Le Saviez-Vous ► Les "vrais" noms des pays


Les noms des pays ont souvent issus des noms qu’on donné les explorateurs, ou par la langue indigène soit par la géographie ou leur culture. Beaucoup d’entre eux leur nom a changer par celle que nous connaissons aujourd’hui
Nuage

 

Les « vrais » noms des pays

 

La traduction littérale des noms de pays

Agrandir

La carte du monde comportant la traduction littérale de chaque pays

Nous vivons à une époque de voyages aériens et d’exploration mondiale. Nous sommes libres de parcourir la planète et de découvrir de nouveaux pays et cultures. Mais que savez-vous des gens qui ont vécu et exploré ces destinations dans le passé?

Apprendre l’étymologie – l’origine des mots – des pays du monde nous offre un aperçu fascinant de l’origine de certaines de nos destinations de voyage préférées et des personnes qui y ont d’abord vécu

L’Europe 

L’Europe a une longue histoire d’exploration, et de nombreux noms de pays reflètent les terres et ceux qui les ont exploré. La France tire son nom d’une coalition de tribus germaniques, les Francs. Le nom Frank vient du vieux mot allemand franka, signifiant «féroce», faisant de la France le pays des fiers. Certains cartographient même les sentiers que les gens utilisaient pour découvrir leur monde. La Norvège signifie simplement «The North Way», ou «The Northern Way», faisant référence à une ancienne route Viking.

L’Angleterre celle des Angles et l’Écosse celle des Écossais « Scots » d’autres étymologies s’avèrent certainement moins évidentes. L’Albanie « Shqipëria » signifie littéralement « pays des aigles », l’Allemagne, le « pays du peuple », et l’Espagne, le « pays des nombreux lapins« . Autre cas de figure, le nom du Portugal dérive du nom latin « Portus Cale », soit le « port de Cale » anciennement situé près de l’actuelle ville de Porto. 

La traduction littérale des noms de pays européens

Agrandir

Noms de pays européens littéraux comportant des classiques tels que « Land of Many Rabbits » (Espagne) et « Forest Clearer » (Lettonie).

Comparer les cartes de crédit

Afrique

L’Afrique est connue comme le berceau de la civilisation – le lieu d’origine de toute vie humaine. Ses noms de pays révèlent une histoire des cultures indigènes et de la colonisation. Par exemple, le Malawi signifie «pays des flammes», ce qui reflète l’habitude locale de brûler les herbes mortes pour préparer les terres à la culture.

Le continent a eu sa juste part d’explorateurs sur ses rives. L’explorateur portugais Fernando Poo a voyagé le long de la rivière Wouri en 1472, trouvant une abondance de crevettes le long du chemin. Il a découvert et baptisé le Fleuve de crevettes de Rio dos Camarões, mais il est maintenant connu comme le Cameroun.

La traduction littérale des noms de pays africains

Agrandir

Des noms de pays africains traduits littéralement, y compris « Land of Honest Men » (Burkina Faso), qui est ironiquement classé 74e moins corrompu sur 175 pays en 2018.

Asie

L’Asie occupe le tiers de la superficie totale du monde et est le continent le plus peuplé de la planète. Sa riche diversité de culture et d’histoire se reflète dans ses noms de pays.

La dynastie Koryŏ a gouverné leur royaume de 935 à 1392 CE, supervisant un pays qui formait ses propres traditions culturelles distinctes. Ce pays est maintenant connu comme la Corée, qui peut être traduit comme «haut et beau». Nous pouvons également apprendre sur la géographie de la région. Le nom de l’Irak se réfère à son emplacement à cheval sur les fleuves Euphrate et Tigre. Il vient de l’arabe al-‘irāq, qui signifie «au bord de l’eau».

La traduction littérale des noms de pays asiatiques

Agrandir

« Le pays du dragon tonnerre », c’est-à-dire le Bhoutan, est l’un des noms littéraires les plus cool d’Asie. L’Azerbaïdjan devrait s’en tenir à « Protected by Fire »!

Amérique du Nord

Les noms de pays nord-américains racontent une histoire de colonisation européenne. Le nom «Amérique» lui-même peut provenir de l’explorateur italien Amerigo Vespucci, qui a été le premier à réaliser que ce continent était une masse terrestre séparée et non sur la côte est de l’Asie.

