Vos publications Facebook trahissent votre état de santé


Est-ce une étude à prendre au sérieux ? Les volontaires sont surtout des femmes afro-américaines. Donc, c’est une étude de petite envergure.  Quoique même lors des interventions de certaines personnes, on peut deviner certains troubles sans qu’il soit explicitement énoncé, surtout du point de vue psychologique. Cela montre que les gens se dévoilent plus qu’ils ne pensent …
Nuage


Vos publications Facebook trahissent votre état de santé

Nos publications sur Facebook en disent beaucoup sur nous… jusqu’à dévoiler nos petites faiblesses et quelques indiscrétions sur notre santé…

C’est ce que démontrent des chercheurs qui sont parvenus à identifier plusieurs troubles médicaux comme l’anxiété, la dépendance à l’alcool ou encore le diabète, en analysant les publications de près de 1.000 volontaires sur Facebook.

Publiée dans la revue Plos One, l’étude a été réalisée à partir des données médicales et les profils Facebook de près de 1.000 personnes qui ont toutes accepté de se prêter à l’expérience. Les chercheurs des universités de Pennsylvanie et de Stony Brook (États-Unis) ont comparé les informations médicales des volontaires avec les posts publiés sur le réseau social.

« Le contenu publié sur les réseaux sociaux représente une part importante de la vie quotidienne des patients, autrement difficile à cerner, et offre un moyen d’étudier et d’évaluer les facteurs de risque de maladies comportementales et environnementales », considèrent les auteurs de l’étude.

Ils se sont concentrés sur le langage utilisé dans les posts et les données relatives aux patients comme l’âge, le sexe et l’origine ethnique. Ils ont ensuite tenté d’établir des diagnostics en se basant sur 21 conditions médicales différentes (diabète, dépression, grossesse etc).

L’étude a été réalisée à partir des données médicales et des statuts Facebook de près de 1.000 personnes qui ont toutes accepté de se prêter à l’expérience. © bombuscreative, IStock.com

L’étude a été réalisée à partir des données médicales et des statuts Facebook de près de 1.000 personnes qui ont toutes accepté de se prêter à l’expérience. © bombuscreative, IStock.com

Personnaliser les soins grâce à nos statuts Facebook ?

Les catégories de diagnostics médicaux pour lesquelles les statuts Facebook ont montré le plus de précisions dans les résultats par rapport aux données démographiques sont le diabète, la grossesse et les troubles mentaux comme l’anxiété, la dépression et les psychoses.

« Il s’agit de la première étude à montrer que le langage utilisé sur Facebook peut prédire les diagnostics dans le dossier de santé des personnes qui l’utilisent, ce qui révèle de nouvelles possibilités de personnaliser les soins et de comprendre comment la vie quotidienne ordinaire des patients est liée à leur santé », considèrent les auteurs des travaux dirigés par Raina Merchant, directrice du Centre pour la santé digitale de l’université de Pennsylvanie. 

Toutefois, cette recherche comporte de sérieuses limites

Les chercheurs reconnaissent toutefois que cette recherche comporte de sérieuses limites, notamment si l’on tient compte du fait que les associations prédictives du langage avec la maladie peuvent varier d’une population à l’autre et que l’échantillon de cette étude comprenait majoritairement des femmes d’origine afro-américaine. Les scientifiques soulignent donc la nécessité d’élargir les recherches à d’autres catégories de population ainsi qu’à d’autres plateformes sociales, telles que Twitter.

https://www.futura-sciences.com/

Donald Trump a dépensé presque un million de dollars pour qu’on lui souhaite un bon anniversaire sur Facebook


Qu’est-ce que Donald Trump ne ferait pas pour attirer l’attention. Cela parait anodin, pourtant ceux qui signe la carte du président Trump, donne des informations susceptible de l’intéressé en vue des prochaines élections
Nuage


Donald Trump a dépensé presque un million de dollars pour qu’on lui souhaite un bon anniversaire sur Facebook


Le président Donald Trump durant un discours dans un jardin de la Maison Blanche à Washington, le 14 juin 2019. Jim Watson / AFP

Le président Donald Trump durant un discours dans un jardin de la Maison Blanche à Washington, le 14 juin 2019. Jim Watson / AFP

Repéré par Christophe-Cécil Garnier

Repéré sur Vice News

Une stratégie loin d’être anodine avec les futures élections en 2020.


Donald Trump a eu 73 ans hier.(14 juin) C’est peut-être un détail pour vous, mais pour la politique américaine, ça veut dire beaucoup. Entre le 1er mars et le 1er juin, les données data de Facebook montrent qu’il a dépensé 752.000 dollars dans des annonces liées à des anniversaires, plus que tout autre candidat aux élections de 2020 sur un seul autre sujet spécifique, raconte Vice News. Il y a eu environ 10.000 «ads», ces publicités qui arrivent sur le fil des utilisateurs du réseau social, pour que les Américains souhaitent l’anniversaire du 45e président des États-Unis.

Sur les cartes était parfois écrit : «VITE! L’anniversaire du président Trump est DEMAIN! Il va lire les noms de toutes les personnes qui ont signé sa carte quand on les lui présentera pour son anniversaire. Verra-t-il votre

L’opération a commencé en avril, à l’approche de l’anniversaire de Mélania Trump. La Première dame est née fin avril et sa page Facebook a publié environ 3.300 annonces pour qu’on lui fête son anniversaire. Les publications ont en grande majorité ciblé les femmes des États du Sud et du Midwest, selon l’Ad Library de Facebook.

En cliquant sur de telles cartes, les utilisateurs de Facebook ont offert de nombreuses informations de contact pour aider à la réélection de Donald Trump. En effet, cela permet d’établir des listes d’électeurs qui sont cruciales pour des collectes de fonds. Cela aurait permis, selon les spécialistes politiques, de prendre une avance considérable sur la collecte de données sur les électeurs face aux Démocrates.

