Arnaque à l’enfant cancéreux : des photos de varicelle détournées sur Facebook


Ce genre de message, je l’ai fuie comme la peste. Une photo pour ramasser de l’argent sur un réseau social d’une personne, d’un enfant malade comme le cancer, sans avoir été appuyer par un organisme connu, ou un site réputé, peut être une arnaque. Il est mieux de ne pas cliquer  sur j’aime, ni donner des commentaires (même si c’est Amen) et encore moins partager. Soyons un peu plus septique sur les demandes d’argent sur les réseaux sociaux, qu’importe la raison. Cliquer ou partager au cas où, est de faire continuer l’arnaque
Nuage

 

Arnaque à l’enfant cancéreux : des photos de varicelle détournées sur Facebook

 

 

Une mère se plaint du manque de réaction du réseau social face à un compte escroc, qui a utilisé les images d’enfants, dont le sien, pour obtenir de l’audience.

 

 Thierry Noisette

En août 2016, une mère de famille britannique, Sarah Allen, avait lancé un appel au gouvernement, demandant la distribution gratuite des vaccins contre la varicelle. Son fils de 2 ans, Jasper, venait d’être atteint d’une varicelle particulièrement sévère, et il avait dû être hospitalisé cinq jours, couvert de centaines de boutons. À cette occasion, plusieurs photos du petit garçon ont été diffusées dans la presse, y compris sur Internet.

Mais, rapporte la BBC, ces images ont été reprises par des escrocs, qui les ont faites passer pour celles d’une victime de cancer.

Ils les ont utilisées sur une page Facebook, en prétendant que le réseau social donnerait de l’argent pour l’opération de l’enfant si suffisamment de gens aimaient le post ou laissaient des commentaires. Le texte y accompagnant les photos de l’enfant disait :

« Ce petit bébé a le cancer et nous avons besoin d’argent pour la chirurgie.
Facebook a décidé d’aider en donnant
1 J’aime = 2 dollars
1 commentaire = 4 dollars
1 partage = 8 dollars.
Ne faites pas défiler l’écran sans entrer de texte. Amen. »

1,2 million de partages

 

Plusieurs heures après que la BBC a signalé ce post, le réseau social l’a effacé mais tout en laissant le compte de son créateur actif. La mère explique :

« Nous avions été prévenus que des gens pourraient prendre ses photos… parce que si vous googlez « varicelle » [« chickenpox » en anglais], ses images sont là. Nous étions donc bien conscients que cela pourrait arriver, mais pas de cette façon, pour dire qu’il avait le cancer. »

Un post qui mettait en scène le petit Jasper a été partagé 1,2 million de fois depuis le 1er février, indique la BBC. Sarah Allen dit avoir écrit plusieurs fois à Facebook, après avoir été alertée par des internautes. Elle s’est plaint plusieurs fois de violation de copyright, et a reçu le 10 février un message en retour lui disant que le compte en question était supprimé pour avoir violé les règles du site.

Pourtant, 24 heures plus tard le compte était de retour, sans explication. Il postait à nouveau des images d’enfants – mais plus du sien cette fois. Un des messages montrait des enfants en hôpital, et affirmait que l’internaute endurerait des années de malheur s’il passait la page sans aimer et partager le post.

« Ce qui est répugnant, c’est que ce ne sont pas que des photos de Jasper, mais celles d’une centaine d’autres familles. Facebook doit agir », se scandalise Sarah Allen.

Beaucoup d’arnaques à l’émotion

 

Ce procédé n’est pas rare, explique un spécialiste de la sécurité informatique, Graham Cluley, cité par la BBC :

« Beaucoup d’arnaques utilisent ce genre d’images émotionnelles – souvent c’est fait pour gagner de l’argent. Ils peuvent plus tard envoyer un post disant que vous avez gagné un prix et essayer de vous faire indiquer votre numéro de mobile, et puis vous faire signer pour un service à tarif supérieur, ou vous demander d’autres informations personnelles.

 

Le problème, c’est que les gens croient des choses postées en ligne, et qu’ils devraient être beaucoup plus attentifs à ce qu’ils aiment et partagent. »

 

Le détournement d’image d’enfant malade pour tromper des personnes émues, via les réseaux sociaux, fait l’objet d’un article dans HoaxBuster, le site anti-canulars du Web : il cite le cas récent d’une autre photo volée d’enfant, à laquelle l’usurpateur fait dire le contraire du message initial (un enfant en réalité très entouré, qui prétendument se plaint de sa solitude). La version volée a obtenu des millions de « like » et de commentaires.

