Le Saviez-Vous ►Le christianisme est la religion la plus criminelle de l’Histoire


    Si je mets ce billet, ce n’est pas pour calomnier le christianisme, mais simplement pour démontrer que des personnes utilisent leur religion pour des causes qui n’ont pas rapport avec la moralité de fond. C’est l’Histoire, on ne peut pas revenir en arrière, malgré tout des personnes utilisent encore à tort leur religion pour de mauvaises causes, pour de mauvais prétextes, les chrétiens comme les autres
    Nuage

     

    Le christianisme est la religion la plus criminelle de l’Histoire

    Normand Rousseau

    Humaniste

    On fait rarement la liste des crimes commis par le christianisme au cours des 20 derniers siècles. La voici très succincte.

    1. L’antisémitisme. Les évangiles sont antisémites et le christianisme a été antisémite jusqu’au concile Vatican II à la suite de la Shoah. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    2. L’esclavage. Le christianisme s’est appuyé sur la Bible pour justifier et pratiquer l’esclavage jusqu’à la condamnation du pape Grégoire XVI en 1839. Des millions de victimes. Durée: 19 siècles.

    3. Les déicides. Le christianisme a tué tous les dieux des autres religions sur toute la planète. Des millions de victimes. Durée: 20 siècles.

    4. La guerre aux hérétiques. Dès Constantin, l’Église a éliminé tous les soi-disant hérétiques. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    5. Les croisades. Des papes ont lancé les croisades, des agressions contre les musulmans. Des milliers de victimes. Durée: 2 siècles.

    6. Les guerres dites saintes. Le christianisme a fait de soi-disant guerres saintes aux Cathares, aux Albigeois, aux Vaudois. Des milliers de victimes. Durée: 1 siècle.

    7. L’Inquisition. Des papes ont institué l’Inquisition et la torture. Des dominicains ont été les inquisiteurs. Le christianisme a torturé et brûlé vif des milliers d’innocents. Durée: 6 siècles.

    8. La chasse aux sorcières. Le christianisme a torturé et brûlé vives environ 100 000 femmes. Durée: 2 siècles.

    9. Les guerres de religion. Les catholiques et les protestants se sont entretués par milliers, Durée: 2 siècles.

    10. La Grande Excommunication. Le pape et le patriarche ont excommunié tous les chrétiens de la planète pendant 911 ans. Le pape Paul 6 et le patriarche Athénagoras ont mis fin à cette horreur en 1965. Des millions de victimes. Durée: 9 siècles.

    11. Les deux colonialismes. Des Européens chrétiens sont responsables d’un colonialisme barbare en Amérique et d’un autre en Afrique. Des millions de victimes. Durée: 4 siècles.

    12. Les deux guerres mondiales. Des protestants et des catholiques ont été responsables de ces deux guerres barbares. 60 millions de victimes. Durée: un demi-siècle.

    13. Le massacre des Serbes. En 1941, des Croates catholiques ont exterminé sauvagement 400 000 Serbes orthodoxes.

    14. Le génocide du Rwanda. Des catholiques se sont entretués sauvagement. Un million de victimes. Durée: trois mois.

    15. Les menaces de l’enfer. Le christianisme a terrorisé des millions de chrétiens, surtout des enfants, avec ses menaces de l’enfer. Des millions de victimes. Durée: 20 siècles.

    16. La misogynie. Le christianisme a méprisé et maltraité les femmes. Des millions de victimes. Durée: 20 siècles.

    17. La pédophilie. Des prêtres ont violé des enfants et l’Église a protégé ces prêtres. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    18. La persécution envers les homosexuels. Le christianisme a torturé et tué les homosexuels. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

    19. La canonisation d’assassins. Le christianisme a canonisé des centaines d’assassins. Des milliers de victimes. Durée: 20 siècles.

      Les crimes actuels du christianisme

    20. 26 pays chrétiens pratiquent encore l’esclavage, surtout celui des enfants.

    21. L’Église protège toujours des prêtres accusés de pédophilie. Les papes Jean-Paul 2, Benoît 16 et François peuvent être accusés de crime contre l’humanité parce que la pédophilie est reconnue comme telle par l’ONU.

    22. L’interdiction du condom. Des milliers de femmes et d’enfants meurent du sida répandu par cette interdiction.

    23. L’interdiction de la contraception. Des milliers d’enfants sont mis au monde alors que les parents sont incapables de les nourrir, de les soigner, de les faire instruire. Certains d’entre eux finissent esclaves.