Le sens premier de Canada est « village » dans la langue iroquoise locale du XVIe siècle

C’était le «Nouveau Monde», destiné à une période tragique de guerre et de conflit terrestre. Le Mexique, colonisé par l’Espagne, est la traduction simplifiée en espagnol d’un nom nahuatl pour la capitale aztèque, censé signifier «dans le nombril de la lune». Les explorateurs espagnols ont également atteint une grande partie de l’Amérique centrale et des Caraïbes, où ils ont trouvé des joyaux comme le «Land by the Water» et la «Place of Pomegranates» – connus aujourd’hui comme le Nicaragua et la Grenade.

La traduction littérale des noms de pays nord-américains

Agrandir

Une grande partie de l’Amérique du Nord a été influencée par les colonialistes européens, par exemple le Salvador et le Costa Rica étant dérivés respectivement du « Sauveur » et de la « Côte riche ».

Amérique du sud

L’Amérique du Sud possède certains des écosystèmes les plus divers de la planète. Il abrite également le plus grand fleuve du monde: l’Amazone. Il ne devrait donc pas être surprenant que de nombreux noms de pays soient reflétés.

L’abondance de l’eau trouvée là. Le Guyana est dérivé d’une langue amérindienne indigène et signifie «Terre de nombreuses eaux», tandis que le Venezuela voisin est nommé d’après la ville des canaux, «Petite Venise».

Trois pays d’Amérique du Sud ont traversé l’équateur, et c’est en fait là que l’Équateur tire son nom. Le mot espagnol pour l’équateur est, vous l’avez deviné, l’Équateur. Le diviseur nord / sud traverse également le ‘Red Dyewood’ et l’endroit ‘Where the Land Ends’. Des suppositions?

La traduction littérale des noms de pays sud-américains

Agrandir

Les noms de pays d’Amérique du Sud sont hautement descriptifs, par exemple, « Land à côté de la rivière Silvery » (Argentine) et « Land of Columbus » (Colombie).

Océanie

L’Océanie est peut-être le plus petit continent, mais ses paysages divers – de la forêt tropicale aux volcans en passant par les prairies – ont fasciné les gens pendant des siècles.

Ce sont les Grecs qui ont inventé le nom de Terra Australis Incognita, qui signifie «Terre inconnue du Sud», alors qu’ils rêvaient de terres inconnues dans l’hémisphère sud. Certains croient que ces terres ont donné naissance à l’univers entier. Samoa se traduit par «Centre Sacré», et la légende veut que c’est là que le Dieu Samoan Tagaloalagi des Cieux a créé le monde.

La traduction littérale des noms de pays océaniques

Agrandir

Ici nous avons notre propre Australie, alias « Southern Land ». Nauru, qui se traduit littéralement par « Je vais à la plage », sonne comme un endroit fantastique à vivre!

En planifiant votre prochain voyage, prenez peut-être un peu de temps pour apprendre la signification des noms des pays que vous visiterez. En plus d’offrir un peu de contexte, vous aurez quelque chose d’unique à faire ressortir les boissons avec les locaux! La langue est certainement une chose fascinante.

Sources et références

En savoir plus sur l’origine de ces noms ici .

http://www.7sur7.be/

https://www.creditcardcompare.com.au/

Puis-je couper les moustaches de mon chat ?


À vrai dire, la question m’a fait sursauter ! Comment peut-on penser de couper les poils de moustache (vibrisse) à un chat ? Ils sont très importants pour le matou, c’est une mine d’information pour le félin
Nuage

 

Puis-je couper les moustaches de mon chat ?

 

chat moustaches

Les moutaches, ou vibrisses, sont indispensables au chat. Mais à quoi lui servent-elles, et peut-on les lui couper ?

La Dr Hélène Gateau, vétérinaire, chroniqueuse animalière et animatrice télé, répond à ces questions dans cet extrait de son livre Tout sur votre chat !