«Signer une carte d’anniversaire n’est pas quelque chose qui ressemble à une position politique. C’est une autre façon d’attirer des gens qui ne se seraient autrement pas engagés», estime Marne Pike, le CEO de Veracity Media, une société de stratégie numérique.

http://www.slate.fr/

Les combats de chiens prospèrent sur Facebook


J’ai essayé le lien pour signer la pétition pour cesser toute publicité des combats canins, mais la page semble inaccessible. C’est grave, en 5 mois plus de 2 000 publications ont été répertoriées pour la promotion des combats de chiens. Il y a en tout 160 563 membres font partie des 5 plus gros groupes de ces combats sur Facebook. Facebook ne fait rien ou pas grand chose a cette forme de cruauté animale.
Nuage


Les combats de chiens prospèrent sur Facebook


Une pétition a été lancée afin d'obliger Facebook à modérer les vidéos de combats de chiens. | David Taffet via Unsplash

Une pétition a été lancée afin d’obliger Facebook à modérer les vidéos de combats de chiens. | David Taffet via Unsplash

Repéré par Hakim Mokadem —

Repéré sur The Guardian


Le réseau social est accusé d’héberger de nombreuses vidéos sans qu’aucune modération ne soit appliquée.

Des vidéos d’affrontements entre chiens, organisés par leurs maîtres tels des combats de boxe, pullulent sur Facebook, et cela en agace plus d’un·e. Dans un rapport publié sur son site, l’organisation de défense des droits des animaux Lady Freethinker accuse le réseau social de rester muet face aux violations de ses propres règles.

Les combats de chiens sont des pratiques illégales dans de nombreux pays, comme en France, où ces bagarres constituent un délit puni de deux ans d’emprisonnement et de 30.000 euros d’amende.

Nina Jackel, la fondatrice de Lady Freethinker, dénonce auprès du Guardian «un niveau de violence et d’exploitation des chiens épouvantable».

2.000 publications recensées

Le rapport de l’organisation indique qu’entre octobre 2018 et février 2019, 2.000 publications ont été répertoriées comme faisant la promotion des combats canins et 150 pages, groupes et profils activement impliqués dans la pratique ont été identifiés. En tout, 160.563 membres feraient partie des cinq principaux groupes Facebook liés à cette activité.

Lady Freethinker a également signalé vingt-six messages portant atteinte aux règles du réseau social, repérés à partir de mots-clés associés aux combats de chiens, mais seulement six d’entre eux ont été supprimés de la plateforme, indique le rapport. Une bien maigre victoire pour ces soutiens de la cause animale, qui accusent Facebook de ne pas respecter ses propres règles.

«Comme notre rapport le montre, Facebook ne protège pas les animaux innocents contre les abus et la mort. En n’appliquant pas ses propres politiques contre la cruauté envers les animaux, Facebook est complice de perpétuer des actes criminels contre les chiens», déplore Nina Jackel.

Du côté du géant américain, on répète que les contenus faisant la promotion des combats d’animaux n’ont pas leur place sur la plateforme.

«Nous remercions[l’organisation] Lady Freethinker d’avoir attiré notre attention sur ces publications, nous l’avons contactée afin que nous puissions obtenir les informations dont nous avons besoin pour enquêter», a déclaré un porte-parole du réseau social.

Basée à Los Angeles, Lady Freethinker a lancé une pétition en ligne appelant Facebook à rechercher activement et supprimer tout contenu faisant la publicité des combats canins.

http://www.slate.fr/

Voici la véritable histoire de la fausse nouvelle la plus populaire du Québec


Depuis 4 ans, circule une fausse nouvelle que le maire de Dorval au Québec d’avoir refusé de retirer le porc des cantines à demande aux musulmans, ce qui est FAUX. Ce qui est vrai est qu’on a fait cette demande non pas au Québec, mais en France et le maire de l’endroit n’a pas fait mention quelle religion avait fait cette demande, car certaines branches chrétiennes, les Juifs et les musulmans ne mangent pas de porc. Cette nouvelle a été plusieurs fois partagée dans d’autres pays en changeant les noms et l’endroit et accusant spécifiquement les musulmans. Les fausses nouvelles peuvent faire beaucoup de ravage dans les réseaux sociaux. Ce qui est d’autant plus grave, certaines personnes savent que l’histoire a été inventée ou copier en apportant des changements et ils la partagent quand même, soi-disant pour la morale, pour confirmer leurs opinions et renforcer leurs préjugés. Nous ne sommes pas à l’abri malheureusement, mais avec un peu de recherches, dénoncer les fausses nouvelles, cela permettrait, j’espère à diminuer l’impact des fausses nouvelles.
Nuage


Voici la véritable histoire de la fausse nouvelle la plus populaire du Québec


Lieux-dits 2.0Les fausses nouvelles, comme la chasse-galerie, sont en quelque sorte du folklore moderne.

Les fausses nouvelles, comme la chasse-galerie, sont en quelque sorte du folklore moderne. Photo: Radio-Canada / Philippe Tardif

Jeff Yates

Le maire de Dorval n’a pas tenu tête aux parents d’élèves musulmans qui lui demandaient de retirer le porc des cantines scolaires. Pourtant, des centaines de milliers de gens y croient encore. C’est une fausse nouvelle qui est passée au rang du folklore québécois, selon des chercheurs. Autopsie d’un monstre.

« Bonne initiative d’un Québécois… »

Ainsi débute la publication de quelque 350 mots qui cause depuis quelques années des maux de tête à Dorval. Celle-ci félicite le maire, puis présente des propos que son secrétaire aurait tenus aux parents musulmans qui lui avaient supposément demandé de bannir le porc :

« Les musulmans doivent comprendre qu’ils doivent s’adapter au Canada et au Québec, à leurs coutumes, à leurs traditions, leur style de vie, parce que c’est là où ils ont choisi d’immigrer », peut-on lire dans la publication.

Peu importe si cette histoire n’a jamais eu lieu et même si les maires québécois n’ont aucun contrôle sur les menus des écoles, elle circule et continue de circuler, bon an, mal an, depuis 2015. J’avais moi-même démenti cette fausse nouvelle à l’époque, tout comme plusieurs autres médias. Après enquête, nous avons appris d’où elle provenait et comment elle s’est mise à circuler.

L’histoire de cette fausse nouvelle débute le 9 janvier 2013 à Antibes Juan-les-Pins, une ville de près de 75 000 personnes près de Cannes, dans le sud de la France. Ce n’est pas le maire Jean Leonetti, mais son adjointe, Françoise Thomel, qui envoie une lettre aux parents des élèves inscrits au service de restauration scolaire en réaction aux demandes de certains parents de réduire, voire d’éliminer le porc des cantines. D’autres avaient, au contraire, demandé une augmentation des plats à base de porc.

Il s'agit d'une carte du Canada, ainsi que d'un texte attribué au maire de Dorval.Capture d’écran de la fausse nouvelle à propos du maire de Dorval. Cet exemplaire a été publié en septembre 2015 et a été partagé 124 000 fois. Photo : Capture d’écran – Facebook

Ces demandes sont refusées.

