Les mots


Les mots prennent forme quand elles sont dites ou écrites. Ce sont ces mots qui font réagir les gens.
Nuage

 

Les mots

 

 

“Mais les mots sont des objets, et une simple goutte d’encre Tombant telle la rosée, sur une pensée, produit Ce qui fera réfléchir des milliers, voire des millions.”

George Gordon, Lord Byron

Tatouage : des nanoparticules atteignent les ganglions lymphatiques


Généralement, quand une personne se fait tatouer chez un professionnel, c’est éviter les contaminations avec le matériels employés, que les aiguilles sont stérilisées. Sauf que personne s’informe des produits chimiques dans l’encre, et même s’il faut d’autres études pour voir ou peut aller la toxicité de ses encres dans la peau, à mon avis, on devrait y penser plusieurs fois avec de se faire tatouer
Nuage

 

Tatouage : des nanoparticules atteignent les ganglions lymphatiques

 

Depuis les 30 dernières années, le nombre de salons de tatouage a explosé dans les grandes villes canadiennes, dont Montréal. Photo : iStock

Certains produits qui composent l’encre des tatouages se déplacent à l’intérieur du corps sous forme de nanoparticules et atteignent même les ganglions lymphatiques, montre pour la première fois une étude allemande.

Un texte d’Alain Labelle


Ainsi, des impuretés toxiques et des pigments organiques et inorganiques présents dans l’encre voyagent dans le corps à la suite d’un tatouage.

Les auteurs de ces travaux, qui ont utilisé l’Installation européenne de rayonnement synchrotron (ESRF) pour en arriver à cette constatation, ont également réussi à caractériser des pigments ex vivo dans les tissus tatoués.

La composition chimique en question

Lorsqu’une personne décide de se faire tatouer, elle est particulièrement soucieuse des conditions d’hygiènes du salon de tatouage qu’elle choisit. Par exemple, elle porte une grande attention à la stérilisation des aiguilles utilisées.

Ces personnes ne s’intéressent pas à la composition chimique des couleurs, mais nos travaux montrent qu’elles devraient s’y intéresser. Hiram Castillo, ESRF

Selon les chercheurs, on sait peu de choses sur les impuretés potentielles retrouvées dans les mélanges de couleurs utilisés lors des tatouages.

La plupart des encres contiennent des pigments organiques, mais également des préservatifs et des contaminants comme du nickel, du chrome, du manganèse ou du cobalt.

Outre le noir de carbone, le deuxième ingrédient à être couramment utilisé dans les encres de tatouage est le dioxyde de titane (TiO2), un pigment blanc utilisé habituellement pour créer certaines nuances lorsqu’il est mélangé avec des colorants.

Un long processus de cicatrisation, une élévation de la peau et des démangeaisons sont souvent associés aux tatouages blancs et, par conséquent, à l’utilisation de TiO2.

Le TiO2 est également couramment utilisé dans les additifs alimentaires, les écrans solaires et les peintures.

Grâce au ESRF, les chercheurs ont réussi à obtenir une image très claire de l’emplacement du dioxyde de titane une fois qu’il est dans le tissu.

Jusqu’à aujourd’hui, les dangers qui résultent potentiellement des tatouages ont été étudiés par l’analyse chimique des encres et de leurs produits de dégradation in vitro.

De micro à nano

Les chercheurs savaient déjà que les pigments des tatouages voyageaient jusqu’aux ganglions lymphatiques, puisque ces derniers sont teintés des couleurs utilisées lors des tatouages.

Ce qu’ils apprennent avec ces travaux, c’est que les pigments s’y rendent sous forme nano, ce qui implique qu’ils peuvent ne pas présenter les mêmes comportements que les particules à l’échelle micro.

Et le problème, c’est que nous ne savons pas comment les nanoparticules réagissent. Bernhard Hesse, Institut fédéral allemand d’évaluation des risques

De plus, des mesures de fluorescence par rayons X ont permis aux chercheurs de localiser le dioxyde de titane à l’échelle micro et nano dans la peau et dans l’environnement lymphatique. Ils ont ainsi détecté une large gamme de particules allant jusqu’à plusieurs micromètres dans la peau humaine, mais seules des nanoparticules ont été transportées vers les ganglions lymphatiques.

Cette réalité peut conduire à l’élargissement chronique des ganglions lymphatiques et à une exposition permanente.

Les scientifiques ont également utilisé une technique particulière (spectroscopie infrarouge à transformée de Fourier) pour évaluer les changements biomoléculaires dans les tissus à proximité des particules de tatouage.

