La nourriture du futur ne sortira plus de terre, mais d’un bioréacteur


La science-fiction nous rattrape pour contrer aux manques de ressources naturelles et alimentaires. 795 millions de personnes ont faim. Les changements climatiques risquent de créer plus de difficultés à nourrir a population mondiale. On se penche sur a viande synthétique, qui n’est pas concluant, l’élevage d’insectes que beaucoup rebutent, alors en Finlande, on s’est penché sur une nouvelle technologie qui pourrait donner une sorte de poudre protéinée avec des glucides et autres. Aurons-nous encore le plaisir de manger ? Je crois que oui, en diminuant l’espace d’agriculture, reboisant les forêts… Il y aura sûrement une contre partie avantageuse. Surtout, pour les pays en développement, peut-être que cela serait d’un grand secours. Seul l’avenir nous le dira
Nuage

 

La nourriture du futur ne sortira plus de terre, mais d’un bioréacteur

 

Repéré par Robin Panfili

Repéré sur Grub Street

Des chercheurs finlandais sont parvenus à produire une protéine avec de l’électricité, en s’affranchissant des techniques agricoles traditionnelles.

 

Chaque soir, 795 millions de personnes se couchent en ayant faim, estime l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Chaque jour un peu plus, les ressources –naturelles, alimentaires…– de notre planète sont menacées par le réchauffement climatique. Voilà un constat résolument alarmant, connu de tous, qui a poussé depuis plusieurs années des chercheurs et scientifiques à trouver des solutions –des élevages d’insectes à la viande synthétique.

La dernière en date, développée par des chercheurs finlandais, est particulièrement intéressante dans mesure où celle-ci ne demande que de l’électricité, de l’eau, du dioxyde de carbone et des microbes. Elle a été mise au point dans le cadre du Food From Electricity, un projet qui met en relation l’université de technologie Lappeenranta (Finlande) et le Centre de recherche technique de Finlande, rapporte le magazine Grub Street.


L’installation du bioréacteur / VTT-LUT

Lutter contre la faim dans le monde?

L’idée est simple: les chercheurs soumettent ces matières premières à une électrolyse dans un bioréacteur afin d’obtenir, en bout de chaîne, une poudre composée à 50% de protéines et 25% de glucides. Le reste? Des graisses ou des acides nucléiques. Encore mieux, soulignent les chercheurs, la texture de la poudre peut même être modifiée en fonction des microbes utilisés dans la préparation de l’opération.

Pour autant, il n’y a pas de quoi sauter au plafond en terme de variété culinaire, ajoute le magazine. Pour le moment, un bioréacteur de la taille d’une tasse de café nécessite environ deux semaines pour produire un gramme de protéine. Juha-Pekka Pitkänen, principal auteur de l’étude, estime à dix ans la durée de perfectionnement et de distribution au grand public du dispositif. Mais le jeu en vaut la chandelle: grâce à un tel système automatisé, il serait possible de libérer les aires terrestres sollicitées pour l’agriculture et de les mettre à contribution pour des projets de reforestation, par exemple.

Si le dispositif est conçu de manière à pouvoir être déplacé facilement, des bioréacteurs pourraient alors être envoyés dans des zones particulièrement touchées par la famine. Car l’objectif est double: offrir une source d’alimentation nutritive financièrement accessible à des personnes vivant dans des zones où il est difficile de cultiver quoi que ce soit, et contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre liées à l’élevage intensif d’animaux et aux cultures nécessaires pour les nourrir.

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► La méconnue éruption du Tambora a pourtant eu des conséquences sur la planète


Il y a plus de 200 ans, une monstrueuse éruption volcanique en Indonésie a eu des conséquences sur toute la planète, il y a eu plusieurs morts pendant l’éruption, mais un nuage de cendre et le dioxyde de soufre a fait chuter la température de 3 C, sans compter que l’agriculture en a souffert.
Nuage

 

La méconnue éruption du Tambora a pourtant eu des conséquences sur la planète

 

Nathaniel Herzberg

L’éruption volcanique la plus puissante, la plus meurtrière et la plus lourde en conséquences climatiques et économiques du dernier demi-millénaire a eu lieu il y a deux siècles en Indonésie

Tambora, autopsie d’une éruption monstre

Catastrophes Survenue il y a deux siècles, l’éruption du volcan Tambora, en Indonésie, est la plus puissante et la plus meurtrière du dernier demi-millénaire

Les scientifiques commémorent l’événement et s’interrogent sur les conséquences qu’aurait un tel cataclysme aujourd’hui

Nevado del Ruiz (Colombie), 1985: 25 000 morts et la ville d’Armero rayée de la carte. Pinatubo (Philippines), 1991: 1000 morts et un impact de 3% sur le PIB national. Eyjafjöll (Islande), 2010: aucune victime, mais un trafic aérien bloqué pendant cinq jours en Europe… Ces trois éruptions volcaniques ont marqué les trente dernières années. Pourtant, elles restent de simples feux d’artifice comparées à celle qui survint il y a tout juste deux siècles, en Indonésie, au Tambora.

La plus puissante, la plus meurtrière, la plus lourde en conséquences climatiques et économiques du dernier demi-millénaire: l’éruption que les scientifiques s’apprêtent à commémorer a marqué l’histoire. … La revue Nature Geoscience , elle consacre à l’éruption quatre articles et son éditorial, afin d’appeler la communauté scientifique à bien mesurer les risques que pareil cataclysme ferait aujourd’hui courir à notre planète.

Car c’est bien un déluge qui s’est abattu sur le monde cette année-là. Les 10 et 11 avril 1815, pendant vingt heures, le feu se déchaîne. Le volcan, haut de 4300 mètres, crache plus de 35 kilomètres cubes de magma dense.

