Un Chinois découvre un calamar explosif


Une bombe dans un calamar .. C’est bien la dernière chose qu’on pense trouver dans un animal marin … cette bombe était vraiment un danger malgré qu’il date d’une ancienne guerre
Nuage

 

Un Chinois découvre un calamar explosif

 

La vie de poissonnier peut parfois être risquée. C’est ce qu’a prouvé M. Huang, un Chinois, qui a récemment eu la peur de sa vie en découvrant… une bombe dans un de ses calamars.

Le commerçant de la région de Canton, dans le sud-est de la Chine, a senti le dangereux engin sous son couteau alors qu’il vidait l’encornet de près d’un mètre pour un client du marché. Il s’est ainsi retrouvé nez à nez avec l’explosif, long d’une vingtaine de centimètres, probablement un vestige de guerre ingurgité par la créature, qui trouve sa nourriture dans les fonds marins.

«Ce genre d’animal vit près de la côte et mange normalement des petits poissons et des crevettes», a expliqué M. Huang.

Paniqué à l’idée que la bombe ne fasse tout sauter, il a prévenu la police. Les démineurs ont alors neutralisé l’engin qui, selon eux, aurait pu exploser à tout moment.

En 2007, un fragment de bombe datant du XIXe siècle avait déjà été retrouvé dans les entrailles d’une baleine pêchée en Alaska.

http://actualite.portail.free.fr

Le saviez-vous ► Expression : Vendre la mèche


Tout le monde connait cette expression de vendre la mèche. Mais son origine est le sens littéraire est peut-être moins connu … Alors, s’il vous plait ne me trahissez pas 😉
Nuage

 

Vendre la mèche 

 

Trahir un secret (d’un complot).

La mèche qui nous occupe cette fois n’est pas celle de cheveux, mais celle qui servait autrefois à faire un brin de lumière à l’aide d’une lampe à huile, celle qui permettait aux artificiers de faire exploser des mines ou partir des pièces d’artillerie, ou bien celle qui sert encore à allumer des pétards (ceux qui explosent, pas ceux qui se fument).

Pour comprendre l’origine de cette expression, il faut remonter au XVIe siècle, lorsqu’on utilisait l’expression « éventer ou découvrir la mèche ».

Lorsqu’un artificier éventait (exposait à l’air) ou découvrait la mèche d’une mine ou d’un engin explosif ennemi, il permettait d’en éviter les dégâts.

Le verbe ‘éventer’ a d’abord eu la signification « exposer au vent, à l’air », puis celui de « ébruiter, divulguer » avant de prendre enfin celui de « trouver, découvrir ».

Par métaphore « éventer la mèche » est devenu « découvrir les dessous d’un complot (avant qu’il fasse des dégâts) ou d’une affaire devant demeurer cachée »

Puis, à partir du XIXe siècle, le mot ‘vendre’ au sens de ‘trahir’ (« tu n’es qu’un vendu ! ») est venu se greffer sur l’expression d’origine pour nous donner celle d’aujourd’hui.

http://www.expressio.fr

Tuerie d’Aurora → Un appartement fait pour tuer


L’appartement de l’étudiant était piégé et semble t’il qu’une femme avait été a l’appartement avant le drame, la porte débarrée mais elle n’est pas entrée, une chance pour elle … car c’était bourrée de d’explosif Mais qu’est ce qui s’est passé dans sa tête pour avoir préméditer tout ce carnage ?
Nuage

 

Tuerie d’Aurora → Un appartement fait pour tuer

 


(Crédit photo: Reuters)

Jim Yacone, agent spécial du FBI, a expliqué lors du point presse, que des experts, chimistes et techniciens spécialisés dans les explosifs, ont été appelés sur les lieux. Un robot a également été utilisé pour désamorcer certains engins explosifs, situés à l’intérieur de l’appartement du suspect.

«L’entrée dans l’appartement était piégée par un fil, relié à des substances explosives, a expliqué Jim Yacone. Les spécialistes ont dû neutraliser un mélange explosif, ils ont trouvé sur place des mécanismes de déclenchement et des accélérateurs ainsi que des substances inconnues qui devront être analysées dans les laboratoires du FBI».

L’agent spécial du FBI s’est montré très prudent lors de son intervention face aux médias afin de ne pas donner d’éléments qui pourraient nuire à l’enquête. Il a cependant affirmé que tout avait été mis en œuvre afin de protéger les preuves à chaque moment, mais n’a pas voulu révéler les techniques et procédures utilisées par les équipes présentes sur les lieux.

Jim Yacone a précisé que «l’environnement était très dangereux et que si un civil était entré, il aurait été gravement blessé ou aurait perdu la vie. Le dispositif était très sophistiqué. La menace n’a pas été complètement éliminée mais elle a été significativement réduite».


(Crédit photo: Reuters)

«Nous avons réussi à désactiver un deuxième dispositif de déclenchement, a déclaré la porte-parole de la police la sergente Cassidee Carlson. Bien que nous ne soyons pas certains, nous sommes confiants, d’avoir éliminé la majorité des menaces restantes. Cependant, nous ne le saurons pas jusqu’au moment où nous entrerons dans l’appartement.»

Il n’y a pas eu d’incendie à la suite de la détonation. Les autorités l’espéraient pour préserver les indices dans l’appartement du suspect.


(Crédit photo: Reuters)

L’appartement était rempli de fils électrique, de fils de détente, des contenants remplis de munitions et de liquides, ont indiqué les policiers. Au moins cinq bâtiments à proximité ont été évacués, par précaution.

