Le Saviez-Vous ► 25 symptômes de maladies à ne jamais ignorer


Il arrive souvent que le corps lance des alertes de possibilité de maladie. Certains symptômes sont plus évidents que d’autres, et il faut agir immédiatement. Seul une visite médicale, ou à l’urgence au besoin peut diagnostiquer un problème de santé et non les réseaux sociaux
Nuage


25 symptômes de maladies à ne jamais ignorer

Une altération de la voix peut être une symptômes du cancer de la gorge.DEJAN DUNDJERSKI/SHUTTERSTOCK

Trouble d’élocution, vision brouillée ou douleur dans le cou : ces sensations étranges, voire dérangeantes, peuvent être les symptômes d’un trouble de santé grave. Voici 25 symptômes de maladie que vous devez connaître.

SHUTTERSTOCK

Trouble d’élocution

Tenir soudain des propos inintelligibles signale peut-être un accident vasculaire cérébral (AVC).

« Le sujet déforme ou confond des mots ou est incapable de comprendre ce qui est dit », précise la Dre Leanna K. Casaubon, neurologue à l’hôpital Toronto Western.

L’affaissement d’un côté du visage en est un autre symptôme. Si vous pensez être victime d’un AVC, appelez rapidement les urgences.

Éclairs de lumière ou augmentation des corps flottants

En vieillissant, il n’est pas rare que la vision soit gênée par des corps flottants et des éclairs de lumière. Ces symptômes souvent inoffensifs suivent la transformation du vitré dans l’œil. Mais si le changement est brutal, les éblouissements et l’augmentation du nombre de corps flottants traduisent peut-être une déchirure de la rétine. Cette urgence oculaire exige une prise en charge dans les 24 à 48 heures.

« Sinon, le liquide risque de s’infiltrer sous les larmes et d’entraîner un décollement de la rétine pouvant mener à la cécité », prévient le Dr Lorne Bellan, chef du département d’ophtalmologie de l’Université du Manitoba, à Winnipeg.

Modification de l’état mental

Si vous notez un changement brusque dans le comportement ou les fonctions intellectuelles d’un proche – même si un diagnostic de démence a déjà été établi – il faut vite consulter.

« Être soudain très confus n’est pas normal », indique le Dr Paul Pageau, ancien président de l’Association canadienne des urgentistes.

Le symptôme peut être causé par un problème de santé qu’il faut traiter. Il peut également résulter d’une glycémie faible (chez les diabétiques), d’un déséquilibre électrolytique ou de médicaments.

Ne vous inquiétez pas d'un mal de têteGPOINTSTUDIO/SHUTTERSTOCK

Vision brouillée

Une vision double ou trouble, ou qui disparaît dans un œil, ou encore la perte du champ visuel d’un seul côté sont des signes possibles d’AVC. Si les causes d’un changement brutal de la vision sont parfois mineures – une migraine avec aura, par exemple –, elles peuvent aussi être beaucoup plus graves.

« Cela peut être un anévrisme cérébral qui appuie sur le nerf responsable du mouvement de l’œil, explique le Dr Bellan. Cela se manifeste généralement par un dédoublement soudain de la vision. Il faut traiter de toute urgence pour prévenir la rupture d’anévrisme. »

Pression au niveau de la mâchoire, du cou ou des bras

Les victimes d’un infarctus n’éprouvent pas toutes la douleur classique à la poitrine, selon la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC du Canada, et c’est particulièrement vrai des femmes. On peut en fait ne ressentir qu’une pression, un inconfort ou une douleur dans un bras, au cou, à la mâchoire ou dans le dos. Mais ces sensations peuvent aussi avoir d’autres causes, précise le Dr Peter Bogaty de la Clinique de cardiologie de Montréal.

« Le cœur, l’œsophage et les organes logés dans le thorax partagent un réseau nerveux avec la mâchoire et les bras ; il ne s’agit donc pas forcément d’un symptôme cardiaque. »

Mais si la sensation est nouvelle, si elle vous paraît étrange et si elle ne disparaît pas après quelques minutes, appelez à l’aide.

SHUTTERSTOCK

Raideur dans le cou et symptômes pseudo-grippaux

Aux premiers stades de la méningite, les maux de tête et la forte fièvre font penser à des symptômes de grippe saisonnière. Mais ceux qui sont atteints d’une infection des membranes entourant le cerveau et la moelle épinière éprouvent une raideur dans le cou, douloureuse quand ils essaient d’appuyer le menton sur la poitrine. Une certaine confusion et une gêne à la lumière s’ajoutent parfois au tableau clinique.

« La méningite bactérienne peut être mortelle si elle n’est pas rapidement soignée, dit le Dr Pageau. Chaque heure de retard dans l’administration d’un antibiotique approprié augmente le risque de handicap – et de mortalité. »

Douleur thoracique

C’est le symptôme le plus courant de l’infarctus, qu’on ignore pourtant souvent, déplore le Dr Bogaty. L’indigestion, le reflux acide et l’anxiété sont certes responsables de douleurs thoraciques, mais pour être fixé, il faut se rendre aux urgences où différents examens pourront être entrepris.