«Il est classé au niveau 7 sur une échelle de 8 degrés, c’est considérable», insiste Patrick Allard, de l’Institut de physique du globe de Paris, premier vulcanologue à être descendu dans le cratère, en 1979.

Le sommet est pulvérisé, la montagne ramenée à 2850 m.

Les explosions sont entendues jusqu’à Sumatra, à 2000 km. Dans le ciel, trois colonnes de flamme s’élèvent, qui bientôt fusionnent puis s’effondrent, sous le poids de la matière. Après la pluie de roches, des nuées ardentes s’abattent sur l’île de Sumbawa, dans l’est de l’archipel indonésien. La ville de Sanggar est ravagée, laissant 15 000 personnes sans vie. Des vagues de 10 mètres frappent les villages de pêcheurs. Sur toute l’île et plus loin dans le pays, tsunamis, famines et épidémies font entre 50 000 et 70 000 victimes, suivant les bilans.

Les informations sont lacunaires. Les Britanniques assurent un intérim entre deux règnes néerlandais sur l’archipel et leur administration est défaillante. Alors qu’en 1883, lors de l’éruption du Krakatoa (Indonésie, 36 000 morts), le télégraphe permettra une circulation rapide des données, Morse n’a pas encore mis au point son invention en cette année 1815. Aussi l’événement reste-t-il cantonné aux frontières.

Mais pas ses conséquences. Un nuage de cendre se répand à travers le continent, qui retombe vite. En revanche, le dioxyde de soufre contenu dans la colonne de 40 km de haut est pris dans les courants stratosphériques. Les particules de sulfate deviennent autant de petits écrans solaires. L’impact climatique est considérable. En Europe occidentale, la température moyenne chute de 3 degrés en 1816. C’est l’«année sans été».

En Grande-Bretagne, en France, en Allemagne, des records de froid et de précipitations sont battus entre juin et août. De la pluie, de la neige parfois qui ruinent les cultures. Les raisins restent verts, les pommes de terre pourrissent, les fruits sont faméliques.

«Le prix des céréales a doublé entre 1815 et 1817 des deux côtés de l’Atlantique», souligne Clive Oppenheimer, géographe à l’Université de Cambridge, qui s’est attaché à peser les conséquences politiques et sociales de la formidable éruption.

La famine fait 100 000 victimes en Europe. La natalité chute, tandis que la mortalité augmente de 4% en France, de 6% en Prusse, de 20% en Suisse et en Toscane. Partout, des émeutes de la faim éclatent, violemment réprimées.

«A Cambridge, une loi spéciale a été promulguée, le Riot Act, des condamnations à mort ont été prononcées. Je pense qu’on peut y voir une conséquence de l’éruption de Tambora», poursuit Clive Oppenheimer.

Petite consolation: la perturbation climatique offre aux générations futures les ciels rouges peints par Turner et Constable.

Faut-il attribuer au volcan, à la crise alimentaire et à la mort de nombreux chevaux qui s’ensuivit l’invention de la bicyclette en 1817? Accuser le Tambora, par inondations et froid interposés, d’avoir provoqué le remplacement des cultures du riz par celles de l’opium dans la province du Yunnan (Chine), premier acte d’un marché international des stupéfiants?

«Il faut être prudent, ne pas faire de l’histoire avec des conjectures ou des coïncidences, estime Clive Oppenheimer. D’autres éléments ont pesé à l’époque, comme la chute de l’empire napoléonien. Mais il est certain qu’un tel cataclysme bouleverse la planète.»

Les sociétés sont aujourd’hui «mieux armées pour agir, comme le montre le bilan de l’explosion du Merapi, en 2010 à Java [400 morts]», souligne Stephen Self, de l’Université de Berkeley.

L’évacuation massive a permis d’éviter l’hécatombe. Mais le vulcanologue américain le sait: la population mondiale est six fois plus importante qu’à l’époque, les sociétés plus interdépendantes, les conséquences en chaîne difficilement prévisibles.

Aussi, tranche-t-il: «Un Tambora serait aussi critique qu’auparavant.»

Et son collègue Clive Oppenheimer de renchérir: «Nous sommes très vulnérables sur la sécurité alimentaire. Et souvent peu conscients des enjeux. Le tsunami de 2004 est là pour en témoigner. Personne n’a voulu s’y préparer. Mais comment voulez-vous responsabiliser une société pour des phénomènes qui surviennent une ou deux fois par millénaire? Quand nous autres scientifiques lançons des mises en garde, on nous demande si une telle éruption arrivera dans les cinq ans. Sans doute pas. Mais est-ce que ça va arriver dans le futur? C’est certain.»

https://www.letemps.ch

Les renards polaires de la baie d’Hudson sont victimes du réchauffement climatique


Le changement climatique fait de plus en plus de victimes chez les animaux. Que ce soit l’environnement, leur alimentation ….
Nuage

 

Les renards polaires de la baie d’Hudson sont victimes du réchauffement climatique

 

Un renardeau arctique dans le nord du Manitoba

Un renardeau arctique dans le nord du Manitoba   Photo : Jacqueline Verstege

De nouvelles recherches menées par une équipe de l’Université du Manitoba démontrent que la population de renards arctiques située à proximité de la baie d’Hudson ne cesse de diminuer en raison de la baisse de la durée de la couverture neigeuse ainsi que de la formation de plus en plus tardive des glaces.

« La qualité et la quantité de la neige revêtent une importance particulière pour les renards arctiques, parce qu’elle fournit un environnement chaud où peut vivre et se reproduire sa proie pendant l’hiver », explique la scientifique Jacqueline Verstege, de l’Université du Manitoba, ajoutant que les renards dans la région de Churchill sont situés à l’extrémité sud de l’aire de répartition de leur espèce.

