Le Saviez-Vous ► Europe : Eclipse solaire du 20 mars : 9 incroyables croyances et superstitions


Avant que la science puisse expliquer les éclipses du soleil ou de la lune, il y avait des légendes, et des superstitions. Dans certains coins du monde, les superstitions existent encore souvent présage de mauvais sorts
Nuage

 

Europe : Eclipse solaire du 20 mars : 9 incroyables croyances et superstitions

eclipse croyance superstition inde

Le 22 juillet 2009 en Inde, à l’occasion d’une éclipse solaire, des enfants handicapés sont enterrés jusqu’au cou dans l’espoir d’une guérison miraculeuse.Photo : Excel Media / Rex Features

MYTHOLOGIES – Un jaguar, un serpent, un dragon, des loups, la fin du monde… nombreuses croyances et superstitions tentaient d’expliquer ce phénomène étrange d’une éclipse solaire ou lunaire.

 ► Interdit de cuisiner en Inde

Il ne faut surtout rien cuisiner pendant une éclipse solaire. La nourriture ainsi préparée est jugée impure. Il ne reste plus qu’à la jeter ou… la donner aux mendiants. De même, les femmes doivent rester au calme chez elles car ce n’est pas bon signe d’accoucher pendant le phénomène. Et si jamais l’envie vous prend d’assister à une éclipse solaire, un conseil très commun est de prendre ensuite de nombreux bains. Ou alors, l’alternative est de se rendre dans la ville sainte de Kurukshetra (nord de l’Inde) où les gens se baignent dans des eaux purifiées pendant l’éclipse. Le but : libérer son âme. Enfin, encore aujourd’hui, les enfants handicapés sont enterrés dans la terre jusqu’au coup dans l’espoir qu’ils soient guéris par l’éclipse

► Au Pérou, une Lune malade

Une éclipse lunaire et voilà que le satellite naturel de la Terre était considéré comme malade. La pire crainte des Incas était une éclipse totale, ce qui signifiait que la Lune ne pourrait plus soutenir le ciel et donc qu’il s’écraserait sur notre planète. Pour éviter cette terrible prédiction, ils prenaient leurs instruments de musique pour faire du bruit, émettaient des cris terribles et attachaient les animaux dans l’espoir que leurs lamentations afin d’attendrir la Lune et qu’elle se ressaisisse.

► Dans l’Arctique, ne surtout pas laisser entrer le Soleil

Lors d’une éclipse – lunaire ou solaire – la plus grande crainte des Inuits est que le Soleil ou la Lune ne rentrent chez eux. La règle est donc de cacher toutes les provisions et de fermer les maisons. Là encore, les populations font beaucoup de bruit pour éloigner le mauvais sort. Et les femmes tirent les oreilles des chiens. Le but est de les faire hurler, preuve que la fin du monde n’est pas proche (ils sont censés avoir un instinct plus fort que les humains car ils étaient là avant eux).

► En Chine : faites du bruit !

Dans la Chine impériale, une éclipse était annonciatrice, au choix, de terribles catastrophes naturelles ou de la mort d’un empereur. Parmi les mythes, on évoque l’existence d’un dragon d’une prodigieuse grandeur qui dévorerait le Soleil ou la Lune lors des éclipses. Pour l’effrayer et le faire disparaître, il faut donc faire le plus de bruit possible (avec des tambours, des casseroles… tout ce qu’on a sous la main). Le communisme a interdit toutes ces démonstrations liées à ces croyances anciennes.

► En Grèce aussi, le signe des pires malheurs

L’Europe n’a pas fait exception à la règle. Bien que connaissant le phénomène des éclipses depuis longtemps, les Grecs ont longtemps évoqué la présence d’un dragon maléfique dans le ciel. L’éclipse solaire s’expliquait aussi par une légende : le Soleil aurait décidé de se reculer, horrifié, face au festin d’Altrée. Dans la mythologie grecque, ce roi de Mycènes (père d’Agamemnon et de Ménélas) obligea son frère à dévorer ses enfants au cours d’un funeste banquet.

