Ampleur inquiétante des abus sexuels dans le sport amateur depuis 20 ans


Des parents inscrivent des jeunes à un sport amateur, et font confiance aux entraîneurs. Malheureusement, plusieurs se sentent trompés, car des adultes a qui ils ont confié ont abusé sexuellement des jeunes et certains des entraîneurs ont même été accusé d’exploitations, fabrication ou possession de pornographie juvénile.
Nuage

 

Ampleur inquiétante des abus sexuels dans le sport amateur depuis 20 ans

 

Le hockey compte le plus grand nombre d'entraîneurs... (Photo archives La Presse)

Le hockey compte le plus grand nombre d’entraîneurs accusés avec 86 cas, dont 59 ont donné lieu à des condamnations.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

 

Agence France-Presse
Montréal

Plus de 200 entraîneurs de sport amateur au Canada ont été condamnés pour des délits sexuels contre des mineurs au cours des 20 dernières années, révèle dimanche une enquête de CBC/Radio-Canada.

Selon ce vaste coup de sonde portant sur la période 1998-2018, 340 entraîneurs de jeunes ont fait l’objet d’accusations de délits sexuels, qui ont donné lieu à 222 condamnations pour des abus contre plus de 600 jeunes de moins de 18 ans.

La chaîne ajoute que 34 cas supplémentaires font l’objet de procédures encore en cours.

Pour constituer sa base de données, CBC/Radio-Canada indique avoir épluché des milliers de dossiers judiciaires et visité de nombreux tribunaux dans l’ensemble du pays, ce qui a  permis à la chaîne de brosser un « portrait dérangeant de l’ampleur des délits sexuels commis par des entraîneurs ou des personnes en position de pouvoir dans le sport amateur canadien depuis 20 ans ».

Pour Sandra Kirby, ancienne sportive olympique, professeure de sociologie à l’université de Winnipeg et experte en matière d’abus sexuels dans le sport, les chiffres compilés par CBC/Radio-Canada pourraient n’être que la « partie émergée de l’iceberg » car tous les cas d’abus ne font pas l’objet de dénonciations.

Elle estime que les organisations sportives du pays ne peuvent ignorer ces résultats et qu’une « réforme massive » est nécessaire pour que tous les enfants s’adonnant à une activité sportive puissent le faire en toute sécurité.

Interrogée par CBC, Lorraine Lafrenière, dirigeante de l’association des entraîneurs du Canada, a de son côté jugé « déchirants » ces résultats, notant qu’ils montrent que les « parents ont un sentiment de sécurité trompeur lorsqu’ils laissent leurs enfants dans un club sportif ».

Selon CBC/Radio-Canada, les délits portent sur des abus sexuels, de l’exploitation sexuelle et la fabrication ou possession de pornographie juvénile.

Les condamnations concernent très majoritairement des hommes, 213 sur 222, mais les victimes sont autant des jeunes garçons que des jeunes filles.

Le hockey compte le plus grand nombre d’entraîneurs accusés avec 86 cas, dont 59 ont donné lieu à des condamnations.

Le soccer, qui compte le plus de pratiquants au Canada, arrive en seconde position avec 40 personnes accusées et 27 d’entre elles condamnées, mais tous les sports sont concernés, souligne l’enquête de CBC/Radio-Canada.

https://www.lapresse.ca/

Thaïlande: les 13 rescapés de la grotte évacués


Enfin, toute l’équipe thaïlandaise fe football (soccer)  avec l’entraineur sont sortie de la grotte, ils sont tous en vie, deux sont suivi pour une pneumonie. Le seul négatif, ce sont quelques médias qui ont mit des drones pour surveiller les opérations, ce qui a gêner pour certains des hélicoptères
Nuage

 

 

Thaïlande: les 13 rescapés de la grotte évacués

 

Entre boyaux inondés et passages étroits dans lesquels... (AFP)

Entre boyaux inondés et passages étroits dans lesquels il faut se faufiler, le parcours, de plusieurs kilomètres, était semé d’embûches et prenait cinq heures à un plongeur aguerri.

AFP

Agence France-Presse
Mae Sai

Après deux semaines piégés dans le noir d’une grotte inondée, réfugiés sur un étroit promontoire, les 12 jeunes joueurs de soccer thaïlandais et leur entraîneur sont tous sortis sains et saufs au terme d’une périlleuse opération de secours.

Des plongeurs étrangers et de la marine thaïlandaise ont extrait mardi après-midi les quatre derniers enfants et leur entraîneur de 25 ans en les guidant le long des boyaux inondés à la visibilité nulle et dans les étroits passages dans lesquels il fallait se faufiler.

L’équipe des « 12 Sangliers sauvages et leur entraîneur ont été extraits de la grotte », ont annoncé sur leur page Facebook les commandos de marine thaïlandais, au coeur de l’opération de secours, suivie pas à pas dans le monde entier.