« Si c’est un infarctus grave, il sera aussitôt traité. Cela pourrait prévenir une mort subite », ajoute le médecin.

Perte de poids

Prévenez votre médecin si vous avez perdu plus de 5 % de votre masse corporelle en 6 à 12 mois, sans que ce soit volontaire. Et prenez rendez-vous plus rapidement si à cela s’ajoutent d’autres symptômes comme une douleur, un gonflement abdominal ou une nausée. La perte de poids est souvent associée à d’autres affections, notamment gastro-intestinales, comme l’ulcère ou la maladie cœliaque, ou à une infection, à un problème de thyroïde, à un trouble psychiatrique ou à l’effet secondaire d’un médicament. Le cancer n’est pas à écarter non plus.

« Retarder le diagnostic d’un cancer, c’est risquer de le voir évoluer à un stade où il est plus difficile à contenir », prévient Monica Behl, médecin-chef et oncologue pour l’Agence du cancer de la Saskatchewan.

Rougeurs sous la peau

Quand des bactéries de surface comme les streptocoques ou les staphylocoques traversent la barrière cutanée – souvent par une coupure, une fissure ou une piqûre d’insecte – et contaminent les tissus plus profonds, l’infection peut se diffuser et entraîner des complications graves, voire la mort. « 

Les diabétiques sont particulièrement à risque », explique le Dr Pageau.

Il faudra sans doute recourir aux antibiotiques si une tache rouge et chaude s’étend après une journée ou deux ou fait des traits sur le corps.

« Si vous ne vous sentez pas bien ou si votre condition s’aggrave rapidement, rendez-vous aux urgences », suggère-t-il.

Vertiges ou évanouissements

Un étourdissement passager quand on se relève est souvent dû à une chute de la tension artérielle. Simple réaction physiologique chez les uns, c’est parfois le signe d’un problème plus grave chez les autres. S’il s’agit d’une déshydratation ou de l’effet secondaire à un médicament, il est facile à corriger.

Mais « les problèmes cardiaques, les infections et les troubles neurologiques peuvent aussi entraîner une baisse de tension », souligne le Dr Brett Belchetz, médecin urgentiste de Toronto.

Un étourdissement signale parfois une anémie causée par des règles abondantes ou un saignement gastro–intestinal. Les vertiges sont le plus souvent associés à un problème d’oreille moyenne. Prenez rendez-vous avec un médecin – mais consultez aussitôt si la sensation demeure, même quand vous n’êtes pas debout, ou si l’intensité du vertige est telle que vous ne pouvez pas marcher droit.

Sang dans les urines ou les selles

Certains médicaments et aliments colorent les selles ou l’urine ; c’est aussi vrai d’affections bénignes comme les hémorroïdes. Mais il faut consulter si on saigne sans raison connue dans la cuvette des toilettes. Il peut s’agir d’un cancer, ou de bien d’autres problèmes de santé – infection de la vessie, calcul rénal, fissure anale, maladie inflammatoire de l’intestin…

La leucémie peut être caractérisée par un essoufflement important.SHUTTERSTOCK

Essoufflement

Si on est essoufflé au point de ne pouvoir faire plus de quelques pas ou terminer une phrase, il faut appeler les urgences sans tarder, dit le Dr Belchetz.

« Les causes possibles sont nombreuses et toutes assez graves. Elles doivent faire l’objet d’une prise en charge rapide pour éviter une évolution négative au point d’être fatale. »

Il peut s’agir d’un infarctus, de pneumonie, d’asthme, d’emphysème ou d’un caillot dans les poumons. Un essoufflement qui ne compromet pas les activités quotidiennes n’est pas une urgence, mais le médecin voudra examiner votre cœur et vos poumons, et s’assurer qu’il n’y a pas d’autres causes.

Voix rauque ou toux

Le tabagisme, la pollution, l’air sec ou une fatigue vocale peuvent causer une laryngite ou une irritation persistante de la gorge. Il peut aussi s’agir de reflux gastro-œsophagien. Le problème se manifeste plus souvent avec l’âge et, faute d’être diagnostiqué, il peut entraîner des saignements et des lésions de l’œsophage. Consultez un médecin qui verra si un traitement est nécessaire et s’assurera qu’il n’y a pas de tumeur pulmonaire ou dans la gorge.

Ronflements bruyants

Si vous ronflez très fort, vous souffrez peut-être d’apnée obstructive du sommeil – les muscles du fond de la gorge se détendent quand vous dormez, ce qui obstrue vos voies respiratoires. Plus d’un quart des Canadiens non diagnostiqués ont un profil à haut risque, qui tient compte d’au moins trois facteurs, dont l’obésité et l’hypertension. Et quand l’apnée du sommeil fait chuter le niveau d’oxygène dans le sang, d’autres problèmes surviennent, comme l’arythmie cardiaque, sans compter que l’insuffisance coronarienne est susceptible de s’aggraver.

« Heureusement, il existe des traitements, comme la ventilation en pression positive continue, les interventions chirurgicales et au laser ainsi que des appareils buccaux qui maintiennent les voies respiratoires ouvertes », rassure le Dr Belchetz.

