Entends l’appel


On se plaint des coûts de la vie, de l’autobus manqué, des problèmes avec internet ou l’ordinateur … d’avoir mal dormi, mais ailleurs .. la réalité de leur vie est pourtant bien pire
Nuage

Entends l’appel

 

Entends l’appel, les cris, les hurlements
Près de toi où à l’autre bout du monde
Abandonner dans leur isolement
Que la mort vient chercher à chaque seconde
De la soif, de la faim
De ces ventres qui gargouillent
De la peur de demain
De ces gorges qui bredouillent
De ces terres desséchées
De ces rivières taries
De ces arbres écorchés
De toutes ces eaux pourries

Entends ce bruit de tonnerre, de douleur
Près de toi où à l’autre bout du monde
Abandonner à ce jour au malheur
Que la mort vient chercher à chaque seconde
Par la hache, balles, et bombes
De ces corps décharnés
Un sol, une hécatombe
Des ces gens internés
Ne reste que murmures
Sous l’emblème du silence
Ne reste que des morsures
D’une vie en pénitence

Qu’à tu fais pour modifier mon destin
Pendant que tu dors, moi j’ai toujours peur
Pendant que tu manges, moi j’ai toujours faim
Pendant que tu ries, moi je suis en pleurs
Tout mon sang que je perds
Œuvre de ton ignorance
Tu préfères le pervers
Augmentant ma souffrance
Quelle est donc ta justice ?
De me laisser mourir
Dans tous tes maléfices
Pour toi, je dois souffrir

Alors sur ma tombe ne viens plus pleurer
Pour te redonner bonne conscience
A mon âme, ne reviens pas m’implorer
Le pardon de ton insouciance

Rachel Hubert (Nuage) Saïd
12 Février 2004