Tempête automnale: près de 850 000 clients privés d’électricité


Hier et aujourd’hui, nous avons eu des alertes météorologiques un peu partout au Québec. Une bombe météo, et elle a bien eu lieu. Pour ma part, hier, nous avons eu beaucoup de pluie et aujourd’hui, ce sont les feuilles d’automne qui ont fait de l’excès de vitesse, le vent était assez fort, mais je n’ai pas remarqué de dégâts. Ailleurs, pannes électriques, arbres tombés, glissement de terrain et inondation ont été au menu. Puis plus au nord, dans ma région natale en Abitibi, une première tempête de neige.
Nuage


Tempête automnale: près de 850 000 clients privés d’électricité


Si le nombre de pannes a déjà commencé à chuter à travers le Québec, les vents continueront vraisemblablement d’endommager le réseau d’électricité de la province au cours de la soirée et samedi en début de journée.

MAYSSA FERAH
LA PRESSE

RAPHAEL PIRRO
LA PRESSE

> Consultez l’état du réseau d’Hydro-Québec

« Je pense qu’il faut être réaliste : on a beaucoup de travail qui se fait présentement, mais on va en avoir pour tout le week-end », a déclaré Éric Filion, président d’Hydro-Québec Distribution, dans un point de presse organisé vers 16h30 aujourd’hui au siège social de la société d’État.

Les vents violents, prédominants dans le sud du Québec, se dirigent vers la Côte-Nord, où de nouveaux dégâts sont attendus.

M. Filion précise cependant que malgré l’ampleur des dommages et le nombre quasi inédit de pannes, la situation devrait être réglée dans un temps relativement bref, soit d’ici le début de la semaine prochaine. En effet, le réseau de transport, fait de pylônes en acier, reste « intact ».

Les dommages se situent plutôt au niveau du réseau de distribution, fait majoritairement de poteaux de bois placés à proximité des résidences.

« C’est une bonne nouvelle pour nous », a ajouté M. Filion.

« On espère rétablir une bonne partie de notre clientèle pendant le week-end, mais c’est possible que dans les endroits où le réseau est plus fortement endommagé, que les clients soient rétablis plutôt en début de semaine prochaine », a-t-il précisé.

Vers 18 h, on comptait 848 224  clients privés de courant, en raison des vents forts. Il s’agit du plus important bassin de population touché par des pannes depuis le grand verglas de 1998, lorsque 1,4 million d’abonnés québécois avaient été en panne.

Contrairement à 1998, toutefois, où c’était le réseau de transport d’électricité qui s’était effondré, c’est le réseau de distribution qui est touché cette fois et on parle de multiples pannes individuelles causées par des branches brisées par le vent ou carrément les poteaux qui ont été arrachés par le vent.

À l’heure actuelle, il est trop tôt pour chiffrer en argent les dommages.

Les grands moyens

Actuellement, plus de 1000 employés d’Hydro-Québec sont déployés à la grandeur du réseau. De ce nombre, autour de 800 sont des monteurs de ligne.

« C’est plus de 2000 endroits où il y a des bris, où l’on doit déplacer des équipes pour faire des réparations soit sur les poteaux, sur les équipements comme les transformateurs, les lignes de réseau », a précisé le président d’Hydro-Québec distribution.

Les réparations en situation d’urgence fonctionnent selon un ordre de priorités. Les hôpitaux et les usines de filtration, par exemple, sont les endroits qu’Hydro-Québec place en tête de liste, a déclaré M. Filion.

Par ailleurs, il a profité du point de presse pour avertir la population de prendre toutes les précautions nécessaires en vue des sorties prévues ce soir.

« Dans plusieurs municipalités, l’Halloween a été remise. Il y aura plusieurs jeunes dans les rues. On vous rappelle d’être très, très prudents. »

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Un arbre s’est abattu sur une voiture à l’intersection de Mont-Royal et l’Esplanade, à Montréal.

La tempête de vent et de pluie a fait une victime à Bromont. Un homme de 63 ans a perdu la vie après qu’un arbre lui est tombé dessus alors qu’il était en train d’en photographier un autre déjà au sol. Le tragique incident est survenu vers 10 h 30 près d’un immeuble à condos. Des manœuvres de réanimation ont été tentées, mais le décès du sexagénaire a été constaté après son arrivée à l’hôpital.

PHOTO OLIVIER PONTBRIAND, LA PRESSE

Un arbre s’est affaissé sur une voiture sur la rue St-Hubert, à Montréal.

Les avertissements de pluie abondante ont été levés dans le sud du Québec, qui en a reçu généralement de 50 à 70 millimètres selon les endroits, mais les quantités ont dépassé les 100 millimètres en Estrie et dans la Beauce. Des avertissements de vents violents sont toutefois toujours en vigueur dans l’ensemble de la province. Environnement Canada a enregistré des rafales de 105 kilomètres à l’aéroport de Dorval.