« Cette demande […] est fondée sur des convictions religieuses ou personnelles, ce qui est contraire au principe de la laïcité », explique Mme Thomel dans sa lettre(Nouvelle fenêtre).

Elle ne dévoile pas de quelle religion ou de quelle idéologie se réclament les demandeurs.

La lettre apparaît rapidement sur les réseaux sociaux en France, puis dans les médias locaux (Nouvelle fenêtre). Peu de temps après, des blogues d’extrême droite reprennent l’histoire. Un d’entre eux compose une lettre ouverte au maire d’Antibes (Nouvelle fenêtre), le remerciant d’avoir tenu tête aux « musulmans ».

Si vous avez lu la fausse nouvelle à propos du maire de Dorval, vous avez déjà lu cette lettre ouverte au maire d’Antibes. Elles sont identiques. L’auteur de la fausse nouvelle a tout simplement modifié le texte pour que les références françaises concernent plutôt Dorval, le Québec ou le Canada.

Deux versions de cette fausse nouvelle, une publiée en septembre 2015, l’autre, en décembre 2017, soit bien après que l’histoire a été démentie, ont été partagées 124 000 et 178 000 fois respectivement sur Facebook. Comme beaucoup d’internautes font simplement un copier-coller du texte sur leur propre compte Facebook, il existe d’autres copies. La portée de cette fausse nouvelle est donc encore plus importante et impossible à mesurer.

À titre d’exemple, l’article le plus populaire de tous les grands médias québécois au cours des 12 derniers mois sur les réseaux sociaux, selon l’outil d’analyse BuzzSumo, a été partagé un peu plus de 61 000 fois sur Facebook.

« Cette info a été déformée, amplifiée et exploitée par des camps différents aux intérêts opposés », affirme Olivier Darcq, directeur de la communication à la Ville d’Antibes Juan-les-Pins.

Il explique que la nouvelle a été récupérée autant pour dépeindre le maire comme un héros de la laïcité que pour avertir les musulmans de ne pas visiter la ville.

Ironiquement, l’histoire qui soulève les passions un peu partout dans le monde ne semble pas trop préoccuper les habitants de sa ville d’origine. Selon M. Darcq, cette nouvelle n’anime plus les discussions à Antibes depuis longtemps.

« J’ai le sentiment que ce débat n’est absolument plus d’actualité dans notre commune. Donc, s’il y a plus beaucoup de partages, il est clair que l’information, qui est devenue une fake news, a été orientée par ceux qui ont intérêt à créer des tensions sur ces thématiques, alors que des principes de bon sens ont permis dans notre ville d’apaiser toutes problématiques à ce sujet », juge-t-il.

C’est en 2015 que la fausse version de cette histoire, mettant en vedette le maire de Dorval, commence à circuler. L’équipe du maire Edgar Rouleau a rapidement réalisé que quelque chose clochait sur les réseaux sociaux quand de nombreux internautes et des journalistes lui ont signalé la fausse nouvelle.

À l’époque, la ville de 19 000 âmes voulait réagir, mais elle ne détenait aucun compte sur les réseaux sociaux. Aucune arme, donc, pour se défendre contre ce tsunami de « j’aime » et de partages qui propulsait un mensonge à l’endroit du maire. La Ville a donc publié un communiqué sur son site web pour dénoncer la fausse nouvelle.

 C’était « le seul moyen qu’on avait », se rappelle le chargé de communications de la Ville de Dorval Sébastien Gauthier

Rien n’y faisait.

« C’est sûr que le maire, au début, s’est demandé, “est-ce qu’on peut faire arrêter ça?” Avec nos recherches et selon des experts qu’on a consultés, on s’est dit qu’essayer de mettre fin à ça et au commérage sur les réseaux sociaux… bonne chance, c’est mission impossible. On a lâché prise », admet M. Gauthier.

Près de quatre ans plus tard, cette fausse nouvelle a fait le tour du monde, a été traduite en plusieurs langues et continue toujours de circuler au Canada, tout comme ailleurs.

La « morale » de l’histoire avant les faits

Le maire de Dorval n’a pas banni le porc des cantines scolaires, malgré ce qui circule sur Facebook depuis quatre ans.Le maire de Dorval n’a pas banni le porc des cantines scolaires, malgré ce qui circule sur Facebook depuis quatre ans. Photo : Radio-Canada / Philippe Tardif

Il est impossible de précisément mesurer la portée de cette fausse nouvelle, mais elle a assurément rejoint des centaines de milliers, voire des millions de Québécois. La popularité de cette fausse nouvelle n’est pas anecdotique; quelque chose pousse des Québécois à la partager.

Afin de comprendre pourquoi, nous avons contacté plus d’une centaine de Québécois qui l’ont publiée sur leur compte Facebook. La plupart n’ont pas répondu, mais quelques-uns se sont prêtés au jeu.

Leurs réponses sont presque unanimes : les faits étalés dans l’histoire sont peu ou pas importants, selon eux. Ce qui leur importe, ce sont les valeurs exprimées, la « morale » de l’histoire. Même s’ils reconnaissent aujourd’hui que les événements décrits dans la publication Facebook ne se sont jamais produits, pour eux, l’histoire du maire de Dorval qui refuse de bannir le porc des cantines scolaires n’en demeure pas moins valide.

« Peut-être que l’information est fausse, mais les idéaux, eux, sont ce que la plupart des Québécois pensent, explique Sylvain. Pour être honnête, je n’ai pas beaucoup fait attention à [savoir si c’était vrai]! C’était plus les idées sur le point de vue que j’ai retenu et, pour moi, c’est là que cela prenait tout son sens. »

« Je ne savais pas que cette nouvelle était fausse… dommage. Je trouvais que celle-ci valait la peine d’être partagée, écrit, quant à elle, Marie-Claude. Je suis déçue, je croyais qu’il y avait quelqu’un qui avait des couilles! Mais c’est vrai, je suis d’accord avec les valeurs exprimées dans cette nouvelle. »

J’ai demandé à Jacques s’il se sentait mal d’avoir partagé une histoire inventée.

« Non, car même si ce n’est qu’une invention, ce n’est pas tout le monde qui prend le temps de vérifier si c’est vrai ou non. Le plus important sur les réseaux sociaux, c’est le message véhiculé. »

Lynda, elle, savait très bien que l’histoire était fausse — elle a même inclus un avertissement à cet effet à la fin de sa publication, partagée plus de 400 fois.

