Écrasement de la Malaysia Airlines Que s’est-il passé depuis?


Une tragédie qui n’aurait dû jamais arriver. Des victimes qui un jour ont pris l’avion pour ne jamais arriver à destination à cause d’un missile qui aurait touché en plein vol leur avion. Des questions, des doutes, des accusations sont lancés, mais l’enquête continue
Nuage

 

Écrasement de la Malaysia Airlines

Que s’est-il passé depuis?

 

    Après avoir offert son aide vendredi matin, Interpol a annoncé vendredi soir qu’il s’apprêtait à envoyer d’ici 48 heures une cellule de crise

    Principaux événements depuis le crash d’un avion de la Malaysia Airlines, avec à bord près de 300 personnes, jeudi dans l’est de l’Ukraine, région ravagée par le conflit entre séparatistes prorusses et forces loyalistes ukrainiennes.

    L’appareil, assurant le vol MH17 et détruit en vol, a été probablement abattu par un missile.

    JEUDI 17 JUILLET

  • Un Boeing 777 de la compagnie nationale malaisienne qui effectuait la liaison Amsterdam-Kuala Lumpur, avec 298 personnes à bord, s’écrase près du village de Grabove, aux environs de Chakhtarsk, dans la région de Donetsk. L’appareil avait disparu des écrans des radars vers 16H20 locales (13H20 GMT), à 10.000 mètres d’altitude.

  • Au moins 189 personnes étaient des Néerlandais. Une centaine de spécialistes du sida étaient en route vers l’Australie, via Kuala Lumpur, pour participer à une conférence internationale.

  • Le président ukrainien Petro Porochenko déclare «ne pas exclure» que l’avion ait été «abattu». Le crash est «un acte terroriste», estime-t-il. De leur côté, les séparatistes affirment qu’il a été abattu par un appareil ukrainien.

  • Le président russe Vladimir Poutine accuse l’Ukraine de «porter la responsabilité» du crash en ayant repris ses opérations militaires dans l’Est.

  • L’avion a été abattu par un missile sol-air, mais l’origine reste encore incertaine, indiquent des responsables américains. Les analystes du renseignement américain «croient fortement» qu’un missile sol-air a abattu le Boeing et ils sont en train d’examiner les données, selon un de ces responsables.

  • La communauté internationale réclame une enquête «indépendante, complète et transparente» afin de faire la lumière sur le crash. Washington appelle à «un cessez-le-feu immédiat» pour permettre aux enquêteurs internationaux «un accès sûr» au site du crash.

    VENDREDI 18

  • Une boîte noire de l’avion a été retrouvée, indiquent des secouristes.

  • Une trentaine d’inspecteurs de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) arrivent sur les lieux de la chute de l’avion.

  • La chancelière allemande Angela Merkel appelle à un cessez-le-feu immédiat en Ukraine, enjoignant la Russie à contribuer à une «solution politique» au conflit.

  • Le président Barack Obama, évoquant une «tragédie atroce», souligne que l’avion a été touché par un missile tiré d’une zone contrôlée par les séparatistes et «à cause du soutien de la Russie». Pour l’Europe, c’est un «signal d’alarme» dans ses relations avec Moscou, estime-t-il.

  • Un premier rapport du renseignement américain indique que l’avion a probablement été abattu par des séparatistes ukrainiens, déclare un responsable américain, tout en indiquant que Washington n’en a pas la certitude.

  • Le Conseil de sécurité de l’ONU demande une «enquête internationale complète, minutieuse et indépendante» et réclame «un accès immédiat à l’endroit du crash pour les enquêteurs».

  • L’ambassadrice américaine Samantha Power affirme que l’avion a été «probablement abattu par un missile sol-air» Bouk de type SA-11 tiré d’une «zone tenue par les séparatistes» prorusses.

  • Le Premier ministre malaisien Najib Razak demande que les responsables du crash soient traduits en justice s’il était prouvé que l’appareil a été abattu.



http://tvanouvelles.ca

Mont-Blanc. Un alpiniste trouve un trésor sur un glacier


Quelque part sur le Mont-Blanc en Europe eu lieu a diverses reprises des scènes d’horreurs laissant des victimes sur ses glaciers ainsi que tous les bagages éparpillés ici et là. Un alpiniste a trouvé et apporter aux autorités un trésor
Nuage

 

Mont-Blanc. Un alpiniste trouve un trésor sur un glacier

 

Un alpiniste savoyard a découvert un véritable trésor sur un glacier du Mont-Blanc, a indiqué ce jeudi la gendarmerie. Le jeune a trouvé pour plusieurs dizaines de milliers d’euros de pierres précieuses, provenant probablement du crash d’un avion indien, il y a un demi-siècle.

Les pierres précieuses, des émeraudes, saphirs et rubis, ont été remises à la gendarmerie de Bourg-Saint-Maurice début septembre, selon la même source, confirmant une information du Dauphiné Libéré. Un joaillier local a estimé la valeur du trésor entre 130 000 et 246 000 euros.