En 2016, la couverture neigeuse au printemps dans l’Arctique nord-américain a connu sa plus petite étendue en mai avec seulement 4 millions de kilomètres carrés. C’est la plus faible depuis le début des observations par satellites, en 1967.

Source : Agence océanique et atmosphérique américaine

Mme Verstege explique que le groupe a examiné les données démographiques annuelles des renards, qui remontent jusqu’aux années 1950, ainsi que les informations relatives aux populations de proies et aux précipitations hivernales.

« Il existe vraiment une relation positive entre la qualité de la neige, l’abondance des lemmings ainsi que la reproduction et la viabilité des portées de renardeaux », affirme la chercheuse d’origine ontarienne.

Moins il y a de neige, moins il y a de lemmings, car ils n’arrivent pas à survivre à l’hiver sans l’isolation que fournit la neige, et donc moins il y a de renards arctiques.

Jacqueline Verstege, biologiste

Les renards arctiques, aussi appelés renards blancs, renards bleus, renards polaires ou isatis, mangent principalement des lemmings, mais aussi des campagnols, des bernaches et des œufs d’autres oiseaux migrateurs. Ils ont l’habitude d’emmagasiner des carcasses dans leurs tanières au cas où ils se trouveraient sans nourriture l’hiver.

Toutefois, comme de moins en moins de lemmings et d’autres rongeurs offrent une source de nourriture, les renards polaires en sont venus à manger des bébés phoques et les carcasses abandonnées par les ours polaires pour compenser la pénurie de vivres.

Le problème, c’est qu’il y a un décalage grandissant entre le départ des bernaches vers le sud et la couverture de glace de mer, qui permet l’accès aux phoques et à d’autres carcasses. La formation de glace commence de plus en plus tard et [la glace] fond de plus en plus tôt.

Jacqueline Verstege, biologiste

Il en résulte que des renards arctiques sans ressources meurent de faim entre les saisons.

La rivalité fraternelle

Le réchauffement de l’Arctique a aussi permis au renard roux d’investir le territoire du renard blanc, devenant le rival principal de ce dernier dans la chasse aux petites proies dans la région.

Alors qu’ailleurs dans l’Arctique le renard roux est devenu le principal prédateur du renard blanc, la biologiste Jacqueline Verstege affirme que ce phénomène ne semble pas présent dans les populations de renards qui se côtoient de plus en plus dans le nord du Manitoba.

« Nous avons vu qu’il y avait une relation positive entre les renards roux et les renards arctiques. Donc, plus il y avait de renards roux, plus il y avait de renards arctiques », déclare Mme Verstege, ajoutant qu’il faudrait toutefois surveiller de près les effets de la compétition entre les deux espèces.

Des « ingénieurs » de l’écosystème

Jacqueline Verstege dit que les conséquences d’une éventuelle disparition des renards arctiques seraient néfastes, car ceux-ci sont des « ingénieurs » de l’Arctique.

Un groupe de chercheurs de l’Université du Manitoba auquel appartenait Mme Verstege a découvert l’année dernière que presque trois fois plus de végétation pousse autour des tanières des renards arctiques qu’ailleurs dans la toundra, car elle est engraissée par leurs excréments et ce qui reste de leurs proies.

Une prise aérienne près de Churchill, au Manitoba, montre la végétation entourant des tanières de renards arctiques.

Une prise aérienne près de Churchill, au Manitoba, montre la végétation entourant des tanières de renards arctiques.   Photo : Jacqueline Verstege

Ces plantes attirent à leur tour des herbivores comme les caribous, les lemmings et les lièvres, tandis que les restes d’oies tuées par les renards attirent des charognards comme les ours polaires, les loups, les goélands et les corbeaux.

L’effet combiné de tous ces animaux près des tanières augmente la quantité de nutriments qui y nourrit la toundra.

Il existe environ 100 terriers de renards dispersés le long de la côte de la baie d’Hudson, de Cape Churchill jusqu’au sud de la rivière Broad, dans le parc national Wapusk.

http://ici.radio-canada.ca

5 choses à savoir sur les enfants et la famine


La guerre, les divers conflits et la sécheresse n’aident en rien pour surmonter la famine dans certains pays. Ceux qui en souffrent le plus serait les enfants, leur avenir est à se point hypothéqué que c’est toute une génération qui sera perdue
Nuage

5 choses à savoir sur les enfants et la famine

 

Avec la famine, les conflits et les enfants déplacés, le monde fait face à la pire crise humanitaire depuis la Seconde Guerre mondiale. Sur le terrain, l’UNICEF intensifie son action dans les régions les plus touchées, mais, pour réagir à la famine, il faut faire plus que seulement envoyer des aliments d’urgence aux enfants. Il faut aussi prévenir les conséquences néfastes de la faim sur le développement des enfants, qui peuvent restreindre leurs perspectives d’avenir.

Les conséquences à long terme de la faim comprennent :

– Déficits permanents dans le développement social et émotionnel;
– Lésion cérébrale;
– Difficulté à l’école;
– Baisse de la motricité et de l’activité;
– Anxiété ou dépression;
– Problèmes de comportement.

Si nous tardons trop avant d’agir, la faim nuira aux capacités d’apprentissage des enfants et les répercussions seront permanentes.

Voici cinq choses que vous devriez savoir sur la crise alimentaire.

1. Les enfants ne peuvent pas attendre. La famine, la sécheresse et les conflits armés brisent leur vie et leur avenir.

La famine a déjà été déclarée au Soudan du Sud et menace d’autres pays. Les enfants souffrent de malnutrition et de maladies. Ils ont besoin de notre aide.

