Et si le manque de lumière ralentissait notre cerveau?


Une bonne lumière est indispensable pour que notre cerveau puisse mieux apprendre et à mémorisé.
Nuage

 

Et si le manque de lumière ralentissait notre cerveau?

 

Busy post 6pm | Juhan Sonin via Flickr CC License by

Busy post 6pm | Juhan Sonin via Flickr CC License by

Repéré par Thomas Messias—

Repéré sur ScienceDaily

Une étude de l’université du Michigan vient de montrer que vivre ou travailler sous des lumières insuffisamment puissantes pouvait contribuer à diminuer certaines facultés de notre cerveau.

On connaissait les effets de la lumière sur notre moral, qu’elle soit naturelle ou artificielle. Il est désormais établi que la puissance de nos éclairages aurait des conséquences directes sur notre cerveau, comme viennent de le montrer des neuroscientifiques de l’université du Michigan. Passer trop de temps dans des pièces sous-éclairées modifierait en effet la structure de notre cerveau et altèrerait durablement notre aptitude à apprendre et à mémoriser.

Relayée par ScienceDaily, l’étude a porté sur une population de rats musqués, animaux diurnes qui vivent le jour et dorment la nuit (contrairement à des animaux comme les chats, qui dorment un peu tout le temps). L’équipe de recherche a découvert que les animaux soumis à des lumières plus faibles voyaient la capacité de leur hippocampe (région du cerveau qui joue un rôle capital dans la mémorisation et la navigation spatiale) diminuer de 30%. En termes de mémoire et de spatialisation, les rats sous-exposés se montraient bien moins performants qu’auparavant, y compris sur des tâches auxquels ils avaient été entraînés au préalable.

Des dégâts réversibles

À l’inverse, les cobayes exposés à des lumières suffiamment intenses avaient tendance à faire des progrès par rapport à leur niveau habituel. Les scientifiques ont également constaté qu’en donnant une cure de lumière forte aux rats qui furent d’abord sous-exposés, on leur permettait de retrouver pleinement l’usage de leur cerveau. Les dommages d’un éclairage insuffisant seraient donc réversibles.

Selon Antonio Nunez, qui a co-dirigé l’étude, c’est cette sous-exposition qui expliquerait par exemple que nous puissions peiner à retrouver notre voiture dans un parking bondé après avoir passé plusieurs heures dans un centre commercial ou un cinéma.

Le manque de lumière ralentirait la production d’orexine, une peptide fabriquée par l’hypothalamus, reconnue pour son impact important sur certaines fonctionnalités du cerveau. C’est sur ce point que l’équipe de l’université du Michigan compte travailler, afin de déterminer si l’injection d’orexine peut remplacer l’exposition lumineuse. Si c’était le cas, cela pourrait par exemple permettre aux personnes malvoyantes ou aveugles de mieux développer leurs facultés de mémorisation ou de déplacement dans l’espace.

http://www.slate.fr/

La Terre toujours plus polluée par la lumière artificielle


Selon un nouvel atlas mondial de la pollution lumineuse publié en 2016, plus de 80% de l’humanité vit sous des cieux inondés de lumière artificielle, et un tiers de la population de la planète ne peut jamais voir la Voie lactée.
Nuage

 

La Terre toujours plus polluée par la lumière artificielle

 

Selon un nouvel atlas mondial de la pollution... (PHOTO AP)

Selon un nouvel atlas mondial de la pollution lumineuse publié en 2016, plus de 80% de l’humanité vit sous des cieux inondés de lumière artificielle, et un tiers de la population de la planète ne peut jamais voir la Voie lactée.

PHOTO AP

 

JEAN-LOUIS SANTINI
Agence France-Presse
New York

La Terre est de plus en plus inondée de lumière artificielle, un phénomène aggravé par la nouvelle technologie des lampes à diode électroluminescentes (LED), montre une analyse des observations d’un satellite, confirmant une pollution lumineuse grandissante qui affecte la santé humaine, les animaux et les plantes.

Des chercheurs, dont les travaux sont publiés mercredi dans la revue Science Advances, ont déterminé que l’éclairage planétaire s’est accru, tant en quantité qu’en intensité, d’environ 2% par an de 2012 à 2016.

L’accroissement de la lumière artificielle se produit presque partout sur le globe avec des régions peu éclairées précédemment où la luminescence est nettement plus importante, pointe Christopher Kyba un chercheur du Centre GFZ de recherche de géophysique à Potsdam en Allemagne, le principal auteur.

Cette étude est l’une des toutes premières à examiner depuis l’espace les effets de la transition en cours dans le monde vers l’éclairage LED qui est nettement moins gourmand en énergie.