Autre cas l’an dernier avec un scandale en Espagne – où les photos n’étaient pas usurpées : un père avait beaucoup médiatisé sa fillette, atteinte d’une maladie rare, entre 2008 et 2016 ; ce qui lui a permis de lever des centaines de milliers d’euros, prétendument pour la faire soigner. Or, l’enfant est bien malade, mais pas au risque d’une mort prématurée, contrairement à ce que prétendait son père. Et l’argent récolté n’est pas passé en soins : le père a été démasqué après des années de mensonges.

http://tempsreel.nouvelobs.com/

Escrocs : leurs astuces pour vous piéger !


Depuis toujours, l’être humain essaie de tromper ses semblables pour s’enrichir. Les moyens pour arnaquer évoluent en même temps que la technologie, mais en plus, cela s’étend d’un continent à l’autre. Avec internet et les cartes bancaires, il n’est donc pas surprenant que les fraudes augmentent. Bien que beaucoup d’avertissement sont donné, il y a encore beaucoup trop de gens se font prendre
Nuage

 

Escrocs : leurs astuces pour vous piéger !

 

Mélanie Prévost

Les escrocs ont toujours existé.

 

Cependant, avec l’arrivée d’internet et des cartes bancaires les fraudes se développent toujours plus. Un manque de vigilance et l’on peut très rapidement se faire vider son compte en banque. Planet.fr vous donne quelques conseils pour éviter les arnaques les plus courantes.

L’arnaque au distributeur automatique

 

Une des arnaques classiques du distributeur automatique est de placer un faux lecteur à l’endroit ou vous insérez votre carte bleue. Ainsi, le voleur est capable de récupérer toutes les données de la bande magnétique de votre carte bleue et peut ensuite se servir autant qu’il veut sur votre compte.

Une des variantes possibles est de placer une caméra au dessus du clavier pour prendre connaissance de votre code secret ou bien de placer un faux clavier de numérotation qui aura le même but. Un complice peut aussi se poster à quelques mètres de vous, et espionner la saisie de votre code secret. Alors dès que vous tirez de l’argent à un distributeur, soyez vigilants !

Les fausses loteries

 

Il est fréquent de recevoir toutes sortes d’emails poubelles dans sa boite de réception. Il en est un qui à première vue est plutôt alléchant. Il vous annonce que vous êtes le grand gagnant d’une loterie dont la récompense s’élève à plusieurs millions d’euros.

Il est important de se rappeler que pour participer à une loterie il faut d’abord s’y inscrire. Il est impossible d’être inscrit d’office. Si vous recevez un email de la sorte, bien que vous soyez curieux, ne l’ouvrez pas. Au mieux, vous recevrez de plus en plus d’email de la sorte et au pire, si vous avez communiquez des informations vous concernant, vous risquez de vous faire voler.

Les escrocs à l’étranger

 

Parfois les voleurs ne se gênent pas pour vous demander de participer à leurs escroqueries. Il vous est possible de recevoir un mail de l’étranger vous demandant d’aider un homme a retirer de l’argent du compte d’un homme qui est décédé.

Il vous propose de partager la somme en deux, tout ce que vous avez à faire c’est de retirer l’argent à la banque et d’avancer quelques frais. Il est évident que les frais ne vous seront jamais remboursés et que vous ne toucherez jamais les 50% de cette petite affaire.

Les chaines d’email

 

Certains escrocs n’hésitent pas à jouer avec les sentiments de leurs victimes. On ne compte plus le nombre de chaines d’émail que l’on reçoit chaque semaine.

« Mon fils est atteint de leucémie, si vous envoyez ce message à tous vos contacts, de l’argent sera reversé à la fondation qui finance ses soins… »

Ces messages ont pour but d’être envoyés dans un maximum de boite de réception possible afin de récolter des informations et d’envoyer des virus à leur destinataires. Des messages à ne jamais transférer

Le cadeau empoisonné

 

Quand on parcourt sa messagerie, on peut parfois être étonné de la générosité d’un grand nombre d’inconnus. Nous sommes souvent les heureux gagnants d’un amas de cadeaux.