2017-04-19-1492630976-2225213-4famines3FR.jpg

2. Les enfants sont les plus durement touchés. Des millions d’entre eux sont près de mourir de faim.

Cette année, près de 1,4 million d’enfants sont en danger imminent de mort. Dans chacun des quatre pays touchés ou menacés par la famine, et dans des régions entières, des enfants succomberont à des maladies, dont le choléra et la rougeole, qui entraînent la diarrhée et la déshydratation.

2017-04-19-1492631048-2437410-UN053447_MedRes.jpg

3. Pour l’instant, quatre pays constituent l’épicentre de la crise : le Yémen, la Somalie, le Soudan du Sud et le nord-est du Nigeria.

Dans ces quatre pays, 22 millions d’enfants sont affamés, malades, déplacés et déscolarisés. Tant que la violence, la faim et la soif pousseront les populations de ces pays à se déplacer au sein et au-delà de leurs frontières, les taux de malnutrition ne cesseront d’augmenter dans ces quatre pays, dans le bassin du lac Tchad et dans la Grande Corne de l’Afrique.

2017-04-19-1492631098-2801814-UN056039_MedRes.jpg

4. L’activité humaine est le moteur de la crise

Les guerres et les conflits persistants ont des effets dévastateurs sur la vie de millions d’enfants et de leur famille, et créent des risques de famine. Les belligérants chassent les habitants de chez eux, détruisent les récoltes et les moyens de subsistance et empêchent les organismes humanitaires de se rendre jusqu’aux personnes qui ont désespérément besoin d’une aide vitale, comme de la nourriture et de l’eau potable. La sécheresse aggrave ces crises alimentaires causées par l’homme dans certaines régions de l’Afrique, en particulier en Somalie et dans la Corne de l’Afrique.

2017-04-19-1492631147-9062687-BLOG4Famineyemen4.jpg

5. C’est une situation d’urgence

Si la situation ne s’améliore pas, les enfants risquent de mourir de faim, et leur avenir risque d’être menacé. En effet, la malnutrition sévère affecte de façon irréversible le développement intellectuel et physique, et restreint les perspectives d’avenir des enfants. Plus nous attendons avant de répondre aux besoins de ces enfants, plus nous mettons en péril leur avenir.

Que pouvez-vous faire ?

Trois choses sont absolument nécessaires pour sauver des centaines de milliers de vies :

1. Demandez la fin des violations des droits de l’homme, qui sont des vecteurs majeurs des famines.

2. Exigez que toutes les parties prenant part à ces conflits autorisent l’accès de l’aide humanitaire sans restriction et sans condition à tous les enfants et familles démunis.

3. Donnez. Il est urgent de recueillir des fonds pour permettre aux équipes qui sont déjà sur le terrain de renforcer rapidement les programmes vitaux de nutrition et de distribution d’aliments, ainsi que les programmes d’eau, d’assainissement et d’hygiène.

Les enfants ne peuvent pas attendre qu’une nouvelle famine se déclare pour que des mesures soient prises. Aidez-les maintenant.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Les famines sont toutes causées par l’homme


Une prise de conscience qui montre que la famine dans le monde n’est pas quelque chose de naturel mais bien créer par l’homme. Pour aider ces pays pauvres qu’on étouffe par des travaux dangereux au moindre prix,Ils n’ont pas d’aide pour fructifier et concurrencer avec les produits de l’agriculture. Pourtant avec tout le gaspillage que nous faisons sans compter les extravagances en alimentation, comment se fait-il qu’il y a des enfants qui meurent de faim dans le monde ? On est près à payer plus 1 milliard de dollars pour un stade à Las Vegas, ainsi que d’autres projets avec des sommes faramineuses, mais presque rien pour sauver ces enfants
Nuage

 

Les famines sont toutes causées par l’homme

 

Photo : Reuters/Siegfried Modola

Plus de 3 millions d’enfants meurent de faim chaque année. Ces morts sont évitables, car la famine n’est pas un fléau naturel, mais le résultat de choix politiques.

Un texte de Sophie Langlois

J’ai couvert des révoltes, une guerre civile, des violences électorales, des catastrophes naturelles. Je n’oublierai jamais l’odeur des milliers de cadavres que j’ai côtoyés après le tsunami en Indonésie et l’ouragan Haiyan aux Philippines. Mais voir un enfant mourir de faim est ce que j’ai vécu de plus difficile.

C’est la pauvreté qui tue

Je demeure hantée par le regard éteint, le visage vieilli de Baraatou, une petite puce de deux ans qui pesait 5,4 kg, le poids d’un bébé « normal » de trois mois. Elle est décédée quelques heures après notre tournage. La sécheresse n’a pas tué Baraatou ni les 70 000 enfants qui sont morts de faim cette année-là au Niger. C’est la pauvreté qui tue. Une sécheresse historique sévit en Californie depuis de longues années. Personne ne meurt de faim là-bas.

Ce qui choque quand tu découvres les ravages d’une famine, comme je l’ai fait en Somalie en 2011 et au Niger en 2010, c’est de réaliser à quel point ces morts sont évitables.

J’ai vu des femmes déterrer à mains nues des racines qu’elles allaient faire bouillir pendant des heures pour nourrir leurs enfants, qui développeront possiblement une diarrhée mortelle de cette soupe douteuse. Alors qu’en ville, à quelques kilomètres de là, les épiceries regorgeaient de nourriture.

Si les enfants meurent de faim, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de denrées dans leur région, c’est que les mamans n’ont pas un cent pour les acheter.

