La nourriture du futur ne sortira plus de terre, mais d’un bioréacteur


La science-fiction nous rattrape pour contrer aux manques de ressources naturelles et alimentaires. 795 millions de personnes ont faim. Les changements climatiques risquent de créer plus de difficultés à nourrir a population mondiale. On se penche sur a viande synthétique, qui n’est pas concluant, l’élevage d’insectes que beaucoup rebutent, alors en Finlande, on s’est penché sur une nouvelle technologie qui pourrait donner une sorte de poudre protéinée avec des glucides et autres. Aurons-nous encore le plaisir de manger ? Je crois que oui, en diminuant l’espace d’agriculture, reboisant les forêts… Il y aura sûrement une contre partie avantageuse. Surtout, pour les pays en développement, peut-être que cela serait d’un grand secours. Seul l’avenir nous le dira
Nuage

 

La nourriture du futur ne sortira plus de terre, mais d’un bioréacteur

 

Repéré par Robin Panfili

Repéré sur Grub Street

Des chercheurs finlandais sont parvenus à produire une protéine avec de l’électricité, en s’affranchissant des techniques agricoles traditionnelles.

 

Chaque soir, 795 millions de personnes se couchent en ayant faim, estime l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Chaque jour un peu plus, les ressources –naturelles, alimentaires…– de notre planète sont menacées par le réchauffement climatique. Voilà un constat résolument alarmant, connu de tous, qui a poussé depuis plusieurs années des chercheurs et scientifiques à trouver des solutions –des élevages d’insectes à la viande synthétique.

La dernière en date, développée par des chercheurs finlandais, est particulièrement intéressante dans mesure où celle-ci ne demande que de l’électricité, de l’eau, du dioxyde de carbone et des microbes. Elle a été mise au point dans le cadre du Food From Electricity, un projet qui met en relation l’université de technologie Lappeenranta (Finlande) et le Centre de recherche technique de Finlande, rapporte le magazine Grub Street.


L’installation du bioréacteur / VTT-LUT

Lutter contre la faim dans le monde?

L’idée est simple: les chercheurs soumettent ces matières premières à une électrolyse dans un bioréacteur afin d’obtenir, en bout de chaîne, une poudre composée à 50% de protéines et 25% de glucides. Le reste? Des graisses ou des acides nucléiques. Encore mieux, soulignent les chercheurs, la texture de la poudre peut même être modifiée en fonction des microbes utilisés dans la préparation de l’opération.

Pour autant, il n’y a pas de quoi sauter au plafond en terme de variété culinaire, ajoute le magazine. Pour le moment, un bioréacteur de la taille d’une tasse de café nécessite environ deux semaines pour produire un gramme de protéine. Juha-Pekka Pitkänen, principal auteur de l’étude, estime à dix ans la durée de perfectionnement et de distribution au grand public du dispositif. Mais le jeu en vaut la chandelle: grâce à un tel système automatisé, il serait possible de libérer les aires terrestres sollicitées pour l’agriculture et de les mettre à contribution pour des projets de reforestation, par exemple.

Si le dispositif est conçu de manière à pouvoir être déplacé facilement, des bioréacteurs pourraient alors être envoyés dans des zones particulièrement touchées par la famine. Car l’objectif est double: offrir une source d’alimentation nutritive financièrement accessible à des personnes vivant dans des zones où il est difficile de cultiver quoi que ce soit, et contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre liées à l’élevage intensif d’animaux et aux cultures nécessaires pour les nourrir.

http://www.slate.fr/

11 erreurs d’installation dont on n’arrive pas à croire qu’elles sont involontaires


On fait appel a des professionnels pour des travaux de menuiserie, électricités et autres. Pourtant, il arrive qu’on se demande s’ils ont vraiment mérité leurs diplômes ou leurs certifications, car il y a des réalisations qui sont vraiment dangereuses
Nuage

 

11 erreurs d’installation dont on n’arrive pas à croire qu’elles sont involontaires

 

