Le saviez-vous ► Expression : Tenir la chandelle


Personne n’aime se sentir de trop quand il est seul avec un couple qui se démontre un peu beaucoup d’affection, mais l’origine de cette expression démontre de bien drôle de moeurs de nos ancêtre
Nuage

 

 Tenir la chandelle 

 

 

Servir de tiers complaisant dans une relation amoureuse, faire l’entremetteur.


Assister à des ébats amoureux, sans y participer.

Mais aussi, plus moderne :


Etre seul avec un couple trop occupé et se sentir de trop.

 
Imaginez-vous au début du XIXe siècle, lorsque l’électricité et les lampes de chevet n’existaient pas.

Vous êtes de la haute société et avez bien entendu du personnel de maison.

La nuit est là. Les chouettes ululent dans le lointain. Les escadrilles de moustiques se repaissent de votre sang.


Soudain, malgré les boutons qui vous dém
angent, vous êtes pris d’une envie pressante de batifoler dans le lit conjugal, avec votre moitié ou votre illégitime, mais surtout pas dans le noir.

Que vous reste-t-il à faire ?

C’est très simple : vous appelez à la rescousse un de vos employés pour qu’il vous tienne un chandelier à proximité du lit pendant vos ébats.

Ce scénario était bien une réalité d’autrefois, le valet ou la soubrette devant bien sûr se tenir le dos tourné.


Et c’est bien là l’origine de cette expression, d’autant plus que, comme il s’agissait de relations amoureuses, il fallait y ajouter les sous-entendus érotiques d’une chandelle bien verticale.

Notez que, dans certaines cultures ou certains milieux (royaux, par exemple) où la virginité féminine devait obligatoirement être conservée jusqu’au mariage, le rôle du porteur de chandelier -une personne de confiance- n’était plus d’éclairer la scène (il attendait à l’extérieur), mais, après consommation, de venir éclairer le drap pour s’assurer de la présence de la tache prouvant que la mariée était bien une première main.

http://www.expressio.fr