« Une histoire comme celle-là n’est qu’un prétexte pour ouvrir la discussion sur la laïcité de l’État et de faire entendre à tous nos opinions sur le sujet, explique-t-elle. Quand j’ai su que cela était faux, ça n’avait plus une grande importance pour moi, car ce texte, même faux, représentait ce que je crois qui devrait être fait dans une circonstance comme celle présentée, ou une quelconque circonstance hypothétique de ce genre. »

Presque tous en ont profité pour m’expliquer, sans que je le leur demande, leur vision de l’immigration et de la laïcité. Je sentais qu’ils cherchaient à se faire entendre, à partager leur message : l’immigration c’est bien, mais seulement quand les nouveaux arrivants s’intègrent. Partager cette publication leur permet d’exprimer leurs craintes que les musulmans, eux, ne s’intègrent pas, que ces derniers demandent que la société québécoise s’adapte à eux. Le maire de Dorval fictif dans l’histoire est, pour les personnes que j’ai interrogées, un exemple à suivre, un idéal.

Nous sommes donc devant une histoire fausse, relayée dans le but de véhiculer des craintes et de proposer une vision héroïque de ce que nous devons faire pour les combattre. Tout comme dans une épopée ou dans un mythe légendaire.

Sylvain, lui, me l’a dit sans broncher

. « Aujourd’hui, je le vois plus comme les contes que l’on raconte aux enfants. Je veux dire, l’histoire est peut-être inventée, mais les valeurs et la morale n’en restent que plus vraies. »

Ça, la communauté de chercheurs qui s’intéresse au folklore le sait depuis un bon moment.

Une sorte de folklore moderne

Des légendes urbaines émergent chaque fois qu’il y a des changements majeurs. Dans les nouvelles technologies, par exemple : « les micro-ondes détruisent les vitamines dans les aliments! »Une légende urbaine dans les nouvelles technologies : « les micro-ondes détruisent les vitamines dans les aliments! » Photo : Radio-Canada / Philippe Tardif

« Lorsqu’on a créé lnternet, certains croyaient que ça serait la fin des légendes urbaines parce que les gens pourraient immédiatement effectuer des recherches et déterminer qu’elles étaient fausses, ce qui stopperait le phénomène. Malheureusement, c’est loin d’être le cas », lance en riant Ian Brodie, professeur associé en folklore à l’Université du Cap-Breton, en Nouvelle-Écosse.

Parce que, oui, il considère que les fausses nouvelles sont tout simplement des légendes urbaines, la manifestation moderne d’un phénomène qui existe depuis la nuit des temps.

C’est du folklore moderne.

« Les folkloristes parlent des légendes urbaines depuis beaucoup plus longtemps que nous parlons des fake news. Il y a beaucoup de points en commun entre ces phénomènes », renchérit Russel Frank, de l’Université de Pennsylvanie.

Ce dernier est bien placé pour parler : il détient un doctorat en folklore, mais enseigne le journalisme.

Certes, les réseaux sociaux ont changé la donne. Mais un bon nombre des fausses nouvelles que nous voyons aujourd’hui auraient jadis circulé dans ces conversations de salon, à l’arrêt d’autobus, autour de la table au souper. Elles le font depuis que les humains existent.

« C’est la même chose qui se traduit sur les réseaux sociaux. L’important, ce n’est pas tant la source ou la fiabilité de l’information, mais plutôt l’identité de la personne qui me la relaie, que je connais, avec qui j’entretiens une relation », illustre M. Brodie. C’est le royaume du « as-tu entendu que…? »

J’ai résumé aux chercheurs les conclusions de ma petite enquête auprès des gens qui ont partagé l’histoire du maire de Dorval. Rien de cela ne les a surpris. Le but des légendes urbaines n’est pas d’informer, mais de communiquer des craintes, d’avertir, pensent-ils.

Aussi peu fiables que ces histoires puissent être en ce qui concerne les faits, elles sont une mesure extrêmement fiable des anxiétés qui traversent une société. Russel Frank, professeur, Université du Cap-Breton

Selon M. Brodie, c’est pourquoi des légendes urbaines émergent lorsqu’il y a des changements sociaux majeurs : les nouvelles technologies (« les micro-ondes détruisent les vitamines dans les aliments! »), l’évolution des moeurs (« les homosexuels sont satanistes! »), les changements dans l’ordre social (« sans mères au foyer, les enfants deviendront dingues! »), et, oui, les vagues d’immigration.

M. Frank m’envoie un article publié par la chercheuse Florence E. Baer dans le journal universitaire American Folklore. L’auteure tente de déterminer la source de rumeurs qui circulent à l’endroit d’un groupe de réfugiés dans une petite ville en Californie.

Il s’en trouve plusieurs pour alimenter toutes sortes de rumeurs sur ces nouveaux arrivants : ils ont des pratiques alimentaires bizarres, ils ne réussiront jamais à s’intégrer. Un garçon affirme les avoir vus tuer et manger le chien d’une dame; même si l’enquête policière conclut que ces événements ne se sont pas produits, les esprits s’enflamment, l’histoire explose. Ou encore, de bouche à oreille, on se scandalise que l’ami de l’oncle d’untel a entendu du frère d’untel que ces réfugiés reçoivent plus d’argent du gouvernement que son père, qui est retraité.

Tout cela m’est extrêmement familier. Des histoires du genre, j’en ai vu des tonnes, relayées des dizaines de milliers de fois sur Facebook. J’ai même dû démentir deux fois l’idée que le gouvernement traite mieux les réfugiés que les aînés. C’est du déjà-vu.

Par contre, dans le cas de l’étude de Florence Baer, on ne parle pas de réfugiés syriens, mais de réfugiés vietnamiens. Parce que, voyez-vous, même si ces histoires ont l’air de provenir de statuts Facebook viraux, l’article de Mme Baer a été publié en 1982 (Nouvelle fenêtre). Ce sont les mêmes vieilles histoires qui ressurgissent. La désinformation au XXIe siècle n’a rien de très original.

Des histoires pour mettre en garde envers l’Autre

Au début des années 1900 aux États-Unis, illustre-t-il, on mettait en garde les jeunes femmes contre des établissements dangereux, qui représentaient la déchéance sexuelle. On parlait, bien sûr, des crèmeries.Au début des années 1900 aux États-Unis, illustre-t-il, on mettait en garde les jeunes femmes contre des établissements dangereux, qui représentaient la déchéance sexuelle. On parlait, bien sûr, des crèmeries. Photo : Radio-Canada / Philippe Tardif

Ian Brodie affirme que l’immigration alimente en bonne partie les légendes urbaines, et ce, depuis toujours. Au début des années 1900 aux États-Unis, illustre-t-il, on mettait en garde les jeunes femmes contre des établissements dangereux, qui représentaient la déchéance sexuelle. Fréquenter ces lieux en tant que femme, c’était s’exposer au risque d’être violée, voire kidnappée, puis envoyée à l’autre bout du monde comme esclave sexuelle.