1. Un petit peu dangereux, non? Et mystérieux…

10

Imgur – yayifoundausername

2. Pourquoi? Comment? Beaucoup de questions se posent en découvrant ce chef d’œuvre d’ingénierie…

5

Reddit – Oioiado

3. Vous connaissez beaucoup de gens qui utiliseraient le second WC si quelqu’un est déjà installé sur le premier?

9

Reddit – Prettehkitteh

4. S’il y a le feu, ça ne va vraiment pas être simple d’accéder au contenu

4

Imgur – KyleberryLin

5. Mesurer la distance avec les murs devrait quand même être la base avant d’installer un ventilateur.

2

Imgur – Maelman

6. Une séparation qui n’a vraiment aucun sens

11

Reddit – Figbucket

7. Mais qui a installé ce panneau ‘Sortie’?

3

Reddit – Jonsi_na

8. Super pour les voleurs. Par contre, si on veut fermer on fait comment?

8

Imgur

9. Là, j’avoue que ça me stresserait vraiment beaucoup…

6

Imgur

10. Faut être fort pour se tromper de sens en montant une poignée!

7

Reddit – Henryhendrixx

11. C’est peut-être pratique pour nettoyer le bord du lavabo mais sinon ça reste un échec cuisant!

1

Imgur

http://incroyable.co/

Le chercheur qui veut réaliser la première greffe de tête aime vraiment beaucoup Frankenstein


Si le « scientifique » qui veut transplanter une tête sur un autre corps à eu l’idée en lisant le roman de Mary Shelley que tous connait le personnage principale : Frankenstein, on peut être inquiet pour le volontaire qui se prêtera à cette opération
Nuage

 

Le chercheur qui veut réaliser la première greffe de tête aime vraiment beaucoup Frankenstein

 

L'acteur Boris Karloff en Frankenstein (1931).

L’acteur Boris Karloff en Frankenstein (1931).

Repéré par Jean-Marie Pottier

Repéré sur Business Insider

L’Italien Sergio Canavero affirme que le roman de Mary Shelley, qui fêtera son bicentenaire l’an prochain, l’a convaincu de l’importance de l’électricité dans son projet.

Le scientifique qui promet de réaliser la première transplantation de tête de l’histoire aime beaucoup Frankenstein. Interviewé par Business Insider, le chercheur italien Sergio Canavero explique que le roman classique de Mary Shelley, qui fêtera son deux centième anniversaire en 1818, l’a convaincu de l’opportunité de son idée:

«Je suis intéressé par l’extension de la vie, et l’idée de briser le mur entre la vie et la mort.»

Et non seulement de son opportunité, mais aussi d’un élément concret indispensable: l’électricité. Car, selon un autre chercheur interrogé par Business Insider –qui juge par ailleurs le projet de Canavero irréaliste– des impulsions électriques seront indispensables pour raccorder des segments de moëlle épinière.

«L’électricité a le pouvoir d’accélérer la recroissance, explique l’Italien. Bing bang bong, vous avez la solution.»

Ces dernières années, Canavero a affirmé avoir réussi la fusion de deux moëlles épinières différentes chez la souris ou la greffe d’une tête de singe sur le corps d’un autre singe, et a expliqué qu’il voulait réaliser une première expérience sur un humain en Chine avant la fin de l’année 2017.

Il a par ailleurs été régulièrement qualifié de «Dr Frankenstein de l’époque moderne» par une presse et une communauté scientifique largement sceptiques, voire effrayées, de ses annonces. Dans une publication effectuée en 2016, lui-même parlait d’«effet Frankenstein» en racontant comment, au début du XIXe siècle, un savant italien avait pratiqué une stimulation électrique sur des cadavres décapités. En se revendiquant du roman de Mary Shelley et de son héros qui finit par échapper à son créateur, essaie-t-il de retourner le stigmate? Il rappelle en tout cas l’actualité de ce «Prométhée moderne», comme le soulignait le quotidien suisse Le Temps l’an dernier:

«Deux cents ans près son écriture, les questionnements du livre paraissent aujourd’hui plus modernes que jamais. Les biotechnologies, la transplantation ou encore l’intelligence artificielle ont à ce point progressé qu’elles nous permettent de générer de nouvelles formes de vie, de modifier les caractéristiques humaines ou encore de les reproduire avec des machines.»

http://www.slate.fr

Trucs Express ► 12 super astuces pour garder sa maison au frais sans climatisation