Les quatre derniers plongeurs de l’équipe de sauvetage, dont un médecin, sont eux aussi ressortis mardi soir, selon Narongsak Osottanakorn, le chef de la cellule de crise.

L’opération aura duré trois jours, les enfants étant évacués chacun par deux plongeurs professionnels, sur un parcours très difficile, supposant de longs passages de plongée. Le parcours semé d’embûches prenait cinq heures à un plongeur aguerri.

Pendant plusieurs jours, les secouristes avaient repoussé la date du lancement de l’opération, préférant envoyer des plongeurs prendre soin des enfants sur leur bout de rocher, le temps d’essayer de faire baisser le niveau de l’eau.

Après neuf jours sans contact avec l’extérieur, à ne pas savoir s’ils ne seraient jamais retrouvés, les enfants, bloqués depuis le 23 juin, ont enfin pu manger et se calfeutrer sous des couvertures de survie ces derniers jours.

Les huit premiers sortis dimanche et lundi, hospitalisés, sont « en bonne santé », selon un responsable du ministère de la Santé publique. « Tout le monde est en bonne santé mentale »

« Merci à tous ceux qui ont aidé mes amis à sortir de la grotte! », s’est exclamé Settawat Boonsri, un coéquipier des « Sangliers sauvages », interrogé par l’AFP.

Les enfants ont subi des examens radiologiques et des tests sanguins. Deux garçons qui présentaient des signes de pneumonie ont reçu des antibiotiques et sont dans un « état normal », selon le responsable de la santé publique, précisant qu’ils resteraient tous en observation à l’hôpital pendant une semaine, dans un premier temps en quarantaine.

L’hôpital plutôt que la finale

La Thaïlande a vécu au rythme de la saga des « 13 », comme les identifiaient les éditions spéciales des télévisions.

Les enfants ont reçu de l’étranger des messages de soutien de célébrités aussi diverses que le président américain Donald Trump, la vedette du soccer Lionel Messi et le gourou américain de la technologie Elon Musk.

Mardi soir, la première ministre britannique Theresa May a été une des premières à saluer, sur Twitter, le « courage de tous ceux qui ont été impliqués » dans l’opération, alors que ce sont des plongeurs anglais qui ont découvert les enfants.

« Tous libérés, du bon boulot! », a commenté Donald Trump.

Des Américains se sont également joints à cette opération internationale, ayant mobilisé plusieurs pays.

Saluant l’effort international, « la Thaïlande sera reconnaissante à jamais pour ce sauvetage historique », a réagi sur Twitter Yingluck Shinawatra, ex-première ministre thaïlandaise en exil, dont le gouvernement a été renversé par un coup d’État en 2014.

Le président de la FIFA, Gianni Infantino, avait même invité les enfants à assister à la finale du Mondial-2018 le 15 juillet à Moscou.

Mais « ils ne peuvent pas y aller, ils doivent rester à l’hôpital pendant un moment », a répondu Thongchai Lertwilairatanapong, haut responsable du ministère de la Santé.

Le club anglais Manchester United a de son côté dit qu’il serait « honoré d’accueillir l’équipe des Sangliers sauvages et leurs sauveteurs lors de la prochaine saison ».

Émaciés, mais en vie

Les secouristes ont critiqué l’usage de drones par certains médias lors de l’opération d’évacuation lundi, qui ont pour certains gêné les hélicoptères évacuant les enfants. La police a annoncé mardi mener une enquête sur l’utilisation de deux drones envoyés pour tenter d’avoir des images des enfants.

Les joueurs de soccer avaient passé neuf jours dans les tréfonds de la grotte avant que deux plongeurs britanniques ne réussissent à les rejoindre en début de semaine dernière.

Émaciés, mais en vie, ils étaient perchés sur un promontoire, à plus de quatre kilomètres de l’entrée du vaste réseau souterrain.

Après cette découverte, les sauveteurs ont désespérément passé en revue toutes les solutions possibles, percer des tunnels dans la montagne ou attendre sous terre pendant des semaines la fin de la mousson.

Mais face à la menace de nouvelles pluies et à la baisse des niveaux d’oxygène dans la chambre où le groupe avait trouvé refuge, les autorités ont décidé dimanche de tenter le tout pour le tout.

http://www.lapresse.ca/

Six garçons ont déjà quitté la grotte sains et saufs


Bonne nouvelle ! Ils ont commencé à sortir un à un les enfants pris dans une grotte en Thaïlande, surtout avec la saison des pluies qui risque de compliquer la survie des jeunes avec l’entraineur de football. 6 sont déjà sortis avec deux plongeurs expérimenter. Il commence à être temps après 15 jours dans le noir. Les secours vont continuer demain lundi …
Nuage

 

Six garçons ont déjà quitté la grotte sains et saufs

 

 

 

© reuters.

