Des migrants vendus sur des « marchés aux esclaves » en Libye


On a beau critiquer contre les migrants, mais on ne voudrait pas vivre ce qu’ils vivent. Au Libye, ils peuvent être vendus comme esclave, les femmes violées, et même, ils les livrent à la prostitution. Alors que ces gens, fuient un enfer pour entrer dans un autre enfer
Nuage

 

Des migrants vendus sur des « marchés aux esclaves » en Libye

 

GAMBIE

Un nombre croissant de migrants transitant par la Libye sont vendus sur ce qu’ils appellent des « marchés aux esclaves » avant d’être soumis au travail forcé ou à l’exploitation sexuelle, dit un rapport publié mardi par l’Organisation internationale pour les migrations (OIM).

Des migrants originaires d’Afrique de l’Ouest interrogés par l’OIM disent avoir été achetés et revendus dans des garages et des parkings de la ville de Sabha, localité du sud de la Libye par laquelle passent de nombreux candidats à l’exil.

Ils sont vendus entre 200 et 300 dollars et retenus deux à trois mois, en moyenne, a déclaré Othman Belbeisi, qui dirige la mission de l’OIM en Libye.

« Les migrants sont vendus sur le marché comme s’ils étaient une matière première », a-t-il dit à la presse.

«La traite d’êtres humains est de plus en plus fréquente chez les passeurs dont les réseaux sont de plus en plus puissants en Libye.» – Othman Belbeisi, directeur de la mission de l’OIM en Libye

Originaires surtout du Nigeria, du Sénégal et de Gambie, les migrants sont capturés alors qu’ils font route vers le nord de la Libye d’où ils comptent gagner l’Europe en traversant la Méditerranée.

Tout au long de ce périple, ils sont la proie de groupes armés et de réseaux de passeurs qui tentent parfois de leur extorquer de l’argent.

La plupart des migrants sont utilisés comme travailleurs journaliers dans les secteurs de la construction et de l’agriculture. Certains sont rémunérés, mais d’autres sont contraints de travailler sans percevoir de salaire.

« En ce qui concerne les femmes, on nous a signalé beaucoup de mauvais traitements, de viols et des cas de prostitution forcée », a rapporté Othman Belbeisi.

L’OIM explique s’être entretenue avec un migrant de nationalité sénégalaise qui dit avoir été retenu dans un logement de Sabha avec 100 autres migrants. Régulièrement battus, ils ont dû contacter leurs familles pour obtenir les fonds exigés par leurs ravisseurs pour les relâcher.

Incapables de réunir les rançons, certains migrants auraient été tués ou affamés. Lorsque des migrants mouraient ou étaient libérés, ils étaient immédiatement remplacés par d’autres.

« Ce que l’on sait, c’est que les migrants qui tombent entre les mains des passeurs sont exposés à la malnutrition, aux abus sexuels, voire au meurtre », dit dans un communiqué Mohammed Abdiker, directeur de l’OIM aux Opérations et situations d’urgence. « On nous a parlé de charniers dans le désert. »

La Libye est la principale porte d’entrée vers l’Europe pour les migrants. Ces trois dernières années, 150 000 d’entre eux sont parvenus à traverser la Méditerranée.

Depuis le début de l’année, on estime à 26 886 le nombre de migrants arrivés en Italie, soit plus de 7000 que le nombre enregistré l’année dernière sur la même période. On sait que 600 autres sont morts en mer, mais on ignore le nombre de ceux qui périssent en tentant d’atteindre les côtes libyennes.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Arnaques par internet: des victimes y ont laissé leur peau


Nous sommes plusieurs à être méfiant devant certaines attrapes-nigaud sur internet, mais malheureusement dès que les gens touchent aux émotions, certains sont plus fragiles. Des personnes de l’autre bout du monde arrivent à mettre des gens d’ailleurs dans une situation de honte, une honte qui peut devenir tragiquement mortelle
Nuage

 

Arnaques par internet: des victimes y ont laissé leur peau

 

Arnaques par internet: des victimes y ont laissé leur peau

Photo Fotolia

Denis Therriault

 

Êtes-vous de ceux qui jugent les victimes d’arnaque par internet, qui se demandent comment on peut se faire prendre par ces arnaqueurs qui piègent des Québécois à partir de cafés internet en Côte d’Ivoire, de l’autre côté de l’Atlantique?

L’équipe de l’émission J.E. a enquêté sur le phénomène et démontre combien l’expérience est dévastatrice pour les victimes.

Michaël Houle, un jeune dans la vingtaine, n’hésite pas à parler des effets dévastateurs d’une arnaque sentimentale qui lui a coûté 8000 $, qui a failli le tuer. Il donne des conférences dans l’espoir de prévenir le plus de monde possible.

