Des hôpitaux nigérians emprisonnent les femmes incapables de payer leurs frais de maternité


Nos soins de santé ne sont pas parfaits, mais jamais un hopital nous emprisonnerait dans une aile sans soin, sans sortir et bien d’autres sévices. C’est ce que des femmes vivent au Nigeria après avoir accouché et que les choses se compliquent et ne peuvent payer les soins apportés. C’est vraiment affreux que ces femmes soient maltraitées de la sorte
Nuage

 

Des hôpitaux nigérians emprisonnent les femmes incapables de payer leurs frais de maternité

 

Folake Oduyoye est morte en décembre 2014, après un mois et demi de détention à l'hôpital de Lagos. | Daan Stevens via Unsplash

Folake Oduyoye est morte en décembre 2014, après un mois et demi de détention à l’hôpital de Lagos. | Daan Stevens via Unsplash

Repéré par Audrey Renault

On estime que chaque année, plusieurs milliers de personnes sont ainsi détenues au Nigeria.

En décembre 2014, Folake Oduyoye est morte à l’hôpital universitaire de Lagos, la plus grande ville du Nigeria. Hospitalisée en août pour accoucher de son quatrième enfant, cette créatrice de mode avait subi une infection à la suite d’une césarienne, l’obligeant à une longue convalescence dont les frais s’élevaient à 1,4 million de naira (environ 3.500 euros). Une somme impossible à régler pour elle et son mari Adeyemi Oduyoye, comme le révèle un article de Emma Bryce et Wana Udobang pour Broadly.

Sans garanties de paiement, l’équipe soignante s’est transformée en geôliers, conduisant la jeune femme dans une aile de l’hôpital surveillée par des gardes, réservée à ces patientes précaires. Selon son mari, Folake Oduyoye y fut détenue un mois et treize jours, avec interdiction de sortir de la salle ou de recevoir des soins. Elle meurt le 13 décembre d’une pneumonie contractée sur place.

L’hôpital, dirigé par l’État, a toujours nié en bloc ces accusations, mais la WARDC, une organisation d’avocates engagées dans la lutte contre les violences faites aux femmes, se bat depuis bientôt cinq ans pour faire reconnaître la responsabilité de l’État nigérian dans cette affaire. Sans succès pour le moment puisque, en 2018, la cour fédérale nigériane l’a classée sans suite pour vice de procédure. Un signe, pour la WARDC et la famille de la victime, que l’État ne souhaite pas que ce drame fasse jurisprudence, afin d’éviter d’autres procès.

Un phénomène global

Car il ne s’agit pas d’un cas isolé. Au Nigeria, ces détentions illégales sont difficiles à chiffrer sans données officielles, mais Onyema Afulukwe, représentante du Centre des droits reproductifs (CRR), les estime à plusieurs milliers de cas par an. La détention hospitalière est d’ailleurs un phénomène global qui touche particulièrement les pays en voie de développement comme certains pays asiatiques ou subsahariens.

Comme l’expliquent Emma Bryce et Wana Udobang, détenir les malades précaires est un moyen pour des hôpitaux sans budget de récupérer les frais avancés en forçant les proches de la personne détenue à venir payer la note en échange de sa libération. Une pratique qui concerne particulièrement les femmes enceintes puisque l’accouchement peut engendrer plusieurs complications graves comme une césarienne ou une hémorragie post-partum.

Au Nigeria, la mortalité maternelle tue chaque année plus de 40.000 femmes.

«L’opinion publique au Nigeria pense que si une femme meurt en accouchant, c’est que Dieu l’a voulu. Mais Dieu n’a rien à voir là-dedans, c’est dû à une négligence de quelqu’un», explique Emmanuela Azu, représentante de la WARDC qui, lors d’une mission d’infiltration dans des hôpitaux suspectés de détentions illégales, déclare avoir observé des conditions d’emprisonnement insuportables.