Les moustaches de votre chat sont vitales et incroyablement fonctionnelles. Le nom scientifique pour les moustaches du chat est « vibrisses ». Ce sont des poils longs, durs, trois fois plus épais que les autres poils, et que l’on retrouve à différents endroits du corps de l’animal : autour du museau, au-dessus des yeux, sur le menton, mais également à l’arrière des pattes antérieures, juste au-dessus des coussinets.

Les moustaches permettent au chat d’éviter les obstacles

Comme pour les autres poils, chaque vibrisse prend naissance dans un follicule pileux présent dans l’épaisseur de la peau, plus gros, et aussi beaucoup plus innervé et vascularisé que les autres follicules. C’est ce qui confère aux moustaches une sensibilité exceptionnelle aux objets ou obstacles qui entourent le chat, aux variations de pression atmosphérique et aux vibrations. Ce sont en quelque sorte des antennes dont il va se servir pour mieux se repérer dans l’espace, surtout dans l’obscurité.

Ainsi, lorsque le chat a besoin de se faufiler quelque part, les vibrisses vont lui indiquer s’il peut s’y risquer, la largeur des moustaches correspondant à la largeur du corps du chat. Attention, ceci n’est pas valable si votre matou est en surpoids ! Les vibrisses sur les sourcils capteront la présence d’un obstacle (une branche d’arbre par exemple) et le chat fermera ses yeux pour ne pas se blesser. Ces antennes sont donc très utiles pour un chasseur, nocturne de surcroît, qui a besoin de rester le plus discret possible.

Les vibrisses situées à l’arrière des pattes sont caractéristiques des animaux grimpeurs et sauteurs. Le chat ayant une vision de près assez mauvaise, elles servent aussi à mieux juger de l’état d’une proie  : est-elle morte ? Cherche-t-elle à s’enfuir ? Faut-il la mordre à nouveau dans le cou ?

Les moustaches ont également un rôle dans le langage corporel. Si votre matou les plaque en arrière, il est sur la défensive ou inquiet ; s’il les dirige vers l’avant, le petit félin manifeste de la curiosité, il est en mode exploratoire. 

Il ne faut donc absolument pas couper les moustaches de votre chat, même si elles repousseront. Elles lui sont indispensables pour bien évoluer sans se blesser dans son environnement.

Le saviez-vous ?

Les vibrisses du chat tombent naturellement car, comme les poils, elles se renouvellent ; le cycle de pousse et de repousse est cependant plus long, car leur taille et leur diamètre sont supérieurs. Un chat qui n’est pas en bonne santé perd ses poils, mais aussi ses vibrisses. Inquiétez-vous si votre chat n’a plus ses belles moustaches autour de sa bouche et de son museau.

Dr Hélène Gateau
Vétérinaire

https://wamiz.com/

Un gâteau vieux de 100 ans découvert intact en Antarctique


Un amateur de gâteau anglais avait amené avec lui une cargaison de cette pâtisserie lors de ses voyages d’exploration, qui ont été fait par Huntley & Palmers, qui a été fondée en 1822.. Enfin bref, ce gâteau aux fruits à 100 ans. Est-il comestible, l’histoire ne le dit pas, mais je n’oserais pas y goûter
Nuage 

 

Un gâteau vieux de 100 ans découvert intact en Antarctique


Ce gâteau a été fabriqué par Huntley & Palmers, une pâtisserie britannique mythique fondée en 1822. Et il est (presque) comme au premier jour. © Twitter/@AntarcticReport.

Christophe Da Silva

Parfaitement emballé dans son linceul, lui-même enfermé dans une boîte en acier rectangulaire, un gâteau aux fruits a été découvert par des chercheurs néo-zélandais au Cap Adare, une péninsule de l’Antarctique.

Le gâteau en question est vieux de 100 ans et a été découvert au Cap Adare, une péninsule de l’Antarctique. Il avait été fabriqué par Huntley & Palmers, une pâtisserie britannique mythique fondée en 1822. Et il n’a quasiment pas bougé…

C’est l’Antartic Heritage Trust, une association néo-zélandaise dont le but est de « conserver, partager et encourager l’esprit de l’exploration » dans le pôle Sud, qui relaye cette histoire. Selon l’association, le gâteau a probablement voyagé jusqu’en Antarctique grâce à l’expédition Terra Nova, dont la base était située au Cap Adare.