      On pourrait encore allonger cette liste déjà suffisamment accablante. Ce sont des faits historiques indiscutables qui sont le prolongement criminel de la Bible.

      http://quebec.huffingtonpost.ca/

      Un papyrus de l’Évangile en vente sur eBay sauvé par un chercheur


      Drôle d’endroit pour trouver un manuscrit ancien surtout qu’à l’origine, il aurait dû être offert en don à des scientifiques. J’aurais bien aimé savoir ce que dit ce bout de texte, voir les différences avec le texte actuel, surtout qu’il date de plus de 200 ans après J.C
      Nuage

       

      Un papyrus de l’Évangile en vente sur eBay sauvé par un chercheur

       

      INSOLITE – L’histoire du docteur Geoffrey Smith, c’est un peu celle d’un Indiana Jones « 2.0 ». Spécialiste de l’histoire du christianisme (et tout particulièrement des débuts de la religion) à l’université du Texas, ce dernier a remarqué sur eBay une étrange enchère en janvier dernier, rapporte le New York Times. Un papyrus grec de l’Evangile selon Saint-Jean était effectivement en vente au prix initial de 99 dollars.

      « Je ne pensais pas que ce type de vente ne pouvait être autorisé sur ce site », explique le chercheur cité le New York Times, qui a donc contacté directement le vendeur l’exhortant de mettre fin aux enchères sur le champ.

       Demande entendue puisque le vendeur en question a mis fin à la vente, laissant ainsi Geoffrey Smith étudier ce fragment de papyrus.

      Le chercheur date ce document entre 250 et 350 après Jésus-Christ et indique que sa taille correspond à peu-près à celle d’une carte de crédit. Sur un côté, sont inscrites six lignes de l’Évangile selon Saint-Jean alors que sur l’autre face apparaît un texte d’inspiration chrétienne non encore identifié. Rédigé en grec ancien, ce papyrus pourrait être d’une très grande importance pour le monde de la recherche. En effet, si toutes les hypothèses de Geoffrey Smith se confirment, ce serait la première fois qu’un texte issu du Nouveau Testament serait retrouvé sur un fragment issu d’un rouleau de papyrus (à l’inverse d’un codex qui était d’usage à l’époque).

      Trafic de manuscrits

      Reste que Geoffrey Smith ne digère pas vraiment l’idée d’être tombé sur un tel document en surfant sur eBay.

      « Le fait que ce document ait émergé sur Internet en dit long sur la réalité du trafic de manuscrits et d’antiquités« , a-t-il déploré pointant le manque de surveillance de la part des sites concernés dans ce domaine.

      Surtout que nous ne parlons pas là d’un timbre rare où autres objets pouvant être prisés des collectionneurs. Les textes bibliques en grec ancien figurent tout simplement parmi les plus anciennes traces de l’écriture chrétienne.

      Dès lors, une question se pose. Comment un tel document a-t-il pu se retrouver sur eBay et pour des enchères dont le prix de départ a été fixé à 99 malheureux dollars ? Il se pourrait que ce fragment ait appartenu à Harold R. Willoughby, ancien spécialiste du christianisme décédée en 1962. Le vendeur est un parent de cet ancien professeur et a expliqué avoir trouvé ce papyrus dans de vieilles affaires de famille… Geoffrey Smith lui a donc demandé de faire don de ce papyrus à la communauté scientifique. Ce que l’intéressé n’a visiblement pas encore fait.

      http://quebec.huffingtonpost.ca/

      Un livre d’oracles vieux de 1500 ans, intitulé "Évangile des destinées de Marie", déchiffré


      Évangile des destinées de Marie qui a été écrit il y a environs 1500 ans a été traduit, ce n’est pas un évangile comme dans la Bible au contraire, mais plutôt des oracles qui peut-être servait de réponses
      à des gens qui venaient consulter
      Nuage

       

      Un livre d’oracles vieux de 1500 ans, intitulé « Évangile des destinées de Marie », déchiffré

       

      evangile destinée marie

      Crédits : Harvard Art Museums/Arthur M. Sackler Museum, Gift of Mrs. Beatrice Kelekian in memory of her husband, Charles Dikran Kelekian, 1984.669

      Par Julie Aram

      Un ancien recueil d’oracles, écrit il y a 1500 ans en langue copte, a été déchiffré par un chercheur américain. Intitulé « Évangile des destinées de Marie », cet ouvrage était vraisemblablement utilisé à des fins de divination.

