Ce Cana­dien de 20 ans a fait bouillir un sque­lette du XIXe siècle avant de boire son jus


Il y a des gens qui sont vraiment bizarre, juste a y pensé, j’ai surement un visage exprimant le dégout. Mais comment ces gens peuvent penser pour avoir des idées aussi lugubre.
Nuage

 

Ce Cana­dien de 20 ans a fait bouillir un sque­lette du XIXe siècle avant de boire son jus

 

par  Malaurie Chokoualé

 

The Chro­nicle Herald a décrit l’hor­reur à l’état pur mardi 23 avril 2019.

Un jeune homme de 20 ans a été surpris après avoir exhumé un corps illé­ga­le­ment dans la ville de Concep­tion Bay South, dans la province cana­dienne de Terre-Neuve-et-Labra­dor. Pire : les auto­ri­tés racontent qu’il a fait bouillir les os du sque­lette avant de boire le bouillon.

Pour des raisons encore incon­nues, le jeune Lucas Dawe a volé des restes osseux non iden­ti­fiés du XIXe siècle dans le cime­tière de la paroisse de All Saints, un cime­tière histo­rique où reposent des corps dont certains remontent au XVIIIe siècle. Le Dr Nash Denic, méde­cin légiste en chef de Terre-Neuve, explique n’avoir jamais rien vu de tel.

Comparu pour la deuxième fois devant le tribu­nal le 18 avril dernier, Lucas Dawe est accusé de posses­sion de sque­lette volé et d’avoir trou­blé le repos d’une dépouille humaine. Les restes seront enter­rés une nouvelle fois au cours d’une céré­mo­nie parti­cu­lière, dès que le corps ne sera plus consi­déré comme preuve de sa culpa­bi­lité.

Source : The Chro­nicle Herald

 

https://www.ulyces.co/

Le Saviez-Vous ► Ce pape du Moyen-Âge a fait un procès au cadavre de son prédécesseur


Même dans l’Église, le pouvoir peut monter à la tête. C’est une histoire vraiment glauque ! Jalousie, accusation, meurtre … Tout y est
Nuage

 

Ce pape du Moyen-Âge a fait un procès au cadavre de son prédécesseur

Crédits : Wikimedia Commons

En 897, la Basilique Saint-Jean-de-Latran a accueilli un synode unique et morbide : le terrible  concile cadavérique. Le Pape Étienne VI méprisait son prédécesseur, Formose, au point d’en exhumer le cadavre pour le faire juger. Il accusait celui-ci d’avoir exercé son pontificat illégalement et voulait le faire répondre de ses actes.

Le cadavre de Formose, mort depuis un an, a donc été habillé d’une tenue de pape avant d’être placé en position assise au milieu du tribunal, un avocat pour le protéger. Les doutes d’Étienne VI à son encontre sont liés à des rumeurs de l’époque, qui voulaient que Formose ait exercé le rôle d’évêque dans plusieurs villes à la fois, ce qui va à l’encontre des règles de l’Église. Le pape Jean VII l’a alors, en son temps, excommunié. Peu après cela, Jean VIII était assassiné. Formose a accédé au pontificat après quelques courts règnes d’hommes âgés.

Déclaré coupable par la cour, la mesure de damnatio memoriae (damnation de la mémoire) a été appliquée envers Formose. Son règne en tant que souverain pontife a été effacé des fichiers et ses décrets ont été invalidés. Les trois doigts de sa main droite, utilisés de manière sacrée pour la bénédiction, lui ont été coupés. Pour finir, son cadavre a été jeté dans la rivière.

Mais l’histoire ne s’arrête pas là. Cette synode sordide a fait scandale au sein de l’Église et Étienne VI a été emprisonné pour outrage à l’ordre public. Plus tard dans l’année, il a été retrouvé mort étranglé dans sa cellule. Ambiance.

Source : Le Synode du cadavre, Frédéric Cathala

http://www.ulyces.co/

La moustache de Salvador Dali est intacte, 28 ans après sa mort!