► En Jamaïque, la supercherie de Christophe Colomb

Profitant d’une éclipse lunaire alors qu’il avait touché terre à la Jamaïque en 1504, le célèbre navigateur italien a réussi à se faire donner des vivres par la population. Sachant que l’éclipse devait avoir lieu, il fit chanter les chefs de l’île en leur annonçant que s’ils ne lui fournissaient pas ce qu’il demanderait, il ferait disparaître la lumière de la Lune. Voyant cela et terrorisés par sa magie, les autochtones lui donnèrent tout ce qu’il souhaitait, le suppliant de faire réapparaître la Lune.

► L’éclipse, une affaire très animale

Selon les régions du monde, l’origine d’une éclipse, qu’elle soit solaire ou lunaire, est animale. Et c’est souvent le prédateur le plus craint dans la zone qui est pris à partie. Chez les Guaranis de l’Orénoque (Venezuela et Colombie), c’est un Jaguar qui s’attaquait aux astres. On le retrouve aussi en Argentine et en Uruguay. Pour d’autres tribus d’Amérique du Sud, c’est un chien géant qui dévore la Lune ou le Soleil tandis qu’en Amazonie, une chauve-souris géante est pointée du doigt. Les Mayas mettaient en cause un serpent géant. En Colombie Britannique, les Makkah craignaient un terrible requin. En Scandinavie, toute la faute reposait sur des loups affamés.

► Gagner une bataille en profitant d’une éclipse

Le 4 juillet 1917, alors que les Turcs étaient occupés à tirer en l’air dans l’espoir de libérer la Lune, un certain Thomas Edward Lawrence, plus connu sous le nom de Lawrence d’Arabie, a pris d’assaut – avec succès – le port ottoman d’Aqaba (actuellement situé en Jordanie). Ironie de l’histoire, le Britannique n’avait à ses côtés qu’une cinquantaine de Bédouins alors que les Turcs étaient plusieurs milliers. Lors de la bataille d’Aqaba, la peur a eu raison du nombre.

► Quelques légendes qui font exception à la règle

Même si elles sont plus rares, il existe quelques exemples où une éclipse n’était pas considérée comme un mauvais présage. Ainsi, dans mythologie grecque et romaine, selon la légende, l’éclipse lunaire était expliquée par un geste bienveillant de la déesse de la chasse, Diane / Artémis, qui décidait de baisser la lumière pour préserver l’intimité de ses amours avec le roi Endymion.

http://www.metronews.fr/

Éclipse solaire: est-ce que ça rend aveugle pour vrai?


L’Europe sera le spectateur de phénomène astral vendredi prochain. Je me souviens lors d’éclipse solaire plus jeune qu’il y avait  des messages de préventions  à la télé et radio pour éviter les brûlures aux yeux, il y eut quand même des gens qui ont défié l’éclipse  et ont eu des séquelles aux yeux
Nuage

 

Éclipse solaire: est-ce que ça rend aveugle pour vrai?

 

Éclipse solaire: est-ce que ça rend aveugle pour vrai?

Photo Fotolia

Vendredi 20 mars, les Européens pourront observer un phénomène astral assez spectaculaire: l’alignement total de la Terre, de la lune et du soleil; une éclipse solaire. Il s’agira la dixième en un siècle. Un spectacle qui vaut la peine d’être observé, mais non sans précaution.

Seul l’Atlantique Nord, dont les îles Féroé et l’archipel norvégien du Svalbard, profitera d’une disparition totale du soleil derrière la lune. Mais l’éclipse partielle sera visible dans toute l’Europe et au nord de l’Afrique. En France, l’occultation du soleil pourra aller jusqu’à 80 % selon les zones, et se produira entre 9h et 12h.

Qu’il soit partiel ou total, le phénomène représente un vrai danger à observer à l’oeil nu. Il est donc indispensable de s’équiper de lunettes adaptées. Sans cela, les rayons infrarouges de l’astre solaire provoquent des brûlures irréversibles de la rétine, même lors d’une exposition de quelques secondes. Ces effets peuvent entraîner une grave altération de la vue, voire la cécité.

LES FAUSSES BONNES IDÉES

Dans tous les cas, il faut éviter de fixer le ciel avec de simples lunettes de soleil, très insuffisantes pour protéger l’oeil des rayons solaires. Les instruments optiques, comme les jumelles ou les objectifs d’appareil photo, sont à bannir aussi, tout comme les verres fumés ou les bricolages maison, du type superposition de films radiologiques. Les masques de soudeur ne sont pas non plus forcément adaptés aux infrarouges.

