Des alligators comme gardes du corps


La nature s’organise elle-même a se protéger quand nous ne mettons pas d’obstacle. Une complicité peut s’installer entre certains oiseaux nicheurs et de grands prédateurs pour que chacun y gagne
Nuage

 

Des alligators comme gardes du corps

 

Des alligators comme gardes du corps

Les hérons des Everglades ont trouvé la solution pour protéger leur progéniture.Captures d’écran Gentside Découverte

Chez les oiseaux, s’occuper d’une couvée est une vaste entreprise menacée en permanence par une horde de pillards. Pour protéger leur progéniture contre les mangeurs d’oeufs et de poussins tels que les ratons laveurs ou les opossums, les échassiers du parc des Everglades, en Floride ont trouvé une solution radicale.

Ils construisent leur nid à côté de prédateurs encore plus redoutables, à savoir les alligators. Cette solution est gagnant-gagnant: les oiseaux utilisent les reptiles comme gardes du corps et ces derniers profitent des oeufs et des poussins qui tombent régulièrement du nid lorsque ces derniers sont poussés par leurs frères ou sont abandonnés par leurs parents.

TOUT LE MONDE Y TROUVE SON COMPTE

Cette stratégie a été mise en évidence pour la première fois par une équipe de chercheurs de l’université de Floride et a fait l’objet d’une publication parue dans la revue PLoS ONE.

«Notre étude est la première à démontrer une relation mutuellement bénéfique entre les oiseaux nicheurs et un crocodilien», explique Lucas Nell, co-auteur du document.

Il développe: «Les échassiers fournissent des ressources nutritives pour les alligators qui, par leur seule présence, créent un espace sans prédateurs pour les oiseaux».

Au final, tout le monde y trouve donc son compte. La méthode est d’ailleurs employée par une vaste gamme d’espèces telles que les hérons, les aigrettes, les ibis, les cigognes ou encore les spatules.

Pour en arriver à une telle conclusion, Lucas Nell et son équipe ont comparé les poids et l’état général (à partir d’analyses sanguines) de près de 40 femelles alligators évoluant ou non près des zones de nidifications. Leurs résultats indiquent que la condition physique des alligators cohabitant avec les nids d’oiseaux est bien supérieure à celle de leur semblables ne profitant pas d’une telle situation.

UN EXEMPLE D’ASSOCIATION ÉCOLOGIQUE

Selon les auteurs, ces premières observations font office de préambule. Davantage d’études sont encore nécessaires pour comprendre au mieux l’interaction entre le super prédateur et les échassiers.

Les chercheurs envisagent à ce titre d’analyser une plus grande variété d’alligators vivant dans des habitats complètement différents. Toutefois, pour Lucas Nell et son équipe, ces premier résultats sont déjà très représentatifs de cette «association écologique» bénéfique.

Selon le chercheur, les nids d’oiseaux sont assez élevés pour que les alligators ne puissent pas y accéder et ces derniers sont récompensés pour leurs services rendus par des oeufs abandonnés ou de poussins morts. Une sorte de rémunération qui semble largement profiter aux redoutables reptiles, à en croire les auteurs de l’étude.

http://fr.canoe.ca/

Une quarantaine de baleines échouées en Floride


C’est toujours pareil, des animaux marins viennent s’échouer à divers endroits et y meurent comme cette fois-ci dans les Everglades et on est on ne sait jamais les vraies raisons .. Bien des hypothèses sont émises, mais il y a surement une seule raison pour que des animaux marins et oiseaux sont victimes d’un mal et en meure
Nuage

 

Une quarantaine de baleines échouées en Floride

 

Quelque 41 baleines ont été retrouvées en train de nager dans moins d’un mètre d’eau – alors que ces animaux vivent d’habitude en eau profonde.

PHOTO AP

Une quarantaine de baleines se sont échouées dans les eaux peu profondes du parc des Everglades en Floride, dans le sud-est des États-Unis, dont une dizaine sont mortes, ont indiqué mercredi les services océanographiques américains.

PHOTO LYNNE SLADKY, AP

«Quatre baleines ont été euthanasiées mercredi et six autres sont mortes», a expliqué Blair Mase, porte-parole de la NOAA (National Oceanic and Atmospheric Administration), lors d’une conférence de presse.

Quelque 41 baleines-pilotes ou globicéphales ont été retrouvées en train de nager dans moins d’un mètre d’eau – alors que ces animaux vivent d’habitude en eau profonde -, «dans une zone extrêmement reculée» du comté de Monroe, dans le sud de la Floride, a indiqué Mme Mase.

«La zone est située à environ deux heures de bateau de Highland Beach, mais c’est tellement peu profond qu’on a du mal à trouver assez d’eau pour les remettre à la mer», a souligné Mme Mase, en précisant que ses services travaillaient avec quatre organisations de protection des animaux et avaient demandé conseil à des spécialistes d’autres pays.

«Les causes possibles peuvent être des maladies ou l’environnement, ou encore d’autres facteurs que nous ne connaissons pas encore», a ajouté la porte-parole.

Ces baleines se sont échouées sans doute mardi, quand les autorités ont reçu un appel de cette zone.

Le parc des Everglades, qui s’étend sur 6104 kilomètres carrés, est connu pour ses alligators et un écosystème unique au monde.

http://www.lapresse.ca/

68 pythons birmans capturés dans les Everglades en Floride


Voici une des raisons que je suis contre la vente des animaux exotiques .. les serpents qui semblent aimer leur pays d’adoption seraient probablement des animaux de compagnie .. et maintenant dans l’environnement de la Floride prolifèrent librement … avec des conséquences néfastes pour les animaux locaux
Nuage

 

68 pythons birmans capturés dans les Everglades en Floride

 

Python birman

Python birman  Photo :  AFP/JOE RAEDLE

Une grande chasse au python birman a permis de tuer 68 de ces reptiles qui menacent l’écosystème du parc national des Everglades en Floride.

Selon la Commission de conservation de la faune et de la flore de Floride, le plus long python capturé mesurait plus de 4,30 mètres, et son chasseur a obtenu le grand prix de 1000 dollars.

Plus de 600 participants venus de 38 États américains, et du Canada, ont pris part à cette vaste chasse au python birman, organisée entre le 10 janvier et le 10 février.

Les experts pensent que les premiers pythons birmans arrivés dans les Everglades étaient en fait des animaux de compagnie, qui ont été relâchés par leur propriétaire ou se sont évadés lors de l’ouragan Andrew en 1992.

Un pyhton birman exposé au début du défi pyhton en FlorideUn pyhton birman exposé au début du défi pyhton en Floride  Photo :  AFP/JOE RAEDLE

Ils se reproduisent rapidement et sont désormais plus nombreux en Floride que les espèces locales.

Leur prolifération expliquerait la chute du nombre de petits mammifères, comme les belettes, lapins, ratons-laveurs et autres rats sauvages, selon les scientifiques.

Les serpents morts vont être envoyés à l’université de Floride qui va les étudier.

http://www.radio-canada.ca