Après avoir passé un hiver plein de neige, un printemps décevant, on profite de l’été quand les belles journées s’annoncent. Bien entendu, profiter de l’été est une chose, il faut quand même se protéger des journées plus chaudes sans augmenter la facture d’électricité en se rafraichissant
Nuage

 

12 super astuces pour garder sa maison au frais sans climatisation

HuffPost  |  Par Samantha Toscano

 

En période estivale, on est forcément tenté de pousser la clim’ à fond ou de passer la journée devant son ventilateur. Mais il y a d’autres manières de rester au frais. En fait, il existe des tas de moyens de protéger sa maison de la chaleur sans faire exploser sa facture d’électricité. En plus, vous aurez l’impression d’être un-e as du bricolage!

1. Laisser les volets fermés

Ça peut paraître tout bête mais, d’après le magazine Family Handyman, jusqu’à 30% de l’excès de chaleur vient de nos fenêtres. Les stores, rideaux et autres permettent d’économiser jusqu’à 7% d’électricité et de faire baisser la température intérieure de presque 10°C. En d’autres termes, en fermant vos volets, vous éviterez de faire de votre maison une véritable serre, surtout si vos fenêtres donnent à l’ouest ou au sud.

window

2. Savoir quand ouvrir et fermer ses portes

Aux périodes les plus chaudes de la journée, fermer des pièces empêche l’air frais de s’y répandre. Il est aussi important de tirer parti de la fraîcheur de la nuit en laissant l’air circuler naturellement dans la maison.

3. Bricoler un système au lieu de mettre la clim’

Même la clim’ ne peut reproduire la délicieuse impression de petit vent marin. Mais cette astuce toute simple, si! Remplissez un saladier de glaçons (ou placez-y quelque chose de très froid, comme un pain de glace) et posez-le de biais devant un grand ventilateur pour que l’air souffle sur la glace, produisant une température glaciale et une impression d’humidité. Croyez-nous, le résultat est miraculeux.

4. Opter pour des draps d’été

Changer son linge de lit en fonction de la saison donne un nouveau look à une chambre, mais c’est aussi une solution très efficace pour éviter d’avoir trop chaud. Si les draps en flanelle et les couvertures polaires sont merveilleusement isolants, on leur préférera le coton, qui garde la fraîcheur et laisse respirer la peau en cette période de l’année. Au passage, payez-vous un ou deux oreillers en sarrasin. Même tassées dans une taie, leurs cosses laissent naturellement passer l’air et retiennent moins la chaleur du corps.

bed

5. Inverser le sens de rotation de son ventilateur de plafond

Vous l’ignorez peut-être, mais un ventilateur de plafond se règle en fonction de la saison. L’été, en tournant à plus haute vitesse dans le sens contraire des aiguilles d’une montre, il crée un courant d’air glacial qui donne l’impression d’avoir moins chaud.

6. Se concentrer sur la température de son corps plus que de sa maison

Si vos ancêtres ont pu survivre sans la clim’, pourquoi pas vous? Se rafraîchir de l’intérieur peut être une très bonne idée: sirotez de délicieuses boissons fraîches ou appliquez un tissu frais sur les zones où l’on peut sentir son pouls, comme le cou ou les poignets. Autres astuces: s’habiller en fonction de la météo, et refuser les câlins de son conjoint jusqu’à ce que les arbres commencent à perdre leurs feuilles…

water bottle

7. Enclencher la ventilation dans sa salle de bains…

… ou dans la cuisine, d’ailleurs. L’une comme l’autre expulsent l’air chaud qui s’élève quand on cuisine ou qu’on prend une douche brûlante.

8. Isoler son lit de la chaleur

N’y allez pas par quatre chemins et dormez la tête calée sur un oreiller rafraîchissant. Pour vos pieds, remplissez une bouillotte et mettez-la au congélateur avant de la glisser au fond de votre lit. Et, même si ça peut sembler étrange, mouiller légèrement vos draps avant de vous coucher contribuera énormément à vous rafraîchir.