      REVUE DE PRESSE – Sept centimètres sur six. Telle est la minuscule taille de ce livre vieux de 1500 ans, écrit en copte, et qui vient d’être déchiffré par le professeur de religionAnne-Marie Luijendijk (Université de Princeton, États-Unis). L’information est publiée le 3 février par nos confrères de la revue en ligne anglophone LiveScience.

      Que contient ce livre ? Des oracles, au nombre de 37 :

      « Lorsque j’ai commencé à déchiffrer le manuscrit et que j’ai rencontré le mot « évangile » au début du texte, je m’attendais à lire des faits au sujet de la vie et de la mort de Jésus, comme dans les évangiles canoniques », explique Anne-Marie Luijendijk.

      Mais à la place, le chercheur américain a découvert une série d’oracles, dont très peu faisant allusion à Jésus.

      Selon Anne-Marie Luijendijk, ce livre ancien qui est aujourd’hui la propriété du Musée Sackler de l’Université de Harvard (États-Unis), était utilisé à des fins de divination : il aurait eu pour but de prodiguer des encouragements et des conseils sur la conduite à tenir aux personnes en détresse, se questionnant sur leur avenir.

      Par exemple, toujours selon le chercheur américain, une personne souhaitant obtenir une réponse à une question pouvait se tourner vers le propriétaire de ce livre, lequel sélectionnait alors au hasard d’un des 37 oracles du livre. Le propriétaire de l’ouvrage agissait peut-être comme un devin, en aidant à interpréter les oracles.

      Le livre était peut-être aussi utilisé par son propriétaire qui, lorsqu’il était confronté à une question, sélectionnait tout simplement un oracle au hasard pour chercher une réponse.

      De fait, les traductions sont éloquentes. Le septième oracle du livre dit ainsi ceci :

      « Ô humain, tu sais que tu as fait du mieux que tu le pouvais. Tu n’as gagné rien d’autre que la perte, le conflit et la guerre. Mais si tu as un peu de patience, ta situation connaîtra la réussite à travers le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob ».

      Quant à l’oracle 34, en voici une traduction :

      « Va de l’avant, immédiatement. C’est une chose de Dieu. Tu sais que tu souffres beaucoup depuis de nombreux jours. Mais cela ne doit pas t’importer, parce que tu es au havre de la victoire ».

      Mais au fait, pourquoi le terme « évangile » a-t-il été utilisé par son auteur ?

      Selon Anne-Marie Luijendijk, le terme « évangile » est à entendre comme « bonnes nouvelles » :

      « Le fait que ce livre est appelé ainsi est très signifiant. Pour moi, cela indique que cela a un rapport avec la façon dont les gens le consultaient, et le voyaient peut-être comme une source de bonnes nouvelles. Personne ne veut entendre de mauvaises nouvelles lorsqu’il s’agit de connaître son avenir ».

      En lire plus sur le site de LiveScience (en anglais) : « Newfound ‘Gospel of the Lots of Mary’ Discovered in Ancient Text »

      http://www.journaldelascience.fr/

      Un texte biblique ancien découvert dans une momie égyptienne


      Une momie a été découverte, ce n’est pas vraiment une primeur, le masque de la momie est fait de papyrus, rien d’extraordinaire, mais parmi ces papyrus, un fragment de l’Évangile de St-Marc qui aurait utilisé. Ce fragment a causé une discorde due à sa datation. Mais il pourra probablement affirmer en plus que la Bible a été modifier au cours des siècles
      Nuage

       

      Un texte biblique ancien découvert dans une momie égyptienne

       

      masque momie égypte

      Ci-dessus un masque appartenant à une momie égyptienne (ce masque n’est pas celui dans lequel a été trouvé le document biblique). Crédits : The Brooklyn Museum, Charles Edwin Wilbour Fund

      Par Julie Aram

      Un fragment de l’évangile de St Marc, datant du premier siècle de notre ère. Soit ni plus ni moins le plus vieux fragment de cet évangile connu à ce jour. Tel est le document qui a été découvert dans le masque… d’une momie égyptienne, par une équipe du Acadia Divinity College de Wolfville, Canada).

