À qui la faute?


On rouspète du temps qu’il fait, nous sommes exaspéré de voir cette nature sans merci qui se déchaine, Nos projets des saisons souvent anéantis .. mais enfin du compte a qui nous devrions demander des comptes si ce n’est qu’à l’homme
Nuage
 

À qui la faute?

 

 

Dans une paisible contrée, un lac déborda soudain, noyant brutalement les terres qui étaient en contrebas. Ce fut une terrible catastrophe! Des jardins furent emportés, des villages submergés, des hommes précipités dans les eaux grondantes.

Lorsque la décrue s’amorça, les survivants en colère allèrent se plaindre auprès des divinités. Ils furent reçus par celle qui avait en charge le juste équilibre des choses et exposèrent leur requête. La divinité convoqua donc le lac et le somma de se justifier.

– Ce n’est pas ma faute, répondit le lac. La rivière qui m’alimente a brusquement grossi et j’ai soudain gonflé comme une outre.

On convoqua donc la rivière.

– Ce n’est pas ma faute répliqua-t-elle. Les torrents qui se jettent dans mes eaux ont cette année doublé de volume. Comment pouvais-je les retenir?

On convoqua donc les torrents.

– Ce n’est pas notre faute, s’excusèrent-ils. Les neiges des montagnes ont fondu en quelques jours seulement et nous ont grossis comme des fleuves.

On convoqua donc les neiges des montagnes.

– Ce n’est pas notre faute, plaidèrent-elles. D’habitude, les sapins nous retiennent sur les hauteurs, mais cette année les hommes ont coupé tous les arbres à la fin de l’hiver.

Les villageois se firent alors tout petits, s’excusèrent auprès de tout le monde et reprirent leur chemin, songeurs.

– Extrait du livre de Michel Piquemal – Les philo-fables pour la terre, p. 12

Le saviez-vous ► Expression : Etre dans de beaux draps


Je pense que l’explication de l’origine de cette expression va en surprendre plus d’un … surtout sachant que le blanc est a notre époque signe de pureté,  d’innocence …
Nuage

 

Etre dans de beaux draps 

 

 

Être dans une très mauvaise situation.
Être dans une position désagréable ou dangereuse.

 
Cette expression est ce qu’on appelle une antiphrase,comme quand on dit « nous voilà beaux » ou « nous voilà propres «  pour dire la même chose.

Il y a eu une petite évolution de cette expression et de son sens. Au XVIIIe siècle, elle se disait « être dans de beaux draps blancs » pour dire « être montré avec tous ses défauts » (ce qui n’est pas non plus une situation agréable, mais est moins fort que le sens actuel).

Depuis l’Antiquité jusqu’au Moyen Âge, les draps désignaient les vêtements.

Et si le blanc est bien pour nous un symbole de propreté, de pureté ou d’innocence, les habits blancs ont longtemps servi à vêtir les gens qui avaient commis certaines fautes.

Ainsi, celui qui avait commis le péché d’adultère devait, en pénitence, assister à la messe entièrement vêtu de blanc. Et puis rappelez-vous Jésus qu’Hérode a renvoyé devant Ponce Pilate après l’avoir habillé de blanc.

Autrement dit, les gens qui devaient se vêtir de blanc étaient en général dans une situation peu enviable.

Cet ancien usage du vêtement blanc et l’idée du linceul, sorte de drap blanc dans lequel on ne se trouve que si on est dans une très très fâcheuse situation, le tout mêlé à un brin d’ironie, peuvent expliquer à la fois l’usage du beau et la gravité de la situation qu’indique maintenant l’expression.

http://www.expressio.fr

Chacun sa faute


Il y a toujours deux côtés de la médailles dans nos interactions avec les autres et en cas de conflits si chacun prend sa part d’erreur, bien des chicanes seraient évité
Nuage

 

Chacun sa faute

« Que chacun porte sa faute et il n’y aura pas de coupables.  »

Antonio Porchia

Les fautes des autres


C’est bien de savoir se taire, de ne pas tout dire les erreurs, les défauts des autres car de toute façon, même nous, nous avons des mauvais côtés que nous n’aimerions pas étaler sur les places publics
Nuage

Les fautes des autres

« Si on criait sur la place publique les fautes de tout le monde, on ne pourrait plus fréquenter personne !  »

Marcel Pagnol