Exploration ambitieuse

Terra Nova ou, officiellement, la British Antarctic Expedition 1910, est la plus ambitieuse exploration du continent blanc au XXe siècle. Menée par le britannique Robert Falcon Scott, elle avait pour but de découvrir des terres inconnues et de mener des études scientifiques sur cette région totalement inexplorée de l’homme. Surtout, c’était tout simplement la première fois que des hommes arrivaient à atteindre l’Antarctique.

Selon The Press, l’expédition menée par Robert Falcon Scott étudia le pôle Sud jusqu’en 1913. L’explorateur était un grand amateur des pâtisseries Huntley & Palmers, selon l’association néo-zélandaise, et il emmena probablement une cargaison de gâteaux anglais avec lui.

http://www.7sur7.be

Curiosity découvre une étrange roche à la surface de Mars


Curiosity n’est pas encore au chômage, il explore encore la planète Mars. Il a trouvé une roche très particulière sans être inconnu pour les scientifiques
Nuage

 

Curiosity découvre une étrange roche à la surface de Mars

 

Curiosity

La roche de Curiosity

Curiosity explore la surface de la planète Mars depuis 2012. Au cours de ses multiples missions, le robot de la NASA a fait de nombreuses découvertes. Encore récemment, celui-ci a mis en évidence un objet digne d’intérêt : une petite roche que l’agence spatiale américaine considère, au vu de son apparence, unique en son genre.

La remarquable trouvaille a été officiellement annoncée par l’Arizona State University via un communiqué publié sur le site web Red Planet Reports. La publication contient également deux photos différentes capturées par les instruments embarqués à bord du dispositif.

 

UNE APPARENCE SINGULIÈRE

Sur l’une des images, il est possible de voir la roche au milieu d’une vaste étendue rougeâtre, sur le flanc du Mont Sharp. L’autre cliché présente en revanche un gros plan de l’objet, repris par la caméra ChemCam sur lequel on peut voir en haute définition, les caractéristiques singulières de sa surface.

Surnommée «Egg Rock», la météorite se présente sous la forme d’un corps arrondi, lisse et irrégulier de 4 centimètres de diamètre.

«L’aspect sombre, lisse et lustré de cette cible et son espèce de forme sphérique ont attiré l’attention de certains scientifiques du MSL quand nous avons reçu les images de la Mastcam», explique dans un communiqué Pierre-Yves Meslin de l’Institut de recherche en astrophysique et planétologie (IRAP). 

L’objet est également parsemé de plusieurs entailles profondes ce qui suggère qu’il s’est certainement retrouvé à l’état fondu dans le passé. Les points lumineux que l’on peut apercevoir sur l’image résultent eux, des pulses lasers envoyés par Curiosity.

Grâce aux analyses préliminaires menées, on sait désormais que la roche se compose de fer, de nickel, de phosphore et d’autres ingrédients en moindres concentrations.

DE NOMBREUSES MÉTÉORITES FERREUSES À  LA SURFACE DE MARS

Bien que son apparence soit quelque peu inhabituelle, la météorite ferreuse n’est pas la seule de son genre sur Mars. Ces corps sont en effet fréquents et pour cause, la planète à l’atmosphère relativement mince se situe à  proximité de la fameuse ceinture d’astéroïdes. La météorite en question pourrait ainsi provenir directement de la partie centrale.

Elle aurait traversé l’atmosphère martienne avant de s’écraser à la surface de la planète rouge il y a plusieurs millions d’années, d’après les scientifiques. Néanmoins, la météorite montre en certains points un enrichissement à la fois en nickel et en phosphore, ce qui est plus inhabituel parmi les météorites ferreuses, relève Meslin.

L’étude de ces corps rocheux trouvés sur Mars fournit des informations précieuses aux scientifiques sur la façon dont ils ont été affectés par l’environnement martien.

«Les météorites ferreuses fournissent des données sur de nombreux astéroïdes différents qui se sont fragmentés, envoyant des morceaux de leurs noyaux sur Terre et sur Mars», précise Horton Newsom de l’Université du Nouveau-Mexique.

