Le sauvetage exceptionnel d’un faon encore vivant, coincé dans le ventre de sa mère morte


C’est une bien triste manière de mettre au monde des jumeaux. Une biche donnait naissance et a été frappée par une voiture.  Elle est morte ainsi que son petit. Grâce à la rapidité du garde-chasse de venir sur les lieux après avoir été alerté et son sang-froid pour aider l’autre faon a venir au monde, il aura plus de change de survie
Nuage

 

Le sauvetage exceptionnel d’un faon encore vivant, coincé dans le ventre de sa mère morte

 

faon

Crédits : Capture Facebook / Oklahoma Game Wardens

par Brice Louvet

Un sauvetage exceptionnel : en Oklahoma, un homme a récemment effectué une intervention chirurgicale d’urgence pour délivrer un faon vivant pas encore né, coincé dans le ventre de sa mère frappée et tuée par une voiture.

L’histoire poignante a été partagée dans un post sur Facebook le 10 juin dernier par les Oklahoma Game Wardens, du Département de conservation de la faune de l’Oklahoma (ODWC) aux États-Unis. Le 9 juin, le garde-chasse Ryan Walker a répondu à un appel signalant qu’une biche avait été frappée et tuée par un véhicule sur une route nationale – avec en plus un jeune faon vu à proximité. La mère avait effectivement récemment donné naissance, mais lorsque l’homme est arrivé sur les lieux, la biche et le faon étaient déjà morts. C’est alors qu’il a remarqué un mouvement à l’intérieur de la mère : elle avait porté des jumeaux, et l’un d’eux était toujours dans son ventre.

N’ayant pas de temps à perdre, Ryan Walker a immédiatement pratiqué une césarienne sur le bord de la route pour délivrer le faon, qui s’est mis à respirer tout seul « en quelques secondes », peut-on lire sur le post Facebook. Le faon a immédiatement été transporté chez un réhabilitateur de la faune : une personne autorisée par l’État de l’Oklahoma à prendre soin des animaux sauvages blessés ou trop jeunes pour survivre par leurs propres moyens. Ces nouveau-nés sauvés sont nourris au biberon et abrités dans des enclos extérieurs. Les responsables gardent délibérément les clôtures basses. De cette façon, un animal adulte peut facilement sauter par-dessus quand il est prêt à retourner dans la nature.

Grâce aux efforts de Ryan Walker, l’avenir semble prometteur pour ce jeune faon. Cependant, notez que tous les faons trouvés seuls ne sont pas orphelins. Il arrive souvent que les mères quittent leurs bébés pour chercher de la nourriture. Elles sont généralement proches, même si vous ne les voyez pas.

Source

http://sciencepost.fr/

Des faons siamois morts-nés découverts dans une forêt américaine


En mai 2016 aux États-Unis, un cueilleur de champignons a trouver des faons morts, il avait la particularité d’être des siamois. Les scientifiques en profiter pour l’étudier car c’est le seul cas connu de cerfs de Virginie né à terme. En plus de la physionomie de ces siamois, ils ont constaté que la biche avait pris soin de ses bébés malgré qu’ils fussent mort-nés
Nuage

 

Des faons siamois morts-nés découverts dans une forêt américaine

 

Faons siamois

Faons siamois découverts aux Etats-Unis en mai 2016.

© UNIVERSITY OF GEORGIA

Par Anne-Sophie Tassart

Des chercheurs américains ont pu étudier des faons siamois dont la gestation était arrivée à son terme : une première.

Seulement deux cas de cerfs de Virginie (Odocoileus virginianus) siamois avaient jusque là été rapportés dans la littérature scientifique. Grâce à un cueilleur de champignons, un de plus vient d’être étudié et pas n’importe lequel : le premier cas connu de faons Odocoileus virginianus dont la gestation a été menée à son terme. Ces animaux ont été découverts dans le sud-est du Minnesota (Etats-Unis) en mai 2016. Le cadavre était propre et sec : les faons siamois étaient morts au maximum 4 jours auparavant.