      Quels sont les détails qui ont été communiqués concernant le masque de cette momie ? Tout d’abord, il semble que cette momie soit celle d’un simple civil, et non pas d’un personnage haut placé. Par conséquent, les constituants du masque de cette momie sont plus rudimentaires que ceux des masques de momies appartenant à de hauts dignitaires. De fait, ce masque est fabriqué à base de papyrus, sur lequel une peinture a été réalisée (pour voir un masque ressemblant à celui décrit ici, vous pouvez vous reporter à cet article – en anglais – de LiveScience).

      Mais il s’avère que ce papyrus, composant le masque de cette momie, n’est pas comme les autres. En effet, en séparant les différentes couches du papyrus, les auteurs de la découverte se sont aperçus qu’il contenait des inscriptions. Après les avoir analysées avec soin, les chercheurs du Acadia Divinity College en sont arrivés à la conclusion qu’il s’agissait d’une version de l’évangile de St Marc.

      Jusqu’ici, si la découverte était certes de taille, la plus grande surprise allait toutefois provenir de la datation de ce document. En effet, après l’avoir utilisé une combinaison de techniques de datation au carbone 14, les chercheurs se sont aperçus que ce papyrus avait été rédigé… au premier siècle de notre ère. Et plus précisément, avant l’an 90 de notre ère.

      Une découverte considérable, car jusqu’ici, les versions de l’évangile de St Marc connues à ce jour sont plus récentes d’au moins 150 ans…

      De nouvelles informations concernant la découverte de cette version éminemment ancienne de l’évangile de St Marc seront vraisemblablement publiées au cours de cette année 2015. Des informations qui devraient notamment apporter des précisions supplémentaires quant à la datation de ce document.

      Pourquoi alors avoir souhaité communiquer sur ce résultat dès maintenant ? En fait, il s’avère que l’information concernant la date de ce document avait été divulguée à la presse dès 2012, par Daniel B. Wallace, l’un des chercheurs qui travaillait à l’époque avec l’équipe du Acadia Divinity College. Une information qui avait déclenché une série de débats et de controverses concernant les méthodes utilisées par les chercheurs pour dater le document, alors même que les travaux de datation n’étaient pas du tout terminés.

      Et c’est pour répondre à ces controverses que le spécialiste en textes bibliques anciens Craig Evans, responsable de l’équipe du Acadia Divinity College à l’origine de ces travaux, a décidé de révéler dès ce mois de janvier 2015 que les travaux de datation menés depuis 2012 sur le papyrus confirment bel et bien que ce fragment de l’évangile de St Marc date du 1er siècle de notre ère. Une révélation qui a pour but de clore les controverses concernant la datation du document qui avaient pu naître en 2012, tout en préparant le terrain d’une publication à venir au cours de l’année 2015 dans une revue scientifique (dont le nom n’est pas encore connu), et qui comprendra notamment une partie des textes découverts sur le papyrus.

      Toutefois, si les nécessités de la confidentialité entourant ces travaux empêchent d’en savoir beaucoup plus pour l’instant sur le contenu du papyrus, Craig Evans a toutefois révélé à LiveScience que, bien que le fragment de texte présent sur le papyrus soit plutôt court, son contenu devrait toutefois prouver que l’évangile de St Marc a évolué au cours du temps, au fil des différentes versions écrites au cours des siècles suivants

      http://www.journaldelascience.fr/

      L’étoile des rois mages a-t-elle existé ?


      La fête des rois … ce n’est pas vraiment une traditions que nous avons pratiquée dans ma jeunesse .. et encore moins aujourd’hui .. mais cette étoile que les  »mages » ont vue .. est sans doute un phénomène vue du ciel qui aurait marqué la mémoire d,homme mais que l’Église a probablement arrangée le tout pour coïncider avec la fête de Noel
      Nuage

      L’étoile des rois mages a-t-elle existé ?

      Un phénomène céleste exceptionnel a bien eu lieu au moment de la naissance de Jésus-Christ. © NASA/ESA/Sipa

      Par MARC FOURNY

      Selon l’évangéliste Matthieu, elle aurait guidé les mages jusqu’en Palestine. Vrai ou faux ?