«Les femmes ne pouvaient pas voir la lumière du jour, dormaient par terre et ne recevaient aucune nourriture, déclare-t-elle. À de nombreux niveaux, ces conditions d’incarcération étaient semblables à de la torture.»

http://www.slate.fr/

80 journalistes ont été tués en 2018


La profession journaliste n’est pas de tout repos et ni sans risque. Une hausse de journalistes mort et dont plus de la moitié est carrément sont assassiné encore cette année. Beaucoup ont été emprisonnées, ou pris en otage et d’autres sont disparus.
Nuage

 

80 journalistes ont été tués en 2018

 

The Associated PressLe meurtre du journaliste Jamal Khashoggi a été l’un des plus médiatisés en 2018.

Après trois années de baisse, les violences contre les journalistes sont reparties à la hausse en 2018, avec 80 journalistes tués à travers le monde, selon le bilan annuel de Reporters sans frontières (RSF) publié mardi.

L’an dernier, 65 journalistes avaient été tués pour avoir exercé leur mission d’information.

Parmi les victimes cette année, 63 journalistes professionnels, soit une hausse de 15%, 13 journalistes non professionnels (contre 7 l’an dernier) et 4 collaborateurs de médias, souligne l’ONG basée à Paris, déplorant une violence «inédite» contre les journalistes.

Au total, plus de 700 journalistes professionnels ont été tués ces dix dernières années, selon RSF.

Plus de la moitié des journalistes tués ont été «sciemment visés et assassinés», à l’instar de l’éditorialiste saoudien Jamal Khashoggi, assassiné au consulat d’Arabie saoudite à Istanbul le 2 octobre, et du journaliste slovaque Jan Kuciak tué le 21 février.

«La haine contre les journalistes proférée, voire revendiquée, par des leaders politiques, religieux ou des businessmen sans scrupules a des conséquences dramatiques sur le terrain et se traduit par une hausse inquiétante des violations à l’égard des journalistes», déplore Christophe Deloire, secrétaire général de RSF.

«Démultipliés par les réseaux sociaux, qui portent à cet égard une lourde responsabilité, ces sentiments haineux légitiment ces violences et affaiblissent, un peu plus chaque jour, le journalisme et, avec lui, la démocratie», s’inquiète-t-il, cité dans un communiqué.

Les victimes sont majoritairement des hommes (77) travaillant localement (75 journalistes locaux).

C’est l’Afghanistan qui a été le pays le plus meurtrier pour les journalistes cette année avec 15 journalistes tués, détrônant la Syrie qui occupait cette place depuis 2012 et reste deuxième pays le plus dangereux avec 11 journalistes tués.

Le 30 avril, un double attentat à Kaboul a tué neuf journalistes, parmi lesquels le photographe de l’AFP Shah Marai Fezi et des reporters de Radio Free Europe et Tolo News. Cet attentat est le plus important commis contre des journalistes depuis le massacre de Maguindanao en 2009 aux Philippines, dans lequel au moins 32 journalistes avaient été tués.

Autre fait notable pour RSF, près de la moitié des journalistes se sont fait tuer dans des pays en paix, comme le Mexique (9 journalistes assassinés, 3e pays le plus dangereux), l’Inde (6 morts) et les Etats-Unis (6 morts) qui font leur entrée dans ce sombre palmarès après la fusillade sanglante contre la rédaction du Capitol Gazette.

Par ailleurs, le nombre de journalistes détenus dans le monde est lui aussi en hausse, souligne RSF: 348 contre 326 en 2017 (+7%), une augmentation qui concerne particulièrement les journalistes non professionnels.

Cinq pays détiennent à eux seuls plus de la moitié des journalistes emprisonnés: l’Iran, l’Arabie saoudite, l’Égypte, la Turquie et la Chine, plus grande prison de journalistes du monde avec 60 journalistes détenus, dont les trois quarts sont des non-professionnels.