THAÏLANDE La difficile opération d’évacuation des douze enfants et de leur entraîneur de football coincés dans une grotte en Thaïlande depuis 15 jours a débuté dimanche et six d’entre eux ont été évacués avec succès, les autres suivant dans un goutte-à-goutte éprouvant pour les familles.

Selon le dernier bilan communiqué à l’AFP par les secouristes, un premier groupe de six garçons, chacun guidé dans la grotte inondée par deux plongeurs professionnels, ont d’ores et déjà réussi à sortir. Ils ont été évacués à bord d’ambulances puis d’hélicoptères en direction de l’hôpital de Chiang Rai. Des journalistes de l’AFP sur place ont vu les ambulances quitter le site en direction d’un héliport.

« Un par un »

Les secours ont prévenu que les enfants sortiraient « un par un », et que cela prendrait au total « deux à trois jours ». Mais l’évacuation s’est révélée plus rapide que prévu, en avance de plus de deux heures sur l’horaire indiqué à l’origine. Aucune image de l’opération n’a émergé pour l’heure.

Reprise des opérations lundi

Lors de cette première journée d’évacuation, six enfants ont donc été secourus ce dimanche. Pour les 7 autres jeunes, les opérations d’évacuation reprendront lundi.

Selon un officier du département de prévention des catastrophes, « la mission d’aujourd’hui (dimanche) était de secourir 6 individus ».

« En parfaite santé »

Les autorités locales ont entamé dimanche soir un point presse, lors duquel le gouverneur de Chiang Rai, Narongsak Osottanakorn, a affirmé avoir rencontré les enfants sortis, qui sont en « parfaite » santé, selon ses dires. 

© afp.

https://www.7sur7.be/

Grotte en Thaïlande: plus de cent forages, la lettre d’excuses de l’entraîneur


Suite au décès d’un plongeur expérimenté de la marine, on doute que des enfants puissent réussir un trajet de plusieurs kilomètres, et plusieurs endroits sont inondés. Un péril qui se fait en 5 heures par des plongeurs expérimentés. Des forages sont faits par le haut, mais pour le moment, rien. En attendant, le taux d’oxygène semble inquiéter les secouristes.
Nuage

 

Grotte en Thaïlande: plus de cent forages, la lettre d’excuses de l’entraîneur

 

© reuters.

Source AFP

Des lettres des douze enfants bloqués depuis 14 jours avec leur entraîneur de foot dans une grotte inondée en Thaïlande ont été transmises samedi via les plongeurs et plus de cent forages ont été réalisés à la verticale, alternative à une extraction en plongée jugée trop dangereuse. L’entraîneur de football a écrit une lettre d’excuses aux parents: « Merci pour tout le soutien moral. Je demande pardon à tous les parents », dit le jeune entraîneur de 25 ans, Ekkapol Chantawong.

En parallèle, les autorités, qui veulent éviter à tout prix une sortie en plongée, ont insisté sur la poursuite de l’option d’une évacuation par le haut.

« Nous avons réalisé plus de cent forages. Mais nous n’avons pas encore localisé leur position », a déclaré le chef de la cellule de crise, Narongsak Osottanakorn, devant la presse samedi.

A l’intérieur, les enfants sont « en bonne santé », a-t-il assuré, malgré les inquiétudes quant à la baisse du niveau d’oxygène.

Après la publication de deux vidéos, la première filmée lors de la découverte du groupe par des plongeurs britanniques lundi soir, la deuxième mardi, aucune vidéo n’avait plus été publiée depuis du groupe retrouvé perché sur un rebord, à plusieurs kilomètres dans les tréfonds de la grotte. Les lettres écrites par les enfants à leurs familles sont les premières preuves de vie publiques transmises depuis mardi

« Ne vous inquiétez pas, Papa et Maman. cela fait deux semaines que je suis parti, mais je vais revenir vous aider à la boutique », écrit Ekkarat, signant de son surnom, Bew.

Ses parents tiennent une petite épicerie.

« Un peu froid ici »

« Je vais bien, mais il fait un peu froid ici. ne vous inquiétez pas pour moi. N’oubliez pas de me préparer une fête d’anniversaire », dit un autre enfant, Duangphet, signant de son surnom, Dom.

« Si je sors, s’il vous plaît, emmenez-moi manger du moo krata », un plat thaïlandais à base de porc grillé et de légumes, dit un troisième, Piphat, signant de son surnom, Nick.

Le jeune entraîneur y apparaissait amaigri, prostré, suscitant de vifs débats en Thaïlande sur son sentiment de culpabilité d’avoir emmené les enfants qui étaient sous sa responsabilité dans une grotte connue pour être inondable à la mousson.

Une liaison téléphonique que les autorités ont tenté d’installer, pour que les enfants puissent parler à tout moment à leurs familles, en déroulant des kilomètres de câble dans la grotte, n’a jamais fonctionné.

