Famille et amis


Bien sûr, le travail est important, cependant, il est important de garder en tête que la famille et notre réseau social doivent avoir eux aussi des moments de qualité de notre présence.
Nuage


Famille et amis



Passez du temps avec votre famille et vos amis – Personne, sur son lit de mort ne dit jamais « J’aurais souhaité passer plus de temps au bureau. »


Joyce Meyer

L’histoire du bébé de 4 mois séparé de ses parents par l’administration Trump


Même si des gens immigrent illégalement, ce n’est pas une raison de séparer les enfants des parents. Et aux États-Unis sous le gouvernement de Donald Trump, ont a pu constater toute l’inhumanité de cet homme égoïste. C’est un vrai fiasco. Le père n’a pas tué, ni posé de bombe, il a simplement eu l’espoir d’un avenir meilleur pour lui et sa famille.
Nuage


L’histoire du bébé de 4 mois séparé de ses parents par l’administration Trump

Une mère porte son bébé dans un camp à Tijuana, au Mexique, près de la frontière américaine, le 28 novembre 2018. | Pedro Pardo / AFP

Une mère porte son bébé dans un camp à Tijuana, au Mexique, près de la frontière américaine, le 28 novembre 2018. | Pedro Pardo / AFP


Repéré par Claire Levenson

Repéré sur New York Times

Le New York Times a retrouvé le plus jeune enfant isolé de sa famille à la frontière mexicaine.

En mai 2018, l’administration de Donald Trump a publiquement reconnu avoir mis en place une politique de séparation des familles à la frontière avec le Mexique. Cela faisait près d’un an que ces nouvelles règles avaient été mises en œuvre, dans le but de dissuader les familles de migrant·es de venir aux États-Unis.

Les séparations ont officiellement été arrêtées à la fin juin 2018, mais des milliers d’enfants avaient déjà été séparés de leurs familles. Les adultes étaient placé·es en détention dans l’attente de leur procès et les enfants envoyé·es soit dans des centres de rétention pour mineur·es, soit dans des familles d’accueil.

En examinant les bases de données gouvernementales, la journaliste du New York Times Caitlin Dickerson a identifié l’enfant le plus jeune à avoir été séparé de sa famille dans ces circonstances. Il s’agit de Constantin Mutu, un bébé roumain qui n’avait que quatre mois quand il a été placé dans une famille d’accueil, tandis que son père était en détention.

L’histoire de ce bébé souligne l’inhumanité de la politique de séparation mise en place par le gouvernement Trump.

Cinq mois en famille d’accueil

Les parents de Constantin, qui sont Roms, avaient quitté leur village de Roumanie dans l’espoir d’une vie meilleure aux États-Unis; beaucoup d’autres membres de la localité avaient fait le voyage. La famille Mutu pensait pouvoir obtenir l’asile en raison des persécutions anti-Roms dans leurs pays.

D’abord passés par le Mexique, Constantin et son père ont été arrêtés à la frontière américaine. La mère du bébé et son autre fils étaient restés au Mexique, avant de repartir en Roumanie.

Constantin a été envoyé dans une famille d’accueil dans le Michigan, loin de la frontière. Après deux mois de détention, son père a été expulsé; les agents lui avaient dit que son fils reviendrait avec lui, mais il n’était pas là.

En tout, Constantin est resté cinq mois dans sa famille d’accueil, qui a communiqué avec les Mutu via Skype pour qu’ils puissent rester en contact avec leur fils.

En juin 2018, la mère de la famille d’accueil a présenté le nourrisson au tribunal, où il a été convenu que Constantin retournerait en Roumanie. L’avocat représentant le gouvernement a tenté de convaincre le juge que les frais de voyage devraient être payés par la famille Mutu, mais le juge ne l’a pas écouté.

Après cinq mois, Constantin s’était attaché à sa famille d’accueil; il a eu beaucoup de mal à s’adapter à sa nouvelle vie avec ses parents en Roumanie. Le New York Times souligne que le bébé semble avoir développé un retard de langage –à l’âge de dix-huit mois, il ne dit aucun mot.

Quant à l’assistante sociale qui avait placé Constantin dans une famille d’accueil, comme nombre d’autres mineur·es, elle a depuis démissionné: son travail était devenu émotionnellement trop difficile.

http://www.slate.fr/

Les familles de 4 générations ne sont pas si rares


Les gens vivent de plus en plus vieux et quelques générations se croisent, et il n’est pas rare de voir 4 générations se croiser
Nuage

 

Les familles de 4 générations ne sont pas si rares

 

 

On le sait, les gens vivent de plus en plus vieux, permettant aux familles de s’agrandir, mais aussi aux différentes générations de se côtoyer.

Sur le réseau social chinois TikTok, un phénomène viral est né. Plusieurs familles multigénérationnelles se sont mises à se filmer pour montrer à quel point leur famille était grande et leur arrière-grand-mère ou arrière-grand-père toujours aussi vivant(e)s.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Des amis depuis la sixième année découvrent qu’ils sont frères


Imaginez un homme qui a été adopté, et son ami depuis 60 ans n’a jamais connu son père. Pendant toutes ces années, ils n’ont jamais douté qu’ils fussent frères. Cela a dû être une vraie surprise pour ces deux hommes
Nuage

 

Des amis depuis la sixième année découvrent qu’ils sont frères

 

SHUTTERSTOCK / VITSTUDIO

Alan Robinson et Walter Macfarlane se sont rencontrés il y a environ 60 ans.

