Six tornades ont frappé l’Outaouais, selon Environnement Canada


La région de Gatineau-Ottawa on parlait d’une tornade F3, puis ce furent 2 ensuite 3 tornades, mais voilà que mardi, ils parlent que nous avons eu 6 tornades vendredi dernier. C’est encore heureux que personne soit mort après cette catastrophe naturelle.
Nuage

 

Six tornades ont frappé l’Outaouais, selon Environnement Canada

 

Une tornade de force EF-1, avec des rafales à... (photo Fred Chartrand, pc)

Une tornade de force EF-1, avec des rafales à 175 kilomètres/heure, s’est formée sur Calabogie et s’est déplacée jusqu’à White Lake. Ce même orage violent serait à l’origine de la tornade EF-3 qui s’est abattue sur Gatineau (sur la photo) et Ottawa.

PHOTO FRED CHARTRAND, PC

 

La Presse Canadienne
GATINEAU

Un total de six tornades ont soufflé sur la grande région d’Ottawa et de Gatineau, vendredi dernier, a révélé Environnement Canada mardi.

En plus de la tornade de force EF-3, avec ses vents estimés à 230 kilomètres/heure, qui ont causé le plus de dégâts, cinq autres manifestations météorologiques violentes ont été recensées dans la région par l’équipe d’enquête d’Environnement et Changement climatique Canada.

Selon le sommaire météorologique publié mardi, un orage violent aurait produit une rafale descendante à Calabogie, vers 16 h 15 vendredi. Une tornade de force EF-1, avec des rafales à 175 kilomètres/heure, s’est ensuite formée sur Calabogie et s’est déplacée jusqu’à White Lake. Ce même orage violent serait à l’origine de la tornade EF-3 qui s’est abattue sur Gatineau et Ottawa.

Trois autres tornades de puissance EF-1 ont sévi dans les environs, sur le territoire québécois, touchant les secteurs Val-des-Bois, le réservoir Baskatong et un endroit boisé au nord d’Otter Lake.

Du côté ontarien, les experts ont observé les traces d’une tornade de force EF-2, avec des vents de 220 kilomètres/heure, qui se serait formée vers 18 h à Ottawa et se serait déplacée entre les secteurs Arlington Woods et Greenboro.

Les météorologues ont tiré ces conclusions à partir d’analyses d’images satellitaires et de dommages observés sur les lieux. L’agence fédérale précise que ce rapport n’est « ni complet ni final ». Des experts de l’Université Western sont aussi impliqués dans l’enquête.

Le président et chef de la direction de la Croix-Rouge canadienne, Conrad Sauvé, a rapporté que 1500 sinistrés du Québec et de l’Ontario se sont inscrits auprès de l’organisme pour obtenir de l’aide. La Croix-Rouge a fourni un service d’hébergement à 600 personnes, principalement des résidants de Gatineau.

D’après les données fournies par Conrad Sauvé, des dons de 1 561 000 dollars ont été reçus par son organisation en date de mardi après-midi.

De l’aide fédérale aux victimes ?

Le ministre de la Sécurité publique du Canada affirme que le gouvernement fédéral joue un rôle de soutien auprès des autorités provinciales et municipales, qui aident les communautés touchées par les tornades de la semaine dernière.

Ralph Goodale a fait la tournée de la communauté ontarienne de Dunrobin, à l’ouest d’Ottawa, mardi, où les résidants sont toujours sous le choc. Le ministre s’est dit frappé par la gravité des dégâts à Dunrobin.

Des agents de la Gendarmerie royale du Canada se sont rendus dans des zones ravagées par la tornade afin de donner un peu de répit aux forces locales, a indiqué M. Goodale.

Selon lui, le gouvernement fédéral n’a pas fourni d’aide financière parce que la première partie des coûts de réponse et de recouvrement est couverte par les provinces, mais Ottawa interviendra si la facture atteint un certain niveau.

L’aide fédérale à la suite de catastrophes naturelles à grande échelle est déterminée par une formule dans le cadre des Accords d’aide financière en cas de catastrophe du Canada.

Dans un autre ordre d’idées, les responsables du Système national d’alertes au public, conçu pour envoyer des messages d’urgence sur les appareils mobiles en cas de catastrophe naturelle imminente, reconnaissent avoir connu des difficultés – même si le système aurait contribué à sauver des vies vendredi dernier.

Selon Scott Shortliffe, du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC), une centaine d’alertes ont été diffusées dans le pays depuis le 6 avril, au moment où les avertissements sur les téléphones mobiles ont été ajoutés aux messages radiophoniques et télévisés.