Plus de 1.100 journalistes

L’opération de sauvetage fait toujours la Une de l’actualité, avec désormais plus de 1.100 journalistes enregistrés sur place, leurs caméras alignées dans la boue de cette forêt tropicale. Un ancien plongeur de la marine thaïlandaise a péri vendredi lors d’une opération de ravitaillement des enfants, ce qui a semé le doute quant à la faisabilité d’une extraction sans risque du groupe. Une bonne partie des enfants, âgés de 11 à 16 ans, ne savent pas nager, et aucun n’a fait de plongée, ce qui complique d’autant plus les opérations.

Pour le moment, il faut onze heures à un plongeur aguerri pour faire l’aller-retour jusqu’aux enfants: six heures aller, cinq heures retour grâce au courant. Le parcours est long de plusieurs kilomètres dans des boyaux accidentés, avec de difficiles passages sous l’eau.

© reuters.

https://www.7sur7.be/

Les enfants de la grotte recevront 4 mois de vivres et des cours de plongée


Les 12 enfants et l’entraineur de football (soccer) qui ont été retrouver en Thaïlande, risque de rester plus longtemps que prévu. Étant donné les fortes pluies, les inondations, ils avaient été obligé d’aller plus profondément dans la grotte sans pouvoir revenir. Maintenant, malgré que les secouristes pompent l’eau, ils prévoient de leur donner des vivres et médicaments pour quelques mois, dans le but de leur donnée des cours de plongée. Me semble qu’il y a assez de génie sur terre pour avoir une idée plus rapide et sécuritaire.
Nuage

 

Les enfants de la grotte recevront 4 mois de vivres et des cours de plongée

 

© afp.

THAÏLANDE Les 12 enfants et leur entraîneur de football retrouvés vivants après neuf jours passés dans une grotte du nord de la Thaïlande vont recevoir quatre mois de vivres et des leçons de plongée, a annoncé l’armée mardi alors que les secours font face à une évacuation délicate.

Les enfants, âgés de 11 à 16 ans, ont été découverts avec leur entraîneur de 25 ans par des plongeurs britanniques tard lundi, émaciés mais « sains et saufs ». Le groupe était perché sur un rebord situé loin dans les méandres de cette grotte située au fin fond du nord de la Thaïlande, à la frontière avec la Birmanie et le Laos, où ils ont été piégés le 23 juin par la montée des eaux.

Les secours, qui se préparent à l’idée que les enfants pourraient passer encore pas mal de temps dans le réseau souterrain, leur ont fait parvenir des vivres et des médicaments, en particulier des gels riches en calories et du paracétamol.

« (Nous allons nous) préparer à envoyer des vivres supplémentaires pour tenir au moins quatre mois et former les 13 (membres du groupe) à la plongée tout en continuant d’évacuer l’eau » du réseau souterrain complexe, a déclaré le capitaine Anand Surawan, de la marine thaïlandaise, cité par les forces armées.

La découverte des enfants a plongé la Thaïlande dans la liesse après des journées de recherches difficiles, entravées par des pluies torrentielles et les inondations.

« Nous avions dit que c’était mission impossible car il a plu chaque jour (…). Mais grâce à notre détermination et à nos équipements, nous avons combattu la nature », a déclaré le gouverneur de la province de Chiang Rai Narongsak Osottanakorn.

« Les médecins nous ont conseillé de prévoir différents types de médicaments pour prévenir les infections et autres maladies », a-t-il poursuivi, précisant que du personnel médical était parvenu jusqu’aux enfants.

https://www.7sur7.be/

Retrouvés sains et saufs après neuf jours dans une grotte en Thaïlande


C’est une très bonne nouvelle pour les familles des 12 enfants et l’entraineur de football qui se sont perdus dans une grotte en Thaïlande après 9 jours de recherche. Ils sont très affaiblis et devront attendre de reprendre des forces pour faire les 3 km vers la sortie.
Nuage

 

Retrouvés sains et saufs après neuf jours dans une grotte en Thaïlande

 

Les opérations de sauvetage pour retrouver les 13... (Tham Luang Rescue Operation Center via AP)

Les opérations de sauvetage pour retrouver les 13 personnes manquant à l’appel ont duré plusieurs jours.

THAM LUANG RESCUE OPERATION CENTER VIA AP

 

Agence France-Presse
MAE SAI

Les 12 enfants et leur entraîneur de foot pris au piège depuis neuf jours dans une grotte inondée en Thaïlande ont été retrouvés « sains et saufs », a annoncé lundi soir le gouverneur de la province.

« Nous les avons retrouvés tous les 13 sains et saufs », a annoncé le gouverneur de la province de Chiang Rai, Narongsak Osottanakorn, au milieu des cris d’enthousiasme des secouristes et des journalistes.

Mais l’évacuation ne sera pas immédiate, a précisé le gouverneur, qui dirige aussi la cellule de secours.