«Avec le durcissement de la réglementation concernant internet, ces journalistes sont emprisonnés, dans des conditions souvent inhumaines, pour un simple post ou un billet d’information sur les réseaux sociaux ou une messagerie privée», regrette l’ONG.

Le nombre d’otages a lui aussi augmenté de 11% avec 60 journalistes captifs à ce jour contre 54 l’an dernier. Cinquante-neuf d’entre eux sont retenus au Moyen-Orient (Syrie, Irak et Yémen). Parmi eux, six sont des étrangers.

Enfin, RSF a enregistré trois nouveaux cas de journalistes disparus au cours de l’année, deux en Amérique latine et un en Russie. RSF considère qu’un journaliste est porté disparu lorsqu’il n’y a pas suffisamment d’éléments pour déterminer s’il a été victime d’un homicide ou d’un enlèvement, et qu’aucune revendication crédible n’a été diffusée.

http://journalmetro.com/

Un braconnier américain condamné à visionner "Bambi"


Une sentence unique. Un braconnier qui chassait la nuit des cervidés que pour la tête doit faire un an de prison. Une peine bien légère,  mais il doit regarder Bambi une fois par mois, pendant son incarcération. Cela sera t-il suffisant pour le dissuader de continuer a tuer des animaux pour rien ?
Nuage

 

Un braconnier américain condamné à visionner « Bambi »

© anp.

Un juge de l’Etat américain du Missouri a condamné un braconnier multirécidiviste à visionner régulièrement « Bambi », grand classique de Walt Disney relatant la vie d’un faon dont la mère est tuée par un chasseur.

David Berry devra obligatoirement regarder le long-métrage d’animation au moins une fois par mois durant sa peine d’un an de prison, infligée à l’issue d’une enquête officiellement qualifiée comme « l’une des plus importantes menées dans l’Etat en matière de braconnage ».Berry et d’autres membres de sa famille sont suspectés d’avoir tué des centaines de cervidés sur une période de trois ans, ont indiqué dans un communiqué du 13 décembre les services de protection de la nature du Missouri.

« Les cervidés étaient des trophées mâles tués de façon illégale, principalement la nuit, pour leur tête, le reste de la dépouille étant abandonné sur place », a expliqué le procureur du comté de Lawrence, Don Trotter.

Le braconnier condamné « est dans l’obligation de regarder Bambi de Walt Disney, le premier visionnage devant intervenir avant le 23 décembre 2018, puis être suivi d’au moins un autre visionnage lors de chacun des mois consécutifs de l’incarcération du prévenu », a imposé dans sa décision le magistrat Robert George, cité par le journal Springfield News-Leader.

https://www.7sur7.be/7s7/fr

Il dénonce la pollution dans son pays: sept ans de prison


C’est vraiment dramatique de protester avec raison contre un pollueur est accusé en 2016, de fuite toxique qui a tuer des tonnes de poissons et d’être emprisonné pour cause de propagande contre le parti communiste. Si une personne est arrêtée pour manifester, elle risque la mort. Cela n’a aucun bon sens. Pire, la compagnie a payé une amende et peut continuer ses opérations
Nuage

 

Il dénonce la pollution dans son pays: sept ans de prison

 

Au cœur des dénonciations du jeune homme, arrêté début 2017: le scandale Formosa. Cette entreprise taïwanaise a été accusée d’être à l’origine d’une fuite de produits toxiques ayant causé la mort en avril 2016 de tonnes de poissons, et d’être responsable de la destruction des moyens de subsistance des pêcheurs dans le centre du pays. © reuters.

VIETNAM Un internaute dénonçant les problèmes environnementaux au Vietnam, notamment une importante pollution marine par un groupe taïwanais en 2016, a été condamné à sept ans de prison lundi, dernier tour de vis en date du régime communiste.