9. Laisser entrer l’air nocturne

Pendant les mois d’été, la température peut baisser pendant la nuit. Si c’est le cas dans votre région, tirez parti de ces heures de fraîcheur en entrebâillant vos fenêtres avant d’aller au lit. Vous pouvez même créer un vrai système de soufflerie en installant vos ventilateurs de façon à créer un courant traversant. Mais n’oubliez pas de refermer fenêtres et volets le matin, avant que la température ne remonte trop!

bulbs

10. Oublier les ampoules à incandescence

S’il vous fallait un encouragement pour passer aux LFC (lampes fluorescentes compactes), n’hésitez plus! Les lampes à incandescence gaspillent environ 90% de leur énergie en émissions de chaleur. Les mettre au placard permettra de rafraîchir un peu votre maison, et de faire baisser votre facture.

11. Privilégier les grillades!

C’est une évidence, mais ça va mieux en le disant: l’été, l’usage d’un four ou d’une cuisinière réchauffe une maison. Si vous avez déjà l’impression qu’il fait dans les 40°C, évitez de mettre le four à 200°C! De toute manière, qui a besoin de se faire prier pour lancer le barbecue dans le jardin?

bbq

 

http://quebec.huffingtonpost.ca

 


En regardant les «œuvres» de ces constructeurs, on peut avoir l’impression que l’utilisation du cerveau est pénible


Dans la construction, l’électricité, la plomberie, la maçonnerie … Mieux vaut avoir affaire à des gens qui connaissent leur affaire, sinon, on risque d’avoir de très mauvaises surprises
Nuage

 

En regardant les «œuvres» de ces constructeurs, on peut avoir l’impression que l’utilisation du cerveau est pénible

 

La pensée logique est la base d’une action efficace.

La construction semble être facile, car il n’est pas difficile d’empiler des briques … Mais ce n’est pas une pensée trompeuse, car l’industrie de la construction (finition) exige que les personnes qui y travaillent réfléchissent et anticipent continuellement les conséquences de leurs actions.

L’expertise en construction professionnelle n’est pas égale. Certaines équipes de construction et de réparation fonctionnent efficacement et avec précision, tandis que d’autres sont composés de maîtres d’œuvre qui ne dépassent pas au-delà de leur travail.

Bien que cette deuxième équipe de travailleurs soit moins chère, cela ne vaut pas la peine d’utiliser ses services, car ce ne sont que des économies apparentes. Il est préférable de payer immédiatement plus pour des professionnels qu’après plusieurs fois pour réparer les erreurs des amateurs.

Les erreurs faites par les constructeurs et les installateurs inaptes font iriser le poil. Certains dysfonctionnements témoignent d’une stupidité totale, ce qui effraie et montre qu’en employant une équipe de construction ou de réparation, il est toujours nécessaire de vérifier leur travail.

Sur ce site et d’autres sites, vous trouverez une série de 18 photos montrant des erreurs de construction.

Un électricien volubile

 

Escaliers à …?

 

Escaliers au paradis

 

Vert intouchable

 

Problème avec l’altitude

 

Un balcon ou un hangar?

 

La maçonnerie est un art difficile

 

Absence de logique totale lors de l’assemblage

 

Où coule cette eau?

 

Parce que la simplicité est surestimée

 

Femelle ou mâle?

 

Ce n’est pas un pompier

 

Conduire ou ne pas conduire

 

Maladie mentale

 

Assemblage principal

 

???

 

Un travail pas comme les autres

 

Nous rentrons le ventre et nous allons nous laver les mains…

 

 

http://www.estpositive.fr

Décès par électrocution dans le bain : un téléphone en charge est aussi dangereux qu’un sèche-cheveux


C’est une chose que je n’aurais jamais pensée de faire recharger mon téléphone dans une salle de bain et en plus de l’utiliser. Me semble que cela tombe sur le bon sens autant que prendre un appareil électrique branché dans le bain
Nuage

 

Décès par électrocution dans le bain : un téléphone en charge est aussi dangereux qu’un sèche-cheveux

 

En Grande-Bretagne, un homme est mort électrocuté alors qu’il utilisait son iphone en charge dans son bain, a révélé The Sun le 17 mars. Un Français de 18 ans est également décédé en janvier des suites d’une électrocution dans son bain.

Richard Bull, 32 ans, a été retrouvé sans vie dans son bain, présentant de sévères brûlures sur la poitrine, au bras et à la main. Il est mort d’une électrocution due à l’usage de son téléphone relié à une rallonge.