Un avertissement de pluie abondante est en vigueur pour les régions de Sherbrooke, Rimouski, Saint-Georges, Saguenay, Baie-Comeau et Sept-Îles. Entre 40 et 80 millimètres de pluie devaient tomber jeudi et vendredi dans ces secteurs.

Le premier ministre du Québec, François Legault a réagi aux intempéries. « Nos équipes de la Sécurité publique et d’Hydro-Québec sont sur le terrain. Nous sommes au travail. Votre sécurité est notre priorité : soyez prudents ! », peut-on lire sur son compte Twitter.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Une route inondée en Estrie

Inondations en Estrie

Plusieurs municipalités de l’Estrie sont aux prises avec des inondations depuis vendredi matin.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Une résidence inondée à Ascot Corner

Des mesures d’urgence ont été déclenchées à Cowansville, où le niveau de la rivière Yamaska a atteint 2,50 m à certains endroits, les secteurs Bonnette, Jean-Baptiste, des Vétérans et Saint-Rémi ont été évacués. Un centre d’hébergement d’urgence a été ouvert à la Bibliothèque Gabrielle-Giroux-Bertrand.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Des voitures ont été submergées à Sherbrooke.

À Sherbrooke, les pluies diluviennes ont fait augmenter le niveau de la rivière Saint-François, qui a dépassé les 20 pieds

« Des évacuations préventives ont actuellement lieu », a indiqué la Ville de Sherbrooke sur son compte Twitter.

Quelque 150 résidences ont été évacuées à titre préventif. 

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Emmie Cloutier a dû évacuer son domicile de Sherbrooke.

Les autorités ont fait le point à la suite du débordement de la rivière Saint-François, ce matin.

On avait prévu 50 millimètres, on se retrouve avec beaucoup plus […] On n’est pas habitué de voir ça. C’est une situation difficile à contrôler », a dit le coordonnateur des mesures d’urgence à la Ville de Sherbrooke, Stéphane Simoneau.

Beaucoup d’infrastructures sont touchées par des arbres et des branches, signale-t-il. À cela s’ajoutent de nombreux glissements de terrain à superviser. « Toutes les équipes municipales sont sur le terrain », a-t-il ajouté.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

La rivière Saint-François, à East Angus

« On demande à la population d’écouter les consignes et de collaborer », a conseillé le maire de Sherbrooke, Steve Lussier. Un service de coordination en sécurité civile avait déjà été établi dans la nuit de jeudi à vendredi. « Nous étions en préalerte », a indiqué M. Lussier. Cependant, le niveau d’eau est monté très rapidement, au-delà des prévisions.

Les autorités soulignent le niveau d’eau inusité de la rivière.

Des résidants de Coaticook ont aussi été évacués par les services d’incendie en raison de l’accumulation d’eau, a rapporté la Sûreté du Québec (SQ). 

Dans la région de l’Estrie, 51 108 clients d’Hydro-Québec sont toujours sans électricité. 

> Pour suivre en temps réel le niveau de la rivière Saint-François

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Le parc Pomerleau, à Ascot Corner

Montréal n’est pas épargné

À Montréal, entre 50 et 60 millimètres de pluie sont tombés. Des voitures qui traversaient le viaduc Hochelaga ont été remorquées en raison de l’accumulation d’eau. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) rapporte avoir reçu plusieurs appels concernant des dommages et bris aux résidences.

« Pour rapporter des dommages matériels à votre propriété, contactez votre assureur. Un rapport de police n’est pas requis. », indique-t-on sur le compte Twitter du SPVM.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

Un mur de brique s’est effondré sur une voiture stationnée sur le boulevard LaSalle.

Quelque 32 vols sont annulés à l’aéroport Pierre-Elliot-Trudeau, en raison des forts vents dans le Nord-Est américain. Il s’agit principalement de vols à destination des États-Unis et du reste du Canada. Il est conseillé aux passagers de vérifier l’état de leur vol.

Toiture d’église endommagée

Les vents violents ont arraché une partie de la toiture en cuivre de l’Église Notre-Dame-du-Saint-Rosaire, forçant la fermeture de l’école primaire adjacente Marie-Favery, dans le quartier de Villeray, à Montréal.

« La toiture de l’église se détachait peu à peu et risquait qu’une partie soit emportée par les grands vents. Cette situation devenait à risque pour les élèves, » a souligné Guy Lauzé, directeur de l’école, dans une lettre envoyée aux parents plus tôt cet après-midi.

Le directeur précise dans sa lettre que les pompiers ont immédiatement été appelés, et que ceux-ci ont coupé l’électricité dans le secteur pour des raisons de sécurité.

