Une pharmacienne instaure un système de pots de pilules réutilisables


Ce ne sont pas tous les contenant de médicaments qui sont recyclables. Ceux qui n’ont pas de chiffres ou porte le chiffre 6 vont à la poubelle, le reste est recyclable. Pour ma part, c’est justement une question que je me posais il y a quelques mois. Pourquoi on ne réutilisaient pas ces contenants … Une pharmacienne a décidé de changer les choses en offrant des contenants réutilisables pour ceux qui veulent baisser leur empreinte environnementale.

Nuage


Une pharmacienne instaure un système de pots de pilules réutilisables


Selon la pharmacienne Sarah Fizazi, chaque année, ce sont des centaines de millions de fioles...

SMARTSTOCK VIA GETTY IMAGESSelon la pharmacienne Sarah Fizazi, chaque année, ce sont des centaines de millions de fioles en plastique à usage unique qui sont utilisées, seulement au Canada.

Inspirée par la détermination de la militante suédoise Greta Thunberg, Sarah Fizazi a pris conscience dans les derniers mois qu’elle avait le pouvoir de réduire l’empreinte environnementale de son commerce.

  • Par Camille Laurin-Desjardins

Au lendemain de la marche mondiale pour le climat, qui a attiré des centaines de milliers de personnes dans les rues de Montréal, vendredi, nombreux sont ceux qui se sont demandé: «et maintenant?». Une pharmacienne de Montréal a décidé qu’elle n’attendait plus. Et elle espère que son initiative de contenants de médicaments réutilisables, baptisée «La fiole verte», fera des petits.

«J’ai toujours eu l’impression que ça me dépassait, [les enjeux environnementaux,] que je ne pouvais rien faire, étant donné que je ne fais pas partie du gouvernement», admet Sarah Fizazi.

Inspirée par la détermination de la militante suédoise Greta Thunberg, la pharmacienne a pris conscience dans les derniers mois qu’elle avait le pouvoir de réduire l’empreinte environnementale de son commerce en réduisant le nombre de contenants de pilules qui se retrouvent dans les poubelles. Selon elle, chaque année, ce sont des centaines de millions de fioles en plastique à usage unique qui sont utilisées en pharmacie, seulement au Canada. 

 Des contenants en verre réutilisables

À partir de là, ses objectifs sont devenus clairs: réduire de manière draconienne ce nombre de contenants, et diminuer au maximum la quantité de plastique dans les pots qu’elle mettrait en circulation. La pharmacienne et mère de famille a donc lancé des recherches pour trouver le matériau le plus durable et le moins nocif pour les médicaments qu’il doit contenir

.

La pharmacienne Sarah Fizazi offrira à ses clients de leur remettre leurs médicaments dans des contenants...

COURTOISIE/SARAH FIZAZILa pharmacienne Sarah Fizazi offrira à ses clients de leur remettre leurs médicaments dans des contenants réutilisables en verre.

Après plusieurs mois de recherche sur le type de contenant qui pourrait être réutilisé le plus grand nombre de fois, Sarah Fizazi a conclu que le verre était le matériau le plus fiable pour la santé de ses patients et pour l’environnement.

Elle ajoute aussi avoir pris connaissances de données scientifiques qui concluaient que la plupart des produits en plastique, même ceux sans BPA, pouvaient dégager «certains composés à activité estrogénique», ce qui l’a inquiétée.

Certaines sortes de médicaments (plus rares) devront toutefois continuer d’être distribués dans des contenants de plastique, pour des raisons chimiques. .

Le projet, qui verra officiellement le jour le 9 octobre à la pharmacie Sarah Fizazi, située dans Rosemont–La-Petite-Patrie, fonctionnera selon la volonté des clients. Ceux qui souhaiteront adhérer à cette nouvelle façon de faire se verront remettre deux ensembles de contenants réutilisables. Ils devront s’engager à les nettoyer selon un procédé particulier (stériliser les pots dans l’eau bouillante) avant de les rapporter à la pharmacie. Rien de compliqué, assure la pharmacienne. Et si le second ensemble est rapporté à l’avance, on peut même continuer de faire renouveler nos médicaments en ligne, si on a l’habitude de le faire. 

L’autre condition importante, c’est que la personne garde toujours les mêmes pots, pour des raisons de salubrité. 

«On vient de commencer à l’annoncer à la pharmacie, et on a déjà des réactions très positives», assure-t-elle.

https://quebec.huffingtonpost.ca/

Comment mourir écolo?