Des secouristes resteront dans l’intervalle dans la grotte avec eux, le temps qu’ils soient assez en forme pour parcourir les plus de trois kilomètres les séparant de la sortie, en partie inondés.

« Nous allons leur apporter de la nourriture, mais nous ne sommes pas certains qu’ils puissent se nourrir vu qu’ils n’ont pas mangé depuis longtemps. Nous allons aussi acheminer un médecin sachant faire de la plongée », a-t-il ajouté.

http://www.lapresse.ca/

Les plongeurs s’approchent des enfants piégés dans une grotte en Thaïlande


7 jours que 12 enfants et leur entraîneur de football (soccer) sont piégés dans une des plus grandes grottes en Thaïlande. La montée des eaux n’avait pas aidé, mais ils ont mis des pompes. Il semble que les secouristes soient près du but, en attendant, ils se pratiquent au sauvetage.
Nuage

 

Les plongeurs s’approchent des enfants piégés dans une grotte en Thaïlande

 

Des sauveteurs.

Les sauveteurs ont lancé de la nourriture et des téléphones aux enfants bloqués dans cette grotte. Photo : The Associated Press/Sakchai Lalit

À la faveur d’une baisse des eaux, les sauveteurs mobilisés depuis sept jours pour sauver 12 enfants et leur entraîneur de soccer piégés dans une grotte inondée en Thaïlande ont enfin réussi samedi à s’approcher de la zone où ils sont censés s’être réfugiés.

AGENCE FRANCE-PRESSE

Les plongeurs « sont à deux, trois kilomètres » de l’endroit où sont censés être les enfants. « Nous étions arrivés jusque-là une fois mardi, mais le courant était trop fort », a relaté le gouverneur de Chiang Rai, Narongsak Osottanakorn.

« La situation est meilleure aujourd’hui qu’hier et les jours précédents. L’eau a considérablement baissé », grâce aux pompes installées et à l’arrêt de la pluie, s’est-il réjoui.

Mais, si les secouristes se refusent pour l’heure à évoquer une issue autre qu’heureuse, aucun contact n’a encore pu être établi avec les jeunes footballeurs entrés samedi soir, après leur entraînement, dans la grotte de Tham Luang, située près des frontières de la Birmanie et du Laos.

Des boîtes contenant de la nourriture et des téléphones portables ont été lancées la veille depuis un puits à la verticale de la grotte, non loin de l’endroit où les sauveteurs espèrent que les enfants se trouvent.

Ils ont aussi répété samedi un exercice d’évacuation afin d’être prêts une fois le contact établi, tandis que des moines bouddhistes priaient en faveur d’un dénouement heureux.

Des sauveteurs avec un brancard.

Les sauveteurs ont simulé un exercice d’évacuation. Photo : Reuters/Soe Zeya Tun

« Il s’agit de mettre en place un protocole sur ce qu’on doit faire avant de les emmener à l’hôpital », a expliqué le gouverneur de Chiang Rai.

 Après une semaine dans l’obscurité de la grotte, les victimes souffriront de troubles oculaires et pulmonaires, et leur évacuation doit être menée avec précaution.

« C’est un test, ne paniquez pas. Si nous sortons les garçons de là, nous saurons comment les envoyer à l’hôpital en hélicoptère », a-t-il ajouté, en précisant que plusieurs hôpitaux de la région participaient à l’exercice à la faveur d’un temps plus clément après des pluies diluviennes.

Mais cette grotte est l’une des plus grandes de Thaïlande, avec un réseau de plus de dix kilomètres, ce qui en fait un lieu apprécié des spéléologues aguerris.

https://ici.radio-canada.ca/

Un entraîneur à qui vous ne voudriez pas confier votre enfant


Je déteste les sports ou il faut a tout prix gagné .. dans les écoles, université et le sport professionnel .. c’est du bourrage de crane et quand viens un entraineur comme celui de la vidéo .. ce n’est plus du sport … c’est des abus
Nuage

 

Un entraîneur à qui vous ne voudriez pas confier votre enfant

 

Mike Rice/Saisie vidéo, courtoisie ESPN

Publié par Louis Senay pour 98,5fm Sports

(98,5 Sports) – Une suspension de trois parties imposée en décembre apparaît nettement insuffisante à la suite de la publication d’une vidéo, mardi, des gestes qui ont entraîné la sanction. Plusieurs medias réclament rien de moins qu’un bannissement à vie pour l’entraîneur de basketball de l’université Rutgers, Mike Rice.

Au moment d’imposer la sanction, la direction de la maison d’enseignement n’avait pas divulgué les raisons qui avaient mené à la pénalité. La vidéo qui suit a fourni des arguments de nature à inciter les parents à ne pas confier leur progéniture au triste sire qui règne à Rutgers.

