Pour lutter contre le viol, l’éducation à la sexualité marche réellement


Il y a certains facteurs aux risques d’être victime de viol, mais on peut diminuer les risques par l’éducation sexuelle. Nous avons tous une responsabilité face a l’éducation que l’on transmet aux enfants
Nuage

 

Pour lutter contre le viol, l’éducation à la sexualité marche réellement

 

 L'éducation sexuelle, un cadeau pour toute la vie  | anqa via Flickr CC License by

L’éducation sexuelle, un cadeau pour toute la vie | anqa via Flickr CC License by

Repéré par Peggy Sastre

Repéré sur PLOS One, Université de Columbia

Par contre, les cours de chasteté et d’abstinence n’ont aucun effet.

 

Des chercheurs de l’université de Columbia ont observé que les cours d’éducation sexuelle dispensés avant 18 ans et incluant une formation au consentement négatif –apprendre à dire non à une proposition sexuelle– réduisent de manière significative le risque d’être victime d’agression sexuelle et de viol durant ses études supérieures.

Leur étude se fonde sur l’analyse de questionnaires confidentiels envoyés à 1.671 étudiants et étudiantes de Columbia et du Barnard College au cours du printemps 2016, ainsi que sur des entretiens qualitatifs menés auprès de 151 élèves de premier cycle de janvier 2015 à janvier 2017. Ce travail montre que le cocktail le plus efficace pour réduire le risque de violences sexuelles à la fac consiste en une formation au consentement associée à des informations sur les maladies sexuellement transmissibles et les diverses méthodes contraceptives. À l’inverse, les cours de chasteté et d’abstinence de plus en plus populaires aux États-Unis n’ont aucun effet préventif.

«Il est nécessaire de commencer tôt l’éducation à la sexualité», commente John Santelli, pédiatre et auteur principal de l’étude. «Il est temps de mettre en œuvre une prévention des agressions sexuelles adaptée aux différentes étapes de la vie pour enseigner aux jeunes, et ce avant leur arrivée à l’université, la différence entre relations sexuelles saines et malsaines, comment dire non aux relations sexuelles non désirées et comment dire oui aux rapports qu’ils désirent.»

En plus d’une exposition à une éducation sexuelle complète, les chercheurs ont isolé plusieurs facteurs associés au risque d’être victime de viol pendant ses études: avoir eu des contacts sexuels non désirés avant l’entrée à la fac (surtout chez les jeunes femmes), avoir été maltraité durant son enfance ou avoir consommé de l’alcool et de la drogue avant sa majorité.

http://www.slate.fr/

Ces Américains qui ont des enfants alors qu’ils sont vierges


Si que les répondantes n’ont pas compris les questions du sondage, c’est un peu exaspérant étant donner qu’il n’y a pas 56 manières pour avoir des enfants. Sinon, il faut se poser des questions sur l’éducation sexuelle qui semble vraiment déficiente, a moins que ces personnes ont cru qu’elles pourraient faire croire n’importe quoi, pour tomber enceinte non pas par l’Esprit Saint, mais plutôt un simple d’esprit surtout si le père se croyait vierge lui-même
Nuage

 

Ces Américains qui ont des enfants alors qu’ils sont vierges

 

PHOTO : ARCHIVES LA PRESSE

Agence France-Presse
Paris, France

Une jeune Américaine sur 200 déclare être tombée enceinte alors qu’elle était encore vierge, selon une étude publiée mardi dans leBritish Medical Journal (BMJ).

Sur 7870 femmes participant à une étude nationale de longue durée (1995-2009) et confidentielle aux États-Unis, 45 d’entre elles – soit 0,5% – disent avoir conçu sans avoir eu de rapport sexuel avec pénétration vaginale.

Aucune n’a indiqué avoir eu recours à l’assistance médicale à la procréation (insémination ou fécondation in vitro).

Près d’un tiers de ces femmes, qui placent leur grossesse avant le début de leur vie sexuelle, avaient fait voeu de chasteté avant le mariage (31%), promue par les chrétiens conservateurs.

Les résultats sont basés sur une série de questions sur l’historique de la ou des grossesses et du début de la vie sexuelle, mais il n’était pas directement demandé aux participantes si elles étaient vierges lorsqu’elles sont tombées enceintes.

Malgré toutes les précautions prises, une mauvaise compréhension des questions ne peut être entièrement écartée dans certains cas, admettent les auteurs.

Par ailleurs, «il y a quelques semaines, nous avons voulu vérifier si ce phénomène se limitait aux femmes», indique le professeur Amy Herring (Université de Caroline du Nord, Chapel Hill, États-Unis) principal auteur de ce travail.

Or «nous avons aussi trouvé aussi quelques pères vierges ce qui est un peu plus difficile à comprendre», dit-elle en riant.

Ces résultats soulèvent des questions sur l’éducation sexuelle, mais aussi sur les difficultés d’obtenir des données précises sur la vie sexuelle des jeunes, ajoute-t-elle.

http://www.lapresse.ca