– Des groupes écologistes lancent la campagne « Silence, on parle »


Est-ce que le Canada et le Québec sont en crise, alors que le gouvernement canadien coupe sur dans des domaines important tel que la protection de l’environnement, fuit ses responsabilités devant l’urgence d’agir et que le Québec veut enlever le droit a la démocratie .. Sans parler des exploitations qui sont vue d’un très mauvais oeil de la population …
Nuage

 

– Des groupes écologistes lancent la campagne « Silence, on parle »

 

Si une image noire remplace la page d’accueil de certains sites Web lundi, elle ne sera pas le résultat d’une attaque de pirates informatiques, mais bien un message de groupes écologistes qui souhaitent dénoncer certaines politiques gouvernementales en matière d’environnement, entre autres.

Si une image noire remplace la page d’accueil de certains sites Web lundi, elle ne sera pas le résultat d’une attaque de pirates informatiques, mais bien un message de groupes écologistes qui souhaitent dénoncer certaines politiques gouvernementales en matière d’environnement, entre autres.

Équiterre, Greenpeace, le World Wildlife Fund (WWF) et la Fondation David Suzuki figurent parmi les organisations de défense de l’environnement qui participeront cette journée-là à la campagne « Silence, on parle », car selon eux les gouvernements provincial et fédéral utilisent leurs pouvoirs législatifs pour « affaiblir les voix de groupes qui s’opposent à leurs idéologies ».

Selon le directeur général pour la section québécoise de la fondation David Suzuki, Karel Mayrand, le gouvernement Harper a pris les écologistes en grippe, et il les « muselle » avec, notamment, le dépôt du projet de loi budgétaire C-38.

Ce document de quelque 400 pages amende plus d’une soixantaine de lois, notamment de nombreuses législations environnementales, mais également l’admissibilité à l’assurance-emploi et aux prestations de vieillesse, les politiques d’immigration et les méthodes d’inspection des aliments.

M. Mayrand ajoute que la « même chose » se produit au Québec avec la loi 78, que le gouvernement Charest a adoptée afin d’encadrer les manifestations et d’assurer l’accès aux institutions d’enseignement.

L’écologiste voit dans ces mesures « un glissement dangereux » que les citoyens « doivent dénoncer », sans quoi les débats de société et la légitimité des choix des gouvernements s’en trouveront affectés.

Selon M. Mayrand, la qualité des décisions prises en démocratie est « tributaire de l’expression d’une diversité de points de vue », et c’est pourquoi il demande aux citoyens, organisations et entreprises de participer à la campagne qu’il promeut.

« Les gens sont en état de choc devant ce qui se passe a Ottawa », observe-t-il.

« Nous, on veut leur donner la parole pour défendre les deux valeurs canadiennes fondamentales que sont la protection de la nature et la démocratie. On a des réponses de groupes écologistes, mais aussi de gens ordinaires, qui appuient le principe qui veut qu’on puisse prendre la parole sans risquer des représailles. »

M. Mayrand s’inquiète également qu’une tendance soit en train d’émerger.

« Les associations étudiantes sont visées par Québec, les groupes environnementaux le sont par Ottawa. Qui seront les suivants? », demande-t-il.

Certaines personnalités publiques participent à la campagne « Silence, on parle », à savoir l’écrivaine Margaret Atwood, le musicien Bruce Cockburn et le groupe Les Cowboys Fringants.

Ils noirciront ainsi leurs sites Web lundi en reprenant les mots de la campagne ou, encore, ils s’exprimeront sur les réseaux sociaux comme Facebook et Twitter.

http://actualites.ca.msn.com

Un Bon Jour de la Terre !


On ne peut pas commencer une journée sans connaitre l’origine du Jour de la Terre. Beaucoup d’activités sont prévu pour tous les goûts. La Terre nous donne beaucoup .. Sachons être reconnaissant en faisant les bons gestes pour préserver cette Terre pour que les générations futures puissent profiter des beauté que la Terre nous offre
Nuage

 

Jour de la Terre

 

 

Le Jour de la Terre est le nom d’une célébration correspondant à deux événements : soit la journée internationale de la Terre du 20 ou 21 mars (correspondant à l’équinoxe) soit la journée de la Terre du 22 avril, qui a pris naissance en 1970 aux États-Unis.

Le symbole de cet événement est une combinaison des lettres « E » et « O », pour Environment and Organism, de couleur verte sur un fond blanc : Symbole du Jour de la Terre.

Le Jour de la Terre marque tous les ans l’anniversaire de la naissance, en 1970, du mouvement environnemental tel qu’on le connaît aujourd’hui. Il fut fêté pour la première fois le 22 avril 1970, lorsque le sénateur américain Gaylord Nelson encouragea les étudiants à mettre sur pied des projets de sensibilisation à l’environnement dans leurs communautés.

Gaylord Nelson, sénateur du Wisconsin, a proposé la première manifestation environnementale d’envergure sur le territoire américain pour secouer le monde politique et forcer l’insertion de la problématique environnementale dans le cadre politique national.

« C’était un pari, mais cela a fonctionné »1, rappelle-t-il.

 En effet, ce premier Jour de la Terre a mené à la création de l’agence de protection de l’environnement des États-Unis (EPA) et à l’adoption de la loi « Clean Air, Clean Water, and Endangered Species ».

 En 1990, sous l’égide de l’environnementaliste américain Denis Hayes, le Jour de la Terre est devenu un événement planétaire, mobilisant 200 millions de personnes dans 141 pays et jouant un rôle de levier pour les enjeux environnementaux mondiaux. Le Jour de la Terre a donné un élan énorme aux campagnes de sensibilisation à la réutilisation et au recyclage et a aidé à préparer le terrain pour le Sommet de la Terre des Nations Unies de 1992 à Rio de Janeiro.

Au Québec, il est célébré depuis 1995 en organisant toutes sortes d’activités de sensibilisation face aux enjeux environnementaux. Le Jour de la Terre fait résonner haut et fort le message que des citoyens de toute la planète souhaitent une action rapide et décisive en faveur de l’énergie propre.

Journée équinoxiale

Cloche japonaise de la paix

En février 1971, le secrétaire général des Nations Unies, U Thant signe la proclamation du jour international de la Terre. Il est traditionnel de fêter ce jour en faisant retentir au moment de l’équinoxe la cloche de la paix (Cloche japonaise de la paix), une cloche offerte par le Japon aux Nations Unies.

Participation

Le jour de la Terre de l’année 2000 a atteint (grâce à l’internet notamment) un record de participation jusqu’alors. Dans 184 pays, on estime que le nombre de participants touchés d’une manière ou d’une autre fût de l’ordre de quelques centaines de millions.

Aujourd’hui, plus de 500 millions de personnes passent à l’action ou participent à un événement chaque année dans le cadre du Jour de la Terre. Au fil des ans, le Jour de la Terre est devenu l’événement participatif écologiste le plus important de la planète.

 

How the First Earth Day Came About [archive]

http://fr.wikipedia.org/