Les résultats indiquent que les économies d’électricité résultant de cette nouvelle technologie sont plus faibles qu’attendues.

Sonnette d’alarme 

Vu que les lampes LED produisent la même quantité de lumière avec nettement moins d’électricité, les experts pensaient que les dépenses notamment des villes dans le monde consacrées à l’éclairage public auraient diminuées.

Mais les chercheurs ont conclu que les économies d’énergie réalisées grâce à la technologie LED ont apparemment été investies pour installer encore plus d’éclairages extérieurs.

«Il y a un bon potentiel pour une véritable révolution de l’éclairage permettant à la fois d’économiser de l’énergie et de réduire la pollution lumineuse mais seulement si on ne consacre pas les économies réalisées à créer encore plus de lumière», résume Christopher Kyba.

Dans de précédents travaux, il avait montré que les émissions lumineuses par tête étaient de trois à quatre fois plus élevées aux États-Unis qu’en Allemagne. Cela montre qu’il est possible d’assurer le même niveau de prospérité et de sécurité avec un usage plus restreint de la lumière artificielle, fait valoir le chercheur.

Mais malheureusement, juge-t-il, la luminosité artificielle va continuer à augmenter la nuit dans le monde avec des conséquences néfastes sur l’environnement et la santé.

La lumière la nuit peut perturber le rythme circadien, l’horloge biologique, ce qui accroît le risque de cancer, de diabète et de dépression. Elle peut aussi inhiber la dormance des végétaux qui leur permet de survivre aux rigueurs de l’hiver.

«Nous espérons que les résultats de cette recherche vont encore davantage tirer la sonnette d’alarme quant aux nombreuses conséquences sur la nature d’un usage excessif de la lumière artificielle la nuit», a quant à lui relevé Scott Feierabend, directeur de l’Association internationale des nuits noires «International Dark-Sky Association».

Pollution lumineuse sous-estimée

Il pointe notamment le fait que les éclairages LED émettent beaucoup de lumière bleue, ce que l’instrument utilisé dans le satellite de la NASA pour cette étude ne peut pas détecter.

Ainsi l’étude pourrait avoir sous-estimé l’ampleur de la pollution lumineuse.

En outre, cette lumière se diffuse davantage dans l’atmosphère terrestre que les autres sources lumineuses d’autres couleurs ce qui fait que le satellite n’a pas capté toute l’intensité de la lueur des villes la nuit qui apparemment étaient moins brillantes qu’avant l’adoption des ampoules LED, explique Christopher Kyba.

Selon un nouvel atlas mondial de la pollution lumineuse publié en 2016, plus de 80% de l’humanité vit sous des cieux inondés de lumière artificielle, et un tiers de la population de la planète ne peut jamais voir la Voie lactée.

Cette carte permet d’étudier les éclairages artificiels comme un polluant avec un impact potentiel sur la santé et l’écologie, expliquait alors l’équipe internationale qui l’a mise au point.

Ces scientifiques conduit par Fabio Falci, un chercheur de l’Institut italien de la technologie et de la science de la pollution lumineuse (ISTIL), expliquaient notamment que «les niveaux lumineux de la technologie LED et ses couleurs pourraient entraîner un doublement voire un triplement de la luminescence du ciel pendant des nuits noires».

http://www.lapresse.ca

L’éclairage public précipite le printemps et le réveil des arbres


La pollution lumineuse est un problème pour l’homme, les animaux et aussi pour les arbres. Cette lumière artificielle donne un message erroné aux arbres qui a pour conséquence d’avancer le processus du printemps, ce qui nuit à d’autres espèces qui ne peuvent pas profiter du printemps des arbres
Nuage

 

L’éclairage public précipite le printemps et le réveil des arbres

 

Feuillage printanier de hêtre. Cette espèce est fortement influencée par la pollution lumineuse. Stéphane Bouilland / Biosphoto

Feuillage printanier de hêtre. Cette espèce est fortement influencée par la pollution lumineuse. Stéphane Bouilland / Biosphoto

Par Rachel Mulot

La pollution lumineuse berne les photorécepteurs des arbres et déclenche des printemps plus précoces dans les villes de Grande-Bretagne selon une étude de l’université d’Exeter. Jusqu’à une semaine plus tôt.