Le système utilise ce que l’on appelle la « technologie de diffusion cellulaire », qui envoie un message à tous les appareils sans fil situés à l’intérieur d’une zone géographique donnée.

« Puisque le système est très compliqué et qu’il y a des changements technologiques, de nouveaux appareils étant lancés constamment, de nouveaux problèmes surgissent », a-t-il admis.

En ce qui concerne les tornades à Gatineau, certains usagers se sont plaints de recevoir uniquement des messages en anglais. Le CRTC soutient que la responsabilité de la langue incombe à la province ou à la municipalité qui envoie l’alerte.

http://www.lapresse.ca/

Février 2015: le mois le plus froid en 115 ans


Janvier et février n’a pas été facile au Québec, nous avons connu plusieurs journées froides, et même des avertissements de froid extrême. Enfin, mars se pointe le nez, mais qui n’aura peut-être pas les températures auxquelles nous sommes habitués
Nuage

 

Février 2015: le mois le plus froid en 115 ans

 

L'air arctique qui a soufflé sur le Québec... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

L’air arctique qui a soufflé sur le Québec en février a plongé la province sous des températures entre cinq et neuf degrés sous les normales mensuelles entre le 1er et le 25 du mois.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

JASMIN LAVOIE

La Presse

Le mois de février 2015 aura été le plus froid… de toute l’histoire des mois de février recensés. Dans son sommaire climatologique mensuel, Environnement Canada mentionne que cette «anomalie de température» sur l’est et le sud-ouest du Québec n’avait jamais été observée en 115 ans.

Un froid polaire

L’air arctique qui a soufflé sur le Québec en février a plongé la province sous des températures entre cinq et neuf degrés sous les normales mensuelles entre le 1er et le 25 du mois. Selon Environnement Canada, les variations de température ont été moins grandes cette année, ce qui explique ce nouveau record.

Moins de précipitations

Excepté dans l’est de la Gaspésie et sur la Basse-Côte-Nord, le Québec a enregistré beaucoup moins (un déficit d’au moins 25%) de précipitations dans le deuxième mois de l’année.

«Durant le mois, tous les systèmes météorologiques ont subi la même trajectoire. Ils glissaient sous les Maritimes, poursuivaient leur route sur la Gaspésie et finissaient sur la Basse-Côte-Nord», indique Catherine Vallières, météorologue à Environnement Canada.

Impacts liés au froid

Environnement Canada note que ce froid extrême a aussi causé des dommages sur l’ensemble du territoire québécois. Des structures souterraines ont été endommagées dans de nombreuses municipalités de la province, il y a eu des retards dans les transports ferroviaires et des pannes de courant.

Pas de répit en mars

N’en déplaise à plusieurs, le mois de mars pourrait aussi s’avérer en dessous des normales saisonnières. Environnement Canada s’attend à un début de mois chaud, mais le froid intense devrait revenir au milieu de la semaine prochaine.

«Si l’hiver s’étire, ça pourrait devenir un problème. Le froid à long terme pourrait créer des inondations au printemps lors du dégel», ajoute Catherine Vallières.

http://www.lapresse.ca/

Environnement Canada modifiera son système d’avertissement de froid extrême


L’hiver a ses bons et mauvais côtés, ces jours doux et ses froids extrêmes. La météo, peut devenir un outil important quand il faut sortir ou travailler dehors. Les avertissements de froids intenses sont émis quand le vent s’en mêle, pourtant même sans vent, le grand froid peut causer bien des maux
Nuage

 

Environnement Canada modifiera son système d’avertissement de froid extrême

 

Le gouvernement fédéral étudie une nouvelle façon d’avertir les Canadiens de se protéger contre les rigueurs hivernales.

À l’heure actuelle, Environnement Canada publie un avertissement de refroidissement éolien lorsque température glaciale et vitesse des vents se combinent et représentent un danger pour la santé, une situation basée sur des critères qui varient d’une région à l’autre.

En vertu d’un nouveau projet dessiné en collaboration avec Santé Canada, le bureau météorologique national pourrait bientôt diffuser des avis de froid extrême lorsque le mercure chute, et ce, même si les vents sont faibles.

Selon Blair Morrow, un météorologue d’Environnement Canada qui participe au projet, il est toujours possible de se faire des engelures quand on travaille dehors par temps froid, même lorsque les vents sont doux. C’est pour cette raison qu’Ottawa souhaite modifier son système d’avertissement afin que les Canadiens puissent être mieux préparés à affronter la saison froide.