Nguyen Van Hoa, âgé de 22 ans, a été jugé coupable de « diffusion de propagande contre l’Etat socialiste » (article 88 du code pénal), a confirmé à l’AFP un responsable du tribunal de Ha Tinh, dans le centre du pays.

« Propagande réactionnaire contre l’Etat »

Bao Ha Tinh, le journal régional en ligne, contrôlé par l’Etat comme tous les médias au Vietnam communiste, précise que sont reprochés au jeune homme des « articles, vidéos et images avec des contenus négatifs sur sa page Facebook… diffusant une propagande réactionnaire contre le parti et la politique de l’Etat ».

Au cœur des dénonciations du jeune homme, arrêté début 2017: le scandale Formosa. Cette entreprise taïwanaise a été accusée d’être à l’origine d’une fuite de produits toxiques ayant causé la mort en avril 2016 de tonnes de poissons, et d’être responsable de la destruction des moyens de subsistance des pêcheurs dans le centre du pays.

La compagnie a été condamnée à payer une amende de 500 millions de dollars, mais les manifestations de colère se sont poursuivies. Les autorités ont réprimé les manifestations et arrêté les meneurs.

Une Vietnamienne risque la peine de mort

Même un an plus tard, les arrestations et poursuites contre ceux qui ont osé dénoncer ce scandale se poursuivent.

Le 19 octobre, une Vietnamienne a ainsi été arrêtée après avoir participé à une de ces manifestations anti-Formosa en 2016 et risque la peine de mort pour tentative de « renversement » du régime.

Seulement condamnée à payer une amende, la société Formosa a reçu le feu vert pour reprendre les opérations d’aménagement du site sidérurgique.

Au moins 15 opposants ont été arrêtés depuis janvier au Vietnam, selon Amnesty International. Plusieurs lourdes peines de prison ont également été prononcées.

Au Vietnam, les opposants sont fréquemment emprisonnés mais l’arrivée de nouveaux dirigeants l’an passé a encore durci la chasse aux voix discordantes.

© afp.

http://www.7sur7.be

Les violeurs ne pourront plus épouser leur victime en Jordanie


En changeant cette loi stupide qui permettait au violeur de marier sa victime pour éviter l’emprisonnement est une bonne chose, mais le problème est encore plus profond, car des femmes sont souvent tuées après un viol par leur proche a cause d’un crime d’honneur, alors qu’elle devrait être prise en charge pour surmonter cette épreuve ignoble. Et le violeur ? La justice est trop souvent clémente envers eux
Nuage

 

Les violeurs ne pourront plus épouser leur victime en Jordanie

 

© thinkstock.

Un article de loi controversé autorisant l’auteur d’un viol à épouser sa victime pour échapper à la prison a été aboli mardi par le Parlement jordanien, a rapporté l’agence de presse officielle Petra.

« Les députés ont convenu d’annuler l’article controversé 308 (du code pénal), qui permettait au violeur d’épouser sa victime pour échapper au châtiment », a indiqué Petra.

Cette mesure a été prise dans le cadre du projet d’amendement de la loi pénale 2017 adopté par le Parlement.

Le Premier ministre Hani Mulqi a affirmé « l’engagement du gouvernement quant à l’annulation de l’article 308 pour consolider la protection de la famille jordanienne ».

Dans ce pays connu pour ses crimes « d’honneur », les violeurs pouvaient jusqu’ici éviter d’aller derrière les barreaux s’ils acceptaient d’épouser leur victime, en vertu de l’article 308 du code pénal. La victime se trouvait ainsi contrainte de se marier avec son bourreau.