 

BOURGEONS. Les lumières de la ville ne perturbent pas que les humains et les animaux. Une nouvelle étude de l’université d’Exeter (Grande-Bretagne) montre qu’elles accélèrent également le débourrement des arbres. Les bourgeons des hêtres, des frênes et des chênes éclatent jusqu’à sept jours et demi plus tôt, selon les calculs des écologues qui ont épluché treize années de données sur la Grande-Bretagne. Les chercheurs se sont appuyés sur les observations de citoyens britanniques du Woodland Trust, volontaires pour noter l’apparition des premiers feuillages à travers toute l’île.Ils ont croisé ces observations de terrain avec les images satellite de l’éclairage artificiel (photos ci-dessous) et les températures enregistrées au printemps.

Les températures moyennes de printemps en 2011, (a)  les lumières nocturnes (b), les observations de débourrement pour le sycomore (c), le hêtre (d), chêne (e) et les frênes (f).

« Les résultats nous ont surpris par leur ampleur » explique Richard Ffrench-Constant, du Centre pour l’écologie et la conservation de l’université d’Exeter à Sciences et Avenir.

Nous nous attendions à un effet d’un ou deux jours tout au plus. Mais là, le printemps prend jusqu’à une semaine d’avance ! Le plus difficile pour les chercheurs a été de distinguer l’effet induit par l’éclairage de celui provoqué par la température plus élevée en ville.

« Hors des grands centres urbains, nous observons que l’avance du débourrement est encore plus prononcée, ce qui confirme que l’effet de l’«îlot de chaleur»n’est pas seul en cause. L’effet global était aussi beaucoup trop grand pour être expliqué par la seule température »,explique l’écologue.

 Un effet en cascade redouté

Est-ce si grave, un printemps précoce chez les feuillus ? Les chercheurs pointent les effets en cascade sur d’autres organismes dont les cycles de vie sont synchrones avec ceux des arbres. La phalène brumeuse, par exemple, doit faire éclore ses œufs au moment du débourrement du chêne pédonculé. Les larves écloses trop tôt meurent de faim… Nées trop tard, elles n’ont plus accès qu’à des feuilles moins tendres et digestes, bourrées de tanins défensifs contre les herbivores. Et si les populations de phalène dépérissent, ce sont certains oiseaux qui sont à leur tour affamés, tout comme leurs prédateurs…

________________________________________________________

Lumière et synchronicité. La plupart des organismes ont évolué pendant des millions d’années selon des cycles prévisibles de lumière et d’obscurité liés à la rotation et l’orbite de la Terre. La lumière naturelle joue le rôle de signal pour les activités quotidiennes comme saisonnières. Les plantes vasculaires ont des photorécepteurs appelés phytochromes, très sensibles au rouge. Le ratio de rouge dans la lumière permet de déterminer efficacement la longueur de la journée et cette capacité aide les organismes à synchroniser des événements phénologiques clés tels que le débourrement, le bourgeonnement et la floraison de sorte qu’ils coïncident avec des conditions environnementales favorables.

________________________________________________________

« Les résultats fournissent des informations importantes pour les personnes en charge des éclairages publics », explique Robin Summer Yeates, codirecteur de l’étude dans un communiqué de l’université d’Exeter. 

Ils soulignent, selon lui, la nécessité de poursuivre les recherches sur l’impact des qualités différentes de lumières des éclairages, ainsi que sur leurs longueurs d’onde spécifiques.

« Un point  positif de cette recherche est que nous avons confirmé que c’est la composante rouge (lire encadré ci-dessus) de la lumière qui est responsable de l’accélération du réveil chez les arbres », conclut Richard Ffrench-Constant. Nous avons maintenant la possibilité excitante de créer des «éclairages LED intelligents»,  évitant de telles fréquences et plus respectueux de la nature. »

http://www.sciencesetavenir.fr/

Le Saviez-Vous ► Pourquoi les supermarchés ont-ils un éclairage aussi vif ?


En affaire, tout est calculé pour que les consommateurs pensent être maître de leurs achats alors qu’en réalité c’est tout autre chose. Que se soit la disposition des étagères, de l’éclairage, de l’ensemble du magasin, tout pour que le client achète plus que de raison
Nuage

Pourquoi les supermarchés ont-ils un éclairage aussi vif ?

 

 

Pourquoi  cette débauche de luminaires ? Pour offrir un meilleur cadre de vie aux clients ? Pas tout à fait. C’est plus habile et plus cynique que cela.

De nombreuses études ont prouvé que la lumière a une influence majeure sur notre comportement, par son intensité, sa répartition et sa qualité. Dans un magasin, un niveau d’éclairage élevé augmente la rapidité de la perception visuelle. Concrètement, cela permet aux acheteurs de circuler plus aisément, mais surtout de réagir -c’est à dire d’acheter- plus rapidement. On a constaté que les consommateurs se dirigent plus volontiers vers les endroits les mieux éclairés.