Symptôme de cancer chez l'homme : surveillez vos grains de beauté.WAVEBREAKMEDIA/SHUTTERSTOCK

Grains de beauté qui se modifient

En 2017 seulement, quelque 7200 nouveaux cas de mélanome ont été diagnostiqués. Examinez votre peau une fois par mois et surveillez toute grosseur qui augmente, change d’aspect ou saigne, insiste la Dre Behl.

« Placez une règle à côté du grain de beauté et photographiez-le. Il sera plus facile de noter un changement. »

https://www.selection.ca/

Le Saviez-Vous ► 7 effets du cannabis que vous ignorez peut-être


Je comprends que le gouvernement canadien veut diminuer le marché noir du cannabis, et qu’il soit de meilleur qualité, cependant, le légalisé est vraiment une bonne chose ? Il y a tellement d’effets négatifs à fumer un joint ou le consommer dans la nourriture, qu’il me semble irréfléchi de le rendre légal
Nuage

 

7 effets du cannabis que vous ignorez peut-être

Effets à court terme

SHUTTERSTOCKPROFESSIONAL

Avec les changements proposés à la législation du cannabis au Canada, les gens sont nombreux à se poser des questions au sujet des effets et des risques potentiels pour la santé.

TIRÉ DE L’ÉDITION NOUVELLES

Bien que le cannabis entraine souvent des effets relaxants et euphorisants, il peut également causer des effets désagréables, inattendus et néfastes sur le cerveau et l’organisme. Voici certaines données en matière de santé relativement à la consommation du cannabis qui vous aideront à y voir plus clair.

1. Effets à court terme

L’usage occasionnel du cannabis peut entrainer de la confusion, de la fatigue, des pertes de mémoire et de l’anxiété. Parmi les effets à court terme sur l’organisme, on retrouve une baisse de la pression artérielle, ce qui peut provoquer des évanouissements; une accélération de la fréquence cardiaque, ce qui peut être dangereux pour les personnes souffrant de problèmes cardiaques, et des dommages aux vaisseaux sanguins causés par l’inhalation de la fumée.

2. Votre cerveau

Votre cerveau

TATIANA SHEPELEVA / SHUTTERSTOCK

Les effets néfastes à long terme du cannabis se font sentir graduellement lors d’une consommation régulière et surtout fréquente, c’est-à-dire quotidienne, et peuvent affecter la mémoire, la concentration, l’intelligence (QI) ainsi que la capacité de réfléchir et de prendre des décisions.

3. Votre corps

Certains des effets à long terme de la consommation du cannabis sur l’organisme sont semblables aux effets du tabagisme, et comprennent un risque accru de bronchite, d’infections pulmonaires, de toux chronique et d’accumulation de mucus dans la gorge.

4. Santé mentale

Chez certaines personnes, la consommation de cannabis augmente les risques de voir apparaître une maladie mentale comme la psychose ou la schizophrénie, surtout chez les gens qui ont des antécédents personnels ou familiaux de maladie mentale. La consommation fréquente de cannabis peut également être associée à une incidence accrue de suicide, de dépression et de troubles anxieux.

5. Affaiblissement des facultés

Bien que la plupart des gens estiment qu’ils peuvent conduire sans danger quelques heures après avoir consommé du cannabis, l’affaiblissement des facultés peut durer beaucoup plus longtemps. Le cannabis peut affecter votre capacité de conduire un véhicule de façon sécuritaire ou de prendre part à des activités de haute vitesse comme le vélo et le ski. Car le cannabis peut affecter votre coordination, votre vitesse de réaction, votre capacité de concentration et de prise de décisions, et votre capacité d’évaluer les distances. La combinaison du cannabis et de l’alcool augmente grandement l’affaiblissement des facultés et les risques d’accident.

6. Sécurité

N’oubliez pas que les dangers pour la santé sont plus importants lorsque vous consommez du cannabis obtenu de façon illégale. Comme le cannabis illégal contient du THC dont la puissance est souvent inconnue, vous risquez de consommer un produit qui est beaucoup plus fort que prévu, ce qui pourrait augmenter ou prolonger certains effets comme la confusion ou l’anxiété. De plus, le cannabis illégal pourrait avoir été traité avec des pesticides qui sont nocifs pour la santé.

7. Dépendance

Dépendance

PHOTOGRAPHEE.EU / SHUTTERSTOCK

Contrairement à la croyance populaire, il est possible de développer une dépendance au cannabis. Les recherches ont démontré que le THC du cannabis entraine une augmentation des niveaux de dopamine, cette substance chimique dans le cerveau associée à la notion du plaisir, ce qui incite les gens à continuer de consommer. En fait, l’on estime que 9 % des gens qui consomment du cannabis développeront une dépendance envers la drogue – un pourcentage qui augmente avec la consommation quotidienne et chez les gens qui ont commencé à consommer à l’adolescence.

http://selection.readersdigest.ca

Le Saviez-Vous ► 8 symptômes bizarres dont vous ignorez qu’ils sont liés au stress