« L’école ayant une génératrice, nous avons bénéficié de plusieurs lumières pour assurer la sécurité dans les déplacements, a ajouté M. Lauzé. L’électricité nous est revenue vers 13 h 45. »

Du côté de l’Abitibi, c’est une tempête de neige qui a frappé la région dans la nuit de jeudi à vendredi. Les habitants de la région ont reçu entre 15 et 20 centimètres de neige.

– Avec La Presse canadienne

https://www.lapresse.ca

Le Manitoba déclare l’état d’urgence après la tempête de neige


A ma connaissance, il n’y a pas de neige au Québec, enfin pas d’accumulation jusqu’è maintenant, cela fait un peu étrange d’entendre parler de tempête de neige à l’extérieur de la province. Le Manitoba a dû faire face à une tempête de neige qui a fait des dégâts considérables que l’état d’urgence à été demandé par l’hydro Manitoba au gouvernement. Même des routes sont fermées et ils attendent encore une bonne accumulation de neige. Comme si ce n’est pas suffisant, dans certaines municipalités, il y a des risques d’inondation.
Nuage


Le Manitoba déclare l’état d’urgence après la tempête de neige

Une équipe technique s'emploie à nettoyer, à Winnipeg, au lendemain d'une tempête de neige.

Une équipe technique s’emploie à nettoyer, à Winnipeg, au lendemain d’une tempête de neige.

PHOTO : THE CANADIAN PRESS / JOHN WOODS

À la demande d’Hydro Manitoba, le gouvernement manitobain a déclaré l’état d’urgence dimanche, au lendemain d’une tempête de neige prématurée et dévastatrice dans le sud de la province.

Le fournisseur d’électricité explique que la tempête hivernale extrêmement puissante et lente a endommagé de grandes tours de transmission et brisé des centaines de poteaux électriques dans les régions de Portage la Prairie, de Westbourne, d’Amaranth, d’Alonsa, du lac Manitoba, de Ashern, de Lundar, la région d’Entre-les-lacs et d’autres localités.

Environ 34 000 clients étaient toujours privés d’électricité dimanche midi. « Les effets de la tempête sont bien pires que ce que nous avions initialement prévu », déclare Jay Grewal, président et chef de la direction d’Hydro Manitoba.

Selon lui, les réparations prendront des jours.

Une tour de transmission de Portage la Prairie brisée

Hydro Manitoba explique que la tempête a endommagé de grandes tours de transmission et brisé des centaines de poteaux électriques.

PHOTO : RADIO-CANADA / MARIE-MICHELLE BORDUAS

Entre autres, la déclaration de l’état d’urgence permet à Hydro Manitoba d’invoquer les accords d’aide mutuelle avec les provinces voisines et des États américains afin d’obtenir du matériel supplémentaire tel que des poteaux, des câbles aériens et de l’équipement, selon M. Grewal.

C’est la première fois qu’Hydro Manitoba sollicite l’aide mutuelle d’autres services publics.

« Hydro Manitoba a officiellement demandé au gouvernement de déclarer l’état d’urgence afin d’obtenir l’accès aux ressources matérielles et humaines dont elle a besoin pour rétablir le courant électrique le plus rapidement possible », soutient Brian Pallister.

Le centre de coordination des urgences de la province a augmenté son niveau d’alerte en raison « des inquiétudes plus élevées », explique le premier ministre.

Il ajoute que certains Manitobains pourraient encore être privés d’électricité pendant plusieurs jours.

De 20 mm à 25 mm de précipitations sont encore attendus dans le sud de la province.

En plus de nombreux secteurs laissés sans courant électrique, le niveau de certains cours d’eau donne également des sueurs froides aux autorités.

La province surveille notamment la vallée de la rivière Rouge, la région d’Entre-les-lacs, celle de Whiteshell et l’ensemble du sud-est de la province.

La Ville de Winnipeg avait déjà activé ses mesures de prévention des inondations mercredi. Des opérations de pompage sont également en cours à Emerson, Morris, Dominion City et dans quelques autres municipalités.

Winnipeg tente aussi de se relever

De son côté, le maire de Winnipeg, Brian Bowman, soutient que les employés de la province et de la Ville travaillent de concert pour rétablir les services.

M. Bowman admet que la situation que vit la province est inédite.

La Winnipeg Transit, les services de pompiers, les services de police, le 311, Hydro Manitoba et de nombreux autres services travaillent d’arrache-pied depuis des heures, et pourtant beaucoup de choses restent encore à faire, dit M. Bowman.

Le maire réitère que la priorité demeure la sécurité des citoyens. Il demande aux uns et aux autres d’éviter de s’approcher des fils électriques qui jonchent certaines rues, d’éviter les déplacements non essentiels et d’être patients.

Je sais que ce n’est pas facile, dit-il, nous demandons aux Winnipegois de veiller avant toute chose sur leur sécurité et celle de leur proche. Autant que possible, prenez des nouvelles vos voisins, amis et familles.