Le jeune alpiniste, qui a souhaité gardé l’anonymat, les a découvertes alors qu’il évoluait sur le glacier des Bossons. Il a aperçu une boîte métallique qui gisait sur le glacier. A l’intérieur, se trouvaient de petits sachets, dont certains portaient la mention « Made in India », contenant les pierres précieuse.

« C’est un jeune homme honnête qui a très vite compris que ça appartenait à quelqu’un qui était mort sur le glacier« , a expliqué le chef d’escadron Sylvain Merly, commandant de la compagnie de gendarmerie d’Albertville. « Il aurait pu garder ça pour lui mais a préféré les amener à la gendarmerie », a-t-il ajouté.

Malabar Princess

Deux avions indiens se sont écrasés sur le Mont-Blanc en 1950 et 1966. Depuis lors, les alpinistes ont découvert régulièrement des morceaux de carlingue, des valises et mêmes des restes humains. En août 2012, deux alpinistes de Chamonix avaient ainsi découvert une valise diplomatique indienne, contenant des coupures de journaux, qu’ils avaient symboliquement remise aux autorité indiennes.

Dans le cas des pierres précieuses, « si on ne retrouve pas le propriétaire, un article de loi prévoit que ça pourrait revenir au jeune alpiniste », a expliqué le commandant Merly. 

Les pierres ont été mises sous scellés et remises au parquet d’Albertville. Les autorités françaises devraient désormais prendre contact avec les autorités indiennes afin de retrouver le propriétaire ou ses héritiers.

Le 3 novembre 1950, le Malabar Princess, un avion d’Air India, s’est écrasé sur le Mont-Blanc, faisant 58 morts.

Près de 16 ans plus tard, le 24 janvier 1966, le Kangchenjunga, un Boeing 707 de la même compagnie, qui effectuait la liaison Bombay-New York, s’est écrassé au même endroit avec 117 passagers à bord. Aucun d’entre eux n’a survécu. Le glacier des Bossons charrie régulièrement des débris des catastrophes aériennes survenues au Mont-Blanc. En 1975 déjà, le guide de haute montagne Christian Mollier y avait découvert le train d’atterrissage du Malabar Princess lors d’une course en montagne.

http://www.ladepeche.fr

Alma Un corps est retrouvé 32 ans plus tard


Voilà une triste trouvailles qui va quand même permettre a une famille de tourner la page lors d’une accident d’avion qui avait caché le corps d’une mère pendant plusieurs années
Nuage

 

AlmaL

Un corps est retrouvé 32 ans plus tard

 

Un corps est retrouvé 32 ans plus tard

Crédit photo : Agence QMI

Par Jean Houle | TVA Nouvelles

Une famille d’Alma vit une délivrance aujourd’hui, 32 ans après un drame qui avait bouleversé sa vie.

Le corps de Fabienne Maltais a été repêché jeudi des eaux du Lac Tchitogama, à une trentaine de kilomètres au nord d’Alma.

Le corps de cette dame était resté prisonnier du lac depuis le 18 mai 1980 à la suite d’un écrasement d’avion. Les deux enfants du couple tué dans l’écrasement d’avion se sont sentis délivrés.

«Avant, ils ne savaient pas où était leur mère. Maintenant, ils savent», a déclaré le frère du pilote décédé, Lionel Fortin.

«Personnellement, j’ai toujours eu espoir qu’on retrouverait l’avion. Chaque printemps, quand l’eau baissait, je me disais qu’un avion qui survolerait le secteur l’apercevrait peut-être. Hier, chaque fois que les plongeurs revenaient au quai municipal, on s’attendait à voir apparaître l’avion».

Le Piper PA 12 de l’année 1980 s’était écrasé le 18 mai 1980, laissant orphelins une fille de 10 ans et un adolescent de 14 ans. Le pilote, Raymond Fortin, policier municipal à Alma, avait été surpris par une météo défavorable. À l’époque, les recherches n’avaient pas permis de localiser l’appareil. Le corps de l’homme avait été repêché un mois plus tard. Sa femme était demeurée sous les eaux.

En 2008, la SQ a acquis de nouveaux appareils de détection sous-marine, ce qui a incité un enquêteur de la région à réactiver le dossier. La SQ a autorisé des recherches il y a quelques mois. Le sonar a repéré l’avion lors d’un exercice la semaine dernière, à 148 pieds de profondeur.

«On distinguait bien la forme de l’avion, relate Hélène Nepton, de la SQ. Nos plongeurs sont descendus et ont aperçu des restes humains à l’intérieur, qui pourraient bien correspondre à la femme disparue».

La famille a été avisée en début de semaine des possibilités de repêcher dans l’habitacle les restes de Fabienne Maltais. La dépouille sera examinée par un coroner avant d’être remise à la famille.

«Il doit procéder à une identification formelle et déterminer les causes du décès».

Des pièces qui s’étaient détachées de la carlingue, ainsi que le moteur, ont été remontés à la surface. La famille pourra les récupérer prochainement. Le corps sera incinéré.

«Les enfants vont placer les cendres dans une urne et la déposeront à côté de l’urne de leur père», a indiqué Lionel Fortin.

http://tvanouvelles.ca