La faim, comme arme de destruction massive

« Un enfant qui meurt de faim est un enfant assassiné », écrit Jean Ziegler, rapporteur spécial de l’ONU pour le droit à l’alimentation de 2000 à 2008, qui compare la faim à une arme de destruction massive.

« L’agriculture mondiale pourrait nourrir sans problème 12 milliards d’êtres humains. Il n’y a aucune fatalité pour ce massacre quotidien. Il y a une ou deux générations, la faim était considérée comme une catastrophe naturelle. Pire, on disait que la faim protège l’humanité de la surpopulation, une sorte de naturalisation de ce massacre. Aujourd’hui, tout le monde sait que la faim est faite de mains d’hommes et qu’elle peut être éliminée de cette planète demain matin par des réformes faites par des hommes », explique Jean Ziegler.

Les famines sont toutes « man made ». Une famine n’est pas un fléau naturel, mais le résultat de choix politiques – qui mènent aux conflits – et économiques.

Photo : Reuters/Siegfried Modola

Les règles du commerce

Les règles du commerce mondial favorisent les économies du Nord au détriment des pays pauvres. D’un côté, nous continuons de protéger et de subventionner nos agricultures. De l’autre, on a forcé les pays africains à abandonner leurs programmes d’aide et imposé une ouverture totale de leurs marchés.

Les producteurs africains sont ainsi incapables de concurrencer le prix du riz, de la farine ou du sucre, par exemple, produits en Europe et en Amérique du Nord avec l’aide de subventions.

Nous étouffons leur agriculture, qui ne s’est pas beaucoup développée depuis 30 ans. La très grande majorité des paysans pratiquent encore une agriculture de subsistance, incapables de résister aux changements climatiques, qui engendrent de plus en plus de sécheresses.

Aujourd’hui, 20 millions de personnes, dans quatre pays, risquent de mourir de faim si les pays riches ne donnent pas rapidement 5 milliards de dollars pour les sauver.

Des chiffres effarants, peut-être un peu exagérés, mais les travailleurs humanitaires ne savent plus quoi faire pour attirer notre attention sur cette catastrophe permanente.

Car ces famines ne portent pas toujours leur nom, mais elles sont chroniques. Bon an mal an, 3,1 millions d’enfants de moins de cinq ans meurent de faim, loin des caméras; 3,1 millions d’enfants assassinés.

http://ici.radio-canada.ca

Non, l’apocalypse nucléaire n’est pas plus probable que pendant la Guerre froide


L’horloge de l’apocalypse est passée le 26 janvier 2017 avec Donald Trump comme président des États-Unis, les armes nucléaires, réchauffement climatique, etc. Peut-on craindre à l’apocalypse de la fin du monde ? Selon le site Human Progress, le monde n’ira pas, du moins pour le moment vers une menace nucléaire … Enfin l’avenir sera là pour affirmer ou non s’ils ont raison
Nuage

 

Non, l’apocalypse nucléaire n’est pas plus probable que pendant la Guerre froide

 

Atomic cloud over Hiroshima, taken from "Enola Gay" flying over Matsuyama, Shikoku | 509th Operations Group via Wikimedia CC License by

Atomic cloud over Hiroshima, taken from « Enola Gay » flying over Matsuyama, Shikoku | 509th Operations Group via Wikimedia CC License by

Repéré par Jean-Laurent Cassely

Repéré sur Human Progress

Selon l’horloge de la fin du monde, l’humanité n’est plus qu’à 2 minutes de sa destruction. Faut-il relativiser cette menace?

 

Human Progress est un site internet qui remplit une mission difficile face au scepticisme ambiant. Nous convaincre que, selon la formule hollandienne, «ça va mieux», en tout cas dans certains domaines vus sous certains aspects. Chiffres à l’appui, les auteurs du site montrent par exemple que moins d’enfants souffrent de la famine, que plus de gens ont accès à la lumière ou à internet…

Et ça n’est pas tout. Parmi ces bonnes nouvelles, l’une nous concerne tous: selon le site, la probabilité d’une destruction mutuelle assurée de l’humanité par les puissances opposées serait plus faible que lors des pics de tension qui remontent à la Guerre froide. Ce message vient contredire l’appréciation que fait la célèbre «Horloge de la fin du monde» sur la situation internationale. Le 26 janvier 2017, les aiguilles de cette horloge, mise à jour par des scientifiques américains, est passée à 23 heures 57 minutes et 30 secondes, signifiant que, symboliquement, le monde n’était plus qu’à 2 minutes 30 de sa destruction.

Évolution de l’heure sur l’horloge de la fin du monde au fil des ans via Wikimedia CC

Pour relativiser l’imminence de ce risque, le site Human Progress s’appuie sur deux courbes, celles de l’évolution du nombre de têtes nucléaires détenues par la Russie et par les États-Unis depuis le début de la course à l’armement entre les deux grandes puissances du siècle précédent. Or la décrue s’est amorcée aux Etats-Unis dès les années 1960, alors qu’en Russie, le démantèlement de l’URSS en 1991 enclenche à son tour le mouvement de chute, très rapide.

Source: Human Progress

Le dernier décompte de la fédération des scientifiques américains, datant du début d’année, porte le nombre de têtes nucléaires américaines à 4.000, et celui de la Russie à 4.490. c’est donc un véritable paradoxe: ces quelques milliers de têtes sont certes largement suffisantes pour causer des dégâts irrémédiables à l’humanité… mais l’URSS avait dix fois plus de ces armes (40.149 têtes) en 1986! Et les États-Unis, plus de 31.000 en 1967.

«Personne ne peut prédire le futur, met en garde le site, mais un peu de perspective historique suggère que la menace d’une apocalypse nucélaire est plus éloignée que l’horloge de la fin du monde ne l’affirme.»