«Mars pourrait avoir recueilli une population différente d’astéroïdes que celle que la Terre a rencontrée», ajoute-t-il.

Grâce au laser de Curiosity, les scientifiques ont pu recueillir des données sur la surface et la structure intérieure de Egg Rock. Elles sont actuellement en cours d’analyse.

http://fr.canoe.ca/

Exploration


Je ne suis pas contre les explorations spatiales, car cela a amener beaucoup pour l’humanité dans notre quotidien, cependant, sur Terre, nous avons beaucoup de besoins, mais faute d’argent, des millions de gens meurent par ce que nous n’avons pas fait le nécessaire. Je pense vraiment qu’il y a des priorités qui ne sont donc, pas à la bonne place ou du moins au bon moment
Nuage

 

Exploration

 

L’humanité n’a pas l’argent pour extraire de l’eau en zones arides, mais elle a l’argent pour chercher de l’eau sur Mars.
La question c’est : Existe-t-il une forme de vie intelligente sur la Terre ?

Darth Vader

3 jours pour aller sur Mars : le projet fou d’un scientifique de la Nasa


Aller sur Mars en 3 jours, sûrement pas demain !!! En tout cas, si cela était possible dans un avenir proche, ce ne sera pas l’homme qui foulera le sol martien, mais des robots doté d’intelligence artificielle
Nuage

 

3 jours pour aller sur Mars : le projet fou d’un scientifique de la Nasa

 

3 jours pour aller sur Mars : le projet fou d'un scientifique de la Nasa

Photo: Commons/Wikimedia

 

EXPLORATION – Actuellement fixée à 260 jours, la durée optimale du voyage entre la Terre et Mars est remise en question par la communauté scientifique, à l’aune de nouvelles technologies de pointe. Et si nous pouvions envoyer des engins spatiaux sur Mars en trois jours ? C’est l’objet de l’étude de l’astrophysicien de la Nasa, Philip Lubin.

Si nous ne sommes actuellement pas capables de nous rendre où et quand nous le souhaitons dans l’infini de l’espace, ce sont une série de contraintes techniques davantage que les lois de la physique qui nous retiennent au sol. Des besoins matériels trop coûteux ou l’absence de technologies assez puissantes et trop énergivores pour faire le voyage… En matière d’exploration, on ne sait pas encore faire simple.

Le scientifique Philip Lubin a publié en avril 2015 une étude intitulée « Feuille de route du voyage interstellaire », qui présente une série de techniques pour se rendre plus vite dans l’Espace. Parmi ces techniques, le système de propulsion par rayon laser à photon (ou rayon à énergie solaire) permettrait de transférer un engin spatial vers une destination cible en un rien de temps.

Partir sur Mars sans bouger de la Terre

Le scientifique décrit l’efficacité phénoménale du procédé dans son étude :

« Avec un laser d’un mètre, un engin spatial pourrait être propulsé a environ 26% de la vitesse de la lumière, en dix minutes pour un poids de 20 kilos ».

On pourrait envoyer sur Mars un vaisseau de 100 kilos en trois jours seulement, avec ce système, le tout étant assuré directement depuis la surface terrestre, sans avoir à décoller du sol. En revanche, seuls des robots à conduite automatisée et dotés d’intelligence artificielle seraient envoyés, pour sonder les confins de l’espace.

Le scientifique pense que cela peut déjà être envisageable :

« Des avancées récentes font passer cela de la science-fiction à la réalité. Il n’y a aucune raison que nous ne puissions pas le faire. » précise t-il.

L’équipe de chercheurs a reçu à cet effet  une subvention de la Nasa pour expérimenter cette technologie. Les résultats des expériences traduiront quel avenir la science pourrait offrir à la conquête spatiale dans un futur proche.

http://www.metronews.fr/

La Russie veut coloniser la Lune… avec des robots


Je redoute un peu ce genre d’entreprise. Bon, je ne connais pas grand chose dans l’exploitation spatiale, mais des explosions sont-elles possibles et si l’intensité d’une explosion avait quelle conséquence sur la lune ?.. De la science-fiction comme la série américaine « cosmos 1999 » ?
Nuage

 

La Russie veut coloniser la Lune… avec des robots

 

 

Projet de base lunaire russe (crédit : Lavochkine)

Projet de base lunaire russe (crédit : Lavochkine)

Les Russes prévoient d’installer, à l’horizon 2037, une base lunaire entièrement robotisée pour exploiter les minéraux, selon l’association russe Lavochkine, présente au salon du Bourget 2015.