L’excentrique Salvador Dali, 28 ans après sa mort, a gardé sa moustache intacte ainsi que son corps est bien conserver par l’embaumement. L’ouverture de la tombe a pour but de prendre des échantillons et d’examiner les preuves grâce à l’ADN  que le peintre est le père ou non d’une cartomancienne. J’avoue avoir bien hâte d’avoir les réponses, à savoir si cette saga en valait la peine
Nuage

 

La moustache de Salvador Dali est intacte, 28 ans après sa mort!

 

HULTON DEUTSCH VIA GETTY IMAGES

Elle était dans sa position classique, à dix heures dix!

Les experts judiciaires chargés des prélèvements d’ADN sur la dépouille du peintre surréaliste espagnol Salvador Dali, mort il y a 28 ans, ont constaté que ses restes embaumés étaient bien conservés à commencer par sa célèbre moustache relevée, a annoncé la fondation Dali vendredi.

« Comme vous le savez, le corps de Dali avait été embaumé, il était momifié et la moustache a été préservée, comme l’a dit le médecin légiste (Narcís) Bardalet, elle était dans sa position classique, à dix heures dix », a déclaré le secrétaire général de la Fondation Dali Lluis Peñuelas Reixach vendredi lors d’une conférence de presse.

« C’était un moment émouvant pour lui et pour nous aussi », a-t-il ajouté en évoquant cette moustache noire relevée « en croc », si caractéristique de Dali, qui aimait s’en amuser en écarquillant les yeux.

Comme pour prolonger la rocambolesque vie du peintre surréaliste espagnol, une cartomancienne de 61 ans, Pilar Abel, née comme lui à Figueras, une petite ville du nord de la Catalogne, a déposé devant la justice une demande de reconnaissance de paternité, presque trente ans après la mort de Salvador Dali.

Malgré les efforts de la fondation qui gère son patrimoine et veille sur sa dépouille pour l’arrêter, la procédure judiciaire a suivi son cours, et la juge en charge du dossier a ordonné l’exhumation.

Celle-ci a été menée à bien pendant près de quatre heures jeudi à l’abri des regards dans le Théâtre-Musée Dali où l’excentrique artiste était enterré, après le départ des visiteurs.

Une lourde dalle de plus d’une tonne posée recouvrant sa tombe a dû être soulevée et le cercueil en bois massif a dû être ouvert.

Les experts ont prélevé des échantillons de « cheveu, d’ongle, et deux os longs », a encore dit Lluis Peñuelas aux journalistes.

Ils doivent désormais être analysés par l’Institut toxicologique de Madrid et comparés à l’ADN de la plaignante, ce qui prendra plusieurs semaines.

Si la filiation était démontrée, Pilar Abel, une femme aux yeux noirs et aux cheveux sombres, serait la seule descendance de Salvador Dali et pourrait prétendre à un quart de son héritage.

http://quebec.huffingtonpost.ca

Espagne: la justice ordonne l’exhumation de Dali après une demande en paternité


Salvador Dali aura-t-il une héritière ? Cela se peut, mais cela a l’air semble toute une histoire que pour la démêler, il faut faire le test de l’ADN
Nuage

 

Espagne: la justice ordonne l’exhumation de Dali après une demande en paternité

 

Salvador Dali... (PHOTO ARCHIVES AFP)

 

DANIEL BOSQUE, LAURENCE BOUTREUX
Agence France-Presse
Barcelone et Madrid

La justice espagnole a annoncé lundi avoir ordonné, presque 30 ans après sa mort, l’exhumation des restes du peintre Salvador Dali en vue d’un prélèvement d’ADN, car une voyante de 61 ans assure être sa fille.

Cette habitante de la ville de Gérone (Catalogne), Pilar Abel, tente depuis des années de faire valoir devant la justice que l’artiste était son père biologique.

