Les plongeurs s’approchent des enfants piégés dans une grotte en Thaïlande


7 jours que 12 enfants et leur entraîneur de football (soccer) sont piégés dans une des plus grandes grottes en Thaïlande. La montée des eaux n’avait pas aidé, mais ils ont mis des pompes. Il semble que les secouristes soient près du but, en attendant, ils se pratiquent au sauvetage.
Nuage

 

Les plongeurs s’approchent des enfants piégés dans une grotte en Thaïlande

 

Des sauveteurs.

Les sauveteurs ont lancé de la nourriture et des téléphones aux enfants bloqués dans cette grotte. Photo : The Associated Press/Sakchai Lalit

À la faveur d’une baisse des eaux, les sauveteurs mobilisés depuis sept jours pour sauver 12 enfants et leur entraîneur de soccer piégés dans une grotte inondée en Thaïlande ont enfin réussi samedi à s’approcher de la zone où ils sont censés s’être réfugiés.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Les plongeurs « sont à deux, trois kilomètres » de l’endroit où sont censés être les enfants. « Nous étions arrivés jusque-là une fois mardi, mais le courant était trop fort », a relaté le gouverneur de Chiang Rai, Narongsak Osottanakorn.

« La situation est meilleure aujourd’hui qu’hier et les jours précédents. L’eau a considérablement baissé », grâce aux pompes installées et à l’arrêt de la pluie, s’est-il réjoui.

Mais, si les secouristes se refusent pour l’heure à évoquer une issue autre qu’heureuse, aucun contact n’a encore pu être établi avec les jeunes footballeurs entrés samedi soir, après leur entraînement, dans la grotte de Tham Luang, située près des frontières de la Birmanie et du Laos.

Des boîtes contenant de la nourriture et des téléphones portables ont été lancées la veille depuis un puits à la verticale de la grotte, non loin de l’endroit où les sauveteurs espèrent que les enfants se trouvent.

Ils ont aussi répété samedi un exercice d’évacuation afin d’être prêts une fois le contact établi, tandis que des moines bouddhistes priaient en faveur d’un dénouement heureux.

Des sauveteurs avec un brancard.

Les sauveteurs ont simulé un exercice d’évacuation. Photo : Reuters/Soe Zeya Tun

« Il s’agit de mettre en place un protocole sur ce qu’on doit faire avant de les emmener à l’hôpital », a expliqué le gouverneur de Chiang Rai.

 Après une semaine dans l’obscurité de la grotte, les victimes souffriront de troubles oculaires et pulmonaires, et leur évacuation doit être menée avec précaution.

« C’est un test, ne paniquez pas. Si nous sortons les garçons de là, nous saurons comment les envoyer à l’hôpital en hélicoptère », a-t-il ajouté, en précisant que plusieurs hôpitaux de la région participaient à l’exercice à la faveur d’un temps plus clément après des pluies diluviennes.

Mais cette grotte est l’une des plus grandes de Thaïlande, avec un réseau de plus de dix kilomètres, ce qui en fait un lieu apprécié des spéléologues aguerris.

https://ici.radio-canada.ca/