Le Saviez-Vous ► Juin 1667 : Le médecin Denis entreprend la première transfusion sanguine avec du sang d’agneau.


Aujourd’hui, la transfusion sanguine est souvent pratiquée. Des journées qu’on récolte le sang des bénévoles pour mettre aux frais en cas de besoin. Mais, comme toute chose a un début, la transfusion sanguine a commencé par des expérimentations entre l’animal et l’être humain
Nuage

 

Juin 1667 : Le médecin Denis entreprend la première transfusion sanguine avec du sang d’agneau

 

Frédéric Lewino et Gwendoline Dos Santos

Par miracle, le transfusé, un enfant de 15 ans, survit. Mais les tentatives suivantes sont des échecs.

 

Depuis plusieurs années, les tentatives de transfusion sanguine entre animaux se multiplient. Mais personne n’ose encore passer à l’homme. C’est encore trop tôt, trop risqué, il reste trop de facteurs inconnus. Tenter une transfusion pourrait mettre en péril le receveur. Les Anglais, qui ont les premiers décrit la circulation sanguine quelques années auparavant, hésitent à sauter le pas. La toute nouvelle Académie des sciences française refuse à ses membres de se lancer dans l’aventure. Pourtant, un homme, un Français, ose faire couler le sang le 15 juin, mais celui d’un agneau, pour l’injecter dans les veines d’un garçon d’une quinzaine d’années.

Cet homme qui se nomme Jean-Baptiste Denis, réside à Paris. À 28 ans, il est surtout connu pour donner des conférences sur les mathématiques, la physique et la médecine à son domicile parisien, quai des Grands-Augustins. Il affirme également être diplômé des facultés de médecine de Montpellier et de Reims. Pourtant, aucune trace de son passage n’a pu être relevée dans les archives de celles-ci. Même chose pour ses prétendus diplômes en mathématiques et en philosophie. On a dit de lui qu’il était le fils du fontainier de Louis XIV, ce qui est parfaitement faux.

Quoi qu’il en soit, il parvient à acheter une charge de médecin ordinaire du roi et à être coopté par le groupe de scientifiques et de philosophes qui se réunit régulièrement chez Henri Louis Habert de Montmor – un des académiciens de la première heure.

Impensable

Cette assemblée savante qui est passionnée d’expérimentations scientifiques commente abondamment les transfusions tentées entre animaux. Est-ce réalisable chez l’homme ? Jean Baptiste Denis est de ceux qui sont convaincus qu’il faut faire un essai, d’autant que les instruments nécessaires à l’opération existent dorénavant. Avec l’approbation des autres, il décide de réaliser la première transfusion humaine assisté du chirurgien Paul Emerez. Il faut un volontaire. On sollicite Ribery, mais le pauvre chou a peur des piqûres… Finalement, l’heureux bénéficiaire de cette première transfusion est un jeune homme d’une quinzaine d’années fiévreux et à moitié abruti qui a déjà subi une vingtaine de saignées sans s’en porter mieux. Peut-être qu’une transfusion avec le sang d’un agneau plein de vigueur le remettra sur pied…

Le 15 juin 1667, une assistance nombreuse et curieuse se presse dans le grand salon de l’hôtel de Montmor pour voir opérer les deux praticiens. L’agneau, déjà intimidé par une si belle compagnie, est ficelé sans anesthésie. Le jeune garçon, lui, est assis sur un tabouret. Il est trop endormi pour se faire du mauvais sang. Le chirurgien saisit un tube en argent effilé à une extrémité pour l’introduire dans une artère de l’agneau, percée par une lancette et ligaturée en amont et en aval pour arrêter la circulation sanguine. L’agneau se met à bêler bêtement. C’est au tour du jeune garçon d’être préparé. Le chirurgien lui attrape le bras pour pratiquer une saignée ordinaire. Environ un tiers de litre de sang est tiré de la veine pour faire de la place au sang neuf ! Une ligature au bras arrête l’écoulement, puis un deuxième tube en argent est inséré dans la veine. Les deux tubes sont alors reliés par un tuyau.

L’assistance retient son souffle. Le garrot sur la patte de l’agneau est desserré lentement pour laisser couler le sang. Le garçon ne manifeste aucune réaction. Au contraire même, il semble sortir de sa léthargie. Denis arrête la transfusion après le transfert d’un tiers de litre de sang. L’assistance applaudit. Dans les jours qui suivent, le jeune homme reprend du poil de la bête, à la grande surprise de sa famille ! Aujourd’hui, cette réussite paraît impensable. Du sang d’agneau dans un corps humain ! Probablement que la quantité de sang transfusé n’a pas été suffisante pour déclencher une grosse réaction de rejet.

Réaction violente

Quelques jours plus tard, fort de son succès, Denis se livre à une deuxième transfusion avec un homme robuste de 45 ans.

 Deuxième miracle. La situation commence à tourner au vinaigre avec la troisième tentative. Cette fois-ci, le patient n’est plus un homme du peuple, mais un jeune baron suédois qui est tombé malade lors d’un séjour parisien. Ses médecins ont renoncé à tout espoir de le sauver. Alors, en dernier recours, sa famille fait appel à Jean-Baptiste Denis, ayant entendu parler des bons résultats de sa méthode. Celui-ci décide, cette fois, d’injecter le sang d’un veau.