Pour illustrer la pertinence de cette modification, M. Morrow donne en exemple la journée du 6 décembre à Edmonton. Ce jour-là, Environnement Canada a publié un avertissement de refroidissement éolien pour la région après que la température eut descendu jusqu’à moins 30 degrés Celsius et que les vents eurent atteint 19 km/h, créant un facteur de refroidissement éolien de moins 42 degrés Celsius.

Dans le cadre du système actuel, aucun avis n’aurait été diffusé si la température avait plongé à moins 42 degrés Celsius, mais que les vents étaient restés calmes, en dépit du fait que les risques d’engelures et d’hypothermie auraient été aussi élevés.

« Une fois le nouveau programme en vigueur, ce qui pourrait arriver dès 2014, la population ne verra plus d’avertissement de refroidissement éolien séparé dans les bulletins météorologiques et sur le site web d’Environnement Canada », précise Blair Morrow.

Vents violents et température glaciale seront réunis dans un même avis de froid extrême.

Le froid extrême est la principale cause de mortalité liée aux conditions météorologiques au pays.

D’après le climatologue d’Environnement Canada David Phillips, environ 100 Canadiens meurent chaque année à cause du froid. Plusieurs autres souffrent d’engelures ou de gelures superficielles.

http://ici.radio-canada.ca

Un froid arctique sur le Canada


L’hiver a ses hauts et ses bas en températures, avec le froid qui sévit au pays en cette période de l’année, il faudra être plus vigilent pour éviter les engelures. Espérons aussi que les sans-abris trouveront un gîte pour se protéger du froid
Nuage

 

Un froid arctique sur le Canada

Une vague de froid arctique descend sur l’est du Canada, du Manitoba aux provinces des Maritimes

L’arrivée du Nouvel An est marquée par un froid intense puisqu’une vague de froid s’abat sur plusieurs régions du Canada, du Manitoba aux provinces maritimes, en passant par le Québec. Avec des températures qui oscillent de -18° à -38° Celsius, les fêtards doivent être vigilants pour éviter les engelures.

Le Manitoba est particulièrement touché par un avertissement de froid intense d’Environnement Canada. Le mercure pourrait descendre à -38 °Celsius à Winnipeg au cours des nuits de lundi, mardi et mercredi. Cette vague de froid intense est due à une crête arctique se propageant du nord-ouest de l’Alberta au sud du Manitoba.

Les températures froides sont amplifiées par le refroidissement éolien qui pourrait amener une température ressentie de -50 à Winnipeg. Les autorités de Winnipeg ont reporté la collecte des ordures afin de protéger ses employés et leur équipement.

Les températures moyennes pour le sud du Manitoba à cette époque de l’année sont un minimum de -23 °C et un maximum de -13 °C.

Environnement Canada a également émis des avertissements de froid intense pour le nord de l’Ontario et du Québec. En Ontario, les régions de Kirkland Lake, Timmins, Kapuskasing, Hearst, Wawa, Greenstone, Marathon, Thunder Bay, Sioux Lookout et Kenora, sont notamment ciblées par les avertissements.

Nouvel An glacial

Environnement Canada indique que l’air arctique extrêmement froid occasionnera des minimums de -35 °C à -40 °C au cours de la nuit et des maximums de -25 °C à -30 °C le jour. Les températures froides devraient persister jusqu’au jeudi 2 janvier, en Ontario.

Au Québec, les régions de l’Abitibi, du Saguenay-Lac-Saint-Jean et le Grand Nord seront particulièrement touchées. À Québec et Montréal, il fera -14 °C pour la dernière journée de 2013 et le mercure pourrait descendre, respectivement, à -18 °C et -19 °C pour le jour de l’an.

Quant à Ottawa et Gatineau, le thermomètre affichera des températures pouvant aller jusqu’à -21 °C dans la nuit de mardi à mercredi. Les résidents de la région de la capitale nationale risquent de débuter la nouvelle année en ayant l’impression qu’il fait -30 °C à cause du vent.

Le nord du Nouveau-Brunswick est également visé par des avertissements de froid intense.

Les risques liés au froid

En entrevue à RDI, la docteure Danielle Perreault, qui a traité plusieurs cas d’engelures puisqu’elle exerce notamment la médecine dans le Grand Nord québécois, met en garde les fêtards contre les risques associés au froid. Elle soutient que le corps peut souffrir d’engelures en l’espace de quelques minutes.

