Traitement du cancer du sein : un facteur psychologique influence les effets secondaires


Personnellement, je ne suis pas surprise et je crois que ces résultats peuvent se vérifier sur d’autres traitements et maladies. Le côté psychologique à une grande importance point de vue médicale
Nuage

Traitement du cancer du sein : un facteur psychologique influence les effets secondaires

 

Une étude, publiée dans la revue Annals of Oncology, a vérifié l’influence des attentes concernant les effets secondaires liés à l’hormonothérapie du cancer du sein.

Yvonne Nestoriuc du Département de médecine psychosomatique et psychothérapie du Centre médical universitaire de Hambourg-Eppendorf et ses collègues ont mené cette étude avec 111 femmes ayant subi une intervention chirurgicale pour un cancer du sein avec « récepteurs hormonaux positifs » et devant commencer un traitement hormonal adjuvant avec le tamoxifène ou des inhibiteurs de l’aromatase (ou anti-aromatases), tels que l’exémestane.

Les chercheurs ont interrogé les participantes sur leurs attentes concernant les effets du traitement hormonal au début de l’étude. Ils ont ensuite réalisé un suivi après trois mois (107 femmes) et après deux ans (88 femmes).

Neuf participantes (8 %) ne s’attendaient pas à ce que le traitement cause des effets secondaires ; 70 (63 %) s’attendaient à des effets secondaires bénins, et 32 (29 %) s’attendaient à des effets modérés à sévères.

Les résultats confirment un effet nocebo.

Après 2 ans, une plus grande proportion (87 %) de participantes adhéraient toujours au traitement chez celles qui avaient eu de faibles attentes d’effets secondaires que chez celles qui s’attendaient à des effets secondaires importants (69 %).

Celles qui s’attendaient au pire ont effectivement eu 80 % d’effets secondaires de plus et une moins bonne qualité de vie comparativement à celles qui s’attendaient à des effets secondaires légers.

Les effets secondaires incluaient des douleurs articulaires (71 %), un gain de poids (53 %) et des bouffées de chaleur (47 %). D’autres symptômes rapportés qui, selon les chercheurs, pourraient ne pas être directement attribuables aux médicaments étaient des maux de dos (31 %), des problèmes respiratoires (28 %) et des étourdissements (26 %).

L’équipe de chercheurs mène actuellement une étude randomisée afin de vérifier si des stratégies pour améliorer les attentes peuvent être efficaces.

Psychomédia avec sources : European Society for Medical Oncology, Annals of Oncology.

http://www.psychomedia.qc.ca/