Un gaz mortel s’échappait de la porte des Enfers


La porte de l’enfer en Turquie a servi de sacrifice pour Pluton, le roi de l’enfer dans l’Antiquité. A cet endroit les prêtres sacrifiaient des animaux en les assommant sans pour autant être incommodé par les émanations mortelles du dioxyde de carbone. D’ailleurs, les oiseaux et insectes en meurent s’ils passent dans les parages
Nuage

 

Un gaz mortel s’échappait de la porte des Enfers

Hiérapolis

Ruines de l’ancienne Hiérapolis, dans l’actuelle Turquie.

CRÉDITS: ALEXEI DANICHEV/ RIA NOVOSTI/AFP

Par Bernadette Arnaud le 21.02.2018 à 16h52

Des émanations toxiques de dioxyde de carbone ont été mesurées dans le temple romain de Pluton, dieu des Enfers, à Hiérapolis (Turquie). Dans l’Antiquité, elles avaient servi à sacrifier des animaux lors de rites mystérieux.

Enfer et radiations ! À Hiérapolis, près de Pamukkale en Turquie, le Plutonium, sanctuaire romain dédié à Pluton, roi des Enfers, n’était pas pavé de bonnes intentions… mais plutôt d’ossements d’animaux ! Des bêtes  sacrifiées à la plus redoutée des divinités par un procédé mystérieux. Il y a 2200 ans, les fidèles, installés sur des gradins de pierre, pouvaient assister à un étrange spectacle. Quand les animaux escortés par des prêtres approchaient de  » l’entrée des Enfers « , une petite porte de pierre, les animaux mouraient d’un coup, sans le moindre contact, tandis que les officiants ressortaient indemnes… Par quel miracle ? À l’instar de Pline l’Ancien qui avait évoqué ce prodige, le géographe grec Strabon (65 avant J.-C.-25 après J.-C.), était persuadé que c’est parce qu’ils étaient castrés que les prêtres eunuques* du culte local de Cybèle échappaient à la mort (lire ci-dessous). La vérité, est bien plus prosaïque.

Prise de mesures sur l’ancien site du Plutonium de Hiérapolis, en Turquie. Crédits: Hardy Pfanz

Profitant d’un phénomène naturel rare, les Romains avaient en fait dressé ces temples sur des failles géologiques dégageant du dioxyde de carbone CO2. Un nuage concentré de dioxyde de carbone asphyxiait tous ceux qui inhalaient le gaz. Une équipe de recherche dirigée par le volcanologue Hardy Pfanz, de l’université de Duisburg-Essen en Allemagne, s’est rendue sur le site de Hiérapolis pour analyser le potentiel meurtrier de l’antique Plutonium mis au jour en 2011. Dans un article publié dans la revue Archaeological and Anthropological Sciences, les scientifiques expliquent de quelle façon, à l’aide d’un analyseur de gaz portatif, ils ont mesuré la teneur des gaz s’échappant de la « porte des enfers ». Dans le temple de Pluton et la petite grotte située au-dessous (où les concentrations de CO2 très élevées continuent de tuer oiseaux, insectes et petits mammifères), ces relevés géochimiques ont surtout permis d’établir que les concentrations de gaz censées refléter le souffle hadéen (d’Hadès, nom grec de Pluton), évoluaient en fonction des heures de la journée.

Petites victimes actuelles des émanations de dioxyde de carbone, à proximité de l’ancien sanctuaire du Plutonium de Hiéropolis. Crédits: Hardy Pfanz

Dans cette région de Turquie à la sismicité très active, la fissure profonde située sous le Plutonium émet en continu du dioxyde de carbone sous la forme d’un brouillard. Si dans la journée, la chaleur de l’astre solaire dissipe les gaz, la nuit, et à l’aube, le CO2 plus lourd que l’air forme une nappe flottant au-dessus du sol, d’une quarantaine de centimètres d’épaisseur. Sa densité suffirait à tuer un être humain, selon les spécialistes.

« Les prêtres eunuques ont probablement fait leurs sacrifices le matin ou le soir, quand la concentration de gaz était la plus élevée », estiment les experts.

Grâce à leur haute taille, en se protégeant le nez, ou en interrompant momentanément leur respiration, les prêtres se soustrayaient aux inhalations toxiques, à l’inverse des animaux (parmi lesquels des bœufs), asphyxiés en quelques minutes. Un pouvoir que l’assistance  devait attribuer aux puissances surnaturelles chtoniennes.

