Le réconfort d’un adulte s’inscrit dans les gènes d’un enfant


C’est fascinant et dramatique en même temps, bien qu’il reste encore beaucoup de recherche sur l’impact des contacts ou non chez les bébés, il semble qu’un bébé qui a eu des contacts réconfortant ou non s’inscrit sur des gènes dont le système immunitaire et sur le métabolisme 4 ans plus tard …
Nuage

 

Le réconfort d’un adulte s’inscrit dans les gènes d’un enfant

 

Un homme et un bébé

Un homme et un bébé Photo : iStock/GrapeImages

Le degré de contacts physiques réconfortants entre les bébés et leurs parents ou leurs soigneurs peut être détecté dans le profil moléculaire d’un enfant quatre ans plus tard, ont montré des chercheurs canadiens.

Un texte d’Alain Labelle

L’étude réalisée par le Pr Michael Kobor et ses collègues du département de génétique médicale de l’Université de la Colombie-Britannique montre que les enfants de quatre ans qui ont connu plus de détresse et qui ont reçu moins de réconfort lorsqu’ils étaient bébés présentaient un profil moléculaire sous-développé pour leur âge.

Cette réalité épigénétique, c’est-à-dire qui module l’expression des gènes en fonction de l’environnement et non de l’hérédité, indique peut-être que ces enfants sont déjà à la traîne sur le plan biologique.

Nous pensons qu’un vieillissement épigénétique plus lent chez l’enfant peut être synonyme d’une incapacité à s’épanouir. Pr Michael Kobor

L’expression génétique

Les conséquences de ces observations sur le développement de l’enfant et la santé des adultes ne sont pas clairement établies. Il s’agit de la première recherche à montrer chez les humains que le simple fait d’être touché tôt dans la vie a des conséquences profondes et potentiellement permanentes sur l’expression génétique d’une personne. Des travaux similaires avaient déjà été réalisés sur des rongeurs.

Pas moins de 94 enfants en santé ont participé à ces travaux dont les résultats sont publiés dans la revue Development and Psychopathology (en anglais). Les parents de nourrissons de cinq semaines ont tenu des journaux des comportements de leurs bébés (pleurs, sommeil, réveil, etc.), mais aussi de leurs soins, dont ceux qui comportaient des contacts physiques.

Lorsque les jeunes ont atteint l’âge de 4 ans et demi, les chercheurs leur ont prélevé un échantillon d’ADN en frottant un coton-tige à l’intérieur de leurs joues.

La méthylation sous la loupe

L’objectif de l’analyse génétique était d’observer la méthylation de l’ADN, un processus biochimique dans lequel certaines parties du chromosome sont marquées avec de petites molécules de carbone et d’hydrogène. Ces molécules agissent un peu comme des « commutateurs gradateurs » qui aident à contrôler l’activité de chaque gène et qui ont un effet sur le fonctionnement même des cellules.

L’étendue du processus de la méthylation et l’endroit précis où il se produit sur l’ADN peuvent être influencés par des conditions extérieures, en particulier au cours de l’enfance. Ces modèles épigénétiques peuvent aussi changer de façon prévisible pendant le vieillissement.

Les auteurs ont trouvé des différences de méthylation à cinq endroits de l’ADN entre les enfants aux contacts nombreux et ceux aux faibles contacts. Deux de ces endroits font partie de gènes : l’un joue un rôle dans le système immunitaire et l’autre dans le métabolisme.

Les effets de ces changements épigénétiques sur le développement et la santé des enfants restent inconnus. D’autres travaux doivent être menés pour mieux les cerner.

En 2009, des chercheurs de l’Université McGill avaient reçu le titre de Scientifiques de l’année de Radio-Canada pour leurs travaux sur les effets de la maltraitance infantile sur le cerveau humain. Leurs travaux, effectués à partir de cerveaux de personnes suicidées, ont montré que les mauvais traitements subis dans l’enfance altéraient de façon durable des gènes impliqués dans la réponse au stress.

http://ici.radio-canada.ca

Respect des différences


Nous avons beaucoup à apprendre des autres. Ce n’est par les rencontres, l’entraide, la communication que nous apportons plus de richesses à notre vie. C’est ce que le monde  a vraiment besoin à notre époque
Nuage

 

Respect des

différences

 

“Tout groupe humain prend sa richesse dans la communication, l’entraide et la solidarité visant à un but commun : l’épanouissement de chacun dans le respect des différences.”

Françoise Dolto

Accepter d’être un meilleur compagnon pour soi


Nous pouvons être le meilleur ou le pire compagnon pour nous-même, ce ne sont pas les autres qui décident pour nous … mais bien nous .. Cela ne sert a rien de mettre la faute sur les autres quand notre vie a du brouillard c’est a nous de prendre les choses en main
Nuage

 

Accepter d’être un meilleur compagnon pour soi

 

 

C’est vous qui êtes au coeur de toutes vos relations, ce qui ne veut pas dire au centre…

Vous êtes donc responsable de l’estime, de l’amour et du respect que vous portez.

Vous êtes responsable aussi de l’amélioration possible de vos relations, ce qui ne veut pas dire que vous êtes responsable de toute la relation.

Vous avez la charge ou le plaisir de votre épanouissement et de votre bonheur.

Ne comptez plus sur l’autre pour vous prendre en charge, pour assurer et combler vos besoins, pour apaiser vos craintes ou protéger vos peurs.

N’attendez pas de l’autre la réponse; interrogez vos questions, prolongez vos perceptions, écoutez votre ressenti et faites ainsi confiance à l’imprévisible qui vous habite.

Osez vous définir et marquer la différence quand l’autre tente de vous définir… à partir de sa vision à lui.

Expérimentez en créant du réel au-delà de vos croyances. Vous ne produisez rien que vous ne puissiez résoudre.

Prenez soin de vous réellement, journellement. Vous êtes unique et extraordinaire… même si vous l’avez oublié. Vivez comme si vous étiez seul et acceptez de vous relier aux autres chaque fois que cela vous paraît possible…

Voyez les autres comme des cadeaux et, mieux encore, comme des présents qui enrichissent votre vie.

La pire des solitudes n’est pas d’être seul, c’est d’être un compagnon épouvantable pour soi-même… en s’ennuyant en sa propre compagnie.

Alors n’hésitez plus, soyez un bon compagnon pour vous…

Votre vie vous le rendra au centuple

Jacques Salomé

Les saisons


C’est probablement le cas pour plusieurs quand viens l’automne on s’émerveille par la beauté des couleurs mais sachant très bien que l’hiver sera un combat pour bouger, sortir et continuer notre quotidien pour être fin près a l’arrivé du printemps ou tout revit
Nuage

Les saisons


« L’automne est une mutation, l’hiver une lutte, le printemps un épanouissement. »

Anonyme