Il déclare que la Ville mettra à jour les informations relatives aux travaux de nettoyage et de rétablissement de services sur son site Internet et ses différentes plateformes sociales.

Dommages importants aux arbres

Une ligne électrique est écrasée sous une branche d'arbre.

Des lignes électriques ont été endommagées par les chutes de branches et d’arbres, notamment dans le quartier Norwood Flats.

PHOTO : RADIO-CANADA / ANIE CLOUTIER

La Ville dit également avoir reçu près de 2000 appels en lien avec des arbres et des branches tombés.

Elle indique qu’environ 50 équipes sont à pied d’œuvre pour les dégager.

La tempête a terrassé trop d’arbres dans notre ville, souligne M. Bowman. Nous aurons un plan de restauration après le nettoyage.

L’administration municipale ajoute que les autobus enregistrent actuellement des retards et que toutes ses installations de loisirs et ses bibliothèques demeurent fermées.

Fermetures d’autoroutes

Un certain nombre d’autoroutes du sud-ouest sont toujours fermées en raison des conditions météorologiques.

Des dizaines d’autoroutes et de routes traversant le sud du Manitoba, jusqu’à la frontière américaine, et l’ouest, jusqu’à la frontière de la Saskatchewan sont fermées à la circulation en raison des mauvaises conditions de conduite.

On ignore quand elles rouvriront. Certaines autoroutes sont fermées depuis plus de 24 heures.

Avec des informations d’Austin Grabish

https://ici.radio-canada.ca/

La Californie condamnée à rester dans le noir pour éviter les incendies ?


Maintenant, la Californie serait sujette aux incendies de forêt et malheureusement, ces incendies se propagent pour détruire des bâtiments ainsi que des vies. Il semble que les infrastructures d’électricité soient usées par le temps et qu’ils peuvent être une des causes des incendies. C’est la raison des coupures d’électricité quand la météo est propice pour une catastrophe incendiaire.
Nuage


La Californie condamnée à rester dans le noir pour éviter les incendies ?

PHOTO GENE BLEVINS, REUTERS

Les installations vétustes de l’opérateur privé Pacific Gas & Electric (PG & E) ont été mises en cause à plusieurs reprises ces dernières années dans des incendies de forêt dévastateurs et ont contribué à sa mise en faillite au début de l’année.

(Los Angeles) La Californie, cinquième puissance économique mondiale mais dotée d’infrastructures électriques vieillissantes et confrontée à des sécheresses chroniques, est-elle condamnée à se priver de courant dès que le drapeau rouge est levé pour les incendies ?

LAURENT BANGUET
AGENCE FRANCE-PRESSE

« Cela ne peut pas devenir la nouvelle norme. Et il est fallacieux de dire qu’on doit choisir entre ces difficultés et la sécurité », a tranché le gouverneur de Californie Gavin Newsom en réagissant aux coupures préventives qui ont touché depuis mercredi des centaines de milliers de clients dans le nord de l’État.

L’opérateur privé Pacific Gas & Electric (PG & E), qui fournit en électricité 5,4 millions de clients dans le nord et le centre de la Californie, avait décrété ces coupures en raison de prévisions météorologiques propices à des incendies de forêt violents, déchaînant une vague de critiques. 

Avant de rétablir l’électricité, PG & E doit inspecter électroniquement et visuellement les lignes concernées. Et même avec 6300 employés dédiés et des hélicoptères, cela pourrait prendre jusqu’à cinq jours.

« Nous comprenons l’impact qu’a une coupure de courant pour nos clients. Ce n’est pas une décision que nous prenons à la légère », a assuré à la presse Sumeet Singh, responsable du programme de prévention des incendies de forêt au sein de l’entreprise.

Les installations vétustes de l’opérateur ont été mises en cause à plusieurs reprises ces dernières années dans des incendies de forêt dévastateurs et ont contribué à sa mise en faillite au début de l’année.

C’est une étincelle provoquée par une de ses lignes à haute tension qui a déclenché en novembre 2018 l’incendie le plus meurtrier de l’histoire de l’État : 86 morts et 18 000 bâtiments détruits dans la région de Paradise. PG & E a déjà accepté de verser 11 milliards de dollars aux sociétés qui assuraient les victimes.

Changement climatique et cupidité

Le gouverneur Newsom ne critique pas en soi les coupures préventives de PG & E, reconnaissant qu’elles font partie des « bonnes pratiques » de l’industrie.

Il reproche surtout à l’opérateur – le plus important de l’État – d’avoir attendu des décennies avant de se soucier d’investir dans la modernisation de son réseau.

Ces manquements expliquent selon lui que PG & E soit obligé aujourd’hui de plonger dans le noir un à deux millions d’habitants d’un seul coup plutôt que de couper le courant de manière ciblée, comme d’autres opérateurs le font depuis déjà plus de dix ans dans le sud de la Californie.