La maquette d’une base lunaire futuriste, cernée d’une enceinte de panneaux solaires et peuplée de robots, trônait sur le stand de l’association russe Lavochkin, au salon du Bourget, qui s’est achevé le 21 juin 2015.

« Ce projet n’existe pas que sur le papier, assure l’ingénieur russe présent à Paris, nous sommes actuellement en train d’en réaliser les premiers éléments pour les lancer à partir de 2020 ».

Explorer et exploiter

Alors que sous l’administration Obama les Américains ont abandonné leurs ambitions lunaires, les Russes joueraient de leur côté la carte des robots, celle qui avait assuré leur suprématie durant les premiers épisodes de la course à la Lune dans les années 1960. L’enjeu cette fois n’est plus seulement d’explorer mais aussi d’exploiter. Exploiter les ressources minérales de notre satellite et notamment l’hélium 3, un isotope particulier de l’hélium (deux protons et un neutron) apparu aux premiers instants de l’univers et dont la fusion nucléaire satisferait potentiellement les besoins énergétiques de l’humanité. L’ennui, c’est que cet élément gazeux est extrêmement rare sur Terre, alors qu’on en trouve en profusion dans le sol sélène, déposé là par les vents solaires. 

Projet de base lunaire russe entièrement robotisée. (© Lavochkine)

En réalité, ce programme est dans les tuyaux depuis la fin des années 1990. Mais au début du millénaire, le spatial russe a vu ses ressources financières fondre et ses ambitions lunaires remisées, avant de ressurgir ces dernières années avec tout de même beaucoup d’incertitudes quant aux dates de lancement. Le premier élément qui doit être lancé vers la Lune, Luna-Glob, a été repoussé plusieurs fois depuis 2012 et l’on parle maintenant de 2018 voire 2020 pour le lancement de cet orbiteur de 120 kg chargé d’étudier l’environnement martien. Il est équipé de pénétrateurs japonais de 45 kg qui se ficheront dans le sol polaire de la Lune pour étudier sa sismicité à l’aide de capteurs.

ENCHAÎNEMENT. Se succéderont ensuite à un rythme quasi annuel, si tout se passe bien, un orbiteur (Luna-Glob orbiter), un atterrisseur (Luna-Resurs lander), un rover à six roues (Luna-Grunt rover mission Luna-Resurs rover) qui pendant un an arpentera et scrutera un cratère au pôle sud de la Lune et une mission de retour d’échantillons lunaires (Luna-Grunt sample return vehicle).

Le pôle Sud, un site privilégié

Ces missions d’exploration dans la région du pôle Sud sont le préalable à la création d’une base robotique (« Lunny Poligon » en russe) destinée à mettre au point les méthodes d’extraction des éléments du sol lunaire et mener par ailleurs des recherches scientifiques et technologiques. Le choix de l’installer au pôle Sud s’explique par la possibilité d’y trouver de la glace d’eau dans des cratères ombragés afin d’en extraire l’hydrogène nécessaire à la fabrication de carburant pour les vaisseaux de retour. C’est également une région constamment éclairée par le soleil, un critère important puisque les installations seront équipées de panneaux solaires. De plus, le pôle Sud a été désigné par les astronomes comme un site privilégié pour l’étude du centre de la Voie lactée.

Famille des rovers qui assureront différentes tâches dans la future base robotisée. (©Lavochkine)

A ce stade, qui nous mène à l’horizon 2037, et s’ils arrivent jamais à réaliser toutes ces étapes, les Russes – qui n’excluent pas une coopération internationale et des fonds privés- seraient fin prêts à se lancer dans l’exploitation à grande échelle des minerais lunaires. Enfin, cette première base lunaire pourrait servir de support logistique à une future base lunaire habitée. Mais cette dernière étape est encore à ce jour du domaine de la science fiction.

http://www.sciencesetavenir.fr/