Le seul équipement recommandé sont des lunettes spéciales, filtrant la lumière et constituées soit en polymère noir, soit en polyester recouvert d’une fine couche d’aluminium.

Pour se les procurer, on peut se rendre en pharmacie, chez les opticiens ou dans les clubs d’astronomie.

Enfin, il est également conseillé de faire des pauses lors de l’observation pour ne pas fixer le phénomène de trop longues minutes d’affilée, et reposer ses yeux.

http://fr.canoe.ca/

La mystérieuse machine d’Anticythère, plus vieux calculateur au monde, serait encore plus vieille que ce que l’on pensait


Il y avait des savants avant notre ère qui étaient vraiment créatifs et d’une grande intelligence avec les moyens qu’ils avaient pour inventer des choses comme ce calculateur qui pouvait prédire les éclipses.
Nuage

 

La mystérieuse machine d’Anticythère, plus vieux calculateur au monde, serait encore plus vieille que ce que l’on pensait

 

The Antikythera Mechanism, au musée national d’archéologie d’Athènes. par Tilemahos Efthimiadis | FlickR licence cc by

Elle prédisait les éclipses…

Découverte en 1901 au large de l’île grecque d’Anticythère, la machine du même nom reste à ce jour l’une des découvertes archéologiques les plus intriguantes.

Personne ne sait avec certitude qui l’a construite, ni d’où elle provient, explique le New York Times. En revanche, les chercheurs savent que ce mécanisme, dont seule une partie subsiste, était révolutionnaire: il permettait de prédire les éclipses de la Lune et du Soleil, le mouvement des planètes, ou bien encore la date des prochains Jeux olympiques. Un appareil tel que beaucoup le compare au tout premier calculateur!

Mais le plus extraordinaire est qu’il a fallu attendre plus d’un millénaire, écrit le New York Times, avant de voir réapparaître sur Terre une technologie similaire à ce complexe assemblage de bronze.

Mieux encore: selon de récentes recherches, dont les conclusions ont été publiées en novembre dans la revue Archive for History of Exact Sciences, la machine d’Anticythère serait encore plus vieille qu’imaginé. Jusque-là, et malgré les maigres indices à leur disposition, les scientifiques dataient le plus souvent son apparition aux alentours de 87 avant Jésus-Christ, résume le site Science Alert, soit peu de temps avant qu’un navire la transportant sombre et l’entraîne aux fonds des mers, entre 85 et 60 avant Jésus-Christ.

Selon les nouveaux travaux de l’historien argentin Christián C. Carman et du physicien américain James Evans, la machine remonterait en réalité plus de 100 ans auparavant, à quelque 205 avant Jésus-Christ. Le calendrier du mystérieux mécanisme aurait en effet été programmé pour débuter à cette date, explique le New York Times.

Ce qui veut dire que la machine d’Anticythère n’est pas due au génie mathématique des Grecs, comme on le pensait jusque-là, mais à celui des Babyloniens.

Pour vous aider à vous faire une idée de l’apport de la machine d’Anticythère à la science, le site I Fucking Love Science a une excellente illustration:

«Si un tel appareil avait survécu, Kepler aurait pu trouver la tâche d’expliquer les orbites des planètes bien plus facile à accomplir. Bien que les concepteurs [de cette machine] n’avaient probablement pas compris pourquoi la Lune ralentissait ou accélérait dans son orbite, ils en étaient suffisamment conscients. En fait, le mécanisme le reproduisait précisément.»

Pour rappel, Johannes Kepler est mort en 1630. Soit plus de 1.800 ans après la machine d’Anticythère.

http://www.slate.fr

Le Saviez-Vous ► Pourquoi les Incas avaient-ils peur des éclipses ?


Le 3 novembre 2013 l’Est américain, seules des phases partielles de cette éclipse seront visibles dans le sud de l’Europe (Espagne, sud de l’Italie et Grèce) et sur quasiment l’ensemble du continent africain. La science sait maintenant ce qu’est une éclipse, mais il fut un temps que ces phénomènes provoquer de grandes peurs chez les peuples
Nuage

Pourquoi les Incas avaient-ils peur des éclipses ?

 

Le dimanche 3 novembre, une éclipse solaire hybride est attendue par les astronomes. Un événement banal de nos jours, terrifiant pour nos ancêtres. Saviez-vous que les Incas pensaient que le Soleil allait se faire dévorer par un monstre céleste ?