Inversement, si les rayonnages sont mal mis en valeur visuellement, la « ménagère » —selon l’appellation du marketing— n’arrive pas à percevoir l’existence de produits qu’elle a pourtant sous les yeux. Même si elle les cherche !

Moralité : un éclairage surpuissant conditionne la bonne marche du commerce.

Mais il y a plus grave. Selon certains neurologues et ophtalmologistes, la lumière des supermarchés produirait une sorte d’effet d’hypnose : la fréquence de battements de paupières des consommatrices observées ralentirait de 30 par minute en temps normal, à 14 par minute, quand elles se trouvent devant un rayon et qu’elles se concentrent sur ce qu’elles voient.(Cette fréquence de battement est en rapport direct avec le niveau de vigilance et d’attention).

http://www.franceinfo.fr/

Ce qu’il faut pour survivre en cas de catastrophe


Coupure d’électricité, isolée du monde, danger, il est nécessaire d’avoir une trousse de survie au cas .. eau, nourriture non périssable, pansement … mais la technologie qui est souvent la première touché peut aussi avoir des moyens de rechange
Nuage

 

Ce qu’il faut pour survivre en cas de catastrophe

 

Top - Ce qu'il faut pour survivre en cas de catastrophe

Photo «Eugenio Marongiu – Fotolia.com

Agence QMI

Panne de courant, ouragan, perte de téléphone intelligent ou un haut taux de radioactivité dans l’air…

Comme l’adage le dit si bien, mieux vaut prévenir que guérir!

Voici donc notre petite liste de gadgets indispensables en cas de crise!

Couvercle avec DEL

Survivre en cas de crise - Couvercle avec DEL

Photo courtoisie

Même lors d’une panne de courant, vous trouverez la lumière au bout du tunnel avec ce couvercle muni de quatre DEL.

S’ajustant à n’importe quelle bouteille d’eau régulière, il la transformera en lanterne prête à vous guider dans la pénombre.

Inutile de vous inquiéter d’avoir des piles, les lumières se rechargent à l’énergie solaire et grâce à son capteur, elles s’éteindront automatiquement.

Avec ce couvercle, la lumière et vous ne serez pas comme l’eau et le feu!

19,99 $

Radio d’urgence

Photo courtoisie

En un tour de main, vous pourrez écouter vos stations préférées, recharger vos appareils munis d’un port USB et vous éclairer.

Cette radio d’urgence légère et garantie à vie, est équipée d’un syntoniseur numérique pouvant capter jusqu’à 33 % plus de postes qu’un autre appareil, offre une qualité sonore exceptionnelle et surtout, ne nécessite qu’une minute de manivelle pour recharger pleinement sa batterie.

Même si vous vous échouez sur une île déserte, vous pourrez être branchés sur le monde.


59,95 $

Coque iPhone pulvérisateur de poivre de Cayenne

Survivre en cas de crise - Coque iPhone pulvérisateur de poivre de Cayenne

Photo courtoisie

Ne soyez plus terrorisées à l’idée de vous rendre seule à votre voiture garée dans un coin sombre d’un stationnement sous-terrain, avec Spraytech, la coque pour iPhone qui pulvérise du poivre de Cayenne.

Il suffit d’appuyer sur le bouton de l’étui pour vaporiser la substance sur votre agresseur, sans même interrompre les fonctions du téléphone.

Comme la cartouche est amovible, elle peut être rechargée en cas de besoin.

L’étui Spraytech protège le propriétaire mais aussi l’appareil en cas de chute.

C’est ce qu’on appelle faire d’une pierre, deux coups…

39,95 $

Détecteur de radiation RDTX Pro

Survivre en cas de crise - Détecteur de radiation RDTX Pro

Photo courtoisie

Certes, ce n’est pas tous les jours qu’on a besoin de mesurer le niveau de radiation dans l’air mais si le besoin se ressent, le détecteur de rayonnement portable de Scosche pourrait littéralement vous sauver la vie.

Le RDTX Pro se branche à votre iPhone pour vous indiquer si le taux de rayonnement dans l’air est sécuritaire, élevé ou dangereux.

Il est aussi possible de partager ses résultats en ligne avec vos amis… idéalement après avoir évacué la maison si l’aiguille était dans le rouge!

399,99 $

Téléphone cellulaire SpareOne

Survivre en cas de crise - Téléphone cellulaire SpareOne

Photo courtoisie

Votre pile de cellulaire est à plat et vous avez besoin de rejoindre rapidement les secours ou un proche?

Ce genre de situation ne risque pas de se produire avec SpareOne, le téléphone qui peut se vanter de fonctionner avec une seule pile AA et avoir une durée de vie de 15 ans.