Mme Perreault précise que la peau devient blanche et que les gens peuvent éprouver des symptômes – comme une diminution de la vigilance et une impression de fatigue – qui peuvent s’apparenter à ceux de l’ébriété. Elle explique que le corps réagit au froid en protégeant ses organes vitaux. Il abandonne ainsi les petites artères des extrémités comme celles des pieds, des doigts et des oreilles pour concentrer ses énergies sur ses fonctions vitales.

L’alcool aggrave le problème du froid parce qu’il dilate les vaisseaux sanguins alors que la réaction naturelle est de les contracter, ajoute Mme Perreault. L’alcool accélère ainsi la perte de chaleur et provoque une diminution de la température corporelle. Elle conseille aux fêtards, qui braveront le froid pour célébrer l’arrivée de la nouvelle année, de bien se vêtir et de rentrer se réchauffer dès que des symptômes du froid se manifestent. Elle les invite également à surveiller leurs amis qui se trouveraient en état d’ébriété.

Mme Perreault suggère de traiter les engelures en trempant les doigts ou les pieds dans de l’eau tiède chaude pendant environ 20 minutes. Elle précise d’éviter de frictionner la peau ou de tremper les engelures dans de l’eau froide ou très chaude.

http://actualites.ca.msn.com

Temps sec prévu par Environnement Canada


Autant que le printemps a pris du temps pour s’installer, autant que l’été semble pressé d’arriver, Il faudra donc être vigilent pour les feux de forêt ainsi que le gaspillage d’eau
Nuage

 

Temps sec prévu par Environnement Canada

 

Météo - Temps sec prévu par Environnement Canada

Photo Fotolia

MONTRÉAL – À moins de 50 jours de l’arrivée de l’été, Environnement Canada a publié un bulletin météorologique spécial annonçant du temps exceptionnellement sec pour cette période de l’année.

Le tout résulte d’un système de haute pression campé sur la Nouvelle-Angleterre et c’est pour cette raison que le sud et le centre du Québec connaîtront des températures plus chaudes que la normale ainsi que du temps sec au cours de la prochaine semaine.

Les régions visées par le système sont Montréal, la Montérégie, Lanaudière, les Laurentides, l’Outaouais, l’Estrie, la Beauce, la Mauricie, le Centre-du-Québec, et la région de Québec.

L’ensemble des guides de prévisions météorologiques indique que les précipitations se feront très rares et que les températures quotidiennes seront au-dessus des normales de saison de plusieurs degrés.

Enfin c’est dans la nuit du 21 juin à 1h02 que nous pourrons dire officiellement que l’été est arrivé.

http://fr.canoe.ca

Canicule 101 : ce qu’il faut savoir


Il fait chaud … quand on n’a pas l’air climatisé, il est difficile d’être a l’aise a une tellement température. Ce n’est pas le temps de faire le grand ménage,  même il est conseillée de minimiser les efforts .. Alors aussi bien en profité pour un petit cour rapidos presto sur la canicule
Nuage

 

Canicule 101 : ce qu’il faut savoir

 

 

Un avertissement de chaleur et d’humidité accablantes a été émis par Environnement Canada pour une grande partie du Québec et de l’Ontario. Selon l’agence fédérale, une masse d’air chaud et surtout très humide recouvre les régions concernées.

Ces conditions atmosphériques sont déterminées par la valeur combinée de la température et du taux d’humidité, l’humidex.

L’indice humidex a été développé par des météorologues canadiens en 1965. Cet indice, qu’on donne sous forme de température équivalente, indique de quelle manière le temps chaud et humide est perçu par la moyenne des gens.

Lorsque l’air est humide et qu’il n’y a pas de vent, la sueur sur notre corps ne s’évapore pas bien, et une température, par exemple de 26 degrés Celsius, qui normalement serait assez confortable, nous semble plus chaude ou plus inconfortable. Si l’air est sec et qu’il fait chaud, la sueur sur notre corps s’évapore bien, de sorte que nous ne ressentons pas, ou très peu, cet effet de l’humidité.

L’humidex combine donc la température et l’humidité en une seule valeur, de manière à refléter la température perçue. Il reflète mieux combien l’air est étouffant que la température ou l’humidité prises séparément.

Le smog s’invite aussi

Ces conditions météorologiques pourraient également entraîner une détérioration graduelle de la qualité de l’air et entraîner la formation de smog, un mélange toxique de gaz et de particules fines qui prend la forme d’une brume brunâtre épaisse.