Le seul problème de ces messages, c’est qu’il demandent de donner avant de recevoir. Si le destinataire achète tel ou tel article, il pourra seulement ensuite avoir son cadeau. Il faudrait rappeler à ces chers escrocs que par définition un cadeau est quelque chose que l’on offre gratuitement à l’autre sans aucune contrepartie.

Une fausse urgence de la banque

 

Il est nécessaire de savoir que les banques ne communiquent pas de problèmes urgents par email. Lorsque vous recevez un message vous demandant expressément de vous rendre sur le site de votre banque pour modifier vos coordonnées ou vos identifiants, c’est forcement l’œuvre d’un escroc.

En général, il a prit soin de créer un faux site internet ressemblant à l’identique au site officiel de votre banque. Une fois vos informations saisies sur le faux site, il peut tout à son aise vider votre compte de ses économies

L’escroc qui en donnait trop

 

Lorsque vous vendez un objet sur un site tel que Ebay ou Leboncoin, il est primordial d’être très méfiant. L’une des arnaques les plus répandus est celle du chèque affichant un montant supérieur au prix que vous avez convenu.

L’escroc vous demande alors de l’encaisser et de lui faire un chèque pour le rembourser de la différence. Une fois encaissé, vous vous rendez compte que le chèque est sans provision contrairement à celui que vous avez envoyé. Vous êtes ainsi les heureux perdant de votre objet et du chèque de la différence encaissé par le voleur.

Le crédit trop beau pour être vrai

 

Vous avez des problèmes a trouver une banque pour vous faire un prêt ? Ne vous rabattez pas sur des offres trop belles pour être vraies. Souvent avant de vous donner de l’argent, la compagnie de crédit vous demandera de faire plusieurs chèques pour prouver votre bonne foi et votre capacité de remboursement.

Une fois les chèques encaissés l’entreprise disparaitra totalement de la circulation. Ainsi vous vous retrouverez sans prêt et endetté toujours un peu plus.

http://www.planet.fr

États-Unis ► L’escroquerie sur internet pèse presque un demi milliard$


 Même si c’est au USA,  avec internet, il n’y a pas de frontière pour la fraude, et beaucoup trop se font prendre. Des ventes rapides, des supposés policiers, un grand amour .. ce tous des moyens que des gens prennent pour attirer leur victimes et les voler
Nuage

 

États-Unis  ►L’escroquerie sur internet pèse presque un demi milliard$

 

États-Unis - L'escroquerie sur internet pèse presque un demi milliard$

La perte moyenne est de 4 187 $ pour les victimes de fraudes financières, selon le rapport.

© Shutterstock

Agence France-Presse

WASHINGTON – Les escroqueries par internet dont le vol d’identité, les acomptes en ligne ou «la fraude amoureuse» ont coûté 485 millions $ aux Américains en 2011, selon un rapport publié jeudi par le FBI.

Le rapport annuel du Centre sur la fraude par internet, codirigé par la police fédérale américaine, pointe une augmentation de 3,4 % du nombre de plaintes dénonçant une escroquerie en ligne, à 314 246 plaintes dénombrées l’an dernier aux États-Unis.

Les escroqueries les plus fréquentes impliquent le FBI lui-même, les escrocs se présentant comme des policiers pour accéder à des données sensibles, aux identités des victimes et au versement d’acomptes.

L’un des procédés les plus récents est la vente de véhicules dans laquelle les escrocs mettent en ligne une petite annonce à un prix attractif, prétextant un déménagement rapide ou un voyage à l’étranger pour obtenir le versement d’arrhes pour réserver la voiture.

Il peut également s’agir de la «non livraison» d’une marchandise achetée en ligne ou aux enchères ou encore du versement d’un trop-perçu sur un chèque sans provision.

La perte moyenne est de 4 187 $ pour les victimes de fraudes financières, selon ce rapport.

Le Centre a aussi répertorié 5 600 plaintes de «fraudes amoureuses» dans lesquels les escrocs ciblent les internautes à la recherche d’un compagnon ou d’une relation amoureuse.

«Les victimes croient qu’ils ont une relation avec quelqu’un d’honnête et de correct. Mais leur contact est souvent un escroc avec un scénario bien rôdé que les fraudeurs utilisent et réutilisent avec succès», précise le rapport.

«Les escrocs ciblent les forums, les sites de rencontres et les réseaux sociaux à la recherche de victimes. Bien que les victimes types soient âgées de plus de 40 ans, divorcées ou veuves, handicapées et souvent âgées, tous les groupes courent un risque».

http://fr.canoe.ca/