Deux coeurs, un seul sac péricardique

À la suite de cette découverte, le cueilleur a appelé le département des ressources naturelles de l’Etat. Des chercheurs ont ainsi pu congeler le spécimen afin de le maintenir en état jusqu’à ce qu’ils puissent l’autopsier. Ils ont également fait passer à ces animaux un scanner et une IRM. Comme ils le rapportent dans le numéro d’avril 2018 de la revue The American Midland Naturalist, ces animaux avaient des corps joints mais des cous et des têtes distinctes. Selon les techniques d’imagerie, le crâne ainsi que les vertèbres cervicales, plusieurs côtes et la plupart des vertèbres thoraciques ont été dupliquées. De mêmes, les chercheurs ont observé deux tractus intestinaux distincts. L’un complet, allant de l’oesophage à l’anus et l’autre composé de segments discontinus. Le foie était partagé et malformé et les biologistes ont noté la présence de « deux coeurs séparés partageant un seul sac péricardique ». Placés dans l’eau, les poumons ont coulé « ce qui indique que les faons sont morts-nés » poursuit l’étude : ils n’ont jamais été remplis d’air.

© University of Georgia

« La biche a tenté de prendre soin d’eux après l’accouchement« 

« Leur anatomie indique que ces faons n’ont jamais été viables, explique dans un communiqué Gino D’Angelo, co-auteur de l’étude. Pourtant, ils ont été découverts propres et dans une position naturelle ce qui suggère que la biche a tenté de prendre soin d’eux après l’accouchement. L’instinct maternel est quelque chose de très fort », s’émerveille le chercheur.

Pour le moment, aucune explication n’est privilégiée pour expliquer la naissance de ces siamois.

« Même pour les humains nous ne savons pas, rappelle D’Angelo. Nous pensons que c’est dû à une division anormale des cellules durant les premières étapes du développement de l’embryon ».

Mais les mécanismes précis qui régissent ce processus restent encore à élucider.

https://www.sciencesetavenir.fr/

Il a vu un cerf en train de se noyer et a sauté pour l’aider


Cette vidéo est le début de l’histoire de cette biche qui allait se noyer à la plage à Jefferson Harbour à New York City. Alors que Mark Freeley marchait sur la plage avec son chien, il a sauté dans l’océan pour ramener le faon sur la plage. Le chien faisait des efforts pour ranimer la bête. Le reste de l’histoire … Le maitre est aller chercher de l’aide d’un abri d’animaux non loin. Quand ils sont arrivés, le faon revenu a lui a pris peur et est retourner dans la mer emporter par le courant. C’est le maître du chien qui cette fois-ci est allé le chercher. Il a été pris en charge et reloger dans un endroit plus sécuritaire. Bref, une tragédie qui finit bien, grâce au chien
Nuage

 

Il a vu un cerf en train de se noyer et a sauté pour l’aider

Un faon qui n’a pas l’intention de quitter les bras de cet ouvrier


Tout le monde aime les câlins, même les animaux sauvages, mais espérons qu’il retrouvera sa maman
Nuage

 

Un faon qui n’a pas l’intention de quitter les bras de cet ouvrier

 

Un peu de douceur dans un mode de brute. Des travailleurs sont tombés un faon en bordure d’un bois.

 

Justin Lewis explique que lui et son collègue ont trouvé l’animal pris dans des branchages alors qu’ils élaguaient des arbres: Justin le tient dans ses bras et lui grattouille le ventre. Mais à chaque fois qu’il veut le reposer par terre, le faon n’a pas l’air d’accord.

 

 

http://www.idee2genie.fr

Un courageux ado sauve un faon de la noyade


Il y a des pays ou la vie animale est aussi importante que n’importe quelle vie. Et des jeunes qui ont ce respect de la flore et la faune dont ce jeune homme qui n’a pas hésité de sauver un faon
Nuage

 

Un courageux ado sauve un faon de la noyade

 

BAMBI – Walt Disney n’y aurait pas songé pour un scénario. Au Bangladesh, quitte à se noyer lui-même, un garçon d’une petite douzaine d’années s’est jeté dans un fleuve en cru pour sauver un bébé cerf.