Le médecin légiste, qui a adressé un rapport à Apple, souhaite que les consommateurs soient avertis explicitement des risques, rapporte 20 minutes.

Un téléphone portable ou un ordinateur est a priori inoffensif à condition qu’il ne soit pas en train de charger, a précisé un expert à la BBC, relayé par Le Parisien. Il conseille de prendre toutes les précautions possibles dans une salle de bain.

« Vous êtes mouillés, ce qui conduit très bien l’électricité ; dans un bain, vous n’avez pas de vêtements pour vous protéger la peau. Vous êtes vulnérable », souligne-t-il.

En janvier, Ouest-France rapportait qu’un jeune homme de 18 ans (Puy-Notre-Dame, Maine-et-Loire) a aussi succombé aux suites d’une électrocution en utilisant son portable branché à une prise électrique pour chargement dans son bain.

http://www.psychomedia.qc.ca

«Airpocalypse»: un immense mur de smog envahit Pékin


Nous avons quelques fois des alertes de smog, surtout lors des journées froides, mais jamais aussi polluant qu’en Chine. Cela doit être difficile à vivre surtout pour les personnes à santé fragile. Cela fait réfléchir sur l’importance de préserver l’air
Nuage

 

«Airpocalypse»: un immense mur de smog envahit Pékin

«Airpocalypse»: un immense mur de smog envahit Pékin

Images captées dans un intervalle de 20 minutes, avant et après l’arrivée d’un nuage de smog sur Pékin.Photo @china_chas / Twitter

Julien Girault

En guise de bouffée d’optimisme pour entamer la nouvelle année, Pékin s’est réveillé sous un épais brouillard toxique, avec une concentration de particules nocives 20 fois supérieure aux normes internationales, après le passage d’un nouveau nuage polluant dans le pays.

Après un long épisode de pollution en décembre, la capitale chinoise était à nouveau recouverte ce 1er janvier d’une dense brume grisâtre à l’odeur âcre, qui limitait la visibilité à quelques centaines de mètres.

Perdues dans le «smog», des enseignes lumineuses en haut des gratte-ciels semblaient flotter dans le vide, tandis que certains touristes se pressant autour de la Tour du tambour – monument emblématique du vieux Pékin – arboraient des masques respiratoires, a constaté l’AFP.

Un internaute a publié dimanche sur Twitter une vidéo montrant un dense nuage de pollution roulant sur la capitale chinoise. La séquence de quelques secondes représente en réalité des images captées sur une durée de 20 minutes.

La concentration de particules de 2,5 microns de diamètre (PM 2,5) – particulièrement dangereuses car elles pénètrent profondément dans les poumons – a dépassé dimanche matin 500 microgrammes par m3, selon les relevés de l’ambassade américaine rapportés par le site aqicn.org.

Un taux très au-dessus du seuil maximal de 25 recommandé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour une exposition de 24 heures.

Cette pollution atmosphérique endémique provient principalement de la combustion du charbon utilisé pour le chauffage et la production d’électricité, dont la demande augmente durant l’hiver.

La capitale est placée depuis jeudi en «alerte orange» à la pollution, un niveau qui entraîne l’interdiction des véhicules les plus polluants et une réduction de l’activité de certaines usines.

Mais entre le 16 et le 21 décembre, Pékin – comme près d’une trentaine d’autres grandes villes du nord de la Chine -, avait été pendant six jours en «alerte rouge», le niveau d’alarme maximal.

Celui-ci, déclenché quand un très grave épisode polluant est susceptible de durer plus de 72 heures, implique des fermetures d’écoles, l’arrêt de la production industrielle, une circulation alternée, ou encore l’interruption des chantiers.

«ENVIE DE PLEURER»

De nouveau dimanche, l’exaspération des Pékinois submergeait les réseaux sociaux.

«Pourquoi donc n’ont-ils pas déclenché l’alerte rouge? Parce que cela ferait mauvais genre pour le premier jour de l’année?», s’est agacé un internaute sur la plateforme de microblogs Weibo.

«La pollution possède désormais son « hukou » (permis de résidence) à Pékin, c’est fichu, elle ne s’en ira plus», rétorquait un autre, se désolant qu’il soit impossible d’aller «en plein air» pour célébrer le nouvel an.