 

Malgré la publication de la vidéo démontrant les abus physiques et verbaux de l’entraîneur à l’endroit de ses joueurs, incluant coups de pied, empoignades par le col, bousculades et lancers de ballon à la tête ou à hauteur de la cuiller de suspension, le directeur des sports de l’université, Tom Pernetti, maintient que Rice demeurera à la tête de l’équipe, ayant servi sa pénalité de trois parties pour ses agissements.

Les réactions ont toutefois été virulentes dans les médias américains. En voici quelques-unes issues de comptes Twitter, telles que répertoriées par le USA Today :

Richard Deitsch (Sports Illustrated): «Adieu, Mike Rice. Il n’y a pas de place pour ça au sport collégial.»

Greg Rosenstein (ESPN): «Si Rutgers ne congédie pas Mike Rice, pourquoi n’importe quel parent permettrait-il à son enfant de jouer là-bas?»

Doug Gottlieb (CBS Sports): «Il n’y a aucune raison pour laquelle Mike Rice devrait garder son job. Aucune raison. Désolé, mec, pas acceptable…. La confrérie des entraîneurs est tissée serré, ce genre d’action est inacceptable. La plus grande question est de savoir comment Mike Rice a conservé son emploi quand Rutgers a vu la vidéo la première fois.»

Mark Ennis (ESPN): «Si vous permettez à votre enfant de jouer pour Mike Rice, vous devriez avoir honte d’être un parent.»

Bonnie D. Ford (ESPN): «Je ne savais pas que «première offense» s’appliquait à l’abus physique d’un entraîneur. Je suis sûre qu’aucun parent n’accepterait rien de moins qu’une prise et tu es retiré. Sans mentionner le révoltant abus verbal. Tout un éducateur!»

Et plusieurs autres ont joint leur voix à ce tollé, incluant le joueur vedette du Heat de Miami, LeBron James, qui mentionne :

«Si mon fils jouait pour Rutgers ou un entraîneur comme ça, il aurait beaucoup d’explications à donner et je crierais après lui encore par la suite! Allons…»

http://www.985fm.ca

Le saviez-vous ► Après Armstrong: le top 10 des champions déchus de leurs titres


Je déteste le sport professionnel car il est souvent question de pouvoir et d’argent .. ce n’est plus participer mais gagné quelque soit les moyens .. Ce n’est pas l’exemple que l’ont doit montré a la relève … Voici quelques athlète  et un entraineur qui ont connu la gloire mais a part Mohamed Ali, ils ont voulu forcé la victoire
Nuage

 

Après Armstrong: le top 10 des champions déchus de leurs titres


Lance Armstrong n’est pas le premier champion à se voir retirer des titres, et il n’y a pas que le dopage qui puisse priver des sportifs d’une ligne à leur palmarès.

L’Union cycliste internationale (UCI) a retiré à Lance Armstrong, lundi 22 octobre, ses sept victoires dans le Tour de France glanées de 1999 à 2005, et suspendu à vie l’ancien cycliste américain pour son implication dans le système de dopage organisé autour de sa personne au sein de l’équipe US Postal. Armstrong n’est pas le premier champion à se voir retirer des titres sportifs, mais le nombre de victoires annulées et leur prestige sont sans précédent dans l’histoire du sport.

Retour sur les dix déchéances de titres sportifs les plus marquantes de l’histoire, qu’elles soient liées au dopage ou non (soulignons également que toutes les affaires de dopage ne débouchent pas sur des déclassements ou des annulations de titres).

10. Floyd Landis
 

Etats-Unis
Cyclisme
1 Tour de France (2006)

Contrôlé avec un niveau anormalement élevé de testostérone à l’issue de sa victoire lors de la 17e étape du Tour 2006, il devient l’année suivante le premier coureur à se voir retirer son titre de vainqueur du Tour de France. Mais il est aussi le premier ancien coéquipier de Lance Armstrong à l’avoir accusé publiquement de dopage.

Alors qu’il avait jusque-là toujours nié avoir triché, il a envoyé en 2010 une série d’emails aux autorités du cyclisme et aux sponsors dans lesquels il avoue s’être dopé de manière systématique tout au long de sa carrière, et y accusant également d’autres coureurs et responsables d’équipes. Il y écrivait notamment qu’Armstrong, qu’il a aidé à gagner trois grandes boucles chez US Postal de 2002 à 2004, lui a donné un coup de main pour mieux comprendre les mécanismes du dopage.

Lors de l’annonce des sanctions contre Lance Armstrong, Pat McQuaid, le patron de l’UCI, a qualifié Landis et son compatriote Tyler Hamilton –qui ont tous deux avoué s’être dopés et ont fortement critiqué l’institution pour son manque d’efficacité dans la lutte antidopage, d’«ordures»– regrettant qu’ils soient devenus des «héros» pour leur rôle dans la mise au jour du système de dopage autour d’Armstrong.

