baisse de la fertilité des femelles. Liam Dougherty, chercheur

Le chercheur rappelle que chez de nombreuses espèces, les intérêts évolutifs des mâles et des femelles peuvent être différents, un concept que les scientifiques appellent le conflit sexuel.

http://ici.radio-canada.ca/

Madame mouche devient agressive après le sexe


Les mouches que l’on nomme communément mouche à vinaigre sont agressives après l’accouplement par le mâle même si la femelle est stérile ou non. Alors qu’un mâle stérile n’a fait d’effet sur le comportement des femelles sans que les chercheurs ne savent pas trop pourquoi, mais la réponse est sûrement dans le fluide du mâle apte à procréer
Nuage
 

 

Madame mouche devient agressive après le sexe

 

La drosophile, une minuscule mouche aux yeux rouges.... (Photo fournie par le laboratoire de diagnostic en phytoprotection du MAPAQ)

La drosophile, une minuscule mouche aux yeux rouges.

PHOTO FOURNIE PAR LE LABORATOIRE DE DIAGNOSTIC EN PHYTOPROTECTION DU MAPAQ

 

Agence France-Presse

La femelle drosophile, une minuscule mouche aux yeux rouges, devient agressive après l’accouplement, un changement brutal de comportement causé par la semence de son compagnon selon une étude publiée lundi dans la revue Nature Ecology & Evolution.

Agressivité envers les autres femelles, rejet des avances du sexe opposé, perte d’intérêt pour le sexe … le comportement de la femelle drosophile, également appelée mouche à vinaigre, change après l’acte sexuel sans que l’on n’ait jamais déterminé ce qui déclenche ce basculement.

Eleanor Bath, du Département de zoologie de l’Université d’Oxford et ses collègues, ont observé des centaines de Drosophila melanogaster: des femelles vierges, d’autres fraîchement, accouplées, ou encore des drosophiles génétiquement modifiées (des femelles rendues incapables de produire des oeufs et des mâles rendus incapables de produire du sperme).

Selon les résultats de l’étude, la fécondation – la nécessité de nourrir et protéger sa progéniture — n’est pas responsable du changement de comportement des femelles, car après l’accouplement elles deviennent toutes agressives, même celles rendues stériles.

Les expériences incluant les mâles « sans sperme » se sont avérées plus concluantes.

« Nous avons constaté que les mouches femelles qui reçoivent des spermatozoïdes des mâles lors de l’accouplement sont plus agressives envers les autres femelles que les femelles qui ne reçoivent pas de sperme », explique à l’AFP Eleanor Bath.

La semence serait donc responsable de ce brutal changement de comportement, même si les chercheurs avouent ne pas encore savoir exactement quelle protéine du fluide pourrait être impliquée. Selon la chercheuse, il est possible que les protéines du liquide séminal soient également synonymes d’agressivité chez d’autres espèces. Chez d’autres insectes bien sûr, mais également chez des vertébrés – des oiseaux et des mammifères.

http://www.lapresse.ca/

Des libellules font semblant de mourir pour échapper aux avances des mâles


Même si la copulation permet la survie des espèces, ce n’est pas à n’importe quel prix, du moins pour les femelles chez les libellules qui ont déjà fécondées. Leur tactique est violente mais efficace
Nuage

 

Des libellules font semblant de mourir pour échapper aux avances des mâles

 

Libellule | ROBERT LYLE BOLTON via Flickr CC License by

Libellule | ROBERT LYLE BOLTON via Flickr CC License by

Repéré par Claire Levenson

Repéré sur New Scientist

Ces femelles font un plongeon vers le sol, puis restent immobiles à terre, jusqu’au départ du mâle.

Rassim Khelifa, un chercheur de l’université de Zurich, étudie les libellules depuis dix ans mais récemment dans les Alpes, il a découvert un comportement qu’il n’avait jamais encore remarqué: des femelles poursuivies par des mâles se mettent à plonger à toute vitesse et une fois au sol, elles restent immobiles sur le dos. Après que le mâle a quitté les lieux, elles se remettent à bouger normalement. En bref, elles font semblant d’être mortes pour éviter de copuler.

Khelifa a observé une vingtaine de femelles avec des comportement similaires, rapporte the New Scientist. Ces libellules qui veulent échapper aux mâles ont déjà pondu leurs œufs, et ne cherchent donc pas à être fécondée de nouveau. D’autant plus que chez ces libellules, une deuxième copulation peut endommager leurs organes génitaux.

Dans son article publié dans la revue Ecology, Khelifa écrit:

«Je m’attendais à ce que la femelle ait perdu conscience ou soit morte après cet atterrissage violent, mais elle m’a surpris en s’envolant quand je me suis approché. Je me suis alors demandé: A-t-elle dupé ce mâle? A-t-elle fait semblant de mourir pour éviter le harcèlement du mâle?»

C’est la première fois que ce genre de comportement est observé chez des libellules, et il est possible que les femelles ne feignent la mort que lorsque les mâles sont nombreux et particulièrement insistants.

http://www.slate.fr