Je suis une personne qui a toujours été stressé et qui n’est pas facile à gérer. Parfois, nous avons besoin d’un professionnel pour apprendre à vivre sans se stresser. Plusieurs symptômes peuvent nous indiquer que nous souffrons de stress et il est important d’y remédier
Nuage

 

8 symptômes bizarres dont vous ignorez qu’ils sont liés au stress

 

Le stress vous empêche de garder les yeux ouverts

 

Vous est-il déjà arrivé d’être si accablé qu’il vous a fallu faire une sieste? Il est possible que vous soyez simplement épuisé, mais aussi que cette grosse fatigue soit liée au stress et au besoin du corps d’essayer de faire tomber celui-ci en vous reposant. Selon l’American Psychological Association, 50 % des personnes souffrant de stress ont déclaré que la fatigue en était un symptôme, ce qui est plus élevé que les changements de l’appétit, la tension musculaire et les maux de tête.

La fatigue extrême se manifeste principalement sous trois formes: la fatigue issue du stress peut être émotionnelle, du type de celle que vous éprouvez après une grosse dispute avec un proche; elle peut être physique, comme l’épuisement de votre corps après une longue course; et elle peut être cognitive lorsque, par exemple, votre niveau d’énergie s’effondre après une rencontre marathon au travail. La sieste peut vous faire du bien dans de nombreux cas, mais si vous vous mettez à somnoler chaque fois que vous sentez monter le stress, il est important de comprendre qu’il ne s’agit pas d’une sieste qui va vous remettre d’aplomb, mais que le sommeil  est devenu pour vous une béquille psychologique. Trop dormir est un des symptômes de la dépression, alors si votre fatigue s’associe davantage à une forme de détresse mentale persistante, une thérapie pourrait vous aider. Sinon, profitez des bienfaits du repos de temps en temps

Symptôme du stress: Vous êtes une boule d’émotions

 

Vous êtes submergé par de nombreuses émotions – rage, frustration, solitude, peur – et avez l’impression que tout votre corps subit une attaque. Vous avez un poids sur la poitrine, vos pensées partent dans tous les sens et vous êtes incapable de vous concentrer sur l’instant présent. Peut-être êtes-vous dévoré d’inquiétudes concernant l’avenir, à moins que vous soyez aux prises avec des douleurs du passé. C’est ce qu’on appelle l’immersion ou l’inondation. La vie quotidienne est remplie d’expériences émotionnelles, mais les émotions impossibles à gérer, comme la frustration que l’on éprouve lorsqu’on se dispute violemment avec notre conjoint, entrent dans la catégorie des expériences d’immersion.

«L’immersion est la somme des réactions émotionnelles à laquelle une personne est confrontée à un moment donné et qui dépasse sa capacité à réagir efficacement», explique Arielle Schwartz, psychologue clinicienne.

L’antidote : concentrez-vous sur l’instant présent.

Vous êtes pétrifié à cause du stress

 

Dans certaines situations stressantes, la peur peut nous tétaniser. Nous figeons littéralement. Cela se traduit par une sensation de raideur, une difficulté à respirer et une impression de paralysie dans certaines parties du corps. Lorsque nous sommes confrontés à une grave menace comme une attaque physique ou lors d’une catastrophe naturelle, notre corps peut se mettre en mode de dissociation, c’est-à-dire qu’il essaie de bloquer cette réalité qui met sa vie en danger. Cette réaction de tétanisation ne se manifeste pas seulement dans des circonstances extrêmes, mais aussi lorsque nous nous sentons impuissants soit à cause de notre âge (un enfant qui apprend à affronter le monde, par exemple), soit à cause d’un état d’esprit particulier (si, par exemple, vous êtes en convalescence à la suite d’un traumatisme).

«Vous êtes paralysé par une peur exagérée, et vous êtes incapable de faire face convenablement à ce qui vous menace, écrit le Dr Leon F. Seltzer dans Psychology Today. Paradoxalement, cette réaction d’autoparalysie peut être sur le moment tout aussi valable d’un point de vue adaptatif que la courageuse lutte contre l’ennemi ou la fuite, plus prudente.

Vous vous laissez entraîner par le courant du stress

 

Selon Curtis Reisinger, psychologue clinicien à l’hôpital Zucker Hillside, une autre réaction au stress moins connue est la soumission totale qui se traduit par une volonté irrépressible de coopérer face à une menace ou à un ravisseur. Cette variation de l’apaisement s’enracine dans une réponse évolutive. Pensez à un vol: nous pouvons réagir en nous pliant aux demandes de la personne qui peut nous faire du mal. Dans une situation très tendue sur le plan émotif, la soumission a le même objectif, même si la menace n’est pas aussi grande. Si vous vous disputez avec un être cher, vous pourriez par exemple dissimuler ce que vous ressentez vraiment pour éviter les conflits. Au lieu de l’affronter, vous feriez tout pour amadouer l’autre. Dans une moindre mesure, cette attitude peut être comparée à celle de ces personnes qui font tout pour faire plaisir à tout le monde, un comportement que nous connaissons tous.