Dali a été enterré en 1989 à Figueras où il est né en 1904. La plaignante, une cartomancienne qui serait, si elle avait gain de cause, sa seule fille, a également vu le jour dans la ville catalane.

«Le Tribunal de Première instance n° 11 de Madrid a ordonné l’exhumation du cadavre du peintre Salvador Dali, afin d’obtenir des échantillons de ses restes et déterminer s’il est le père biologique d’une femme de Gérone», a annoncé le service de communication du Tribunal supérieur de justice de Madrid.

L’exhumation permettra de prélever des échantillons d’ADN du peintre, «restes osseux ou dents», selon la décision judiciaire datée du 20 juin que l’AFP a pu consulter.

Elle est nécessaire «car il n’existe pas d’autres restes biologiques ni personnels pour effectuer une comparaison», lit-on aussi dans ce texte.

Les parties ont 20 jours ouvrables pour contester la décision et la Fondation Salvador Dali, qui gère et protège le patrimoine laissé par le peintre, a aussitôt assuré qu’elle déposerait un recours contre cette procédure civile.

Doutes

Née en 1956 dans une clinique de Figueras, Pilar Abel soutient que Dali et sa mère ont entretenu une liaison clandestine, quand cette dernière travaillait dans la petite localité côtière de Portlligat où le peintre séjournait souvent.

Dans un témoignage confus diffusé en mars 2015 à la télévision catalane TV3, elle assurait que quand elle avait huit ans, sa grand-mère lui avait confié:

 «Je sais que tu n’es pas la fille de mon fils, je sais que ton père est un grand peintre». «Elle m’avait dit le nom : Dali», affirmait-elle.

Sa mère, «amoureuse de Dali», lui aurait confirmé cette histoire avant d’être atteinte de démence sénile.

Son avocat, Enrique Blánquez, a assuré à l’AFP que l’histoire était «connue dans le village». «Il y a des témoins, s’il n’y avait une base de preuves minimale, cette décision n’aurait pas été prise», a-t-il plaidé.

Il a notamment évoqué un témoin qui travaillait pour Dali et que le peintre payait, selon lui, pour enquêter sur les allées et venues de la mère de Pilar Abel.

Dans un premier temps, la cartomancienne avait confié son dossier à Me Francesc Sostres, avocat connu pour avoir représenté un Catalan qui affirmait être le fils de Juan Carlos I, roi d’Espagne de 1975 à 2014, mais s’était vu débouté de sa demande de reconnaissance.

Pilar Abel a, elle, dû se trouver un autre avocat, ne pouvant plus payer les honoraires du premier.

Le journal catalan La Vanguardia l’avait présentée en 2015 sous le titre

 «La voyante qui se prend pour la fille de Salvador Dali», en avertissant que l’histoire paraissait «totalement invraisemblable».

Le journal assurait qu’elle avait déjà vainement réclamé 600 000 euros à l’écrivain espagnol Javier Cercas pour de présumées injures dans un de ses romans.

Grand nom du surréalisme, Salvador Dali est mort à 84 ans le 24 janvier 1989 dans un hôpital de Figueras, après une vie intense et trépidante, alimentée par ses créations géniales et ses extravagances.

Richissime et désespéré, il a vécu ses sept dernières années reclus dans son château de Pubol, près de Gérone, au milieu d’une cour de soignants et de secrétaires.

Il est enterré au sein du théâtre-musée de Figueras qu’il avait lui-même imaginé et qui a reçu, en 2016, plus de 1,1 million de visiteurs.

Dans ses dernières volontés, Dali avait pourtant demandé à reposer à Pubol auprès de sa muse, Gala, qui avait partagé une grande partie de sa vie.

Reste que cette demande en paternité aurait peut-être amusé Dali le facétieux, qui avait vendu un faux poil de sa moustache 10 000 dollars à Yoko Ono, selon un récit de l’actrice et ancienne chanteuse française Amanda Lear.

http://www.lapresse.ca