A San Diego, l’opérateur local dispose ainsi d’un maillage de lignes formant comme un quadrillage, avec des « circuits » desservant généralement 1000 à 7000 clients. Dans le nord, PG & E a un réseau « radial » dans lequel une seule ligne électrique relie une zone, s’étendant parfois sur une très longue distance.

« De mon point de vue, ce n’est pas tant une histoire liée au changement climatique qu’une histoire de cupidité et de mauvaise gestion », a accusé M. Newsom.

Le PDG de PG & E, William Johnson, a présenté ses excuses jeudi soir, reconnaissant l’impréparation de ses équipes.

« Nous devons avoir une approche plus “chirurgicale” », mais d’autres coupures interviendront si les conditions météo l’exigent, a-t-il prévenu.

« C’est un très gros inconvénient et c’est extrêmement coûteux, mais nous pouvons faire des ajustements qui répondent à ces situations pour un coût bien moindre », a estimé sur la radio NPR Severin Borenstein, économiste expert en politique énergétique, lui-même touché par les coupures. 

« Cela passe en partie par un renforcement du réseau, une meilleure gestion de la végétation, la surveillance des lignes » à l’aide de caméras dans des zones à risques, estime-t-il.

Même avec des dizaines de milliards de dollars d’investissements, des coupures resteront inévitables, estime Mikhail Chester, qui enseigne l’ingénierie durable à l’université d’Arizona.

Dans les économies développées, on attend des infrastructures qu’elles soient « fiables à 100 % », mais « nous sommes arrivés à un point de tension tel qu’il faut accepter que cette fiabilité soit remise en cause de plus en plus souvent ».

« En fait, ce n’est pas si inhabituel », abonde M. Borenstein. « Si vous vivez dans le sud-est (des États-Unis), vous avez souvent à faire face au risque d’ouragans, dans le Midwest vous subissez de terribles tempêtes de neige et ça perturbe votre vie ».

« Nous avons été drôlement chanceux en Californie » jusqu’à présent, mais au moins pendant les quelques années à venir, « nous allons devoir prendre la menace des incendies au sérieux et subir des perturbations quelques jours par an », conclut l’expert.

https://www.lapresse.ca/

Des chercheurs ont trouvé comment changer du plastique non recyclé en électricité


Imaginez tout le plastique non-recyclable comme les jouets, paniers et autres qui serait utiliser pour faire de l’électricité pour alimenter les automobiles ou pour la maison.
Nuage


Des chercheurs ont trouvé comment changer du plastique non recyclé en électricité

Des chercheurs ont trouvé comment changer du plastique non recyclé en électricité© Ron Levine/Getty Images

Par Emeline Férard –

Des chercheurs britanniques ont développé une méthode permettant de convertir du plastique non recyclé en hydrogène et en électricité. Une centrale devrait prochainement être installée dans le Cheshire pour tester le procédé à grande échelle.

Environ 300 millions de tonnes, c’est la quantité de plastique produite chaque année dans le monde selon un récent rapport du WWF. Une quantité dont une infime partie seulement est recyclée. Le reste termine inévitablement sa course dans des décharges, voire pire, dans l’environnement. Et le phénomène a pris une ampleur préoccupante ces dernières années, poussant les spécialistes à tirer la sonnette d’alarme.

Alors que des pays d’Asie du Sud-est ont récemment décidé de retourner des déchets à leur envoyeur, des chercheurs pensent avoir trouvé une nouvelle piste pour donner une seconde vie à ce plastique tellement envahissant. Depuis plusieurs années, ils développent une méthode permettant de convertir le matériau non recyclé en hydrogène et en électricité.

Des déchets changés en hydrogène bas carbone

Nommé Waste2Tricity (W2T), le projet a été créé par des scientifiques de l’Université de Chester au Royaume-Uni en partenariat avec la société PowerHouse Energy. Il repose sur un procédé dit de « conversion thermique » et peut utiliser une grande variété de déchets plastique ainsi que d’autres déchets comme des pneus usagés.

Au cours du processus, les déchets sont filtrés, découpés en morceaux puis introduits dans une chambre où la température dépasse les 1.000 degrés Celsius. Leur décomposition permet alors la libération de gaz synthétiques (ou syngas) à base d’hydrogène qui peuvent ensuite être collectés et changés en énergie. Le tout en ne produisant qu’une quantité très réduite de résidus solides et liquides.

« La technologie convertit tous les déchets plastique en syngas hydrogène de bonne qualité et bas carbone qui peut ensuite être utilisé pour alimenter des moteurs à gaz », a expliqué le professeurJoe Howe, directeur du Thornton Energy Research Institute lors de la présentation d’un prototype de démonstration à l’Université de Chester.