La bonne nouvelle doit elle-même être mise en perspective. Entrée en service après-guerre pour mesurer en priorité la prolifération des armes nucléaires, l’horloge a depuis pris en compte des menaces de différentes natures, en particulier le changement climatique et le regain de doctrines nationalistes dans plusieurs pays.

http://www.slate.fr/

Le Saviez-Vous ► Quelques histoires de cannibalisme


Généralement, le cannibalisme est causé par la famine et dans l’Histoire de l’humanité, il y a eu des cas de cannibalisme à grande échelle
Nuage

 

Quelques histoires de cannibalisme


(Photo)

Les recherches sur l’homme de Néandertal se poursuivent et cette semaine, des chercheurs ont annoncé qu’après avoir étudié 99 fragments d’os provenant de Belgique, ils ont pu découvrir des traces d’anthropophagie datant de 40 000 ans. Intéressons-nous à cette découverte, de même qu’à quelques cas de cannibalisme connus dans l’histoire.

Des preuves de cannibalisme en Belgique :


Photo:
Les fragments étudiés

Depuis plusieurs années déjà, en lien avec des restes découverts en France et en Espagne, des scientifiques ont émis l’hypothèse que l’homme de Néanderthal ait pu pratiquer occasionnellement l’anthropophagie, notamment en période de disette, ou qu’il ait travaillé le corps de ses morts dans le cadre d’un rituel funéraire. Des chercheurs viennent de confirmer la première hypothèse en étudiant 99 fragments d’ossements de quatre adultes et un enfant découverts dans la troisième grotte de Goyet en Belgique. Ils y ont terminé leurs jours il y a un peu plus de 40 000 ans.


Photo:
Marques de coupes © Asier Gomes-Olivencia et al.

L’équipe internationale a ainsi comparé les os à ceux d’animaux dépecés par Néandertal et ont été en mesure d’établir des parallèles qui démontrent que les traces d’incisions de boucherie retrouvées sur les ossements humains étaient très semblables à celles étudiées sur les ossements de chevaux ou de cerfs. Que racontent concrètement ces marques?

Qu’à cette époque, dans cette caverne du moins, des Néandertaliens ont dépecés les corps de membres de leur propre espèce pour en déchirer la viande, en extraire la moelle des os et réutiliser certaines parties, comme les tibias, afin d’en faire des outils. Les circonstances du décès des individus étudiés restent encore toutefois un mystère.

Trois autres exemples de l’Histoire :


Photo:
Scène de cannibalisme au Brésil au XVIe siècle. Gravure tirée du livre de Hans Staden Nus, Féroces et Antropophages, 1557

Le mot cannibale est arrivé dans notre vocabulaire au 16e siècle. Il est dérivé des récits de Christophe Colomb qui parlait des habitants des Caraïbes, appelés Canibales en espagnol, et auréolés de la rumeur qu’ils mangeaient de la chair humaine.

Bien que la pratique de l’anthropophagie puisse apparaître comme révoltante, Néandertal est loin d’être le seul à y avoir eu recours dans l’Histoire. Intéressons-nous brièvement à trois épisodes où des hommes ont mangé de leurs semblables par nécessité.

Le siège de Maarrat :


(Photo)

Un exemple connu est lié aux Croisades et rapporté entre autres par des soldats. Nous en avons aussi une idée grâce à un recueil intitulé :

«Chronique anonyme de la première Croisade », possiblement rédigé par un chevalier de l’époque. Ces témoignages nous rapportent que lors du siège de Maarrat en Syrie en 1098, les Francs en vinrent à manquer du nécessaire et durent se résoudre à manger les corps de Musulmans morts lors des combats. Cette histoire avait dérangé les chrétiens de l’Europe médiévale, car de tels actes étaient à leurs yeux davantage associés aux sorcières, à ceux qu’on considérait comme sauvages ou même aux gens de l’Orient!

L’affaire Nazino :


(Photo)

L’histoire de l’Union soviétique est elle aussi tristement associées à quelques histoires d’anthropophagie de survie. Ce fut notamment le cas dans ce qu’on appelle l’ «Affaire Nazino ». En 1933, 6000 personnes dites délinquantes ou sans classes, furent déportées sur la petite île de Nazino, en Sibérie. Elles n’avaient avec elles que de la farine pour se nourrir, aucun vêtement et aucun outil, ce qui conduisit assez rapidement à la mort des individus les plus faibles et conséquemment à des actes de cannibalisme. Plus de 4000 personnes trouvèrent la mort en peu de temps, tel qu’en font foi les rapports envoyés à Staline à l’époque. L’île reçut le sinistre surnom d «île de la mort» ou de l’ «île des cannibales».

La grande famine de la Chine de Mao :


(Photo)

La Chine de la révolution culturelle de Mao Zedong connut elle aussi une période sombre qui conduisit à des actes d’anthropophagies. Entre 1958 et 1961, une grande famine frappa en effet la République populaire de Chine, notamment à la suite des ratés du plan agricole de Mao dans le cadre du «Grand bond en avant », qui fut un véritable désastre économique. Les rapports gouvernementaux et les sources journalistiques se contredisent, mais il est estimé que cette famine conduisit à la mort de 15 à 36 millions de personnes. Dans certains villages, la famine fut si grave que des habitants furent contraints de manger les morts…

Evelyne Ferron, spécialiste en histoire ancienne

Les hommes vivent-ils moins longtemps parce qu’ils ont davantage souffert de la famine dans le passé?


Une étude révèle qu’en Russie lors d’une grande famine en 1922 a fait beaucoup de morts. Les descendants des survivants, les hommes auraient une longévité réduite par rapport aux femmes qui ne semble pas être affectée
Nuage

 

Les hommes vivent-ils moins longtemps parce qu’ils ont davantage souffert de la famine dans le passé?