 

Sous l’objectif d’un photographe, au bon endroit au bon moment, un jeune Bangladais a bien failli se noyer pour sauver un bébé cerf

Entre cyclones et raz-de-marée, moussons et crues, du fait de sa situation géographique, le Bangladesh est bien souvent le théâtre de catastrophes naturelles. De quoi rendre les Bangladais humbles, mais pas résignés, en tout cas pas Belal, un jeune garçon qui au péril de sa vie, s’est jeté dans un fleuve en crue pour porter secours à un bébé cerf.

Un photographe immortalise la scène

Le geste héroïque de cet adolescent n’avait pas vocation à faire la une de la presse. Oui, mais il se trouve qu’un photographe animalier se trouvait sur place et a réalisé le reportage de sa vie. Il faut comprendre a expliqué Hasibul Wahab, dont les images époustouflantes sont publiées sur le site du Daily Mail, que dans la région de Noakhali, à l’embouchure du Meghna, les inondations déciment régulièrement les cerfs, de sorte que les habitants sont sensibles au problème.

Sous les yeux stupéfaits d’une poignée de spectateurs, hésitant eux-mêmes à se jeter à l’eau pour porter secours à l’ado, Belal a plongé dans le cours d’eau torrentiel pour tenter de sauver un tout petit faon séparé de ses parents par la rapide montée des eaux. Portant l’animal à bout de bras, d’une seule main, le niveau de l’eau bien plus haut que son cou, il est parvenu à regagner l’autre rive sous les acclamations des témoins. Le jeune héros va bien, il a retrouvé sa famille, tout comme son petit protégé.

 

http://www.metronews.fr/

Un lien très spécial unit la chienne et le daim


Quel bel exemple de compassion et d’amitié d’un chien avec un faon que la maitresse de maison a recueilli pour soigné l’orphelin .. et malgré l’attachement au petit faon, ils lui ont laissé la liberté dans son environnement .. et en guise de reconnaissance ce faon revient voir ses amis qui l’ont assez aimé sans changer sa nature
Nuage

 

Un lien très spécial unit la chienne et le daim

 

La relation qu’entretiennent Kate et Pippin est très particulière. Elle ne ressemble à aucune autre.

« Quand ils se disent bonjour, c’est vraiment quelque chose d’unique. Ce n’est pas propre à la façon dont les daims disent bonjour, pas non plus propre à la façon dont les chiens se disent bonjour. C’est manifestement quelque chose qui n’existe qu’entre eux »  affirme Isobel Springett, la maîtresse du chien, qui a crée une page Facebook entièrement dédiée à cet adorable duo.

Le faon n’avait que 3 jours lorsque Isobel l’a découvert, un matin, dans le jardin de sa maison, en Colombie-Britannique. La jeune femme a alors décidé de prendre soin de l’animal. Elle a nourri le petit au biberon et tenté de lui apporter l’affection dont il avait été privé. Mais bien vite, Kate a pris le relais.

Une vraie maman et son petit

La chienne a réconforté le nouveau-né, l’a laissé se blottir contre elle, jouer avec elle, puis apprendre à marcher à ses côtés. Leur amitié n’a pas cessé de grandir. et aujourd’hui, alors que Pippin a regagné la forêt, où il vit en liberté, ce lien est toujours très fort.

Le daim vient très souvent rendre visite à sa mère adoptive.

Pour le magazine Psychology Today « ces amitiés, improbables dans de nombreux cas, montrent que nombre d’émotions incluant notamment la joie, l’amour, l’empathie, la compassion, la gentillesse, et la peine face à la mort peuvent être partagées par des amis inattendus, y compris un prédateur et sa proie, comme le chat et l’oiseau, le serpent et le hamster, une lionne et un bébé éland ».

 

« Et bien sûr, les meilleurs exemples d’émotions complexes partagées par différentes espèces sont les relations proches et durables que nous, humains, entretenons avec les animaux de compagnie, avec lesquels nous partageons nos maisons »  souligne l’article de Psychology Today.

© Kate and Pip BFF – Facebook

 

 

http://wamiz.com