      Un phénomène astrologique extraordinaire serait à l’origine de l’adoration des mages, une scène que les catholiques célèbrent ce week-end lors de l’épiphanie. Des sages venus d’Orient viennent déposer leurs offrandes au pied de l’enfant Jésus : de l’encens – symbole de la divinité -, de l’or – image de la royauté – et de la myrrhe, cette résine aromatique qui servait notamment à l’embaumement des morts et qui prophétise le futur martyre du Christ.

      Voici comment Matthieu relate les faits : « Jésus étant né à Bethléem de Judée, au temps du roi Hérode, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu son astre à l’Orient et nous sommes venus lui rendre hommage. Informé, le roi Hérode fut troublé et tout Jérusalem avec lui… »

      Ces mages ne sont pas des rois – Matthieu est formel. L’Église a laissé se propager l’image de princes agenouillés dans la crèche pour bien signifier que le pouvoir temporel devait s’incliner face à l’autorité spirituelle. Il s’agirait en réalité de prêtres appartenant à une caste sacerdotale de Perse prêchant le mazdéisme, une religion ancienne fondée sur l’opposition entre le bien – la lumière – et le mal – les ténèbres.

      Jupiter rejoint par Saturne

      Si ces sages venus de l’actuel Iran ont fait tout ce chemin, il faut imaginer que le phénomène astrologique a été suffisamment puissant pour marquer les esprits. De quelle nature pouvait-il être ? Les scientifiques en voient plusieurs possibles. D’abord une nova ou une supernova, l’explosion d’une étoile, visible à l’oeil nu parfois pendant plusieurs mois. Mais si un tel phénomène a déjà été mentionné vers l’an mille, notamment par les astrologues chinois, rien de tel sous le règne d’Hérode.

      Une étoile filante ? Trop éphémère pour attirer l’attention et mobiliser une telle caravane. Pourrait-il alors s’agir de la fameuse comète de Halley, que les prêtres auraient pu suivre et que Giotto a même peinte dans sa fameuse Adoration des mages ?

      « Là encore, ce n’est pas possible, explique l’astrophysicien Michel Marcelin, chercheur au CNRS. La comète est passée dans le ciel 66 ans avant la naissance supposée du Christ, soit bien trop tôt. Les dates ne concordent pas. En revanche, une conjonction particulière s’est produite dans le ciel sept ans avant la naissance supposée du Christ. Jupiter et Saturne se sont rapprochées trois fois de suite dans l’année, en juin, septembre et décembre, un ballet spectaculaire qui n’a pas pu passer inaperçu… »

      Une conjonction qui aurait très bien pu pousser des grands prêtres de Perse, férus d’astronomie, à se rendre en Palestine pour en avoir le coeur net.

      Constellations des poissons

      « Les écrits de l’Ancien Testament, notamment le Livre de Daniel, font mention de la venue d’un grand roi sur ces terres, souligne l’astrologue et écrivain Denis Labouré. Depuis l’exil des Juifs à Babylone, les lettrés perses connaissaient parfaitement les traditions rapportées par ces textes. Le ballet des astres en l’an 7 av. J.-C. aiguise leur curiosité : une longue tradition orientale rapporte que certaines conjonctions de Jupiter et Saturne annoncent la naissance d’un empire, d’un maître ou d’un prophète. Celle de l’an 7 av. J.-C. s’est produite dans la constellation des poissons, or toute constellation faisait référence à un morceau du monde connu. Et celle des poissons indiquait, entre autres, la terre de Palestine… »

      Quelques mois plus tard, un nouveau phénomène extraordinaire se produit plein ouest : le 20 février de l’an 6 avant J.-C., la lune et Mars rejoignent Jupiter et Saturne au soleil couchant. Ce paquet d’astres lumineux, teinté d’orangé avec la présence de Mars, devait être extraordinaire pour des astrologues arrivant de l’est.

      Serait-ce enfin la fameuse « étoile » qui guida les mages ? Tout semble cette fois concorder : en l’an 6 avant J.-C, le roi Hérode est toujours en vie et les historiens situent la date de naissance du Christ entre l’an 8 et l’an 4 avant notre ère – même l’Église reconnaît aujourd’hui une erreur de plusieurs années dans le calendrier officiel. Si le récit de l’évangéliste Matthieu n’est recoupé par aucun autre témoignage, il n’en demeure pas moins qu’un étrange phénomène céleste a bel et bien remué prêtres, princes et scientifiques à l’aube de l’ère chrétienne.

      Click here to find out more!

      http://www.lepoint.fr