En Jordanie, des femmes sont tuées par chaque année par des proches qui invoquent des raisons d’« honneur » de la famille après des relations sexuelles avant ou hors mariage, selon les autorités. Les meurtriers dans ce genre d’affaires risquent la peine de mort, mais les tribunaux font souvent preuve de clémence.

http://www.7sur7.be

Le Saviez-Vous ► 10 horribles moyens de torture toujours utilisés aujourd’hui


Les tortures ont malheureusement toujours existé et certaines d’entre elles sont toujours pratiquées
Nuage

 

10 horribles moyens de torture toujours utilisés aujourd’hui

 

torture dans les films

Lorsque que l’on évoque les moyens de tortures les plus terribles, on pense quasi immédiatement aux appareils de torture médiévaux, réputés pour être particulièrement sadiques. Vous seriez pourtant surpris de découvrir quels sont les moyens de torture encore couramment utilisés à travers le monde aujourd’hui. On vous propose un petit tour d’horizon de ces techniques.

Attention, certaines méthodes sont particulièrement choquantes !

Comme vous le constaterez, on est bien loin des méthodes de torture de la CIA impliquant la diffusion de morceaux des Red Hot Chili Peppers et des tortures par chatouillements.

Sans plus attendre, découvrez ces 10 moyens de torture toujours utilisés aujourd’hui.

10 – Le Banc du Tigre

10 moyens torture actuels banc du tigre

Les autorités chinoises se montrent particulièrement dures avec les pratiquants du Falun Gong, une sorte de discipline spirituelle qui refait parler d’elle depuis 1992. Les adeptes du Falun Gong sont sévèrement punis. L’un des principaux moyens de torture utilisé à leur encontre est un dispositif communément appelé « Le Banc du Tigre ».

La victime est placée sur un long banc et est maintenue en position assise par un dossier qui maintient son dos droit. Elle est attachée grâce à plusieurs sangles et ses genoux sont fermement maintenus. Des objets durs comme des briques ou de moellons sont placés sous ses jambes et chevilles et les surélèvent. Plus le temps passe et plus les membres inférieurs de la victime se disloquent.

En 2002, une chinoise a été enlevée à quelques pas de sa maison. Durant deux jours et une nuit, elle a été torturée sur le banc du tigre tout en étant battue et électrocutée. A la fin de ces deux jours de torture, les os de ses jambes étaient apparents. Elle a aussi été pendue nue, a eu les yeux brûlées par des cigarettes et les oreilles transpercées par de petites broches. Elle est finalement décédée en 2007 alors qu’elle était toujours en détention.

* Falun Gong ou Falun Dafa est une discipline spirituelle introduite initialement en Chine en 1992 à travers des conférences publiques données par son fondateur, Li Hongzhi. Elle combine la pratique de la méditation et d’exercices aux mouvements lents avec le suivi d’une philosophie morale. …

http://fr.wikipedia.org/wiki/Falun_Gong

9 – Le « Confinement de l’Enfer » ou Di Lao

10 moyens torture actuels confinement de l'enfer

Décidément la pratique du Falun Gong est sévèrement réprimée en Chine. Il existe cependant un moyen de torture encore pire que celui du banc du tigre : le Confinement de l’Enfer ou Di Lao. Ce dispositif de torture comprend une paire de menottes ainsi qu’une paire de chaines fixées aux chevilles de la pauvre victime. Les deux étant reliées par une tige d’acier. Les pressions de la tige sur le dos de la victime rendent le moindre de ses mouvements extrêmement douloureux. Il lui est presque impossible de marcher, de s’asseoir, d’utiliser les toilettes ou même de se nourrir.

Une femme chinoise du nom de Zhu Hang a connu l’horreur de cette pratique particulièrement cruelle. Après avoir été arrêtée alors qu’elle participait à un exercice de Falun Gong dans un parc, elle a été emmenée dans un lieu inconnu et torturée grâce à la méthode du Confinement de l’Enfer. Durant sept jours, elle n’a pu se nourrir, s’asseoir ou même dormir. Elle a même été forcée de déféquer sur elle. Elle a finalement été libérée après une semaine de supplices.