«Je me retenais pour ne pas me suicider. Si j’avais eu un moyen pour me suicider rapidement, je l’aurais fait. Un fusil ou quelque chose d’autre, je l’aurais fait», a confié à J.E. Michaël Houle.

Sa mère, Claire Royer a même écrit un livre où elle raconte le cyberdrame vécu par son fils.

«Ça a l’air bien, on tue du monde à distance. On met ça sur le dos de la dépression, ce sont des gens vulnérables, on les juge, on les oublie», a-t-elle dit.

L’été dernier, Le Journal de Montréal rapportait l’histoire de Maxime Forgue qui s’est suicidé à la suite d’une telle arnaque. En lisant cette histoire, Claire Royer a vécu de fortes émotions.

«Je ne peux pas oublier Maxime, dit-elle. Maxime avait 19 ans mon fils en avait 20.»

Mort de honte

Renée Roussel a été la première coroner au Québec à identifier formellement les arnaques de Côte d’Ivoire comme étant à l’origine de suicides. Elle parle notamment du cas d’un Gaspésien de 67 ans et de celui d’un jeune dans la vingtaine du Bas-Saint-Laurent. Les deux s’étaient dévêtus devant la webcam croyant avoir affaire à une jeune femme. Ils n’ont pu résister à l’intense tentative d’extorsion qui s’en est suivie.

«On touche à quelque chose de tabou, le sexe. Quand ça te touche personnellement dans des choses de cet ordre-là, les gens sont extrêmement vulnérables, a indiqué Renée Roussel. Le pire c’est qu’on ne peut rien faire contre les arnaqueurs ivoiriens, car il n’y a pas d’entente de réciprocité entre les deux pays. On ne peut pas poursuivre l’investigation là bas ni même faire extrader les gens.»

Questionné sur les efforts mis par la Côte d’Ivoire pour contrer les arnaqueurs, N’Goran Kouame, ambassadeur de ce pays au Canada, dit que des lois sévères ont été adoptées, mais qu’il ne peut y avoir un policier derrière chaque ivoirien. Il recommande aux Canadiens de ne pas envoyer d’argent en Côte d’Ivoire, cela encourage les arnaqueurs, dit-il.

http://fr.canoe.ca

Maltraitance envers les personnes aînées Explosion de plaintes à la Commission


Il ne devrait pas avoir de secret professionnel en cas d’abus et de maltraitance chez les ainés et même pour n’importe qui .. La tolérance zéro devrait être prioritaire .
Nuage

 

Maltraitance envers les personnes aînées

Explosion de plaintes à la Commission

 

Explosion de plaintes à la Commission

Crédit photo : archives

Il y a eu explosion de plaintes à la Commission des droits de la personne pour maltraitance: de 10 à 103 en 2011-2012, une augmentation de 800%.

TVA Nouvelles

Deux ans après la mise en place du plan d’action gouvernemental contre la maltraitance envers les personnes aînées, la ministre responsable des Aînés dresse un bilan positif.

«C’est un plan qui a vraiment évolué, qui a évolué très rapidement», estime Marguerite Blais.

Depuis, il y a eu explosion de plaintes à la Commission des droits de la personne pour maltraitance: de 10 à 103 en 2011-2012, une augmentation de 800%. En tout, 78% des plaintes sont liées à des cas d’extorsion d’argent, un acte commis 80% du temps par des membres de la famille ou des connaissances.

Sur l’ensemble, 71 % des victimes sont des femmes. La moitié des plaintes proviennent de la région de Montréal. On remarque aussi que 20% des plaintes sont déposées contre du personnel de résidence privée ou de CHSLD.

«Chez nous, je peux vous assurer que n’importe quel geste de violence qui serait porté contre un résident, c’est le congédiement immédiat et c’est la philosophie du réseau de la santé», résume Francine Dupuis, directrice générale au Centre de santé et des services sociaux Cavendish.

Inquiétude dans le milieu

L’Association québécoise des retraités des secteurs public et parapublic s’inquiète cependant de l’augmentation de près de 20% en un an du nombre d’infractions à l’endroit des aînés et réclame à nouveau que les professionnels puissent rompre leur secret professionnel pour dénoncer ces abus.

«Il n’y a pas de message clair du gouvernement pour tolérance zéro. Comme on l’a annoncé pour les femmes, comme on l’a annoncé pour les jeunes victimes d’intimidation, on souhaite que le gouvernement annonce une obligation de dénonciation pour la maltraitance pour les aînés», déplore Luc Vallerand, directeur général de l’Association québécoise des retraités du secteur public et parapublic.

La ministre Blais ajoute 8 millions $ et prolonge son plan d’action jusqu’en 2017. Cet argent servira, entre autres, à maintenir les opérations de la ligne «Aide abus aînés».

http://tvanouvelles.ca