 

Des chromosomes (en bleu) et leurs télomères (en rouge) | National Institutes of Health (NIH) via Flickr CC License by

Des chromosomes (en bleu) et leurs télomères (en rouge) | National Institutes of Health (NIH) via Flickr CC License by

Repéré par Peggy Sastre

C’est l’une des questions que soulève une nouvelle étude portant sur notre «mémoire génétique». Un travail montrant que seuls les survivants de famines de masse en Russie et leurs descendants masculins ont des télomères plus courts, un signe de vieillissement accéléré et de longévité diminuée.

Que la moyenne des hommes vive moins longtemps que la moyenne des femmes est un fait universel, dans le sens le plus littéral du terme –à l’exception du sud de l’Afrique ravagé par le sida, les femmes vivent aujourd’hui plus longtemps que les hommes dans tous les pays du monde. Cette moindre espérance de vie masculine est-elle due, en partie, au fait qu’ils ont eu davantage tendance à souffrir de malnutrition et de famine dans le passé? C’est une des question que soulève une étude menée par quatre chercheurs israéliens, publiée dans le numéro de novembre de l’American Journal of Clinical Nutrition.

«Diverses études expérimentales et épidémiologiques estiment que la restriction calorique pourrait ralentir le processus de vieillissement et augmenter la longévité», explique Eugene Kobyliansky, professeur de génétique des populations à la faculté de médecine de l’université de Tel Aviv et auteur principal de l’étude. «Mais des éléments démontrent aussi qu’une restriction calorique même modérée pourrait risquer non pas d’augmenter la longévité, mais de la raccourcir».

Parmi ces éléments, la taille des télomères des globules blancs (leucocytes) des survivants des grandes famines russes du début des années 1920 et de leurs descendants –l’objet de recherche de Kobyliansky et de ses collègues. Au total, leur travail aura rassemblé 687 hommes et 647 femmes nés entre 1909 et 1980 en Tchouvachie, sur la rive gauche de la Volga. Au plus fort de la famine, fin mars 1922, 90% des habitants de cette région souffraient de la famine, qui sera mortelle pour 30 à 50% des populations paysannes.

Les télomères désignent l’extrémité de nos chromosomes, qui se raccourcit invariablement à chaque nouvelle division cellulaire. En l’état actuel de nos connaissances, il existe une solide corrélation entre cet élimage progressif et les processus déterminant le vieillissement et la longévité.

De nombreuses interrogations

L’étude de Kobyliansky révèle que les hommes nés après 1923, soit après la fin de la famine de masse, présentent des télomères leucocytaires plus courts que ceux nés avant 1922. Elle montre aussi que la taille des télomères se transmet de manière assez stable entre les générations masculines –les pères à télomères courts auront des fils à télomères courts, et ainsi de suite. Chez les femmes, les chercheurs n’observent aucune corrélation de ce genre, qu’elles soient nées avant ou après la famine.

Cette nouvelle étude sur la «mémoire génétique» soulève de nombreuses questions. Est-ce que seuls les descendants masculins de survivants de la famine ont des télomères plus courts parce que ce sont les hommes qui, à l’époque, en ont majoritairement souffert? Est-ce que cette diminution des télomères induite par une forte restriction calorique relève d’un phénomène sexo-spécifique? Et si oui pourquoi? Les études sur les effets (bénéfiques ou non) de la restriction calorique sur la longévité ont-elles tout intérêt à sexuer leurs résultats?

Des questions auxquelles l’équipe de Kobyliansky espère répondre dans de futures expériences menées in vivo.

http://www.slate.fr/

Des centaines d’oiseaux macareux sont mystérieusement morts en Alaska


Nous allons voir des animaux qui vont souffrir de plus en plus des changements climatiques. C’est malheureusement un constat de la mort de plusieurs oiseaux marins en Alaska. Des oiseaux qui meurent de faim
Nuage

 

Des centaines d’oiseaux macareux sont mystérieusement morts en Alaska

 

Puffin (Fratercula arctica) at Látrabjarg, Iceland.
 | Richard Bartz via Flickr CC License by

Puffin (Fratercula arctica) at Látrabjarg, Iceland. | Richard Bartz via Flickr CC License by

Repéré par Vincent Manilève

L’hypothèse la plus probable laisse penser qu’ils sont morts de faim à cause du réchauffement climatique.

On ne les attendait pas à cet endroit à cette période de l’année. Début octobre, des macareux, ces oiseaux au bec reconnaissable entre tous, ont été aperçus sur l’île Saint-Paul au sud-ouest de l’Alaska. Sauf que, quand les habitants ont essayé de les approcher, ces derniers ne bougeaient pas, ou alors tombaient vite sur le ventre lorsqu’ils essayaient de se déplacer sur leurs pattes palmées. 

Le Huffington Post, qui publie un long article sur le sujet, explique que, à la mi-octobre, beaucoup des macareux étaient morts.

«Les années précédentes, on trouvait deux ou trois macareux morts par saison, ce qui est assez commun, explique au site Paul Melovidov, l’une des sentinelles de l’île chargée de l’environnement. Quand vous avez quarante ou cinquante macareux morts mais intacts sur vos côtes en moins d’une semaine, c’est un motif de grande inquiétude.» Au total, le nombre de macareux morts s’élève à 250. 

Aucune trace de maladie pourtant chez les victimes. Il s’avère que la famine chez les oiseaux étaient si avancée que certains finissaient par se manger eux-mêmes…

«Tous les oiseaux étaient sévèrement émaciés, a expliqué Lauren Divine, co-directrice du bureau de conservation de l’écosystème de l’île. Ils avaient tous des tissus musculaires atrophiés, des estomacs vides, et des saignements intestinaux indiquant un état avancé de famine.»