Qu’elle soit totale ou partielle, l’éclipse n’effraie plus personne (ou presque) en 2013. Le dimanche 3 novembre, une éclipse solaire hybride est annoncée par les astronomes. Le fait d’être capable de prévoir et de comprendre un tel événement est une révolution. Il y a cinq siècles, les Incas – ignorant tout du fonctionnement de l’Univers – pensaient qu’un puma était en train de dévorer le Soleil lorsque la Lune le cachait. Et ils n’étaient pas les seuls à s’imaginer toutes sortes de scénario rocambolesques. Retour sur les croyances passées autour de l’éclipse.

L’éclipse vue par les Incas : un puma dévorant le Soleil

Si aujourd’hui les scientifiques sont capables de fournir une explication rationnelle à la formation d’une éclipse, à une certaine époque, l’être humain redoutait de voir le Soleil disparaître à jamais.

La civilisation inca (XIIIe—XVIe siècle) voue un véritable culte au Soleil. Pour elle, une éclipse du Soleil est synonyme d’apocalypse. Selon la croyance populaire, elle est la conséquence de la mort d’Int, le dieu du Soleil, dévoré par un puma. Dans la civilisation inca, le félin est le symbole des êtres surnaturels. Certains pensent qu’il est aussi à l’origine des orages : son rugissement est le tonnerre, les éclairs le reflet de ses yeux. Une éclipse solaire serait ainsi un combat entre le Ciel et la Terre. Pour effrayer l’animal, les Incas sortent dehors, prient, crient, et font un maximum de brouhaha.

Si le Soleil tient une place centrale dans la civilisation inca, la Lune aussi est vénérée.Alors quand l’astre disparait, la panique s’empare du peuple. D’après la légende, les éclipses de Lune surviennent lorsque l’astre se laisse emporter par un sommeil trop profond et dévie de son chemin habituel. Conséquence : il risque de se perdre, pire, de tomber sur la Terre et d’écraser ses habitants ou d’être dévoré par un monstre. Pour réveiller la Lune, les Incas se mettent à faire le plus de bruit possible en jouant de toutes sortes d’instruments, en fouettant les chiens et en battant les enfants. Autre hypothèse : ces cris de chiens et d’enfants sont provoqués par les Incas pour toucher en plein cœur la Lune et ainsi la tirer de son sommeil.

À la fin de l’éclipse, le peuple loue le dieu Pachacamac, soutien de l’univers, pour avoir participé à la survie de l’espèce humaine.

VIDÉO – Dans Le Temple du Soleil, Tintin se sert d’une éclipse pour effrayer les Incas :

© DR – YouTube

Les Incas n’étaient pas les seuls à redouter les éclipses

Chez les Mayas : l’interprétation est à peu près la même que celles des Incas. Seule différence : le mangeur de soleil est un jaguar. Quant aux éclipses de Lune, ce serait le Soleil le glouton.

Dans l’Égypte antique : derrière l’éclipse solaire se cache le serpent Apophis, qui tente d’attaquer Râ, le dieu du Soleil. De par sa puissance, Apophis essaie de faire chavirer la barque solaire qui traverse le ciel et ainsi créer le chaos : la fin de l’univers.

Dans la Grèce antique : certains racontent à l’époque qu’une éclipse se produit lorsqu’Artémis, déesse associée à la Lune, rend visite à Endymion. D’autres pensent que ce sont des magiciennes malveillantes qui tentent d’attirer la Lune sur la Terre.

Dans la Chine antique : c’est la faute de l’Empereur. Considéré comme le fils des cieux, il doit s’assurer que Terre et Ciel s’entendent bien. Pour le peuple, une éclipse est le résultat d’un mauvais gouvernement.

En Inde : selon la légende, il s’agit d’une vengeance du démon Rahû. Le dieu Soleil et la déesse Lune l’ont empêché de boire un élixir d’immortalité. La tête de Rahû a été tranchée puis jetée dans l’espace mais comme l’anti-dieux a réussi à boire quelques gouttes de la potion, il rôderait encore au-dessus de nos têtes. Avec un seul objectif : dévorer le Soleil et la Lune en guise de vengeance. Une éclipse serait le signe que Rahû est parvenu à ses fins mais, sa tête étant séparée de son corps, il ne pourrait digérer les astres et les recracherait au bout de quelques minutes.