On parlait, bien sûr, des crèmeries. Pourquoi? Parce que les premiers commerces à vendre de la crème glacée dans ce pays étaient gérés par ces étrangers mystérieux et que certains croyaient dangereux, les Italiens.

« Les crèmeries étaient des endroits terrifiants parce que cette nouvelle population immigrante vendait une nouvelle sorte de nourriture qu’on ne connaissait pas. Ça faisait peur!

On disait : “jeunes femmes, si vous voulez protéger votre vertu, parents, si vous voulez protéger vos filles, évitez les crèmeries! » », raconte-t-il en ricanant.

Si on veut remonter encore plus loin, les Romains disaient que les chrétiens kidnappaient les enfants et buvaient leur sang, ajoute-t-il.

« Les légendes urbaines qui traduisent une anxiété envers l’Autre forment une immense partie du folklore. Il y a cette peur de la différence, de vivre dans un monde qui est changé par l’Autre », avance M. Frank.

C’est pourquoi les mêmes histoires reviennent, encore et encore.

Que faire pour freiner la propagation de légendes du genre si les faits ne font que rebondir sur leur carapace?

« Tout ce qu’on peut faire, c’est prendre un peu de recul et dire “l’histoire que tu me racontes, elle n’a rien de nouveau. Elle existe depuis des siècles. Je suis certain que tu y croies et qu’elle confirme tes opinions, et je ne pourrai probablement pas changer tes préjugés, mais, écoute… c’est la même histoire” », laisse tomber M. Brodie.

Heureusement, ces rumeurs tendent à disparaître au fil du temps, ajoute-t-il. Peu de gens inventent aujourd’hui des fausses nouvelles à propos de l’immigration vietnamienne ou italienne, par exemple.

La fausse nouvelle du maire de Dorval s’inscrit dans une longue tradition. On exprime nos craintes à l’aide d’histoires plus souvent fausses que vraies, dont les sources sont nébuleuses. Il y a toujours un héros, qui tient tête contre vents et marées contre un ennemi insidieux. L’important, ce n’est pas si c’est arrivé pour vrai, si les faits rapportés sont exacts. L’histoire elle-même sert à communiquer un avertissement, un point de vue, une piste de solution.

C’est probablement pourquoi cette fausse nouvelle ne séduit pas uniquement les Québécois. Il existe d’autres versions dans plusieurs pays, dont la Belgique ou l’Australie, qui visent des maires locaux. Par contre, celle mettant en vedette le maire de Dorval semble de loin la plus populaire. D’ailleurs, seulement pendant la rédaction de cet article, un site web israélien l’a relayée. Ensuite, une autre version de la fausse nouvelle a rebondi dans sa terre d’origine, la France (Nouvelle fenêtre)cette fois-ci mettant en vedette un autre maire français.

Le maire de Dorval reçoit quelques appels ou courriels chaque mois pour le féliciter d’avoir tenu tête aux parents musulmans, souligne Sébastien Gauthier. La plupart des messages sont en anglais et proviennent du reste du Canada ou des États-Unis.

Le billet du maire expliquant que l’histoire est fausse trône souvent au sommet des sections les plus populaires sur le site web de la Ville. Selon M. Gauthier, c’était la deuxième section la plus consultée en 2018.

La Ville, du haut de sa page Facebook lancée en 2016 et qui comporte moins de 2000 abonnés, voit mal ce qu’elle pourrait faire, mis à part signaler quelques publications ici et là.

« Oui, ça nous dérange, mais la bibitte des réseaux sociaux est tellement énorme qu’on se dit, “comment peut-on se battre contre ça?” Surtout quand on voit que ça fait maintenant quatre ans que la “nouvelle” a été démentie… Qu’est-ce qu’on fait? », lance-t-il.

Aussi bien tenter de se battre contre la chasse-galerie.

https://ici.radio-canada.ca

Une ado se suicide après avoir publié un sondage sur Instagram


C’est pitoyable, même inquiétant de voir comment les réseaux sociaux peuvent influencer des jeunes enfants et adolescents. Cette adolescente a fait un sondage si elle devait mourir ou vivre. Vous imaginez 69 % on voter pour la mort. J’espère qu’ils se sentent coupables d’avoir participé à son suicide.
Nuage


Une ado se suicide après avoir publié un sondage sur Instagram


Un écran de téléphone affichant le logo d'Instagram.

Le logo d’Instagram Photo: iStock / alexsl


  • Agence France-Presse

Une adolescente malaisienne, qui avait publié un sondage sur son compte Instagram demandant si elle devait vivre ou mettre fin à ses jours, s’est donné la mort après avoir vu que la majorité de ses abonnés avaient voté pour qu’elle meure.

La jeune fille, âgée de 16 ans et habitant à Kuching dans l’État malaisien de Sarawak, est subitement morte après avoir publié ce sondage sur le réseau social lundi, a déclaré la police aux médias locaux.

Très important, aidez-moi à choisir entre D/L, a-t-elle écrit sur son compte, selon ce que rapporte le site Internet d’informations Astro Awani. Les lettres D et L feraient apparemment référence à la mort [death en anglais] et à la vie [life en anglais].

La police a indiqué que 69 % des internautes ont voté pour sa mort et que 31 % souhaitaient qu’elle continue à vivre.

La réaction d’Instagram

Ce suicide a déclenché de multiples réactions en Malaisie.

Le député Ramkarpal Singh a appelé à l’ouverture d’une enquête pour éviter d’autres abus sur les réseaux sociaux dans de semblables circonstances à l’avenir.

Ching Yee Wong, la responsable des communications d’Instagram pour l’Asie-Pacifique, a transmis ses condoléances à la famille.

Elle a reconnu que le réseau social détenu par le groupe Facebook avait l’importante responsabilité de s’assurer que les gens qui utilisent Instagram se sentent en sécurité et soutenus.

Elle a appelé ceux qui y recourent à utiliser les outils de signalement et à contacter les services d’urgence s’ils voient que la sécurité de quelqu’un est menacée.