Stress: Vous avez l’impression que vous allez perdre connaissance

 

Si un épisode de stress s’accompagne d’un vertige qui vous brouille la vision ou provoque des nausées, il y a de bonnes chances que la défaillance s’installe. La Dre Arielle Schwartz indique que dans les cas de stress post-traumatique complexe résultant de facteurs de stress persistants particulièrement intenses, de nombreux patients qui éprouvent des symptômes proches de l’évanouissement disent se retrouver alors dans un tel état qu’ils doivent interrompre leurs fonctions physiques pour survivre.

«Beaucoup d’entre eux apprennent à se déconnecter de leurs émotions et de leurs besoins», continue-t-elle.

Elle attribue cette réaction de stress à un sentiment d’impuissance qui peut persister même après que les circonstances liées à ces facteurs de stress intenses ont disparu. Elle recommande une approche thérapeutique telle que l’EMDR, qui est également un traitement du stress post-traumatique.

Votre corps vous fait mal

 

Vous est-il déjà arrivé de vous réveiller fourbu comme si vous aviez couru un marathon la veille… alors que vous n’avez même pas mis les pieds au gymnase? Bien sûr, il est fréquent d’éprouver une violente envie de marcher après avoir passé la journée assis ou de vous étirer pour évacuer la tension et la raideur quotidiennes mais, dans bien des cas, les douleurs corporelles sont des manifestations physiques du stress. «Les maux de tête, les lombalgies, les douleurs musculaires et les symptômes gastro-intestinaux sont les plus courants, indique David Clarke, président de la Psychophysiologic Disorders Association. Mais il est possible d’avoir beaucoup plus de symptômes, et souvent plusieurs à la fois. Assurez-vous d’adopter ces 50 idées pour la gestion du stress, mais si vos douleurs corporelles persistent, alors votre niveau de stress pourrait nuire à votre santé et une thérapie pourrait vous aider.

Vous grincez des dents

 

Demi Moore a déjà avoué à Jimmy Fallon lors du Tonight Show que le stress avait fait tomber ses deux dents de devant. Ce n’est pas si farfelu que ça en a l’air : la crispation excessive des mâchoires est associée à l’instabilité émotionnelle, selon une recherche de l’Institut national de la santé américain. Les grincements de dents peuvent entraîner des maux de tête, des douleurs aux mâchoires, des douleurs faciales et une sensibilité générale des dents. Selon la clinique Mayo, les grincements de dents induits par le stress peuvent déformer les dents, les ébrécher et même causer leur chute. Le grincement ou le serrement des dents se produit généralement pendant le sommeil, de sorte qu’il passe facilement inaperçu. Des visites régulières chez votre dentiste peuvent aider à détecter ce type de réaction. Comme cette pression dans votre bouche peut être le signe d’une pression dans votre vie, il peut être vraiment bénéfique de déterminer les causes de ce stress et de réévaluer ensuite votre vie en conséquence.

Vous «mangez vos émotions»

 

Il nous est tous arrivé de nous jeter sur un paquet de Doritos après une rencontre professionnelle difficile ou de nous ruer sur une crème glacée après un échange un peu vif avec notre conjoint. Nous devons bien admettre alors que nous mangeons pour des raisons émotionnelles plutôt que physiques. Bien sûr, l’acte de manger est indissociable des émotions qui y sont liées, surtout parce que c’est une forme de plaisir et une façon d’entrer en relation avec les autres. Mais quand nous voyons la nourriture comme un moyen d’adoucir les dures exigences de l’existence, nous courrons le risque de prendre du poids et d’éprouver d’autres problèmes de santé. La Dre Elizabeth Trattner, une spécialiste de la médecine intégrative, affirme que, d’un point de vue physiologique, le stress tend à se concrétiser sous la forme d’un gain de poids autour du tronc; le cou, la tête et les épaules sont également à risque. La bonne nouvelle, c’est qu’il existe des astuces pour ne plus «manger ses émotions».

http://selection.readersdigest.ca/

Le Saviez-Vous ► 5 choses que vous ne saviez pas sur le pipi


L’urine peut être une mine d’information sur notre santé et notre alimentation. Il y a aussi certains troubles qui peuvent être vraiment handicapants s’ils ne sont pas pris en charge
Nuage

 

5 choses que vous ne saviez pas sur le pipi

 

La couleur peut virer au bleu, elle n’a pas de vertus antibactériennes, elle peut provoquer des malaises… découvrez des détails surprenants à propos de l’urine.

Le corps produit entre deux litres et deux litres et demi d’urine par jour à partir de ce que nous buvons, mais également de notre alimentation, en particulier des fruits et des légumes. En passant par les reins, une sorte de filtre naturel de l’organisme, le pipi nous aide à nous débarrasser de toutes les toxines et des déchets qui se trouvent dans notre sang. C’est pourquoi il peut en dire long sur notre état de santé… et sur beaucoup d’autres détails surprenants.

Inutile sur les méduses

Un ami s’est fait piquer par une méduse et, en bon samaritain, vous proposez de lui uriner dessus ? Ca ne sert à rien, à part faire rire votre entourage lorsque vous racontez cette histoire. En effet, le pipi n’a aucune vertu antibactérienne ni guérisseuse. Le fait qu’il apaise une piqûre de méduse n’est qu’un mythe, explique le site Reader’s digest.