« L’un des sous-produits de ce processus est l’électricité, ce qui signifie que les déchets plastique peuvent non seulement alimenter des voitures mais aussi alimenter les lumières dans un foyer », a-t-il poursuivi

Selon ses concepteurs, l’un des avantages du procédé est qu’il produirait une quantité limitée de résidus et de polluants comparé aux méthodes de fabrication de gaz naturel.

Bientôt un prototype à grande échelle

La technologie appelée DMG® aurait également atteint une efficacité prometteuse grâce aux améliorations apportées au cours des 18 derniers mois. Elle permettrait ainsi de générer un excès de jusqu’à 1 tonne de dihydrogène (H2) et plus de 58 mégawattheures d’électricité exportable par jour. Mais les scientifiques entendent bien tester leur technologie à grande échelle.

C’est dans cet objectif qu’ils projettent de développer prochainement une installation sur un site d’une vingtaine d’hectares localisé près d’Ellesmere Port dans le Cheshire. L’enjeu sera de produire de l’hydrogène bas carbone ainsi que de l’électricité pour alimenter le site. Une première qui pourrait ensuite permettre de développer des installations similaires dans des pays d’Asie du sud-est.

Selon le site de PowerHouse Energy, une installation commerciale DMG® serait capable de détruire quelque 25 tonnes de déchets par jour (soit un à deux camions) sur un site de 2.000 mètres carrés, exportant suffisamment d’électricité et d’hydrogène pour alimenter environ 3.000 foyers et permettre à des camions de rouler sur plus de 9.000 kilomètres.

Grâce à ce procédé, les scientifiques espèrent pouvoir acheter du plastique non recyclés dans des pays comme l’Indonésie à 50 dollars par tonne. Et dissuader ainsi le rejet des déchets dans les cours d’eau ou les océans.

« Cela va redonner de la valeur aux déchets plastique en leur permettant d’alimenter les villes et plus important, cela peut aider à nettoyer nos océans dès à présent », a commenté le Pr Joe Howe.

Waste2Tricity travaille aujourd’hui à récolter des fonds pour mener à bien le projet. Mais il a déjà obtenu sa licence pour développer le processus dans plusieurs pays dont le Royaume-Uni, le Japon et la Chine.

https://www.geo.fr/

La Russie va envoyer sa gigan­tesque centrale nucléaire flot­tante dans l’Arc­tique


On va bien finir par détruire complètement la terre avec l’entêtement des gouvernements. La Russie, n’a rien trouvé de mieux que d’envoyer une centrale nucléaire dans Arctique. Ils croient que même un tsunami aussi puissant soit-il n’arriverait pas à le déstabiliser. Combien de fois que l’homme à cru pouvoir contrôler la nature et qu’elle lui a montrer qu’elle était supérieure à lui.
Nuage


La Russie va envoyer sa gigan­tesque centrale nucléaire flot­tante dans l’Arc­tique


Crédits : Sput­nik/AP

par  Suzanne Jovet

La Russie s’ap­prête à envoyer dans l’Arc­tique sa première centrale nucléaire flot­tante, bapti­sée Akade­mik Lomo­no­sov, après neuf ans de construc­tion, annonçait VICE News le 1er juillet. Et il y a quelques raisons de s’inquié­ter, quand on sait que Green­peace la surnomme le « Tcher­no­byl flot­tant ».


L’im­mense centrale nucléaire est actuel­le­ment instal­lée à Mour­mansk, dans l’ouest de la Russie. Cette plate­forme longue de 144 mètres a pour mission de four­nir de l’élec­tri­cité aux colo­nies et aux entre­prises d’ex­trac­tion d’hy­dro­car­bures et de pierres précieuses du district russe de la Tchou­kotka.

Depuis l’an­nonce de sa construc­tion, elle suscite l’ire des orga­ni­sa­tions de défense de l’en­vi­ron­ne­ment comme l’ONG Green­peace, qui lui a donné le surnom de Tcher­no­byl flot­tant. Mais les projets de déve­lop­pe­ment de la Russie dans l’Arc­tique sont bien trop précieux aux yeux de l’ad­mi­nis­tra­tion Poutine pour prêter atten­tion aux scan­dales. Alors que les réserves de combus­tibles de Sibé­rie dimi­nuent, la Russie souhaite exploi­ter les richesses qu’a­britent les sols de l’Arc­tique.

Malgré les préoc­cu­pa­tions, l’Akade­mik Lomo­no­sov est une pièce de choix sur l’échiquier géopo­li­tique, qui attise les jalou­sies autant que les craintes. En effet, la centrale nucléaire flot­tante offre un avan­tage consi­dé­rable à la Russie pour domi­ner la région du cercle Arctique et ses gise­ments de pétrole, que se disputent des grandes puis­sances mondiales comme la Chine, les États-Unis et le Canada depuis long­temps.