9. Kim Jong-su
 

Corée du Nord
Tir sportif
2 médailles olympiques (argent et bronze) aux JO de Pékin (2008)

Vous ne connaissez sans doute pas Kim Jong-su, tireur sportif nord-coréen de son état. Et pourtant, s’il n’a jamais été une superstar du sport international, il est la preuve vivante que le dopage n’est pas réservé aux sports demandant un effort physique extraordinaire comme le cyclisme d’endurance ou le sprint.

Vainqueur d’une médaille d’argent et d’une de bronze aux Jeux de Pékin en 2008, il s’est fait exclure du village olympique et retirer ses deux médailles après avoir été contrôlé positif au propanolol. Le médicament est un bêtabloquant habituellement prescrit pour soigner l’hypertension ou la migraine. Il est aussi utilisé par les personnes atteintes de tremblements, d’où un avantage considérable dans les épreuves de précision (tir sportif ou tir à l’arc notamment).

8. Mohammed Ali
 

Etats-Unis
Boxe (poids lourds)
1 titre de champion du monde (1964)

Non, vous n’êtes pas sur le point d’apprendre que l’un des sportifs les plus mythiques du XXe siècle était en fait un vilain tricheur qui a gagné ses titres grâce à des substances illicites. En 1967, la New York State Athletic Commission a décidé de retirer à Mohamed Ali (nom musulman adopté en 1964 lorsqu’il rejoint la Nation of Islam) son premier titre de champion du monde des poids lourds, gagné trois ans plus tôt face à Sonny Liston, pour un motif plus original: il a refusé de partir se battre pour les Etats-Unis au Vietnam.

Ali explique sa décision par le fait que cela allait à l’encontre de sa religion et qu’il n’avait «rien contre les Viêt-Cong», et affirme que la procédure pour lui retirer son titre est teintée de «préjugés et de discrimination».

Son refus de la conscription militaire, qui était passible de cinq ans d’emprisonnement et de 10.000 dollars d’amende, l’a obligé à quitter les rings pendant près de quatre ans, même s’il a finalement échappé à la prison. Il a d’abord été jugé coupable pénalement, mais la Cour suprême a annulé sa condamnation sur un détail juridique en 1971. Les instances du sport ne lui ont pourtant pas restitué son titre. Il reprendra sa carrière en enchaînant les victoires de légende et les titres de champion du monde, devenant pour beaucoup le meilleur boxeur de l’histoire.

7. Alberto Contador
 

 

Espagne
Cyclisme
1 Tour de France (2010) et 1 Tour d’Italie (2011)

Le Tribunal arbitral du sport (TAS) a retiré à l’Espagnol son titre de vainqueur du Tour de France 2010 ainsi que tous ses titres gagnés en 2011, dont le Giro, à la suite de son contrôle positif au clenbutérol (un anabolisant) lors de l’épreuve française en juillet 2010. Contador avait plaidé l’intoxication alimentaire, affirmant qu’il avait mangé de la viande importée d’Espagne contaminée par ce médicament. Il avait été acquitté par sa fédération nationale en première instance en février 2011, ce qui lui avait permis de continuer à courir et de remporter le Tour d’Italie. Il figure toujours au palmarès du Tour de France comme vainqueur en 2007 et 2009.

6. La Juventus de Turin
 

 

Italie
Football
2 titres de champion d’Italie (2005 et 2006)

C’est en 2006 qu’a éclaté le calciopoli, le plus grand scandale de matchs truqués de l’histoire du football italien, impliquant les plus grands clubs du pays (dont la Juventus, la Fiorentina, la Lazio de Rome, l’Inter Milan et le Milan AC), accusés d’avoir influencé la désignation des arbitres pour leurs matchs. Au final, seule la Juventus sera reléguée en Série B (la 2e division italienne), et perdra ses deux titres de champion de 2005 et 2006. Luciano Moggi, l’ancien directeur général du club, dont les conversations avec des responsables et arbitres ont été enregistrées par la police et publiées dans les médias, sera banni à vie du football par la Fédération italienne, ainsi que son collègue Antonio Giraudo.

En France, l’Olympique de Marseille s’est vu retirer son titre de champion de France 1993 après l’affaire VA-OM, où des émissaires du club provençal ont tenté de corrompre des joueurs nordistes.

5. Larisa Lazutina, Olga Danilova et Johann Mühlegg
 

Russie et Espagne
Ski de fond
8 médailles (5 d’or et 3 d’argent) à eux trois aux JO de Salt Lake City (2002)

Avant Salt Lake City en 2002, les Jeux olympiques d’hiver n’avaient connu que cinq cas de dopage confirmés. Mais la mise en place de contrôles plus rigoureux lors de cette édition a entraîné une véritable épidémie, avec pas moins de sept athlètes épinglés.