Une phobie bien réelle

Ne vous moquez pas des personnes qui n’osent pas uriner en public, car elles souffrent peut-être de parurésie, un trouble d’anxiété sociale également appelée « syndrome de la vessie timide« . Ceux qui en sont atteints ne peuvent pas utiliser les toilettes en proximité d’autres personnes, ce qui peut devenir vite handicapant pour les sorties. Heureusement, des techniques de thérapie cognitivo-comportementale aident à en venir à bout.

Une cause d’évanouissement

Certaines personnes peuvent souffrir du syncope de la miction, un trouble qui provoque un malaise vagal pendant ou immédiatement après avoir uriné. Les médecins n’en connaissent toujours pas la raison exacte, mais ont observé une baisse de la pression artérielle, probablement liée à l’ouverture de des vaisseaux sanguins qui se produit lorsqu’on vide la vessie, précisent les experts interrogés par le site Reader’s digest.

Trop ou trop peu

Vous faites pipi toutes les heures alors que vous ne buvez pas plus que d’habitude ? Vous n’arrivez pas à uriner ? Ces deux problèmes peuvent être liés à des troubles de santé comme le diabète, la vessie hyperactive, une infection, des problèmes de prostate ou la rétention urinaire aiguë, qui nécessite une assistance médicale urgente.

Des couleurs et des odeurs

L’aspect de l’urine peut donner des informations importantes sur sa santé. Une odeur plus forte que d’habitude est peut-être liée à une mycose vaginale ou à une déshydratation. Certains aliments comme les asperges ou les épices peuvent d’ailleurs la modifier, mais c’est sans danger. Et si la couleur normale varie du jaune pâle au jaune ambré, les pigments des aliments et des médicaments peuvent également donner à l’urine des teintes inhabituelles, allant du violet à l’orange, en passant par le bleu et le vert.

http://www.santemagazine.fr/

Le Saviez-vous ► 6 des épidémies les plus étonnantes, ça change de la grippe


On surveille les épidémies de grippe ou toutes maladies pouvant se propager pour créer une pandémie. Mais, dans le passé, il y a eu des épidémies bizarres, provoquées peut-être par l’ignorance, l’hystérie collective, mais on quand même pu faire quelques dégâts
Nuage

 

6 des épidémies les plus étonnantes, ça change de la grippe

 

Alors que la grippe et la gastro ravagent le pays, on s’est dit que toutes ces maladies à la con commençaient à nous fatiguer un peu. Où est la folie ? Où est la fantaisie ?

Si vous aussi vous en avez marre de H1N1, ce top devrait vous plaire. On est allé fouiller un peu les archives d’Internet à la recherche des épidémies étranges, inexpliquées, des hystéries collectives aux symptômes bizarres, et on vous a ressorti 6 cas très, très particuliers. Danse, fou-rire, évanouissement, vous allez être servi. Désinfectez-vous les mains, mettez votre petit masque, ce top est contagieux.

  1. Épidémie dansante – 1518

    1

    Crédits photo (creative commons) : Hendrik Hondius

    L’épidémie la plus cool de ce classement est une épidémie…de danse. En juillet 1518 à Strasbourg, une femme nommée Frau Troffea se mit à danser seule au milieu de la rue. Un mois après, ils étaient 400 à faire de même, sans trop savoir pourquoi, et sans jamais s’arrêter. Certains décédèrent d’épuisement, d’autres de crises cardiaques ou d’accidents vasculaires cérébraux, bref, ça dansait sec. L’épidémie s’estompa doucement sans que personne ne comprenne vraiment ce qui s’était passé. Le Harlem Shake n’a finalement pas inventé grand chose.

    (voir Le Saviez-Vous ► 1518, STRASBOURG ENTRE DANS LA DANSE…)

  • Épidémie de fou rire de Tanganyika – 1962

  • 2

    Un peu plus sympa qu’une épidémie de peste noire, une épidémie de fou-rire. C’est ce qui est arrivé dans le village de Kashasha en Tanzanie quand, en 1962, 3 jeunes filles ont commencé à rire, très vite suivies par toute leur classe. Le fou-rire s’est répandu dans toute l’école et certaines jeunes filles ont ri pendant plus de 2 semaines, forçant l’école à fermer. Les médecins ont qualifié cette crise de « maladie psychogène de masse », d’autant qu’après la fermeture du pensionnat, le rire s’est propagé dans plusieurs villages alentour, touchant plus de 1000 personnes sur une période de 18 mois.

  • Épidémie d’évanouissement en Cisjordanie – 1983

    tumblr_mdyi8jyvoP1rvpxxdo1_400

    Comme c’est souvent le cas lors d’épidémie générée par des hystéries collectives, les femmes sont les premières voire les seules victimes. Ce fut le cas en mars 1983 en Cisjordanie quand de nombreuses adolescentes palestiniennes commencèrent à se plaindre de vertiges et d’évanouissements, de même qu’un petit nombre de soldates israéliennes. Au total, l’épidémie va générer 943 hospitalisations sans que personne ne comprenne ce qui se passe vraiment. Avant que les médecins ne concluent à un phénomène psychologique, Israël a arrêté des Palestiniens, pensant à une attaque terroriste aux armes chimiques. Cette paranoïa nourrie par les 2 camps n’a fait qu’empirer la propagation de la panique fonctionnant exactement comme l’épidémie de fou-rire de Tanganyika. Les hommes sont zinzins.