À notre niveau, c’est davan­tage le danger d’une catas­trophe nucléaire qui inquiète, la pers­pec­tive d’un mash-up Tcher­no­byl/Tita­nic ne réjouis­sant personne. Mais les ingé­nieurs du projet réfutent obsti­né­ment les critiques et assurent la péren­nité d’Akade­mik Lomo­no­sov.

« Cette plate­forme ne peut pas être arra­chée de ses amarres, même par un tsunami en 9 points », a déclaré Dmitry Alek­seenko, direc­teur adjoint de la centrale de Lomo­no­sov.

C’est vrai que l’hu­ma­nité est connue pour bâtir des struc­tures infaillibles.

Source : VICE News

https://www.ulyces.co/

La neige pourrait être la prochaine source d’énergie propre


C’est encore en mode d’expérimentation et amélioration du système, mais il semble que peut-être un jour, les tempêtes de neige pourraient devenir une énergie propre pour l’électricité. Imaginez avec les tempêtes que nous avons eu en janvier jusque tard au printemps au Québec ….
Nuage


La neige pourrait être la prochaine source d’énergie propre


La neige porte une charge électrique positive qu'aucune technologie n'avait encore réussi à transformer en énergie. | Denys Nevozhai via Unsplash

La neige porte une charge électrique positive qu’aucune technologie n’avait encore réussi à transformer en énergie. | Denys Nevozhai via Unsplash

Repéré par Hakim Mokadem

Repéré sur Popular Science

Deux scientifiques ont développé un appareil qui capture la charge électrique de ces flocons tombés du ciel.

Bien souvent, lorsqu’on parle d’énergies propres et renouvelables, on pense au vent, à l’eau, au soleil. Mais une autre source d’énergie naturelle serait encore inexploitée: la neige.

Aussi incroyable que cela puisse paraître, les chutes de neige sont chargées d’électricité. Si les scientifiques en avaient déjà connaissance depuis des décennies, deux chercheurs de l’université de Californie à Los Angeles (UCLA)  affirment avoir trouvé le moyen de transformer ces précipitations en électricité, rapporte le site Nexus Media.

Ils ont inventé un dispositif qui se sert du silicone pour capturer la charge électrique des flocons pour créer de l’électricité. Le principe est simple, alors que la neige porte une charge électrique positive, le silicone, un matériau caoutchouteux synthétique, est quant à lui chargé d’électricité négative. Le contact entre ces deux éléments de charges opposées crée ainsi de l’énergie.

Avec une couverture de neige annuelle moyenne de près d’un tiers de la masse terrestre, «nous avons une grande source d’énergie prête à être collectée», précise Maher El-Kady co-créateur de l’appareil et chercheur à l’UCLA.

Potentiel illimité

Si cette invention reste pour l’instant une simple expérience, à laquelle il faudrait ajouter des réglages et d’autres travaux, les chercheurs pensent que son potentiel est illimité.

«De grandes améliorations sont normales dans ce domaine de recherche. Il y a possibilité de développement et d’autres améliorations en revoyant la structure et le mode de fonctionnement de l’appareil»,commente Maher El-Kady.

Lui et le co-inventeur Richard Kaner projettent de nombreuses utilisations futures. Leur invention pourrait alimenter par exemple une station météo portable ou encore un outil de mesure des performances sportives par temps froid. Le dispositif pourrait également être intégré à des panneaux solaires, générant ainsi une puissance supplémentaire lors de tempêtes de neige.

http://www.slate.fr/

Après les pailles en plastique, les ballons appelés à disparaître


Les ballons seront peut-être un nouvel enjeu écologique comme les sacs et pailles de plastiques. Même si les ballons ne sont parmi les pires débris plus nombreux et dangereux pour les animaux marins, il y a quand même du danger pour eux sans compter qu’ils sont souvent accompagnés d’un cordon. De plus ces ballons qu’on voit s’envoler sont remplis d’hélium, une énergie non renouvelable. Dans le fond, ce qui importe, c’est qu’ils ne s’envolent pas pour éviter le drame chez les oiseaux et autres animaux.
Nuage

 

Après les pailles en plastique, les ballons appelés à disparaître?

 

Les célébrations joyeuses lors desquelles on laisse s'envoler... (Photo Nati Harnik, archives Associated Press)

Les célébrations joyeuses lors desquelles on laisse s’envoler des ballons dérangent depuis longtemps les écologistes, qui affirment que les débris qui retombent sur la terre peuvent se révéler mortels pour les oiseaux de mer et les tortues qui les mangent.

PHOTO NATI HARNIK, ARCHIVES ASSOCIATED PRESS

 

CANDICE CHOI
Associated Press
New York

Maintenant que les pailles en plastique semblent vouées à l’extinction, l’amour des Américains pour les ballons pourrait-il être en voie de se dégonfler?