Environnement Canada surveille la situation de près et publiera des avertissements appropriés pour les régions concernées, le cas échéant.

Personnes à risque

Les personnes qui risquent le plus de souffrir de problèmes de santé liés à la chaleur sont :

  • les personnes âgées
  • les personnes atteintes d’une maladie chronique (ex.: cardiovasculaire ou respiratoire)
  • les personnes souffrant de problèmes de santé mentale
  • les enfants de 4 ans et moins

S’exposer à ces conditions météo intenses peut aussi causer des crampes musculaires, de l’épuisement et des coups de chaleur.

Il est donc important de rester dans des endroits climatisés ou ombragés, de boire beaucoup d’eau et de réduire au minimum les efforts physiques.

Saviez-vous que?

Les cheveux allongent sous l’effet de l’humidité. L’écart entre l’air sec et l’air saturé d’humidité peut faire une différence d’environ 3 % dans la longueur des cheveux. À l’air humide, les cheveux naturellement bouclés frisent davantage, tandis que dans les mêmes conditions, les cheveux raides s’aplatissent. C’est que dans les deux cas, ils allongent.

http://www.radio-canada.ca

Politique fédérale – Environnement : Harper veut couper les vivres à ses opposants


Vous ne trouvez pas cela inquiétant que le Premier Ministre du Canada ose dire et ce à Paris … qu’il couperait les vivre aux groupes environnementaux si ils ne se rangent pas de son côté ? Ce n’est vraiment pas de la démocratie, ! Vivement qu’arrive les prochaines élections fédérales
Nuage

 

Politique fédérale – Environnement : Harper veut couper les vivres à ses opposants

 

Politique fédérale - Environnement : Harper veut couper les vivres à ses opposants

Comme si les relations entre les environnementalistes et les conservateurs n’étaient pas encore assez tendues, le premier ministre Stephen Harper est venu jeter de l’huile sur le feu jeudi en s’engageant à couper les vivres aux groupes qui s’opposent aux projets énergétiques de son gouvernement.

De passage à Paris pour rencontrer le nouveau président français François Hollande, Stephen Harper y est allé d’une déclaration qui risque d’envenimer davantage les relations déjà difficiles entre les environnementalistes et son gouvernement.

Interrogé sur le financement offert par Environnement Canada à certains groupes qui s’opposent à des projets énergétiques, le premier ministre a répondu sans équivoque : si le gouvernement finance des groupes environnementaux qui ne partagent pas son opinion, leurs vivres seront coupés.

À Ottawa, les réactions ne se sont pas fait attendre.

« Pour moi, pour un premier ministre, dire quelque chose comme ça, c’est incroyable, c’est ignorant et c’est vraiment dangereux », a déploré le leader parlementaire du Nouveau Parti démocratique (NPD), Nathan Cullen.

« C’est clair que ce gouvernement n’est pas intéressé à avoir ce dialogue, n’est pas intéressé à avoir des différents points de vue et n’aime pas la recherche qui n’est pas d’accord avec [son] idéologie », a pour sa part affirmé le chef intérimaire du Parti libéral du Canada, Bob Rae.

Cette sortie du premier ministre survient au moment où les conservateurs viennent d’abolir la Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie, dont le mandat est de conseiller le gouvernement fédéral.

Même l’ancien député conservateur et réformiste qui siège au sein de l’organisme, Bob Mills, estime que le gouvernement Harper va trop loin.

« Nous n’avons pas besoin de meneuses de claque, mais des gens intelligents », a-t-il lancé.

Le ministre de l’Environnement, Peter Kent, se défend en disant que le budget de 5 millions de dollars peut être mieux utilisé pour protéger l’environnement et l’économie.

Quoi qu’il en soit, jamais le gouvernement n’a été aussi clair dans son désir d’atténuer la contestation. Cette nouvelle déclaration survient au moment où il s’apprête à modifier une série de lois et de règlements dans son controversé projet de loi omnibus C-38.

Le projet de loi propose entre autres d’accélérer le processus d’évaluation environnementale, et confirme le retrait du Canada du protocole de Kyoto.

Projet de loi C-38

C’est un document de 431 pages touchant 69 lois portant sur différents thèmes, tels que l’environnement, la fiscalité, l’immigration et la sécurité de la vieillesse. Au lieu d’être examinées par un comité parlementaire, ces questions seront débattues par un sous-comité du comité des finances.

http://actualites.ca.msn.com