  • Le virus « des fraises au sucre » – 2006

    hypnosis570

    Aussi appelé « Virus du Soap Opera », le virus des « Morangos com Açúcar » en portugais est une épidémie très particulière puisqu’elle trouve son origine dans une série TV du même nom. Dans un des épisodes, des adolescentes sont victimes d’un virus incluant problèmes respiratoires, démangeaisons et vertiges. En une semaine, les symptômes télévisés se sont retrouvés chez 300 lycéennes dans 14 établissements différents. Si quelques étudiants souffraient d’allergies réelles, tous les autres n’ont fait qu’imiter inconsciemment le virus. Vu à la TV.

  • Épidémie des pare-brise de Seattle – 1954

    59652

    Si on quitte ici les symptômes physiques, l’épidémie des pare-brise de Seattle est pourtant bien une hystérie collective. Le 15 avril 1954, des automobilistes de l’état de Washington commencèrent à constater des dizaines de petits trous dans leur pare-brise. Très vite, la presse relaie l’affaire et les témoignages se multiplient, la police reçoit près de 3000 coups de téléphone. On blâme les pluies acides, les essais nucléaires, des particules de charbon, des sondes sonores supersoniques et même des gremlins. Tout ce boucan pour que des scientifiques affirment quelques jours plus tard l’horrible vérité : il ne s’agit que d’impacts liés à du gravier ou à l’usure, qu’ils avaient toujours été là sauf que personne ne les remarquait, et que les habitants de Seattle se sont montés bourrichon pour rien. Un vaste cas d’illusion et d’hystérie collective. Zinzin on vous dit.

  • Épidémie d’encéphalite léthargique

    Cette épidémie d’encéphalites très rares aussi appelée « maladie du sommeil européenne » et ayant touché le monde pour la dernière fois entre 1915 et 1926 serait similaire à celle ayant mené à l’hystérie collective et aux procès de sorcières à Salem en 1692. Ces encéphalites laissent en effet les patients figés, privés de parole et de mouvements, telles des statues, ce qui, en 1692, passait sûrement pour les effets de la magie noire. Du coup, au bûcher.

http://www.topito.com/

CHUTE DE TENSION: QUELLES CAUSES ET COMMENT RÉAGIR?


Cela peut arriver a tout le monde d’avoir une chute de tension, c’est souvent bénin et passager .. sinon, en parler avec son médecin pour vérifier que rien d’autre ne cloche
Nuage

 

CHUTE DE TENSION: QUELLES CAUSES ET COMMENT RÉAGIR?

 

Vous venez de vous lever ou d’apprendre une nouvelle étonnante et soudain… vous vous sentez faible, voire au bord de l’évanouissement?

Il s’agit sans doute d’une chute de tension: un phénomène fréquent et souvent bénin que l’on peut limiter en adoptant quelques bonnes habitudes.

Qu’est-ce qu’une chute de tension?

La chute de tension correspond à une baisse soudaine de la pression exercée par le sang sur les parois des artères, entraînant différents symptômes: étourdissement, vision brouillée, nausées, accélération du rythme cardiaque…

Les causes de la chute de tension sont complexes, la pression artérielle étant régulée par de nombreux mécanismes qui mettent en jeu le cœur, mais aussi les vaisseaux sanguins et le système nerveux.

Si le fait d’avoir habituellement une tension basse – pression systolique inférieure à 10 ou 11 cm Hg (centimètres de mercure) – peut favoriser les chutes de tension, ces deux phénomènes ne sont pas directement liés.

Les chutes de tension sont davantage la conséquence d’une tension «labile», caractérisée par des variations fréquentes et très marquées (tension très haute ou très basse).

Quels sont les facteurs de risque des chutes de tension ?
  • Les chutes de tension sont particulièrement fréquentes chez les personnes âgées, les personnes souffrant de varices et les femmes enceintes.
  • Par ailleurs, de nombreux médicaments (diurétiques, vasodilatateurs, antihypertenseurs, anxiolytiques, antidépresseurs…) peuvent favoriser leschutes de tension.
  • La déshydratation est également un facteur de risque important: gare aux magasins surchauffés et aux périodes de canicule!
Qu’est-ce qui peut déclencher une chute de tension?

Les chutes de tension apparaissent souvent au moment d’un changement de position, le plus souvent lors du passage de la position couchée à la position debout. On parle alors d’hypotension orthostatique.

La chute de tension peut également être déclenchée par une forte émotion. Une voiture surgit du coin de la rue alors que vous vous apprêtiez à traverser? Vous tombez soudain sur un ami que vous n’aviez plus vu depuis vingt ans? Il se peut que votre tension chute brutalement sous l’effet de l’émotion.