En Afrique : d’après la tradition populaire, les Mandingues (peuple d’Afrique de l’Ouest) pensent qu’un chat interpose sa patte entre la Lune et la Terre. Pendant toute la durée de l’éclipse, ils chantent et dansent sans s’arrêter.

MAIS, AU FAIT, C’EST QUOI UNE ÉCLIPSE ?

Il existe deux types d’éclipse :

l’éclipse solaire, qui a lieu lorsque la Lune se retrouve entre le Soleil et la Terre. Elle ne peut se produire qu’au cours d’une nouvelle Lune. Une partie de la Terre est alors plongée dans la pénombre.

– l’éclipse lunaire, qui se produit lorsque la Terre se retrouve entre le Soleil et la Lune, ce qui ne peut arriver que pendant une pleine Lune. L’astre se trouve alors dans l’ombre de la Terre.

> De la Terre, une éclipse correspond à l’alignement des trois astres (Terre, Soleil et Lune).

Lorsque la lumière de l’astre est complètement cachée, les astronomes parlent d’éclipse totale. Sinon, il s’agit d’une éclipse partielle.

Deux autres sortes d’éclipses ont été identifiées par les astronomes :

– l’éclipse annulaire a lieu quand la Lune et le Soleil sont parfaitement alignés avec la Terre, mais que la taille visible de la Lune est inférieure à celle du Soleil. De la Terre, la Lune semble entourée d’un halo de lumière.

– l’éclipse hybride se situe entre l’éclipse totale et l’éclipse annulaire. Il s’agit d’une transition entre les deux phénomènes. Ce type d’éclipse est très rare. La dernière a eu lieu en avril 2005.

Grâce au progrès de la science, l’être humain a pu éloigner au fil des siècles quelques-unes de ses peurs irrationnelles… comme la crainte que le ciel ne lui tombe sur la tête.

Par Cécile David

 

Éclipse solaire martienne


Qui aurait cru qu’un jour de simples terriens pourraient voir une éclipse solaire martienne !! Bon cela n’est pas comme une éclipse sur Terre, mais quand même, c’est un beau spectacle quand on sait que cela nous vient de très loin
Nuage

 

Éclipse solaire martienne

 

Le robot américain Curiosity a assisté à un spectacle céleste unique sur Mars. Le 17 août dernier, sa caméra munie d’un téléobjectif a observé une éclipse solaire alors que le robot se situait près du pied de la montagne Aeolis Mons, située dans le cratère Gale.

L'éclipse solaire Photo :  NASA

La plus grosse des deux lunes de Mars, Phobos, est alors passée directement entre la planète et le Soleil.

La NASA explique que les images saisies, les plus précises à ce jour d’une éclipse solaire martienne, ont ensuite été assemblées pour créer une courte vidéo (accessible à la fin du texte).

Il est possible de voir le satellite naturel de Mars passer devant le Soleil, sans toutefois cacher complètement ce dernier. C’est que l’astre de 26,8 kilomètres de diamètre n’est pas assez grand pour couvrir le disque solaire intégralement. Il est donc impossible d’assister, sur la planète voisine de la Terre, à une éclipse totale du Soleil.

Le robot Opportunity et d’autres sondes ont déjà assisté à un tel spectacle, mais jamais avec une telle précision.

Phobos est un astre très irrégulier et tourne à moins de 6000 kilomètres de Mars. En janvier 2011, la sonde européenne Mars Express a effectué un survol à moins de 100 kilomètres réalisant des images très précises du pôle sud de Phobos.

Phobos, la plus grande lune de MarsPhobos, la plus grande lune de Mars Photo :  ESA/DLR/FU Berlin (G. Neukum)

Curiosity, une sonde robotisée de 900 kg de la taille d’une petite voiture, est sur Mars depuis le 6 août 2012. Elle a permis de déterminer que Mars avait dans le passé un environnement propice à l’existence de microorganismes.

Notre dossier sur le Système solaire.

Le saviez-vous? 
En août dernier, la NASA avait publié une série d’images captées par le robot montrant la plus grosse des deux lunes de Mars, Phobos, passer directement entre la planète et Deimos, le plus petit et le plus éloigné de ses deux satellites naturels.

Éclipse solaire martienne

 

Photo :  NASA

 

 

http://www.radio-canada.ca/