Instagram impliqué dans un autre cas de suicide

Cette affaire rappelle la polémique suscitée par la mort de Molly Russell, une adolescente britannique qui s’était suicidée en 2017 à l’âge de 14 ans après avoir regardé des contenus liés à l’automutilation et au suicide sur Instagram.

Cette tragédie avait mené à un vaste débat sur l’utilisation des réseaux sociaux par les enfants et sur la régulation des contenus.

En février, Instagram, qui interdisait déjà toute publication encourageant ou promouvant suicide ou automutilation, a décidé de bannir les photos montrant des blessures infligées à soi-même.

Besoin d’aide pour vous ou un proche?

Ligne québécoise de prévention du suicide : 1 866 APPELLE (277-3553).

Ce service est accessible partout au Québec, 7 jours sur 7, 24 heures sur 24.

Ailleurs au Canada : 1 833 456-4566

https://ici.radio-canada.ca/

Qu’advient-il de votre compte Facebook après votre mort?


Des analystes pensent que d’ici 50 ans, juste sur Facebook, il y aurait plus de comptes dont les utilisateurs seraient morts que de vivants. Le problème est que nos données personnelles ne seront pas effacées qu’importe les réseaux sociaux. Si nous avons des secrets que nous ne voulons pas qu’ils soient mis au grand jour ou qu’ils soient utilisés à d’autres fins, il faut faire attention de ce que nous laissons comme traces …
Nuage


Qu’advient-il de votre compte Facebook après votre mort?


Des écrans arborent le logo blanc et bleu de Facebook

D’ici cinquante ans, Facebook pourrait compter davantage de comptes d’utilisateurs morts que vivants. Photo: AFP/Getty Images / LIONEL BONAVENTURE

La Presse canadienne

Eileen Nearne est décédée en 2010, à l’âge de 89 ans, au terme d’une vie apparemment sans histoire. Mais quand les responsables locaux ont visité le petit appartement où elle vivait seule à Torquay, à environ 300 km au sud-ouest de Londres, ils ont découvert le secret qu’elle protégeait depuis plus de 65 ans.

Le 2 mars 1944, alors qu’elle n’avait que 23 ans, Mme Nearne s’est rendue clandestinement en France où, à l’aide d’un émetteur sans fil, elle a servi de liaison entre les résistants français et les chefs militaires britanniques avant le débarquement de Normandie. Elle a joué ce rôle périlleux jusqu’en juillet 1944, quand les nazis l’ont capturée, torturée et envoyée au camp de concentration de Ravensbrück, en Allemagne.

Au moment de son décès, parents et amis ne savaient absolument rien des activités de cette femme durant la Seconde Guerre mondiale. Ils ont été stupéfaits de découvrir que le Royaume-Uni venait de perdre une véritable héroïne qui n’avait jamais soufflé mot de ses exploits.

Aujourd’hui, la question de ce qui adviendra après notre décès des secrets que nous avons gardés toute notre vie prend une tout autre dimension, avec la prolifération des plateformes sociales comme Facebook.

Il faut réfléchir à ce qu’on veut laisser comme traces. Katharina Niemeyer, professeure à l’École des médias de l’Université du Québec à Montréal (UQAM)

« Avant [Facebook], peut-être qu’après notre décès, on trouvait quelques photos; peut-être des dossiers sur l’ordinateur, ou un journal intime, explique la professeure Katharina Niemeyer. En ligne, on va pouvoir découvrir des parties de nos proches qu’on ne soupçonnait pas. Il peut y avoir des surprises. »

« Mais le contraire pourra aussi se produire : « Cette personne en faisait beaucoup plus que je le croyais dans la vie, et c’est beau de voir des côtés que je ne soupçonnais pas. » »

Accéder au profil Facebook du disparu pourrait donc être comparé à fouiller dans les tiroirs et le garde-robe de Mme Nearne après son décès : qui sait quels secrets – joyeux et tristes, troublants et surprenants – s’y cachent?

Le royaume des morts?

Des chercheurs de l’Université d’Oxford ont tout récemment prédit que, si la tendance actuelle se maintient, Facebook comptera d’ici 50 ans davantage d’utilisateurs morts que vivants. Selon leurs analyses, au moins 1,4 milliard de membres mourront d’ici 2100, ce qui signifierait que les morts seraient plus nombreux que les vivants d’ici 2070.

Mais si Facebook continue d’ajouter 13 % de nouveaux membres chaque année, jusqu’à la saturation de tous les marchés, on pourrait compter tout près de cinq milliards d’utilisateurs morts d’ici la fin du siècle.

C’est toutefois un très gros « si ».

« Il faut nuancer un peu cette affirmation-là, parce que c’est présumer que dans plusieurs décennies, on aura toujours Facebook dans sa forme actuelle, indique Nadia Seraiocco, une doctorante de l’UQAM. On n’a aucune preuve que ça va continuer comme ça pendant plusieurs décennies; que Facebook ne changera pas de forme d’ici un an ou deux; qu’il n’y aura pas de réglementation plus sévère sur ce que les [entreprises] comme Facebook peuvent garder comme données. »

Déjà, dit-elle, on a constaté une baisse de la croissance et des profits de Facebook dès le trimestre suivant l’entrée en vigueur, en mai dernier, du Règlement général sur la protection des données (RGPD) sur le territoire de l’Union européenne.

« Je ne peux que présumer que ce règlement-là s’appliquera sur ce qu’on veut qu’il advienne de nos données après notre mort, poursuit Mme Seraiocco. Parce que présentement, même si vous vous débranchez de Facebook, vos données restent là. Est-ce qu’il en sera toujours ainsi? Je me permets d’en douter. »

Les données en héritage

Pour le moment, vous pouvez nommer un légataire qui gérera vos affaires numériques après votre décès. Mais même si cette personne ferme la page Facebook, ou même si elle en fait une page commémorative, les données, elles, ne s’en vont nulle part.

On ne respecte pas tout à fait la volonté de quelqu’un qui voudrait que ses données soient effacées après son décès. On devrait pouvoir disposer de ce qu’on génère comme données, mais des contrats d’adhésion qui sont souvent moins que clairs nous enlèvent cette possibilité-là. Nadia Seraiocco

Tous n’ayant pas un passé aussi glorieux que celui de Mme Nearne, confier notre mot de passe à nos descendants – et donc leur donner la clé du coffre qui renferme tous nos secrets numériques – ne plaira pas à tout le monde.