«Sur l’avenue Chang’an (qui longe la place Tianan’men), j’ai brûlé deux feux rouges faute de les voir, j’ai envie de pleurer, ça me mine le moral», se lamentait un autre usager.

Vingt-quatre métropoles chinoises ont de nouveau été placées vendredi et samedi en alerte rouge, dans le nord et l’est du pays, selon l’agence Chine nouvelle. Quasiment toutes en étaient sorties dimanche, selon des sites officiels, à l’exception notable de divers districts de Shijiazhuang.

Dans cette ville, capitale de la province très industrielle du Hebei, les compteurs de la pollution avaient littéralement «explosé» mi-décembre, avec une concentration de particules 2.5 dépassant les 1000 microgrammes/m3, soit… 40 fois le seuil maximal recommandé par l’OMC.

Sur d’angoissants clichés aériens pris alors, on voyait le sommet des gratte-ciel émerger péniblement d’un informe magma grisâtre.

Durant cette période, un nuage toxique de pollution s’était étendu dans le nord-est de la Chine sur une surface totale de 1,88 million de km2 (soit plus de trois fois la superficie de la France). Il avait affecté – selon Greenpeace – quelque 460 millions de personnes, soit presque la population de l’Union européenne.

Selon les prévisions météorologiques officielles, le nuage de pollution actuel devrait «se dissiper progressivement» à partir du 5 janvier à la faveur d’un courant d’air froid.

http://fr.canoe.ca/

Vous n’aimez pas votre travail ? Regardez ce que font les autres pour gagner leurs vies.


Ce n’est pas évident pour tout le monde d’aimer leur travail, et parfois difficile de trouver mieux. Cependant, il y a pire comme emploi à travers le monde. Certains aiment ce qu’ils font quand même, mais d’autres, c’est le seul moyen de survivre, malgré le maigre salaire, les mesures de sécurités inexistantes
Nuage

 

Vous n’aimez pas votre travail ? Regardez ce que font les autres pour gagner leurs vies.

Des travailleurs non qualifiés en Asie centrale.

© Masashi Mitsui

© Masashi Mitsui

Monter des câbles électriques haute tension en Chine.

© Rex

© Rex

Des marins au long cours.

© DragonPhister

© DragonPhister

Travailler dans les montagnes.

© IC

© IC

Travailler dans les mines.

© Colin

© Colin

Des marins sur un porte-avions pendant une tempête.

© LCDR Everitt

© LCDR Everitt

Nettoyer les égouts en Inde.

© Sagar Kaul

© Sagar Kaul

Un mineur au travail.

© Jonjonnotaleprechaun

© Jonjonnotaleprechaun

Extraire du pétrole.

© sumkino

© sumkino

Conducteur de camion longue-distance.

© k60.kn3.net

© k60.kn3.net

Nettoyer les vitres d’un gratte-ciel.

© Steve Fernie

© Steve Fernie

Des pompiers.

© Dark

© Dark

Un énorme engin de terrassement a besoin de réparations.

© i.redditmedia.com

© i.redditmedia.com

Et d’un nouveau pneu…

© kalina2.ru

© kalina2.ru

Voici comment le sel est conditionné en Inde.

© 1.dainteresdit.ge

© 1.dainteresdit.ge

Chercher des diamants en Afrique.

© masternews.gr

© masternews.gr

La vie sur un bateau en hiver.

© i.imgur.com

© i.imgur.com

Un emploi subalterne à Haïti.

© cs633517.vk.me

© cs633517.vk.me

L’extraction de charbon au Pakistan.

© esquire.kz

http://bridoz.com/

Truc Express ►Si vous quittez la maison plusieurs jours, placez un sou sur de la glace.


Un petit truc tout simple pour éviter des mauvaises surprises  avec la nourriture dans le congélo.
Nuage

Si vous quittez la maison plusieurs jours, placez un sou sur de la glace.

 

Que ce soit en raison d’un voyage à l’extérieur ou d’une catastrophe naturelle, on quitte parfois notre domicile pour une longue période de temps. Il arrive que durant notre absence, l’alimentation électrique soit coupée. C’est particulièrement vrai lors de désastre naturel.