Ces morts mystérieuses menacent l’écosystème déjà fragile de la mer de Béring, qui borde l’île de Saint Paul.

«C’est la maison des baleines, des morses, des orques, des otaries à fourrures, et de pleins d’autres espèces de d’oiseaux de mer», note le HuffPo.

Ces espèces ont également subi ces phénomènes de morts massives ces dernières années. Une telle hécatombe de la faune locale est une nouvelle alarme lancée sur réchauffement climatique, selon de nombreux scientifiques.

«La mer de Béring a montré des records de réchauffement, explique au National Géographique Nate Mantua, écologiste du centre NOAA pour la pêche à Santa Cruz. Nous n’avons jamais rien vu comme ça. C’est un territoire inexploré. Nous sommes au milieu d’une époque incroyable.»

L’hypothèse la plus répandue dans le milieu scientifique consiste à dire que les vents et les eaux d’un été prolongé ont réchauffé la mer de Béring. La fonte des glaces, plus fortes que d’habitude, aurait aussi perturbé le courant dans la région. Conséquence directe, les migrations d’oiseaux comme les macareux, très sensibles au changement climatique, et la présence poissons à disposition ont été chamboulées.

«Il est temps d’agir pour que ces écosystèmes aient une chance de survivre. La santé des communautés natives de l’Alaska en dépend», conclut Lauren Divine. 

http://www.slate.fr/

Peut-on survivre à un hiver nucléaire?


Depuis la bombe nucléaire, à différents moments, la peur d’un hiver nucléaire se fait ressentir. Est-ce que cette peur serait justifiée avec Donald Trump ? Je me souviens quand étant enfant cette crainte existait, on disait en autre que si un fou à la charge de peser sur le bouton rouge, cela serait désastreux.
Nuage

Peut-on survivre à un hiver nucléaire?

 

Test d'une bombe atomique en avril 1954 REUTERS

Test d’une bombe atomique en avril 1954 REUTERS

L’hiver nucléaire est le cauchemar de tous ceux qui se sont penchés sur les conséquences d’un conflit nucléaire. La guerre froide appartient au passé mais avec Poutine d’un côté et Trump de l’autre, le monde est peut-être sur le point de redevenir un endroit très dangereux. L’hiver nucléaire serait la conséquence des millions de tonnes de fumées, de poussières et de débris propulsés dans l’atmosphère par l’explosion des bombes atomiques et se répandant tout autour de notre planète. En masquant le rayonnement solaire, en détruisant la couche d’ozone, ils condamneraient à mort des populations se trouvant à des milliers de kilomètres des explosions.

Mais est-il possible tout de même et dans certaines conditions de survivre à un hiver nucléaire ce que décrivent d’ailleurs tant de livres et de films de science-fiction décrivant un univers post-apocalyptique? C’est la question que se posent sérieusement Life Nogginet Gizmodo. La réponse la plus simple est probablement non. Mais en fait tout dépend des pays qui mènent la guerre nucléaire et plus encore du nombre de bombes qui sont lancées et où elles sont lancées.

Famine et radiations

 

Comme le montre cette simulation animée, une guerre nucléaire «limitée» avec l’utilisation de 100 bombes de la puissance de celle d’Hiroshima, par exemple entre le Pakistan et l’Inde, se traduirait par des quantités importantes de l’ordre de 3 à 4 millions de tonnes de carbone propulsés au-dessus des nuages dans la stratosphère dont ils ne pourraient pas être «nettoyés» par les pluies. Les fumées couvriraient l’ensemble du globe en moins de deux semaines et il faudrait une décennie pour qu’elles disparaissent totalement. Elles absorberaient une partie du rayonnement solaire et verraient leur température approcher les 100 degrés celsius ce qui détruirait une partie de la couche d’ozone. Cela se traduirait par presque un doublement de la quantité d’UV qui frapperaient certaines régions. En Amérique du nord et en Europe, il faudrait seulement quelques minutes en juin pour attraper un coup de soleil.

Par ailleurs, la température baisserait sur tout le globe de plusieurs degrés ce qui aurait un impact désastreux sur les cultures. Jusqu’à 2 milliards de personnes pourraient périr de la famine.

Glaciation

 

Au bout de cinq ans, la température sur terre resterait en moyenne inférieure de 1 degré celsius à ce qu’elle était avant la guerre atomique et la couche d’ozone resterait fortement endommagée. Et il ne s’agit que de l’hypothèse de l’utilisation de 100 bombes. Il y en a 15.000 dans les arsenaux…

«Avec 100 bombes et moins, il est possible que vous puissiez survivre aux conséquences de la famine et de l’exposition aux radiations d’UV» explique Pat Graziosi qui a réalisé la vidéo de Life Noggin. «Mais avec une guerre nucléaire de grande ampleur, l’hiver nucléaire serait encore plus terrible».

Si des centaines ou des milliers de bombes étaient lancées par les Russes, les Américains, les Chinois… elles pourraient envoyer dans l’atmosphère jusqu’à 180 millions de tonnes de poussières.

Elles resteraient dans la stratosphère entre 10 et 20 ans et le rayonnement solaire serait tellement réduit «qu’à midi la clarté serait celle d’une nuit de pleine lune».

Les grandes zones agricoles de l’hémisphère nord se trouveraient rapidement gelées et la baisse des températures serait supérieure à celles de la dernière ère glaciaire il y a 18.000 ans. L’homme avait alors failli disparaître. A nouveau, la survie de l’espèce humaine serait en jeu.

http://www.slate.fr/