La réalité ressemblera davantage à ceci : la plupart des gens auront mis en ligne, pendant leur vie, des trucs qu’ils ne souhaiteront pas être présentés à froid à leur famille après leur décès, sans contexte. S’ils décident d’en parler avant leur mort, tant mieux; sinon, ils l’emporteront dans leur tombe.

« C’est un enjeu de voir comment la famille et les amis proches vont gérer cet héritage numérique d’un point de vue éthique, dit Katharina Niemeyer. Qu’est-ce qu’on veut divulguer ou pas? Qu’est-ce qu’on partage ou pas avec nos proches? Qu’est-ce qu’on garde pour soi? Il n’y a pas de recette miracle, mais un jour, en famille, il faut en parler, noter les mots de passe, mentionner comment [l’héritage numérique] doit être géré. »

Valeur marchande et recherche

« La réaction des gens est de dire : « J’ai vraiment tout ça, là, et ça va rester là après ma mort? » Oui, illustre Nadia Seraiocco. Ces données-là ont une valeur marchande, et c’est pour ça qu’on les garde. Vous devriez avoir le droit de dire : « J’ai souscrit à ce service-là, je ne veux plus que mes données y soient ». Ce serait la moindre des choses. »

Un riche « patrimoine humain » est verrouillé chez Facebook, déplore-t-elle, et réservé à ceux qui ont les moyens de payer, alors qu’il pourrait avoir une valeur inestimable entre les mains des chercheurs. Elle estime que l’abonné devrait avoir le pouvoir de décider de faire disparaître ses données ou de les transmettre à la recherche, par exemple après trois mois d’inactivité.

« Les données sont en croissance chez Facebook et d’autres réseaux sociaux, que ce soit Google, Facebook ou Amazon, rappelle Mme Seraiocco. Ces gens-là ont énormément de données sur nos habitudes de vie, sur la manière dont nous consommons, sur ce que nous aimons… Je pense qu’il devrait y avoir plus d’ouverture là-dessus. La plus grande partie de nos activités en ligne est concentrée sur des plateformes commerciales, donc ça rend ça très difficile. Il commence à y avoir un peu de transfert de connaissances, mais ce n’est pas suffisant. »

Elle rappelle que Facebook, Google, Amazon et les autres sont des entreprises commerciales dont le but premier est de réaliser des profits. Mais la grogne commence à s’intensifier : de plus en plus de gens demandent pourquoi Facebook garde leurs données, et ce qu’elle en fait s’ils se débranchent, ce qui finira inévitablement par attirer l’attention des élus.

« C’est une compagnie privée qui a littéralement le droit de vie ou de mort sur tout ce qui touche votre vie privée, et je pense que nos États devraient s’y intéresser plus », dit Mme Seraiocco.

En attendant, l’internaute doit prendre conscience que Facebook n’est pas qu’une activité ludique et sans conséquences. Ses activités en ligne ne se volatilisent pas aussitôt qu’elles sont terminées.

« Non, tout ça n’est pas immatériel parce que c’est numérique, résume Nadia Seraiocco. Ça correspond à des entrées sur des serveurs; ça peut être classifié; ça peut être remixé; on peut créer de nouveaux profils à partir de vos données; on peut faire de l’analyse prédictive… Une question reste : qu’est-ce qu’on fait avec vos données et votre profil [après votre mort]? Et est-ce que vous avez votre mot à dire là-dedans? Pour le moment, la réponse est non. »

https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/

Trump utilise Twitter pour contourner des médias "corrompus"


Donald Trump utilise les réseaux sociaux de Facebook, Instagram et Twitter pour soi-disant éviter les fausses nouvelles (fake news), car les médias, d’après lui raconte pour la plupart des mensonges. Faut-il en rire ou en pleurer ? Est-ce qu’il finit par croire ses propres mensonges ? Enfin, ce n’est sûrement pas dans les réseaux sociaux qu’il y a plus d’honnêteté qu’ailleurs
Nuage

 

 

Trump utilise Twitter pour contourner des médias « corrompus »

 

© afp.

Le président américain Donald Trump a défendu mercredi son usage intensif de Twitter, affirmant que c’était le meilleur moyen pour lui de contourner des médias qualifiés de « corrompus » et « malhonnêtes ».

« Twitter est le moyen pour moi de faire passer mon message quand les médias sont corrompus, et ils sont corrompus », a lancé le président américain depuis les jardins de la Maison Blanche avant de s’envoler pour l’Ohio.

Médias « si malhonnêtes »

« Nos médias sont si malhonnêtes, la plupart d’entre eux », a poursuivi le 45e président des Etats-Unis lors d’un échange avec les journalistes. « Ils ne relatent pas les faits », a ajouté le locataire de la Maison Blanche, coutumier des attaques extrêmement virulentes contre les journalistes.

Médias « fake news »

Evoquant son recours à « Facebook, Instagram, Twitter », il a ajouté:

« C’est une façon pour moi de faire passer un message honnête car il y a énormément de malhonnêteté parmi les médias Fake News ».

Le compte Twitter @realDonaldTrump compte près de 60 millions d’abonnés.

https://www.7sur7.be/7s7

Instagram interdit les photos d’automutilation


Doit-on laisser libre à la liberté d’expression qu’importe le sujet sur les réseaux sociaux ? Je pense qu’il faut mettre des limites, sachant qu’il y peut avoir des effets domino. Instagram comme d’autres veulent mettre fin à des comportements d’automutilation et suicidaire qui peuvent être véhiculé par des photos et commentaires
Nuage

 

Instagram interdit les photos d’automutilation

 

getty.

Instagram, très populaire chez les jeunes, a décidé de bannir les photos montrant des blessures infligées à soi-même, pour aider à lutter contre l’automutilation et le suicide, a annoncé jeudi la plateforme possédée par Facebook.

Très récemment, « nous avons relevé que, concernant les questions d’automutilation et de suicide, nous ne sommes pas au point et que nous devrions en faire davantage afin d’assurer la sécurité des utilisateurs d’Instagram », a indiqué le réseau social dans un texte publié sur son blog officiel.

Le site, qui interdisait déjà toute publication encourageant ou promouvant suicide ou automutilation, va désormais aussi interdire et retirer les « images violemment explicites d’automutilation, comme les coupures » infligées à soi-même.

Refus de stigmatiser

Quant aux photos moins directement dures mais liées à l’automutilation – comme des cicatrices par exemple -, elles n’apparaîtront pas dans les résultats de recherche et ne seront pas recommandées par les algorithmes d’Instagram, qui dit travailler avec des experts en santé mentale.