La plus horrible des maisons hantées

8 – Le Téléphone de Tucker

10 moyens torture actuels telephone de tucker

Durant les années 1960, le dernier endroit ou un condamné souhaitait être envoyé été surement la Prison d’État de Tucker dans l’Arkansas. A cette époque, les médecins de cette prison ont mis en place un dispositif de torture destiné à « corriger » les détenus les plus indisciplinés, connu sous le nom tristement célèbre de « Téléphone de Tucker ». Un fil était attaché au gros orteil du détenu, l’autre était relié à ses bijoux de famille. Ce téléphone un peu particulier était bien sur modifié pour pouvoir envoyer des décharges électriques.

Parfois la torture était prolongée, et le personnel de la prison parlait alors d’un « appel longue distance ». En d’autres termes, le condamné pouvait s’attendre à recevoir des décharges électriques prolongées. Heureusement, cette terrible pratique a finalement été interdite aux États-Unis durant les années 1970.

7 – L’Estrapade

10 moyens torture actuels estrapade

L’estrapade est une technique de torture qui a été très souvent utilisée durant la Renaissance. Ce moyen de torture a même connu un regain de popularité au cours du 20 ème siècle. Aussi appelée « Pendaison Palestinienne », cette forme de torture est particulièrement odieuse.

 La victime est suspendue par les bras qui sont fixés derrière sa tête. Attachés de cette manière, les bras tendent lentement à s’arracher au niveau des épaules. Cela est évidemment du au poids du corps de la victime et à la position dans laquelle elle se trouve.Lorsque la victime est fatiguée et qu’elle ne peut plus se tenir sur ses jambes, son corps tombe alors vers l’avant ce qui l’empêche de respirer correctement.

L’une des des dernières victimes connues de cette pratique était Mandel Al-Jamadi en 2003. L’homme a été arrêté car il était accusé d’avoir tenté de fabriquer des explosifs et envoyé à Abou Ghraib où il est mort au cours de séances de torture.

6 – La Cellule Froide

10 moyens torture actuels cellule froide

La CIA est autorisée à utiliser 6 techniques d’interrogatoire. L’une d’elle est particulièrement éprouvante et s’apparente clairement à de la torture. La cellule froide est qualifiée de « technique d’interrogatoire renforcée ». Le prisonnier est en fait placé face à un diffuseur d’air conditionné durant des heures, des jours voire mêmes des années. Une technique similaire a aussi été utilisée en 1961 dans le pénitencier de Parchman situé dans l’État du Mississippi. Le personnel avait aspergé les détenus en utilisant des lances à incendie puis avait fait tourner le système de climatisation à plein régime durant 3 jours.

Vhuen Van Tai est probablement la victime la plus notable. Tai était le plus haut gradé Vietcong capturé durant la guerre du Vietnam. Lorsque la CIA a entrepris de l’interroger, l’homme a été placé dans une minuscule pièce blanche sans fenêtre. Durant quatre années, Tai a subi le supplice de la Cellule Froide.

5 – Le Shuanggui

10 moyens torture actuels shuanggui

Le Shuanggui est un centre de détention mis en place par le parti communiste qui l’utilise pour punir les personnes soupçonnées de corruption. Ce type de centre est surtout réputé pour les tortures pratiquées en son sein. Un chef mécanicien travaillant au service de l’Etat nommé Yu Qiyi et âgé de 42 ans a été torturé dans un Shuanggui durant 38 jours. Chaque jour, il était plongé à plusieurs reprises et de manière prolongée dans de l’eau glacée jusqu’à ce qu’il soit finalement déclaré mort. Après sa mort de nombreuses photographies de son corps ont circulé. Sur celles-ci on pouvait voir que l’homme avait aussi été battu. Il n’y actuellement toujours aucune preuve formelle de sa culpabilité.

Malheureusement le cas de Yu Qiyi n’est pas un cas isolé. Beaucoup de personnes ont été torturées dans un Shuanggui durant de longues périodes. Parmi les tortures pratiquées, on peut citer la privation de sommeil, la noyade simulée (on plaque une serviette sur le visage du torturé puis on verse de l’eau sur celle-ci) ou réelle, les électrocutions, les coups et les brûlures.