Les célébrations joyeuses lors desquelles on laisse s’envoler des ballons dérangent depuis longtemps les écologistes, qui affirment que les débris qui retombent sur la terre peuvent se révéler mortels pour les oiseaux de mer et les tortues qui les mangent.

Maintenant que les entreprises semblent déterminées à faire disparaître les pailles de plastique, il est permis de croire que ce sera au tour des ballons de faire l’objet d’un examen plus approfondi, même s’ils ne représentent qu’une très petite partie de la pollution de l’environnement.

Cette année, l’université Clemson, une puissance du football universitaire américain, a décidé de mettre fin à sa tradition de lancer 10 000 ballons avant chaque match, dans le cadre de ses efforts de développement durable. En Virginie, une campagne qui préconise des alternatives aux envolées de ballons lors des mariages se développe. Et une ville du Rhode Island a carrément interdit la vente de tous les ballons au début de l’année, invoquant les dangers qu’ils représentent pour la vie marine.

«Il existe toutes sortes d’alternatives aux ballons, de nombreuses façons de s’exprimer», assure Kenneth Lacoste, un dirigeant de la ville de New Shoreham, dans le Rhode Island. Il mentionne les affiches, les piñatas et le papier décoré.

Dans la foulée des efforts pour limiter les sacs en plastique, la pression des écologistes à l’endroit des pailles a pris de l’ampleur ces derniers mois, en partie parce qu’elles sont essentiellement jugées inutiles.

Des entreprises comme Starbucks et Disney ont promis d’éliminer progressivement les pailles en plastique, qui peuvent être difficiles à recycler en raison de leur taille et qui finissent souvent comme déchets dans l’océan. Une poignée de villes américaines ont récemment adopté ou envisagent des interdictions. Et la campagne pourrait attirer l’attention vers d’autres éléments que les gens n’ont peut-être pas considérés – comme les ballons de fête.

«La question de la paille a vraiment élargi le débat concernant les débris marins», a dit Emma Tonge, de la National Oceanic and Atmospheric Administration, une agence fédérale américaine.

Les gens pourraient ne pas réaliser que les ballons représentent un danger, dit-elle, en raison de leur image «légère et fantaisiste».

Les ballons ne font pas partie des dix principaux types de débris trouvés lors des opérations de nettoyage des côtes, mais Mme Tonge dit qu’ils sont courants et particulièrement dangereux pour les animaux marins, qui peuvent également s’enchevêtrer dans des cordons de ballons.

Chelsea Rochman, une professeure adjointe d’écologie à l’Université de Toronto, estime que les gens devraient penser systématiquement au gaspillage et à la pollution, mais que les efforts visant à attirer l’attention sur des produits spécifiques ne devraient pas être considérés comme trop insignifiants.

«Si on disait ça de tout, on ne ferait rien», dit-elle.

Selon le Balloon Council, qui représente l’industrie et préconise une gestion responsable de ses produits afin de «préserver l’intégrité de la communauté des ballons professionnels», quelques États restreignent déjà dans une certaine mesure les envolées de ballons. Cela signifie de ne jamais les relâcher intentionnellement, et de s’assurer que les cordes sont attachées à un poids afin que les ballons ne s’envolent pas accidentellement.

Lorna O’Hara, la directrice générale du Balloon Council, ne nie pas que les créatures marines puissent confondre les ballons avec les méduses et les manger. Mais elle dit que cela ne signifie pas que les ballons causent nécessairement leur mort.

Le groupe Clean Virginia Waterways pense toujours que les ballons peuvent être dangereux. Inclus dans son rapport de l’année dernière: une photo d’un oiseau qui file dans le ciel avec un ballon dégonflé traînant derrière.

Le rapport évoque la «préoccupation croissante» au sujet des ballons, qui utilisent également souvent de l’hélium, une ressource non renouvelable. Il note la difficulté de changer une norme sociale et souligne que le seul fait de taper «félicitations» dans une publication sur Facebook entraîne une animation de ballons. Il prétend même que les médias jouent un rôle et que certains groupes procèdent à des envolées de ballons «pour que les journalistes couvrent l’événement».

«Nous ne voulons pas dire ne pas les utiliser du tout. Nous disons simplement ne pas les lancer», explique Laura McKay du programme de gestion de la zone côtière de Virginie.

Certains États tels que la Californie interdisent les envolées de ballons pour d’autres raisons. Pacific Gas & Electric, qui dessert le nord et le centre de la Californie, affirme que les ballons métalliques ont causé 203 pannes d’électricité au cours des cinq premiers mois de l’année, en hausse de 22 % par rapport à l’année précédente.

M. Lacoste pense que d’autres villes, en particulier celles situées le long des côtes, interdiront également les ballons au fur et à mesure que les gens prendront conscience des problèmes environnementaux. Il rappelle que les sacs en plastique étaient autrefois considérés comme inoffensifs, mais de nombreux endroits les interdisent maintenant.

http://www.lapresse.ca/