Les funérailles sont un commerces florissants et pour attirer une clientèle, ils usent de stratégie pour séduire leurs futurs clients. Avoir un enterrement écolo, je suis pour a 100 % mais je suis contre qu’on jouent avec les sentiments, des peines des gens pour faire plus d’argent
Nuage

 

Comment mourir écolo?

 

Les cercueils écologiques en carton de la société AB crémation, à Nîmes.

Les cercueils écologiques en carton de la société AB crémation, à Nîmes. STEVENS FREDERIC/SIPA

SOCIETE – Crémations vertes ou cimetières forestiers, les funérailles aussi peuvent être écolos…

 

Après avoir passé sa vie à réduire son empreinte environnementale, la dernière volonté d’un écolo sera sans doute de partir sans laisser de traces. Pour répondre à une demande croissante, les cimetières et les pompes funèbres rivalisent d’imagination pour proposer des obsèques vertes. Petit tour d’horizon des méthodes écolos pour que le dernier souffle ne soit pas aussi celui de la planète.

Bien choisir son cercueil

Le choix du cercueil est crucial pour réussir son enterrement écolo: en bois trop massif, il mettra trop longtemps à brûler dans le crématorium, et s’il n’est pas issu de forêts gérées durablement, il contribuera à réduire le couvert forestier de la planète. De plus en plus d’entreprises de pompes funèbres proposent des cercueils en bois certifié, mais certaines vont plus loin en éliminant les solvants et les colles qui peuvent polluer les sols.

La société française AB Crémation propose des cercueils en cellulose, amidon de maïs et de pomme de terre, capitonné en lin. Un petit décor, cœur en bois, épi de blé ou bâton de cannelle rend le tout un peu moins austère. Sinon, on peut aussi choisir un des très jolis modèles fleuris: Amaryllis, Fleur de pavot ou Papillon, il y en a pour tous les goûts. Pour 350 euros environ (426 $), les cercueils en carton sont biodégradables mais sont aussi écologiquement intéressants si l’on envisage une crémation: ils ne mettent qu’environ 45 minutes à brûler, contre deux heures en moyenne pour un cercueil en bois.

De la poussière à la poussière

Avant d’être recueillies dans une petite urne en carton toute simple, les cendres des défunts consomment de l’énergie. Pour ne pas la perdre, la ville de Redditch, près de Birmingham  en Angleterre, envisage de chauffer le nouveau complexe sportif grâce à la chaleur émise par le crématorium voisin. Ce qui n’empêche pas l’émission d’oxyde d’azote ou de monoxyde de carbone…

Pour éviter de polluer l’atmosphère en se transformant en poussière, une technique appelée «resomation» développée en Ecosse et en plein essor aux Etats-Unis, propose de dissoudre le corps humain dans de l’eau alcaline. Après un bain de trois heures dans une eau à environ 150°C, il ne reste plus qu’une poudre blanche et on a économisé en moyenne 85% d’énergie par rapport à une crémation traditionnelle.

Autre solution: la promession, une technique développée en Suède qui consiste à plonger le corps dans de l’azote liquide, à le refroidir à -196°C puis, une fois devenu friable, à le placer sur une table vibrante pour le réduire en petites particules.

Une dernière demeure au vert

Le choix de l’endroit où déposer son urne ou son cercueil est important. En Australie,un parc pour «enterrement naturel» a été aménagé pour les habitants de Sydney: pas de pierre tombale ni de plaque commémorative mais des cercueils en pin ou osier non traité où reposent des défunts habillés de vêtements biodégradables et équipés d’une puce reliée à un GPS pour que les familles puissent localiser l’endroit où déposer leur gerbe.

En Allemagne, c’est au cœur d’une forêt que les urnes biodégradables peuvent être déposées: dans le Friedwald près de Sarrebruck on peut louer un arbre ou partager une sépulture avec d’autres amoureux décédés de la nature. Les urnes deviennent compost et font grandir les arbres, qui portent de discrètes pancartes indiquant le nom de ceux qui reposent sous leurs racines.

Et pour ceux qui préfèrent finir en mer, une entreprise de pompes funèbres américaine propose de transformer les morts en récifs marins: le concept, baptisé «Eternal reefs» (récifs éternels), consiste à mélanger les cendres à du ciment pour former un bloc qui servira d’habitat aux mollusques, crustacés et poissons. Les vers ne seront pas jaloux: avec tous les produits chimiques que nous respirons ou consommons, les cadavres ne sont plus un mets de choix pour les asticots.

Audrey Chauvet

http://www.20minutes.fr