Dans leur conclusion, ils constatent la migration et le dépôt à long terme d’éléments toxiques et de pigments de tatouage ainsi que des altérations de biomolécules qui peuvent parfois être liées à des problèmes cutanés.

La prochaine étape est d’étudier un plus large échantillon de personnes qui ont des réactions néfastes au tatouage afin de trouver un lien entre les propriétés chimiques et structurelles des pigments utilisés pour créer des tatouages.

Le détail de ces travaux est publié dans les Scientific Reports.

Le saviez-vous?

Au Québec, une enquête menée dans une école secondaire de l’Outaouais a montré que 8 % des élèves arboraient un tatouage permanent. (Centre d’expertise et de référence en santé publique)

http://ici.radio-canada.ca/

Votre tatouage fait peut-être partie des tendances que dénoncent les tatoueurs


Pour ceux qui aiment les tatouages, sachez que certains tatoueurs détestent certains choix, Peut-être y penser plusieurs jours avant de faire un choix décisif
Nuage

 

Votre tatouage fait peut-être partie des tendances que dénoncent les tatoueurs

 

Par Baptiste Erondel

 

De nombreux tatoueurs sont actuellement en train de révéler les dessins qu’ils ne supportent plus sur Reddit.

Certains dénoncent le mauvais goût de clients pour notre plus grand bonheur.

L’encre blanche

Que répond un tatoueur lorsqu’on lui demande son avis sur les tatouages à l’encre blanche sous forme de mandala au-dessus du pied?

« Ils sont vraiment agaçants. Ils ne restent visibles que très peu de temps. Je connais pas mal d’artistes qui refusent de les faire », écrit un tatoueur.

Les signes asiatiques insignifiants

Un autre artiste dénonce, lui, la prétendue spiritualité des signes asiatiques.

« Les phrases profondes (et incorrectement traduites) en écriture asiatique pour leur caractère mystique et naturel. Il y a également les symboles hindous sans avoir la moindre idée de ce qu’ils signifient exactement, mais juste parce que ça fait spirituel », a écrit un membre de la communauté Reddit.

Un artiste asiatique témoigne de sa consternation sur le sujet.

« Les gens écrivent une combinaison de mots dénués de sens. J’ai vu une fille avec marqué ‘La vie est un citron’ dans le dos. J’ai également vu un homme avec des caractères chinois. Il pensait que ça signifiait ‘rebelle’, mais il était écrit ‘tortue' ».

L’attrape-rêve à plumes

Un artiste a, quant à lui, une idée précise du tatouage insupportable.

« Les symboles de l’infini cachés dans une plume, puis cette plume se transforme en oiseau, et ces oiseaux deviennent des graines de pissenlits. Le tout forme un attrape-rêve »

Les clients indécis

Un conseil, lorsque vous vous rendez chez le tatoueur pour vous faire graver un petit dessin, n’y allez pas sur un coup de tête en lui demandant de choisir pour vous. Un artiste a écrit les situations cocasses et énervantes.

« M**** JE NE SUIS PAS DEVIN. Vous devez nous dire et nous montrer votre tatouage idiot que vous garderez pour le reste de l’éternité », a-t-il écrit.

http://quebec.huffingtonpost.ca/

Deux chatons teints au marqueur, sauvés in extremis


Tout laisse supposer que ce ne sont pas des enfants qui ont fait le coup, mais bien des plus grands qui ont conscience de leurs gestes. Heureusement, pour ses chatons, ils ont pu être pris en charge et soigné pour partir du bon pied (d’une bonne patte)
Nuage

 

Deux chatons teints au marqueur, sauvés in extremis

 

Lundi, deux petits chats teints à l’encre indélébile ont été découverts par des policiers du West Yorkshire (Angleterre). Déposés en urgence au sein d’un refuge, leurs jours ne semblent plus comptés…

L’histoire de Smurf, chaton californien de 7 semaines teint en violet et ayant servi de jouet à mâcher pour chien, vous avait déjà choqué. Mais lundi dernier, la cruauté a monté d’encore un cran. En effet, les forces de l’Ordre britanniques – dépêchées sur place pour venir en aide à un animal en détresse dans une maison du coin – ont découvert non pas un mais deux chatons âgés de 4 ou 5 semaines… teints au marqueur indélébile pour d’obscures raisons, a rapporté laBBC. En danger de mort en raison du poison que peut constituer l’encre pour eux, ils ont immédiatement été déposés au sein de la Bradford Cat Watch Rescue(BCWR).

