Donald Trump promet d’éliminer le cancer et le sida


Comme toute élection, les politiciens y va de bons coeur avec leurs promesses. Donald Trump ne fait pas exception. Il reprend ses anciennes promesses et en ajoute, Sauf que … Il promet des choses qui sont probablement irréalisable du moins pendant un mandat de 4 ans. Promettre de guérir le cancer est présomptueux, alors que donner plus d’argent à la recherche est plus acceptable comme promesse. Éradiquer le Sida aux États-Unis ? Je serais bien curieuse de voir comment il va s’y prendre. Là aussi, il faut beaucoup d’argent pour y arriver.
Nuage


Donald Trump promet d’éliminer le cancer et le sida


Donald Trump à Orlando en Floride, le 18 juin 2019. | Joe Raedle / AFP 

Donald Trump à Orlando en Floride, le 18 juin 2019. | Joe Raedle / AFP

Repéré par Claire Levenson

Repéré sur The Daily Beast

Le président américain a officiellement lancé sa campagne de réélection lors d’un discours en Floride, le 18 juin 2019.

Pour le lancement de sa campagne de réélection, le 18 juin, Donald Trump a répété les thèmes favoris de sa campagne de 2016.

À Orlando, le président américain a beaucoup plus parlé de son ancienne opposante Hillary Clinton que des candidat·es démocrates en lice pour 2020 et comme il y a trois ans, la foule a scandé «Enfermez-la! Enfermez-la!» au sujet de l’ancienne secrétaire d’État.

Les autres classiques des discours de Trump étaient au menu, dont la haine des journalistes –copieusement hué·es par la foule–, le mur frontalier et la diabolisation du Parti démocrate, que le président accuse de vouloir «détruire» le pays.

«Un vote pour n’importe quel Démocrate en 2020 est un vote en faveur de la montée du socialisme radical et de la destruction du rêve américain», a-t-il déclaré.

Fox News «fake news»

Trump a fait des promesses grandioses dans des termes très vagues:

«Nous trouverons des solutions à de nombreux problèmes et nous guérirons de nombreuses maladies, dont le cancer et d’autres, nous nous en rapprochons tout le temps.»

Il a également annoncé qu’il allait «éradiquer le sida aux États-Unis» et envoyer des astronautes américains sur Mars.

Le 16 juin, le président américain a limogé plusieurs sondeurs de sa campagne après qu’un sondage interne le donnant perdant a fuité dans la presse. La veille de son discours, il a aussi qualifié Fox News, sa chaîne préférée, de «fake news» car un de leurs sondages aboutissait à la même conclusion.

Via Twitter, Trump a promis d’expulser des millions de sans-papiers à partir de la semaine du 24 juin –un thème très rassembleur parmi ses fans.

Pour le lancement de sa campagne, des militant·es d’extrême droite, dont des membres du groupe néofasciste violent Proud Boys, ont fait le déplacement et défilé dans les rues d’Orlando, mais la police leur a interdit d’accéder au stade où parlait Trump.

http://www.slate.fr/

Il a fallu 10 minutes à un enfant de 11 ans pour pirater les résultats d’une élection américaine


L’exercice est une réplique des dernières élections américaines chez de jeunes enfants. Les résultats seraient peut-être différents, si cela était une vraie élection. Mais, quand même qu’un enfant de 11 ans en 10 minutes  puisse réussir à pirater des élections en stimulation, alors que penser des pros pendant une vraie élection ?
Nuage

 

Il a fallu 10 minutes à un enfant de 11 ans pour pirater les résultats d’une élection américaine

 

Une machine à voter, le 8 août 2018 à Doral en Floride | JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Une machine à voter, le 8 août 2018 à Doral en Floride | JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP

Repéré par Victor Métais

Repéré sur Fast Company

Et si, finalement, rien ne valait le bon vieux bulletin de vote en papier?

Hackers, crackers et tout une kyrielle de professionnels de la sécurtié des systèmes d’informations se sont réunis ce week-end lors de la deuxième conférence annuelle de Defcon Security pour aborder les questions de sécurité numérique.

«Nous avons reçu plus de cent élus ici-même et ils ont exprimé encore une fois combien ils avaient apprécié apprendre de cet événement», a expliqué Matt Blaze co-fondateur du Defcon Voting Village.

Et pour cause: des experts présents ont mis à jour des failles dans les systèmes de machines à voter américaines et ont montré les possibilités, pour les pirates informatiques, de s’y introduire, explorer les fichiers ou encore changer le vote.

Dans le cadre du programme r00tz asylum, destiné aux enfants, différents ateliers ont été mis en place pour enseigner aux jeunes face les bases de la sécurité informatique, nous apprend The Fast Company. L’occasion de revenir avec eux sur les tentatives d’intrusion de pirates lors des précédentes élections américaines et de s’essayer au le piratage d’une élection sur une réplique de site spécialement créé pour l’exercice. Selon Buzzfeed News, un enfant de 11 ans a réussi à changer le candidat en tête lors d’une simulation de l’élection présidentielle de 2016 en Floride.

Un piratage (plus facile) dans un contexte aseptisé

Un exercice qui ne serait pas révélateur des conditions d’une vraie élection, estime l’Association Nationale des Secrétaires d’État, chargée, entre autres, de s’assurer de la sécurité des systèmes de vote.

«Notre problème, avec l’initiative de DEFCON, est qu’ils utilisent un pseudo-environnement qui ne reflète en aucun cas les systèmes et réseaux d’élections fédérales critique l’organisation nationale. Fournir à des conférenciers un accès physique illimité aux machines à voter, dont la plupart sont obsolètes, ne reflète pas de manière précise la protection physique et en ligne que l’État et les gouvernements mettent en place avant et pendant le jour de l’élection.»

Les mises en garde sur ces machines électroniques ne datent pas d’hier, rappelle Fast Company: le congrès américain a investi plus de 380 millions de dollars pour renforcer la sécurité du système. Mais cela semble bien insuffisant pour remplacer les machines électroniques.

http://www.slate.fr/