Lorsqu’il a été arrêté, James Holmes avait en sa possession plus de 6000 munitions qu’il avait achetées sur internet, dont 3000 balles de fusil d’assaut, 3000 balles de pistolet Glock et 300 cartouches de fusil à pompe. Il avait sur lui un fusil d’assaut et un fusil à pompe et deux pistolets. Une de ses armes pouvait tirer entre 50 et 60 balles par minutes, a indiqué le chef de police d’Aurora.

C’est le suspect qui aurait averti les policiers que son appartement était truffé d’explosifs.

Les armes ont été achetées légalement, selon les autorités.

L’équipe antibombe devait quitter les lieux samedi soir à partir de 19h. Les habitants des quatre édifices voisins, évacués par précaution, devaient ensuite réintégrer leurs logements.

Les habitants de l’édifice principal devaient, quant à eux, attendre dimanche pour regagner leurs domiciles.

http://tvanouvelles.ca

Les Farc accusées d’utiliser des enfants pour des attentats suicide


La pire bassesse dans les guerres c’est quand on utilise les enfants pour en faire des soldats. Qu’on les entraine a porter une arme, a donner leur vie et a tuer pour une cause qu’ils ne comprennent même pas. On a voler leur enfance pour une guerre de sang
Nuage

 

Les Farc accusées d’utiliser des enfants pour des attentats suicide

 

Le commandant des Farc, Ivan Marquez, en janvier 2012.

PHOTO : ARCHIVES AFP

Agence France-Presse
Bogota

Les autorités colombiennes ont accusé lundi la guérilla des Farc de recourir à des enfants pour commettre des attentats suicide, après la découverte d’une adolescente portant des explosifs dans le nord du pays.

Diffusant une vidéo auprès des médias, la police colombienne assure avoir découvert cette mineure de 14 ans après un affrontement avec la rébellion marxiste dans la province de Norte de Santander.

L’adolescente apparaît, blessée à la jambe et à moitié dévêtue, le corps peint en vert, technique utilisée afin de les camoufler dans la végétation, selon la police.

Après cette découverte, les autorités ont annoncé leur intention de déposer plainte contre la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (Farc) devant les organisations humanitaires internationales.

Le colonel Eliecer Camacho, commandant de la police dans la province, a affirmé que la guérilla contraignait des enfants à suivre une préparation d’environ huit mois avant d’être envoyés en mission.

«Ils les soumettent à des entraînements presque inhumains», a-t-il déclaré dans un entretien à la télévision colombienne Caracol, assurant que les enfants ne «sentent plus la douleur, ni le froid».

L’Institut colombien du bien-être familial (ICBF), qui gère les services de l’enfance, s’est également élevé contre l’«utilisation d’enfants suicide».

«Une fois de plus, nous exigeons que les enfants et adolescents restent en dehors du conflit», a déclaré son directeur général Diego Molano, déplorant dans un communiqué que ces derniers soient «forcés à utiliser des armes» ou «à surveiller des otages».

Quelque 4.924 enfants ont été pris en charge depuis 1999 par un programme spécial de l’ICBF destiné à les éloigner du conflit colombien. Au total, près de 3000 mineurs ont été officiellement enregistrés entre 2002 et 2011 dans le cadre du processus de démobilisation des groupes armés.

Principale guérilla de Colombie fondée en 1964, les Farc comptent encore 9200 combattants, essentiellement repliés dans les régions rurales à la suite d’une série de revers militaires qui ont fait fondre ses troupes de moitié en dix ans, selon les autorités.

http://www.lapresse.ca

Un dessert… explosif!


Quand la cuisine devient un explosif .. Surtout que la cuisine est de la chimie avec tout ces mélanges. Mais qui aurait cru que suivant une recette dans un journal, que cela virait au drame …  car malheureusement, il y a eu des blessures, des brûlures
Nuage

 

 

Un dessert… explosif!

Littéralement, je veux dire! Après huit ans d’attente, 15 Chiliens viennent de recevoir un verdict sur une histoire de churros explosifs, une sorte de beigne normalement inoffensif (enfin, si on ne compte pas le nombre de calories).

IStock_000018401420XSmall

L’histoire remonte à 2004, le grand quotidien chilien La Tercera publie une recette de churros dans son cahier Femmes. Mais après avoir suivi à la lettre les étapes de préparation, 15 lecteurs se brûlent au visage, aux mains, aux bras ou à la poitrine au moment de la friture.

Les victimes poursuivent le journal et un premier jugement est donné en 2008, confirmé tout récemment en appel: la Cour suprême du Chili a ordonné au groupe de presse Copesa (qui édite La Tercera) à verser une somme de 2000 à 27 000$ aux 13 de 15 plaignants pour préjudices physiques et moraux.

«En suivant fidèlement la recette publiée dans le quotidien, il n’était pas possible d’éviter l’explosion », a dit la Cour.

Selon des pâtissiers consultés, le problème de la recette est qu’elle s’adressait davantage à des professionnels qu’à des amateurs!

Le churro est un dessert espagnol délicieux! Il s’agit d’une pâte sucrée en forme de beige allongé et rainuré. Il est frit dans l’huile, puis saupoudré de sucre. Pour le déguster, on le trempe dans le chocolat fondu chaud… Il fait parfois office de déjeuner en Espagne. En Amérique du Sud, comme au Chili, au Pérou et en Argentine, il est plutôt fourré à la confiture de lait, qu’on appelle dulce de leche.

http://lafouinecuisine.ca