«Nous avons fait face a énormément de situations mais ça, c’est une première», a par ailleurs livré une des bénévoles sur son compte Facebook.

Smurf chaton sauvé

Shrek chaton sauvé

Shrek chaton sauvé

Aidés d’un centre vétérinaire antipoison, les membres de l’association se sont alors empressés de baigner les baptisés Shrek et Smurf pour tenter de leu renlever un maximum d’encre.

Smurf chaton sauvé

Shrek chaton sauvé

Smurf chaton sauvé

Shrek chaton sauvé

Smurf chaton sauvé

SHrek chaton sauvé

Hors de danger, ils sont aujourd’hui chouchoutés par le refuge. Et si les raisons d’une telle cruauté subie demeurent inconnues, ils seront proposés à l’adoption dès qu’ils seront remis sur pattes.

Smurf shrek chatons sauvés

En attendant, il est toujours possible de les aider – eux et leurs tristes petits camarades – en faisant des dons à l’association qui s’occupe de les choyer

Par Deborah Koslowski

Crédits photo : Facebook – Katie Jane

http://wamiz.com/

Peintre d’intérieur malgré lui, ce chien a fait un «travail» remarquable !


À retenir, ne jamais laisser de l’encre à la porter d’un chien quand il est laissé seul à la maison
Nuage

 

Peintre d’intérieur malgré lui, ce chien a fait un «travail» remarquable !

 

husky bêtise peinture pattes

 

Décorateur d’intérieur dans l’âme, c’est en trois heures temps que ce chien a réussi l’exploit de refaire – à son goût – le «home sweet home» de ses humains…

«On laisse pas Bébé dans un coin !» Si les maîtres de cet adorable Husky s’était un peu plus inspiré de Dirty Dancing, nul doute qu’ils y auraient d’ailleurs réfléchi à deux fois. Et pour cause, partis sans lui quelques heures – trois précisément comme ils l’ont avoué sur le réseau social Imgur – ils ont fait les frais du talent artistique (indéniable) de leur fidèle toutou.

Ne trouvant visiblement pas la décoration de ses humains à son goût (oui, ça arrive parfois) et s’ennuyant (très probablement), celui-ci a en effet profité de leur absence pour faire une grosse «jolie» bêtise.

husky bêtise peinture pattes

C’est à coup d’encre de Chine noire, «100% bio et non-toxique autant pour les humains que pour les chiens», que l’animal a refait TOUT l’intérieur de sa maison.

husky bêtise peinture pattes

husky bêtise peinture pattes

husky bêtise peinture pattes

husky bêtise peinture pattes

Une terrible œuvre d’art que le talentueux toutou n’a d’ailleurs pas manqué de signer de sa patte… directement sur le lit de ses maîtres.

husky bêtise peinture pattes

Une petite surprise qui n’aurait peut-être pas eu lieu si les propriétaires de ce peintre d’un soir n’avaient pas laissé seul leur Husky, chien réputé pour avoir besoin d’exercice !

Par Deborah Koslowski

Crédits photo : Imgur – mydicknmybutt

http://wamiz.com/

Le Saviez-Vous ► Économiser des millions de dollars en changeant de police d’impression


Si vous devez imprimez beaucoup de documents, sachez choisir la bonne police d’écriture pour faire de grosses économies en encre
Nuage

 

Économiser des millions de dollars en changeant de police d’impression

Un américain de 14 ans a réalisé qu’écrire en « Garamond » permettrait à son district scolaire d’économiser 20.000 dollars. A l’échelle de l’État fédéral, les économies pourraient atteindre 370 millions de dollars par an.

L’idée est on ne peut plus simple mais il fallait y penser! Et c’est un jeune américain de 14 ans qui a insufflé son idée à l’État américain… Suvir Mirchandani, un élève du collège Dorseyville à Pittsburgh aux États-Unis s’est en effet penché sur un moyen de faire faire des économies à son établissement tout en étant plus respectueux de l’environnement.

Il s’est alors rapidement intéressé à la consommation d’encre lors d’impressions de documents. Il a passé les grandes polices d’écriture en revue afin de détecter celle qui consommait le moins d’encre.

«Même si les dépenses d’impression ont été diminuées ces dernières années, elles continuent d’être élevées et une petite baisse dans ce type de dépenses, notamment grâce à un changement de police, pourrait entraîner des économies considérables», expliquent Suvir Mirchandani et son enseignant Peter Pinko.

Le collégien précise que «l’encre est deux fois plus chère qu’un parfum français pour la même quantité».