Alors, comment savoir si la nourriture du congélateur est propre à la consommation ou si elle a déjà décongelé ? Voici comment…

Et tout ce dont vous aurez besoin et une pièce de 25 sous, une tasse remplie d’eau et un congélateur !

Remplissez la tasse d’eau et faites-la congeler pour l’eau devienne glace. Une fois que cela est fait, placez votre pièce de 25 sous sur la glace et remettez la tasse au congélateur.

Ainsi, quand vous rentrerez chez vous, allez voir la tasse et la pièce de monnaie. Si cette dernière est toujours sur la glace, c’est que rien n’a bougé. Mais si elle se trouve au fond de la tasse, même si la glace s’est reformée par-dessus, cela signifie que votre congélateur a cessé de fonctionner assez longtemps et que la nourriture qui s’y trouve ne doit pas être consommée.

http://www.tropcute.com/

Le Saviez-Vous ► Le changement d’heure : on avance ou on recule?


On ne veut pas que l’hiver s’installe trop vite, alors on recule l’heure en fin de semaine au Québec. En Europe, ils l’ont fait la semaine dernière. Le changement d’heure ne fait pas le bonheur de tous, mais il été instauré puis abandonné et repris pendant les guerres mondiales et abandonnées et repris pour devenir une norme dans plusieurs pays.
Nuage

 

Le changement d’heure : on avance ou on recule?

 

Un texte de Ève Christian

L’un de ces deux moments de l’année qui créent souvent la confusion est revenu. On gagne ou on perd une heure cette fois-ci?

Saviez-vous que l’un des initiateurs du changement d’heure serait Benjamin Franklin? En 1784, il lui est venu cette idée pour économiser l’énergie en rentabilisant la lumière solaire. Il a fallu attendre la fin du 19e siècle pour que cette pratique devienne officielle.

Cette idée ne plaît pas à tous

La plus forte opposition vient des agriculteurs. Si on change ainsi l’heure, leurs journées de travail sont plus longues, car ils ne peuvent pas commencer les travaux agricoles trop tôt en raison de la rosée encore bien présente au sol. Et il semble que ce ne soit pas une bonne idée de changer les habitudes de traite des vaches. Elles s’adaptent difficilement et font des montées de lait!

Une femme trait une vache pendant qu’un homme tient la bête par une corne.

Une femme trait une vache pendant qu’un homme tient la bête par une corne.   PHOTO : BANQ ROUYN-NORANDA, FONDS CANADIEN NATIONAL

Au service des guerres mondiales

C’est la Première Guerre mondiale qui donne le coup d’envoi pour avancer l’heure au printemps. L’importance d’économiser l’électricité et de bénéficier d’un surplus d’énergie pour fabriquer les munitions ou d’autres fournitures militaires a priorité sur la grogne des fermiers. Le Canada, l’Allemagne, l’Angleterre et les États-Unis avancent donc d’une heure au printemps. Mais cette pratique cause tellement de débats qu’à la fin de la guerre le gouvernement ramène tout le monde à l’heure normale.

Entre les deux guerres, c’est un peu à la va-comme-je-te-pousse. Indépendamment les unes des autres, les municipalités décident par référendum de passer à l’heure avancée durant l’été, mais elles doivent obtenir l’approbation du gouvernement. Montréal, Sherbrooke et Québec adoptent cette pratique.

Cependant, ce manque d’uniformité cause des décalages horaires entre deux villes peu éloignées l’une de l’autre : Montréal et Saint-Jérôme, dans les Laurentides, ont une différence d’une heure pendant quelques semaines en septembre 1929. En 1935, on décide de cesser ces changements d’heure personnalisés entre villes voisines.

Durant la Deuxième Guerre mondiale, l’histoire se répète en quelque sorte. En 1942, on adopte un décret instaurant l’heure avancée toute l’année dans tout le Canada, ce qui devient avantageux pour les mesures de guerre. Mais en septembre 1945, on l’abolit à nouveau.

La valse des aiguilles

Pendant les quelque 20 années qui suivent, le changement d’heure perd de l’intérêt auprès de la population et, surtout, du gouvernement. Puis, les règles changent au fil du temps.