Deux amis d’enfance d’Hawaï ont reçu un cadeau de Noël extraordinaire cette année lorsqu’ils ont appris qu’ils étaient frères.

Alan Robinson et Walter Macfarlane ont passé des décennies à se demander à propos de leurs familles biologiques. Robinson a été adopté, tandis que Macfarlane n’a jamais connu son père.

Les deux ont cherché en ligne pour avoir des réponses à propos de leurs membres de la famille manquant, et des tests d’ADN les ont finalement aidés à réaliser qu’une pièce importante du casse-tête était devant eux pendant des années.

«C’était une expérience bouleversante. C’est toujours bouleversant», a dit Robinson à la station de nouvelles hawaïenne KHON2. «Je ne sais pas combien de temps ça va me prendre pour passer par-dessus ce sentiment.»

Robinson et Macfarlane sont nés à 15 mois d’intervalle à Hawaï. Ils se sont rencontrés en sixième année, ont joué dans la même équipe de football au secondaire, et sont restés amis pendant environ 60 ans.

KHON2 NEWS/YOUTUBEAlan Robinson (à gauche) avec son ami et demi-frère, Walter Macfarlane.

Macfarlane a commencé à chercher des réponses en ligne à propos de son père il y a des années, mais qu’il n’a rien trouvé. Plus tard, avec ses enfants, il a commencé à utilisé des site web à propos de l’ADN comme Ancestry.com.

Le meilleur match pour l’ADN de Macfarlane s’est avéré à être un utilisateur nommé Robi737, dont les chromosomes X se sont avérés être identiques à ceux de Macfarlane. Et par un coup du destin, il s’est avéré que Robi373 était en fait Robinson.

Les deux hommes se sont rendus compte qu’ils avaient la même mère, et ont célébré la découverte en rassemblant des amis et de membres de leurs familles respectives samedi, juste à temps pour les Fêtes.

«C’est le meilleur cadeau de Noël que je pouvais imaginer recevoir», a dit Robinson à KHON2.

Ils ont dit qu’ils planifiaient passer plus de temps ensemble et de voyager ensemble pendant leur retraite.

Macfarlane et Robinson ne sont pas les seuls à avoir découvert un lien spécial entre eux de la sorte. Plus tôt en décembre, un étudiant à la Kennesaw State University en Géorgie a utilisé Ancestry.com pour trouver son frère – qui étudiait à la même université.

Des compagnies comme Ancestry.com et 23AndMe ont capitalisés sur des avancées en analyse de l’ADN en offrant des services qui permettent aux gens d’en savoir plus sur leur héritage et leurs parents. Ancestry.com est en ligne depuis 1996, mais sa base de données a été lancée en 2012.

La compagnie prétend que ses utilisateurs ont fait plus de huit milliard de connexions entre leurs arbres généalogiques et ceux de d’autres utilisateurs depuis ses débuts en 2008.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Enfants : manger en famille pour être plus en forme


Manger en famille autour de la table, a peut-être tendance à disparaitre. Pourtant, cela aide vraiment aux enfants surtout s’ils peuvent discuter librement. Il semble plus que cela les rends moins agressifs, ils sont plus en forme et leur alimentation est meilleur
Nuage

 

Enfants : manger en famille pour être plus en forme

 

Monkey Business Images/Shutterstock.com

Différents travaux ont déjà montré que le fait de manger en famille serait l’un des meilleurs moyens de favoriser une alimentation « santé » et équilibrée. Des chercheurs canadiens ajoutent que les repas familiaux participeraient largement au bon développement (physique et psychologique) des enfants.

Dans nos sociétés modernes, les repas pris en famille autour d’une table ne sont plus systématiques. Certains préférant faire déjeuner ou dîner leurs enfants en amont (parfois même devant la télévision). Pourtant, selon des chercheurs de l’Université de Montréal, nos bambins ont tout à gagner à manger avec le reste de la tribu.

Les scientifiques ont ainsi analysé les données concernant des petits suivis depuis l’âge de 5 mois dans le cadre de l’Étude longitudinale du développement des enfants du Québec. A partir de 6 ans, leurs parents ont commencé à indiquer si leurs repas se faisaient à table, en famille, ou bien seul devant la télévision… Enfin, lorsque l’enfant a atteint son dixième anniversaire, parents, enfants et enseignants ont délivré des informations sur les habitudes de vie de ces jeunes.

Plus en forme, moins agressifs

Résultat, ceux qui prenaient leurs repas en famille à 6 ans étaient en meilleure forme générale, avaient davantage d’interactions sociales et consommaient moins de boissons sucrées 4 ans plus tard. Ils étaient par ailleurs moins agressifs que certains de leurs camarades.

Pour les auteurs, « la présence des parents pendant les repas fournit probablement aux jeunes enfants une interaction sociale de première main. Ils peuvent ainsi discuter des préoccupations quotidiennes… Nos résultats suggèrent que les repas familiaux ne sont pas seulement des marqueurs de qualité de l’environnement familial, mais aussi des pistes pour améliorer le bien-être des enfants. »

Ainsi préconisent-ils que « les repas familiaux ne soient pas négligés dans les campagnes de santé publique visant à optimiser le développement de l’enfant ».

  • Source : Université de Montréal, 14 décembre 2017
  • Ecrit par : Vincent Roche – Edité par : Dominique Salomon

https://destinationsante.com/