Prêtres de Cybèle

Cybèle entre deux lions. Crédits: Jean Bernard/AFP

La pratique de la castration a existé en Europe dès l’Antiquité chez les Grecs et les Romains. Aux époques les plus anciennes, elle concernait essentiellement le domaine religieux et les cultes dits à mystères, comme celui de la déesse phrygienne Cybèle. Pour entrer au service de la déesse, les corybantes, prêtres également appelés “galles” ou “galli”, pratiquaient des rituels d’auto-castration, dits sanguinaria.

https://www.sciencesetavenir.fr

Enfer ou Paradis


Ce n’est pas d’être aveugle devant la misère du monde et les injustices, mais c’est une reconnaissance que nous sommes des privilégiés d’avoir ce que nous avons
Nuage

 

 

Enfer ou Paradis

 

 » C’est notre façon de voir les choses qui fait du monde un enfer ou un paradis.  »

— Emerson

Créer l’enfer sur Terre pour punir les criminel


Pour les crimes de meurtre, de crime odieux,  je serais plus pour la peine de mort que donner l’impression a un détenu de vivre 1000 ans. Faire un enfer sur terre pour les détenus avec une sensation que le temps ne s’arrête jamais, me parait aussi pire que le crime lui-même
Nuage

 

Créer l’enfer sur Terre pour punir les criminel

Condamner un criminel à 1000 ans de prison dans un enfer artificiel pourrait bientôt être une réalité. Des scientifiques mettent au point des technologies pour prolonger la vie et ainsi retirer le seul espoir de délivrance des pires criminels qui réside dans la mort.

Si le paradis sur Terre existe déjà pour certains, l’enfer pourrait bientôt devenir une concrète réalité. Des scientifiques de la prestigieuse université d’Oxford cherchent actuellement des moyens de prolonger la vie pour faire payer la réelle peine des pires criminels.

« Certains crimes sont si mauvais qu’ils exigent une très longue période de peine dont beaucoup de gens semblent en sortir par la mort » explique le Dr Roache.

 La douce délivrance d’une fin d’existence pour « échapper » à la sanction pourrait être définitivement retirée aux criminels qui seraient alors maintenus en vie indéfiniment dans un état conforme à leur crime.

Le Dr Roache affirme ne pas être loin de mettre au point une pilule aux substances psychoactives qui faussent le sens du temps des gens, les criminels pourraient ainsi avoir l’impression de purger une peine de 1000 ans. Si l’opération présente des risques pour la santé du patient, la distorsion du temps est également envisagée. Cette technique, déjà utilisée pour les interrogatoires, exposent les gens à la lumière constante et opère de brusques variations de luminosité de sorte que rapidement ils perdent la notion du temps. A l’autre bout du monde, en Chine, le métro de Pékin est d’ores est déjà considéré comme un véritable enfer sur Terre.

http://www.meltybuzz.fr/

Lettres incurvées


Quelle tristesse de voir des familles qui enfants et parents s’émerveillaient et qu’avec les années de fausses vérités, des mensonges se sont installées pour brisé les liens
Nuage

Lettres incurvées

Isolé dans mon coin
Excédé de ma vie
Je mets enfin les points
Aux i de mes envies

Les majuscules tombent
Puis très vite faiblissent
Dans la noirceur des tombes
Avec tous leurs complices

Lettres trop incurvées
Telle l’ove des vieux
Qui après la corvée
Sont expulsé des lieux

Voyant les belles images
Mourir une après l’autre
Ou devenir mirages
Pour l’encens des apôtres

Ces mots sont-ils en cire ?
Liquéfiés goutte à goutte
Sur les flammes de mon ire
Embrasant tous les doutes

Où bois dans la fournaise
D’abus qui les crépitent
Futée cette foutaise
Pour laquelle on s’excite 

Ces outils d’atelier
Soufflés par les déluges
Rives sur les mortiers
Les dictons se transfugent

Les lettres qui jadis
Fleuraient une beauté
Des fleurs du paradis
En faisant sursauter

Au sein de ma cité
Les tisons de l’enfer
N’ont pu phagocyter
De ce qui est amer

Le A, un vieux tréteau
Que le temps a rouillé
Le T, tel un marteau
Que les mains ont souillé

Ces lettres ne sonnent plus
Au ciel de ma famille
Dans leur chut absolu
Las, mon âme vacille

Devenu plaie béante
Plus virulente au cœur
Pourtant chercher l’entente
Pour unifier en chœur

Mais ces liens trop rigides
Ont trituré les veines
De mes passions candides
Qui meurent sous les peines

Rachel Hubert (Nuage) Saïd
7 Juillet 2005