  • En 1963 : l’heure est avancée du dernier dimanche d’avril au dernier dimanche d’octobre.
  • En 1986 : l’heure est avancée du premier dimanche d’avril au dernier dimanche d’octobre. Ces trois semaines de plus à l’heure avancée visent à économiser des milliers de barils de pétrole annuellement.

Depuis 2007 : l’heure est avancée du 2e dimanche de mars au 1er dimanche de novembre, afin de favoriser l’harmonisation des échanges économiques internationaux entre les États-Unis et le Canada.

Comme les Gaulois

Comme la Gaule devant Rome, une province canadienne résiste encore et toujours au changement d’heure : c’est la Saskatchewan qui garde la même heure toute l’année, en grande partie pour des raisons agricoles. En termes clairs, quand le Canada passe à l’heure avancée, la Saskatchewan ne bouge pas les aiguilles de ses horloges et se retrouve dans le même fuseau horaire que l’Alberta.

Une horloge

Une horloge   PHOTO : ISTOCKPHOTO

À quelle heure faut-il changer l’heure?On peut très bien ajuster montres et horloges à notre coucher, selon notre convenance, quoique de plus en plus d’appareils électriques et électroniques fassent automatiquement le changement d’heure.

Mais il est préférable de s’entendre sur un moment précis pour modifier les horloges et les réveils. Imaginez les rendez-vous manqués le dimanche matin si tout un chacun faisait ça à son goût. Donc, en 1966, on a décrété que le changement d’heure se ferait à 2 h dans la nuit du dimanche. Cela veut dire qu’à l’automne, il sera 1 h et au printemps, il sera 3 h.

En pleine nuit, il y a aussi beaucoup moins de conséquences sur la vie quotidienne. De plus, cela évite la confusion entre les jours, car si on reculait l’heure à 0 h 1 le dimanche, on se retrouverait à nouveau le samedi pendant une heure supplémentaire. Et ça, c’est problématique…

Les jumeaux nés une nuit de changement d’heure…

Supposons que des jumeaux naissent dans la nuit du samedi au premier dimanche de novembre. L’aîné naît à 23 h 58, le samedi, et le cadet, à 0 h 5, le dimanche. Si la convention du retour à l’heure normale était à 0 h 1, l’heure de naissance du cadet se retrouverait alors à 23 h 5 et celui-ci deviendra donc l’aîné! En soi, ce n’est pas si grave, sauf si ces nouveau-nés sont de familles royales. Qui héritera de la couronne?

Les acteurs et jumeaux Sullivan Sweeten et Sawyer Sweeten.

Les acteurs et jumeaux Sullivan Sweeten et Sawyer Sweeten.   PHOTO : GETTY IMAGES/KEVIN WINTER

Alors… on recule ou on avance?

Voici un truc qui vous permettra de vous en souvenir pour la vie :

  • Vous aimez la belle saison? Vous avez hâte d’arriver à l’été? Simple : en avançant l’heure au printemps, on se retrouve plus vite en été!
  • À l’opposé, si, comme bien des gens, vous haïssez l’hiver, vous aimerez ce recul d’une heure vous permettant de profiter d’un court délai supplémentaire avant que le froid s’installe!

Ou tirons profit de l’expression anglaise Spring forward, fall backward qu’on peut traduire par :

« On avance vers le printemps, on recule à l’automne! »

Une idée, comme ça

Un Américain propose une idée farfelue pour modifier le changement d’heure au printemps. Au lieu d’avancer d’une heure dans la nuit du dimanche, pourquoi ne pas reculer de 23 heures? On se retrouverait alors le samedi une deuxième fois! Ainsi, on ne « perdrait » pas une heure de sommeil. On « gagnerait » presque une journée de repos!

Mais je vous entends penser. Si on agit ainsi, les calendriers seront décalés d’une journée annuellement. Cet Américain a la solution. Tous les quatre ans, au lieu d’ajouter une journée, on pourrait alors soustraire trois jours. Lesquels? Lundi, mardi et mercredi, car, selon l’opinion publique ce sont les jours les moins populaires. Et on les retirerait de février qui est, de toute façon, déjà en déficit sur les autres mois.

Et, tiens, pendant qu’on y est, profitez donc de ces moments pour changer les piles de vos détecteurs de fumée. Celle-là, c’est une bonne idée!

http://ici.radio-canada.ca/