CNN a vérifié: un petit flacon de Chanel No. 5 coûte 38 dollars, là où la même quantité d’encre Hewlett-Packard coûte 75 dollars…

Après une étude scrupuleuse, il s’est rendu compte que la police la moins gourmande en encre est Garamond. L’étudiant s’est en effet concentré sur les lettres e, t, a, o et r, les lettres les plus courantes en anglais. Puis, grâce à un logiciel spécifique, il a mesuré la quantité d’encre consommée pour chacune de ces lettres en comparant les polices Garamond, Times New Roman, Century Gothic et Comic Sans.

Suite à ce travail de fourmi, l’adolescent a constaté que l’utilisation de la police Garamond réduirait la consommation d’encre de son collège de 24 %, ce qui représenterait une économie de 21.000 dollars par an pour l’établissement. Encouragé par ses professeurs, Suvir Mirchandani a publié les résultats de ses recherches dans la revue scientifique, Journal for Emerging Investigators (JEI), une publication crée par un groupe d’étudiants d’Harvard.

L’une des fondatrices de la revue a invité le jeune homme à appliquer sa méthode à plus grande échelle: à l’État fédéral lui-même! Ainsi, avec une dépense annuelle de 1,8 milliard de dollars, la théorie de Suvir Mirchandani permettrait de diminuer les frais de 30 % par an.

En ajoutant les gouvernements d’Etats, 234 millions de dollars supplémentaires seraient économisé. Au final, l’idée de Suvir pourrait donc faire économiser 370 millions de dollars (270 millions d’euros) à l’administration américaine chaque année. En attendant que l’État se décide, le jeune prodige recommande aux ménages de mettre eux aussi son idée en application pour réaliser des économies.

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/

Un nouveau tatouage? Attention aux infections


Ceux qui veulent se faire tatouer devraient d’abord être avisé des risques et de choisir un salon de tatouage qualifié alors, oublier les copains qui ont un attirail maison. Mais, encore là, rien n’est garanti, car l’encre elle-même semble être responsable d’infections du a une contamination lors de sa fabrication.
Nuage

 

Un nouveau tatouage? Attention aux infections

Il est bien connu qu’une hygiène irréprochable est nécessaire lors d’un tatouage et que le salon doit être choisi avec soin. En effet, des pratiques inadéquates telles que la réutilisation des aiguilles souillées ou le non-usage de gants jetables peuvent favoriser la transmission de nombreuses maladies dont certaines peuvent être très difficiles à traiter. C’est pourquoi des normes de sécurité ont été mises en place au Canada et que les salons de tatouage doivent être inspectés une fois par année.

Or, des éclosions répétées d’infections rares associées à de l’encre contaminée sont survenues aux États-Unis au cours des derniers mois. Après une enquête à laquelle tant les autorités locales que fédérales ont participé, ces dernières ont conclu que plusieurs éclosions avaient eu lieu à la grandeur du pays impliquant différentes marques d’encre et différentes espèces de bactéries, notamment des mycobactéries.

Lors des éclosions précédentes, on avait attribué la contamination à l’eau utilisée par les tatoueurs pour diluer l’encre. Les infections qui se sont déclarées cette année laissent néanmoins croire que l’encre aurait été était contaminée avant même sa distribution, soit au cours de sa fabrication.

Comme elles sont difficiles à diagnostiquer et à traiter, il est important que les clients et les professionnels du tatouage soient plus conscients du risque d’infection à mycobactérie afin d’en reconnaître les symptômes, et donc de les traiter, rapidement.

Le symptôme le plus courant d’une telle infection est l’apparition de papules rouges uniquement là où l’encre a été appliquée. L’ennui, c’est que d’autres problèmes comme une réaction allergique peuvent produire les mêmes symptômes. Se débarrasser d’une mycobactérie n’est pas aisé, car le diagnostic approprié nécessite souvent une biopsie de la peau et une culture spéciale qui peut prendre jusqu’à six semaines. Le traitement consiste à prendre des antibiotiques, mais encore faut-il avoir un diagnostic approprié pour sélectionner celui qui sera efficace.

Même en faisant faire leur tatouage dans un salon appliquant des standards d’hygiène très élevés, les personnes qui se font tatouées doivent savoir qu’il y aura toujours un risque d’infection, notamment si l’encre a été contaminée durant sa fabrication. Ces personnes devraient consulter un médecin rapidement si elles développent des lésions persistantes formées de papules rouges ou de taches rougeâtres diffuses, surtout si elles sont dans le tatouage.

http://www.familiprix.com