Parmi eux, les deux skieuses de fond russes Larisa Lazutina et Olga Danilova ont perdu un total de cinq médailles après avoir été contrôlées positives à la darbepoetin alfa (l’Aranesp), un produit qui permet d’augmenter le nombre de globules dans le sang. Le skieur de fond espagnol Johann Mühlegg s’est lui vu retirer ses trois médailles d’or gagnées sur 30km libre, 10km poursuite et 50km classique pour l’utilisation de la même substance.

A l’époque, le produit en cause n’était pas encore interdit car nouveau. Le chef du comité médical olympique avait déclaré:

«C’est un signal fort pour tous ceux qui disent que nous sommes à la traîne. Nous sommes sur leurs talons.»

4. Ben Johnson

Canada
100 mètres
2 médailles d’or (JO de Séoul 1988 et Mondiaux de Rome 1987) et 2 records du monde

C’est le premier grand scandale de dopage de l’histoire des Jeux olympiques. Le 24 septembre 1988 à Séoul, lors d’une finale du 100m de rêve où se côtoient notamment le Britannique Linford Christie, la superstar américaine Carl Lewis et son grand rival, le Canadien Ben Johnson, ce dernier pulvérise le record du monde en 9’’79 devant des centaines de millions de téléspectateurs incrédules.

Mais moins de 24 heures après sa remise de médaille, Johnson est testé positif aux stéroïdes et se voit retirer d’un coup son titre olympique, celui gagné un an plus tôt aux Mondiaux de Rome et les deux records du monde successifs qu’il a établi lors de ces courses.

 

La course restera au final comme «la plus sale» de l’histoire: six des huit participants seront impliqués dans des affaires de dopage au cours de leur carrière. Le scandale marque aussi un tournant pour le CIO, qui est forcé de renforcer ses contrôles.

3. Marion Jones
 

 

Etats-Unis
Sprint
7 médailles, 3 d’or et 2 de bronze aux JO de Sydney (2000) et 1 en or et 1 en argent aux Mondiaux d’Edmonton (2001)

Si Ben Johnson est passé du statut de héros à celui de paria en 24 heures, la déchéance de Marion Jones a été moins spectaculaire car beaucoup plus lente. Et pourtant, la sprinteuse américaine a perdu pas moins de sept médailles majeures, dont quatre en or.

Véritable star des JO de Sydney en 2000, où elle rentre dans l’histoire en remportant l’or au 100m, 200m et au 4x400m et le bronze au 4x100m et au saut en longueur, elle perdra sept ans plus tard ses médailles sur décision du CIO. Elle a avoué en 2007 s’être dopée aux stéroïdes.

Le scandale Balco, du nom de l’entreprise californienne qui a fourni des produits dopants à de nombreux athlètes américains entre 1988 et 2002, a également impliqué l’ancien compagnon de Jones, Tim Montgomery, qui s’est vu retirer son record du monde du 100m (9’’78 en 2002).

2. Joe Paterno
 

 

Etats-Unis
Entraîneur de football américain universitaire
111 victoires (1988-2011)

Jusqu’à 2011, Joe Paterno était une véritable légende vivante du football américain universitaire. Entraîneur des Penn State Nittany Lions pendant 45 ans, il est l’une des rares personnes à avoir intégré le College Football Hall of Fame alors qu’il était encore en activité, en 2007.

Mais à la suite d’une enquête sur les abus sexuels de son adjoint Jerry Sandusky, le FBI a découvert que Paterno a couvert ce dernier. La NCAA (l’organisme qui dirige le sport universitaire américain) a infligé en juillet 2012 les sanctions les plus sévères de son histoire à l’équipe et à Paterno. De manière posthume pour ce dernier, mort six mois plus tôt, et qui s’est vu retirer toutes ses victoires de 1998 à 2011, soit 111 sur un total de 409 au cours de sa carrière, dont six victoires en bowl, les finales universitaires.

1. Lance Armstrong
 

 

Etats-Unis
Cyclisme
7 Tour de France (1999-2005)

Sept ans après sa dernière victoire sur le Tour de France, l’UCI a donc décidé de retirer tous ses titres datant d’après août 1998 à Lance Armstrong, suivant les conclusions du rapport accablant de l’Usada, l’agence antidopage américaine, qui écrit notamment:

«Les preuves montrent, sans le moindre doute, que l’US Postal a mis en place le programme de dopage le plus perfectionné, le plus professionnel et le plus efficace jamais vu dans le sport.»

Il ne fait désormais plus de doutes que l’Américain a utilisé des moyens illicites pour gagner ses sept Tour de France consécutifs de 1999 à 2005, aidé par un système de dopage systématique et sophistiqué mis en place par son équipe autour de sa personne. Le directeur du Tour de France, Christian Prudhomme, a annoncé son intention de faire rembourser à Armstrong les trois millions d’euros gagnés grâce à ses sept victoires dans la compétition.

Greg Fleurot

http://www.slate.fr