4 – La Chaise Allemande

10 moyens torture actuels chaise allemande

La Syrie est en état de guerre civile depuis un long moment maintenant, et qui dit guerre civile dit aussi torture. L’une des formes de torture la plus souvent utilisée par le gouvernement syrien pour punir les rebelles est probablement la Chaise Allemande. Lorsqu’un détenu est capturé, il est placé sur une chaise en métal. Ses bras et ses jambes sont fermement attachés tandis que le dos de la chaise est basculé vers l’arrière. La pression exercée sur la colonne vertébrale de la victime est énorme, et les dommages causés sont évidemment irréversibles. Cette torture s’achève parfois lorsque la colonne vertébrale se brise.

Joseph Hallit a connu l’horreur de la Chaise Allemande. En 1992, les force syriennes le capturent alors qu’il vient d’obtenir un diplôme de médecine à l’Université de Damas. Durant 4 ans, il est réduit à l’isolement et torturé. Après avoir subi ce terrible supplice, il a affirmé que sa chair avait été arrachée si profondément qu’il pouvait voir ses propres nerfs à vif. L’homme souffre encore aujourd’hui et de larges cicatrices consécutives à l’écartèlement subi sont toujours visibles.

3 – Le Chat à Neuf Queues

10 moyens torture actuels chat neuf queues

Le Chat à Neuf Queues est un instrument de torture particulièrement horrible. Composé d’un manche de bois de 30 à 40 cm de long auquel sont fixées neuf cordes ou lanières de cuir d’une longueur qui varie de 40 à 60 cm dont chaque extrémité mobile se termine par un nœud parfois doté d´une griffe en métal. Les pirates notamment s’en servaient pour punir. Le marin qui allait être fouetté devait lui-même faire les nœuds. Un chat à neuf queues ne servait qu’une seule fois car les cordes ensanglantées transmettaient des infections.

On estime que l’utilisation d’un tel objet remonte au temps de l’Égypte Ancienne. Il est toujours utilisé aujourd’hui comme une forme de châtiment à Trinité-et-Tobago, malgré le fait que la Cour des Droits de l’Homme américaine ait ordonné au pays de verser 50.000 dollars à un violeur qui avait été fouetté à l’aide de ce dispositif.

2 – La Chambre de Torture Syrienne

10 moyens torture actuels chambre torture syrienne

Ce type de torture n’a pas vraiment d’appellation officielle. Cette technique est couramment utilisée par le gouvernement syrien. Le prisonnier est en fait enfermé dans une sorte de boite bien trop exiguë pour qu’il puisse s’y installer de manière supportable. Il est donc placé dans une position particulièrement inconfortable durant de longues périodes tout en ayant les pieds et poings liés. Pour rendre la torture encore plus invivable, la boite est inclinée de sorte à ce que tous les aliments qui sont jetés à la victime terminent leur course au fond de la boite sans que celle-ci ne puisse jamais les atteindre.

Pour beaucoup de syriens, il s’agit probablement de la forme définitive de torture. Un homme prénommé Jolan a d’ailleurs été maintenu dans ce type de boite durant une semaine, puis finalement transféré dans une chambre minuscule dans laquelle il ne pouvait se tenir debout. Il a finalement terminé son supplice en étant électrocuté plusieurs fois jour.

1 – La Torture Blanche

10 moyens torture actuels torture blanche

Voici une torture particulièrement malsaine, il s’ait d’ailleurs peut être de la pire forme de torture puisque celle-ci n’est pas seulement physique mais aussi psychologique. La personne n’est pas battue, électrocutée, ou enfermée dans une boite minuscule, mais elle est maintenu dans un état d’isolement particulièrement extrême. Pour faire simple celle-ci est quasiment privée de ses 5 sens.

