Des enfants confrontés à la machine à écrire


Il est toujours intéressant de voir les jeunes réagir face à des objets qui hier étaient indispensables dans nos vies. Face à la technologie qui évolue à pas de géant, on peut avoir l’impression de venir tout droit de la préhistoire
Nuage

 

Des enfants confrontés à la machine à écrire

 

 

Laurent LaSalle

Soit, l’utilisation de la Remington Quiet-Riter paraît plus évidente à leurs yeux que lorsque ceux-ci ont été confrontés au Walkman. Sans surprise, les préadolescents qui figurent dans la vidéo sont beaucoup plus à l’aise avec l’appareil – c’est le cas notamment de Troy, 13 ans, qui démontre qu’il connaît grosso modo le fonctionnement d’un dactylo.

Evan, 7 ans, parvient tout de même à bien résumer la bête :

«C’est essentiellement un ordinateur, excepté qu’il n’y a pas d’écran et qu’on ne fait que taper des messages.»

Pour sa part, Emma adore l’appareil et aimerait le conserver après le tournage. Pourquoi?

«C’est mieux qu’un ordinateur. Les ordinateurs ont des piles, des trucs électriques. [Tandis qu’une machine à écrire] n’a pas besoin d’électricité», remarque la fillette de 8 ans, avant de conclure : «Ne gaspillez pas l’électricité!»

L’enthousiasme général s’estompe toutefois lorsque les cobayes apprennent qu’ils devront utiliser du liquide correcteur si jamais ils commettent une faute d’orthographe.

«Plus personne n’utilise du liquide correcteur de nos jours», s’exclame Elle, 12 ans.

En voyant la réaction de ces enfants face à une pièce de technologie qui était autrefois un incontournable dans le secteur de l’édition, nous sommes en droit de nous demander comment les futures générations réagiront devant un téléphone Android ou un iPhone… en attendant la mise à marché du Qwerkywriter.

http://branchez-vous.com