Survivre à l’automne: la luminothérapie à la rescousse


Certaines personnes ont plus de difficultés a survivre à l’automne et en hiver a cause du manque de lumière. Leur humeur, leur état général peuvent ressentir une dépression pendant cette période .. heureusement, il est possible de recréer une lumière qui aidera a passer ces longs mois
Nuage

 

Survivre à l’automne: la luminothérapie à la rescousse

 

Survivre à l'automne: la luminothérapie à la rescousse

Photo: Fotolia

La luminothérapie à la rescousse des gens qui sont aux prises avec des problèmes de dépression ou de fatigue saisonnières.

Si vous êtes de ceux et celles qui ressentent férocement les effets de l’automne et du manque progressif de lumière qui s’ensuit, c’est peut-être le moment de découvrir la luminothérapie.

Vous en avez entendu parler, mais cela ne vous semble pas utile? Sachez que si vous faites partie du 5 % qui se dit victime de dépression saisonnière, il s’agit sûrement de votre meilleure solution.

D’abord, il faut comprendre que les fatigues, somnolences et impressions de ralenti que vous ressentez en automne et en hiver sont souvent dues au fait que le corps sécrète de la mélatonine lorsque l’on ferme les yeux ou que la lumière est très basse. Le corps entre alors en mode « veille ».

Certaines personnes sont plus sensibles à ce phénomène, et c’est pourquoi ces cas sont tout indiqués pour une séance de luminothérapie.

D’abord, il vous faudra vous procurer une lumière spéciale, blanche, qui filtre les ultraviolets. Les infrarouges sont aussi bénéfiques.

Pour un effet maximal, topsante.com parle d’une séance quotidienne de 30 minutes par jour, tout au long des saisons froides. Les spécialistes ajoutent que d’effectuer le traitement le matin serait plus efficace que de le faire le soir.

http://fr.canoe.ca

Savoir reconnaître la mononucléose


L’automne, les journées qui raccourcissent … apporte pour certain une fatigue, voir une dépression saisonnière mais cela peut-être aussi une toute autre affection mais que le médecin pourra poser un diagnostique
Nuage

Savoir reconnaître la mononucléose

 

Photo Fotolia

Comment différencier une mono d’une simple fatigue saisonnière d’automne?

L’automne apporte son lot de jolis paysages, de feuilles colorées, de soirées fraîches et de… baisse d’énergie. Les gens qui sont frappés par une forme de dépression saisonnière ou une autre sont nombreux, mais certains pourraient bien être aux prises avec un autre type de mal: la mononucléose.

Comment reconnaître une mono d’une simple fatigue saisonnière? Voici quelques informations, rapportées par e-sante.fr.

D’abord, il faut comprendre que la mononucléose est un virus, qui se transmet et s’attrape un peu comme la grippe. Elle n’est pas considérée comme une maladie grave, mais elle affectera certainement le quotidien des gens qui l’attraperont.

Si elle frappe surtout les plus jeunes (adolescents), les adultes sont tout aussi à risque de contracter cette maladie transmise majoritairement par la salive.

Impossible de ne pas la remarquer non plus, puisque la fatigue intense qu’elle procure est indiscutable. Une personne peut se voir dans l’incapacité totale de fonctionner normalement.

S’ajoutent aux symptômes de fatigue intense: maux de gorge, forte fièvre, frissons et courbatures (douleurs musculaires). Bref, le corps ressent un malaise général, ce qui la rend facile à détecter.

Il est important de consulter si vous reconnaissez ces symptômes, car vous n’êtes peut-être pas seulement atteint d’un mal automnal.

http://sante.canoe.ca