Amir Abbas Fakhravar dit être la première personne a avoir été torturée de la sorte par le gouvernement iranien.Les cellules n’ont pas de fenêtres, et leurs murs adoptent une couleur blanche aveuglante. Les repas servis sont composés exclusivement de riz blanc servi sur une feuille de papier blanc. Lorsque le prisonnier souhaite se rendre aux toilettes, il doit glisser une feuille de papier sous la porte de la cellule afin que les gardiens le sachent, puisque ceux-ci portes des chaussures conçues pour étouffer les bruits. Fakhravar n’avait le droit de parler à personne. Un journaliste nommé Ebrahim Nabavi a quant à lui affirmé que ce type de torture était bien le pire qui existait. Des années après sa libération, il a dit ne jamais pouvoir être « libre » à la suite de tels traitements. La torture blanche est donc une forme de torture particulièrement éprouvante mentalement qui laisse des séquelles irréversibles et enferme le sujet dans une forme de psychose profonde.

http://www.tuxboard.com/

Les hommes qui tuent leur conjointe écopent de peines plus légères


Au Canada : Est-ce que la Justice  faite par des hommes pour des hommes est vrai en cas de meurtre quand l’homme a une relation intime avec la victime ? Tu parles d’une justice, ils ont des peines plus légères, et pourtant cette personne proche d’eux n’auront pas eu gain de cause comme si elle aurait été une étrangère pour lui
Nuage

 

Les hommes qui tuent leur conjointe écopent de peines plus légères

 

PC  |  Par Colin Perkel,

TORONTO _ Les hommes qui tuent leur conjointe sont plus nombreux à être condamnés que ceux qui assassinent des personnes étrangères, mais ils reçoivent généralement des peines plus légères, selon une nouvelle étude.

La recherche, qui a été publiée dans « Current Sociology », a découvert que les hommes qui tuent leur épouse, leur petite amie ou une autre femme faisant partie de leur famille écopaient de peines d’emprisonnement plus courtes que ceux qui s’en prenaient à des inconnues.

En fait, d’après l’étude, les hommes qui assassinent des femmes qu’ils connaissent sont traités de façon plus indulgente par le système judiciaire, et ce, à toutes les étapes du processus. Par exemple, ils font moins souvent face à des accusations de meurtre au premier degré.

L’auteure de la recherche, Myrna Dawson, professeure adjointe en sociologie à l’Université de Guelph, a baptisé ce phénomène la « réduction pour cause d’intimité ».

Selon Mme Dawson, cela pourrait vouloir dire que les femmes tuées par leur conjoint sont encore vues comme un bien appartenant à ce dernier et que, pour cette raison, ce type de féminicide serait considéré moins grave que les autres.

Autre explication possible: le meurtre d’une conjointe ou d’une proche est habituellement perçu comme un « crime passionnel » ou un acte provoqué par la victime.

« En dépit de la prédominance de ces croyances, les stéréotypes qui en découlent ont encore été très peu examinés », a déclaré la chercheuse en entrevue avec La Presse Canadienne.

« Certaines études préliminaires ont montré que la préméditation ou l’intention était en fait beaucoup plus fréquente dans les cas où les hommes assassinent leur conjointe. »

La recherche a également découvert que les hommes qui tuent leur conjointe étaient trois fois plus nombreux à être inculpés que ceux qui assassinent des étrangères.

Lorsque le crime concerne un proche, il est généralement plus facile de le résoudre et de traduire le coupable en justice, laisse entendre l’étude. Les peines plus légères pourraient donc s’expliquer par des accusations moins graves en échange d’un plaidoyer de culpabilité.

« Déterminer si c’est le processus entourant le plaidoyer ou les stéréotypes communs qui sont à l’origine de cette relation (entre condamnation et peine) est la prochaine étape de ma démarche, une étape sur laquelle je travaille déjà », a conclu Myrna Dawson.

http://quebec.huffingtonpost.ca/