Ce type de contenu moins directement explicite ne sera « pas complètement supprimé car nous ne voulons pas stigmatiser ou isoler des gens pouvant être dans la détresse et publiant des contenus liés à des actes d’automutilation pour appeler à l’aide », ajoute la filiale de Facebook.

Comme sa maison-mère, Instagram mais aussi Twitter ou Google tentent en permanence de limiter les contenus problématiques sur leurs plateformes tout en cherchant à éviter toute accusation de censure.

La plateforme de partage de photos, qui revendique plus d’un milliard d’usagers dans le monde, réfléchit aussi à d’autres mesures, comme le floutage de certaines images.

Accusations

Selon la BBC, cette décision intervient après que le père d’une jeune Britannique de 14 ans qui s’est suicidée en 2017 eut accusé Instagram d’avoir sa part de responsabilité dans le drame. Elle avait selon son père consulté beaucoup de contenus liés au suicide ou à l’automutilation.

Née comme simple plateforme de partage de photos, Instagram a été rachetée par Facebook en 2012 et est devenue au fil du temps un réseau social à part entière où les usagers dialoguent via les commentaires placés sous les photos.

https://www.7sur7.be/

Non, Facebook ne limite pas votre fil d’actualités à 25 amis


Ce qui serait bien avant de mettre des messages qu’on demande de copier coller est de faire une petite recherche sur un moteur de recherche ou encore sur des sites comme celui de https://www.francoischarron.com/ très connu au Québec. Il émet souvent des mises en garde contre les canulars qui circulent sur Facebook. Cela éviterait de polluer le réseau social et arrêterait les gens qui propagent les canulars en se disant au cas où que c’est vrai.
Nuage

 

Non, Facebook ne limite pas votre fil d’actualités à 25 amis

 

Logo de l'application mobile de Facebook.

Ce message a été démenti par Facebook il y a déjà près d’un an. Photo: The Associated Press / Matt Rourke

Une publication virale qui prétend que le fil d’actualités Facebook ne montre que les activités de 25 amis est un canular.

L’histoire provient d’une publication écrite reprise sous différentes formes, mais qui semble toujours indiquer que vous n’avez accès qu’au contenu de 25 ou 26 amis. Ces messages circulent abondamment depuis de nombreux mois sur le réseau social.

Voici l’un de ces messages :

« Merci pour les conseils pour contourner FB … ça marche !! J’ai un tout nouveau flux de nouvelles. Je vois des messages de personnes que je n’ai pas vues depuis des années. Voici comment contourner le système que FB a maintenant mis en place pour limiter les publications sur votre fil de nouvelles. Leur nouvel algorithme choisit les mêmes personnes – environ 25 – qui liront vos messages. Par conséquent, maintenez votre doigt n’importe où dans ce message et « copie » apparaîtra. Cliquez sur « copier ». Ensuite, allez sur votre page, commencez une nouvelle publication et placez votre doigt n’importe où dans le champ vide. « Coller » va apparaître et cliquer coller. Cela contournera le système. Salut nouveaux et anciens amis! Bonne année à tous! »

Ce message et tous ceux du même genre sont toutefois complètement faux, comme l’avait confirmé Facebook au Washington Post en février 2018.

« Ce n’est tout simplement pas vrai, avait indiqué un porte-parole de Facebook. Nous classons le fil d’actualités selon la pertinence pour vous, et bien que nous ayons fait des mises à jour qui pourraient affecter le nombre de publications de vos amis qui y apparaissent, votre fil d’actualités n’est pas limité à 25 d’entre eux. »

L’origine de ce canular remonterait à la fin de l’année 2017, mais il a connu ses heures de gloire lorsque Facebook a annoncé des changements à l’algorithme du fil d’actualités, en janvier 2018.

L’entreprise souhaitait alors faire apparaître davantage de publications des amis et de la famille de ses utilisateurs, au détriment de celles des marques et des entreprises.

Avec les informations de Business Insideret The Washington Post

https://ici.radio-canada.ca/

L’addiction aux réseaux sociaux incite à faire les mauvais choix


C’est bien d’être connecté aux réseaux sociaux, mais il faut aussi modérer nos ardeurs. L’addiction des réseaux sociaux peut avoir les mêmes conséquences que l’addiction aux drogues, alcool, etc.
Nuage

 

L’addiction aux réseaux sociaux incite à faire les mauvais choix

 

Monkey Business Images/shutterstock.com

Selon des chercheurs américains, la fréquentation excessive des réseaux sociaux biaiserait la prise de décision. Un point commun avec les sujets dépendants aux opioïdes, à la cocaïne ou aux amphétamines.

La dépendance avec ou sans substance (alcool, cannabis, jeux vidéo, sexe…) est connue pour altérer la lucidité. Qu’en est-il de l’addiction aux réseaux sociaux ? Celles et ceux incapables de réfréner un clic pour scroller sur les dernières publications et partager leur quotidien souffrent-ils d’addiction ? Et si oui, comment cela se traduit-il ?

Pour le savoir, des scientifiques de l’Université du Michigan (Etats-Unis) ont sélectionné 71 volontaires. Chacun a renseigné par questionnaire son utilisation de Facebook, son sentiment lorsqu’il se connecte puis ferme l’onglet. Autre item interrogé, la place de ce réseau social dans sa vie étudiante ou professionnelle.

Une prise de décision équivalente à celle des usagers de drogue

Chaque participant a ensuite passé le test de l’Iowa Gambling, habituellement employé par les psychologues pour évaluer la capacité à prendre une décision. Résultats, les plus indécis étaient aussi ceux qui se connectaient massivement à Facebook. Les consommateurs « d’opioïdes, de cocaïne et d’amphétamines obtiennent les mêmes résultats : leur mécanisme de prise de décision est altéré de la même façon que les accros à Facebook », déclare le Pr Dar Meshi, principal auteur de l’étude.

« Etant donné le nombre de personnes ultra-connectées sur les réseaux sociaux, il semble important de comprendre l’impact de cette vie numérique », déclare le Pr Meshi. « Certes, ces plateformes ont de nombreux bénéfices sur la vie des gens, mais elles représentent aussi une menace quand les usagers deviennent incapables de s’en séparer. Nous devons mener d’autres études pour confirmer que les connexions intempestives aux réseaux sociaux constituent bien une réelle addiction. »

  • Source : Journal of Behavior Addictions,
  • Ecrit par : Laura Bourgault – Edité par : Vincent Roche

https://destinationsante.com/