Après la première transfusion, le jeune baron se sent mieux, il recommence à parler. Mais l’amélioration de son état ne dure que peu de temps. Il meurt durant la deuxième transfusion.

Les choses commencent vraiment à tourner en eau de boudin avec la quatrième transfusion. Le malade est cette fois-ci un fou violent du nom d’Antoine Mauroy, âgé de 34 ans.

Denis espère qu’en lui injectant du sang de veau, animal placide, il s’en trouvera apaisé. L’opération a lieu en décembre. Rapidement, le fou se plaint d’une vive chaleur obligeant Denis à arrêter aussitôt la transfusion. Mauroy se calme, fait une sieste de deux heures, puis demande à manger un morceau. Il a faim.

Deux jours plus tard, Denis pratique une deuxième transfusion. Cette fois, la réaction de Mauroy est violente. Son corps entier devient brûlant, puis il se plaint des reins, ses veines gonflent. Il faut tout arrêter. Denis persiste, puisque, quelques jours plus tard, il se livre à une troisième transfusion. Elle est fatale au malade, qui gigote comme si on lui avait injecté du plomb fondu. La ville de Lille entre en deuil…

La veuve dépose une plainte contre Denis pour avoir tué son époux. Mais, coup de théâtre, au cours du procès, le médecin est acquitté tandis que Mme Mauroy se retrouve condamnée pour avoir empoisonné son époux.

Après le procès, Denis abandonne définitivement la médecine, et en 1670, l’Académie des sciences interdit toute nouvelle tentative de transfusion.

Il faudra attendre la découverte des groupes sanguins en 1902 pour que les transfusions deviennent enfin possibles. Entre êtres humains !

http://www.lepoint.fr

La NASA reporte le lancement d’une soucoupe expérimentale


Il faudra se le dire, quand cet engin prend sera lancer, plusieurs vont sûrement penser que des visiteurs de l’espace viennent envahir la Terre.
Nuage

 

La NASA reporte le lancement d’une soucoupe expérimentale

 

Le véhicule expérimental qui devait être lancé par la NASA. Le véhicule expérimental qui devait être lancé par la NASA. Photo :  PC/AP Photo/NASA

L’agence spatiale américaine a reporté à plus tard le lancement d’un véhicule expérimental ressemblant à une soucoupe volante qui devait avoir lieu mercredi. Le lancement doit mettre à l’essai des technologies qui pourraient éventuellement être utilisées lors d’une mission vers la planète Mars.

Une porte-parole de la NASA a expliqué que les conditions météorologiques sont responsables de cette annulation. Le prochain essai pourrait avoir lieu le 14 juin.

Depuis quelques décennies, la NASA utilise le même parachute pour réduire la vitesse de ses véhicules spatiaux entrant dans l’atmosphère martienne. Cependant, des parachutes plus grands et plus résistants seront requis pour ralentir les véhicules spatiaux plus lourds qui transporteront des objets ou des astronautes.

Au moment du lancement, un ballon transportant le petit véhicule s’élèvera d’Hawaï. Peu après, le véhicule allumera le moteur de sa fusée qui le transportera à une altitude de 55 kilomètres.

Des ballons vont ensuite se gonfler afin de réduire la vitesse supersonique de l’engin. Enfin, un parachute se déploiera afin d’assurer un amerrissage en douceur.

http://ici.radio-canada.ca

Paris va tester des moutons en guise de tondeuses


Si je ne m’abuse, ce n’est pas la première fois qu’on utilise des animaux qui broutent pour entretenir un terrain .. Enfin, bref, si cela est possible ce serait sûrement une bonne chose pour l’environnement et pour le bruit …
Nuage

 

Paris va tester des moutons en guise de tondeuses

Confier l’entretien des espaces verts de Paris à des moutons d’Ouessant? La capitale va expérimenter l’éco-pâturage à partir d’avril, sur un seul site pour le moment, pour évaluer la faisabilité en milieu urbain dense de cette technique permettant de limiter l’usage d’engins et de désherbants.

L’expérimentation insolite débutera le 3 avril sur « un terrain de 2.000 m2 en friche » appartenant au service des Archives de Paris dans le XIXe arrondissement, indique la mairie de Paris.

L’éco-paturage consiste à utiliser des animaux pour entretenir un espace vert, ce qui permet de limiter le recours aux engins mécaniques, sources de bruit et consommateur de carburant, et aux produits phytosanitaires.

L’objectif de la mairie de Paris est d’évaluer si ce type de gestion écologique des espaces verts est applicable dans un milieu urbain dense comme Paris intra muros.

Pour cette expérimentation, prévue en « plusieurs périodes » d’avril à octobre, ont été choisis des moutons d’Ouessant, une race à la fois résistante mais aussi de petite taille, permettant « une manipulation plus aisée », souligne la municipalité. Entre chaque période de pâturage, les animaux seront hébergés par la Ferme de Paris, équipement situé dans le Bois de Vincennes qui sera chargé de leur suivi sanitaire.

En cas de résultats probants, d’autres expérimentations pourraient suivre, par exemple dans les bois de Vincennes et de Boulogne, indique la mairie.

© 2013 AFP

http://actualites.ca.msn.com