Que faire contre les chutes de tension?
  • Si vous êtes sujet(te) à l’hypotension orthostatique, veillez à vous lever progressivement en passant d’abord par la position assise avant de vous mettre debout.
  • Lors d’une chute de tension, veillez toujours à vous asseoir ou, mieux, à vous allonger pour éviter de tomber.
  • Après une chute de tension, la position couchée, avec les jambes légèrement surélevées, permettra de favoriser le retour veineux.
  • Le petit remontant? Une mauvaise idée! Par son effet vasodilatateur, l’alcool ne fera qu’empirer la situation.
  • Au quotidien, veillez à boire de l’eau suffisamment pour éviter la déshydratation. Si vous êtes hypotendu(e) choisissez une eau riche en sodium (sel), qui aide à retenir l’eau dans les artères et donc à faire remonter la pression artérielle.

Les chutes de tension représentent un phénomène fréquent et souvent bénin.


Néanmoins, si elles se répètent fréquemment et/ou sont associées à d’autres symptômes comme une fatigue excessive ou un essoufflement, elles peuvent parfois témoigner d’un problème
cardiaque. Il est donc important d’en parler à votre médecin.

Article publié par Julie Luong, journaliste santé
Sources :  Dr Vanhalewyn, coordinateur de la SSMG (Société Scientifique de Médecine Générale)

http://www.e-sante.be

CHUTE DE TENSION: QUELLES CAUSES ET COMMENT RÉAGIR?


Les chutes de pressions peuvent nous affecté a certaines périodes de notre vie .. Généralement, malgré que c’est désagréable, ces chutes de tensons ne sont pas très dangereux mais si elles deviennent fréquentes .. il serait important de consultés
Nuage

 

CHUTE DE TENSION: QUELLES CAUSES ET COMMENT RÉAGIR?

 

Vous venez de vous lever ou d’apprendre une nouvelle étonnante et soudain… vous vous sentez faible, voire au bord de l’évanouissement?

Il s’agit sans doute d’une chute de tension: un phénomène fréquent et souvent bénin que l’on peut limiter en adoptant quelques bonnes habitudes.

Qu’est-ce qu’une chute de tension?


La chute de tension correspond à une baisse soudaine de la pression exercée par le sang sur les parois des artères, entraînant différents symptômes: étourdissement, vision brouillée, nausées, accélération du rythme cardiaque…

Les causes de la chute de tension sont complexes, la pression artérielle étant régulée par de nombreux mécanismes qui mettent en jeu le cœur, mais aussi les vaisseaux sanguins et le système nerveux.

Si le fait d’avoir habituellement une tension basse – pression systolique inférieure à 10 ou 11 cm Hg (centimètres de mercure) – peut favoriser les chutes de tension, ces deux phénomènes ne sont pas directement liés.

Les chutes de tension sont davantage la conséquence d’une tension «labile», caractérisée par des variations fréquentes et très marquées (tension très haute ou très basse).

Quels sont les facteurs de risque des chutes de tension ?

 

  • Les chutes de tension sont particulièrement fréquentes chez les personnes âgées, les personnes souffrant de varices et les femmes enceintes.
  • Par ailleurs, de nombreux médicaments (diurétiques, vasodilatateurs, antihypertenseurs, anxiolytiques, antidépresseurs…) peuvent favoriser les chutes de tension.
  • La déshydratation est également un facteur de risque important: gare aux magasins surchauffés et aux périodes de canicule!
Qu’est-ce qui peut déclencher une chute de tension?


Les chutes de tension apparaissent souvent au moment d’un changement de position, le plus souvent lors du passage de la position couchée à la position debout. On parle alors d’hypotension orthostatique.

La chute de tension peut également être déclenchée par une forte émotion. Une voiture surgit du coin de la rue alors que vous vous apprêtiez à traverser? Vous tombez soudain sur un ami que vous n’aviez plus vu depuis vingt ans? Il se peut que votre tension chute brutalement sous l’effet de l’émotion.

Que faire contre les chutes de tension?

  • Si vous êtes sujet(te) à l’hypotension orthostatique, veillez à vous lever progressivement en passant d’abord par la position assise avant de vous mettre debout.
  • Lors d’une chute de tension, veillez toujours à vous asseoir ou, mieux, à vous allonger pour éviter de tomber.
  • Après une chute de tension, la position couchée, avec les jambes légèrement surélevées, permettra de favoriser le retour veineux.
  • Le petit remontant? Une mauvaise idée! Par son effet vasodilatateur, l’alcool ne fera qu’empirer la situation.
  • Au quotidien, veillez à boire de l’eau suffisamment pour éviter la déshydratation. Si vous êtes hypotendu(e) choisissez une eau riche en sodium (sel), qui aide à retenir l’eau dans les artères et donc à faire remonter la pression artérielle.

Les chutes de tension représentent un phénomène fréquent et souvent bénin.

Néanmoins, si elles se répètent fréquemment et/ou sont associées à d’autres symptômes comme une fatigue excessive ou un essoufflement, elles peuvent parfois témoigner d’un problème cardiaque. Il est donc important d’en parler à votre médecin.

http://www.e-sante.be