Si le téléphone ne possède pas d’écran tactile, de caméra ou encore, de connectivité Wi-Fi, il ne vous fera pas faux bond au moment le plus inopportun.

69,99 $

Cobra Tag

Survivre en cas de crise - Cobra Tag

Photo courtoisie

Perdre votre téléphone cellulaire est la pire chose qui puisse vous arriver après avoir égaré vos clés?

Grâce au Cobra Tag, vous ne cherchez plus désespérément vos clés, ni votre portable.

Attachez le capteur à vos clés, téléchargez l’application sur votre téléphone intelligent et vous voilà prêts pour une communication bidirectionnelle.

Dès qu’un objet commence à s’éloigner de l’autre, Cobra Tag vous fait signe.

Vous avez ignoré l’avertissement? Faites sonner le Cobra Tag ou, si vous vous trouvez dans un endroit bruyant, optez plutôt pour l’application qui utilise la méthode du jeu «chaud ou froid» pour vous diriger vers le bon endroit.

Vous êtes à des lieues de votre but? Cobra Tag vous envoie un courriel ou un texto pour vous remettre sur la bonne voie.

59,95 $

Batterie externe Energizer

Photo courtoisie

Avec la batterie externe Energizer XP18000, ce n’est pas une coupure de courant qui vous empêchera de terminer votre travail de session ou de rendre un rapport important à votre patron.

Pouvant recharger jusqu’à 3 appareils simultanément, il suffit de brancher de le brancher pour une charge immédiate.

La batterie, qui peut être elle-même être rechargée jusqu’à 500 fois, est munie d’un témoin DEL pour indiquer son niveau de charge et protège vos appareils contre une éventuelle surcharge.

La batterie externe Energizer XP18000 est votre solution de rechange… ou plutôt, de recharge!

179,99 $

http://fr.canoe.ca

LIFI : L’éclairage nous permettra un jour de recevoir internet


Si Thomas Édison pouvait revenir, il serait sûrement surpris de l’évolution qu’a pris l’éclairage combiné a d’autres technologies Un jour la lumière ne serviras pas juste d’éclairage
Nuage

 

LIFI : L’éclairage nous permettra un jour de recevoir internet

 

LIFI - L'éclairage nous permettra un jour de recevoir internet

Photo Beboy – Fotolia.com

 

Même si on vit à ses côtés, on le connaît mal. Il illumine nos lectures et nos repas, mais peut faire tellement mieux… et surtout plus!

À l’approche d’un visiteur mal intentionné, il va se mettre à clignoter, puis le plonger dans l’obscurité pour mieux le saisir dans un halo de lumière éblouissant.

L’éclairage n’a pas fini de nous surprendre. Savez vous qu’il va même nous permettre, un jour, de recevoir internet?

Et oui, cela s’appelle le LIFI, et consiste à transmettre une connexion par un rayon de lumière… Magique! Les spécialistes mondiaux de l’éclairage y travaillent, pour être prêts dans les années 2020.

En attendant, notre éclairage a fier allure. Il souligne par un délicat faisceau de DEL bleu le contour de nos cuisines laquées, il habille la niche d’ouvrages précieux ou de souvenirs de voyage. L’éclairage DEL se taille la part du lion dans nos intérieurs modernes.

Comble de ma surprise en découvrant cette semaine qu’un constructeur américain a mis au point une ampoule DEL que l’on pilote par internet… Ainsi, du fond de la Sibérie, vous pouvez allumer une ou plusieurs lampes du salon de votre appartement de Corrèze ou éteindre la chambre de vos enfants scotchés devant internet a des heures indues. La technologie n’a pas fini de nous surprendre.

Après 30 années de journalisme et le lancement d’une dizaine de titres de presse technique, Bruno de Latour est aujourd’hui un expert reconnu du domaine des bâtiments intelligents.

http://fr.canoe.ca

Le saviez-vous ► Expression : Le jeu n’en vaut pas la chandelle


Aujourd’hui, on peut avoir des chandelles a tous les prix et toutes les formes, toutes les couleurs et les odeurs … malgré tout l’expression est rester quand cela ne vaut pas la peine de continuer  pour s’aventurer dans les problèmes
Nuage

 

Le jeu n’en vaut pas la chandelle 

Cela n’en vaut pas la peine.
Cela ne justifie pas les frais envisagés ou les problèmes qui vont en découler.

 
Cette expression, sous une forme très approchante, date du XVIe siècle.

Il ne faut pas oublier qu’à cette époque la fée électricité n’existait pas encore et que ceux qui s’adonnaient aux jeux (cartes, dés…), particulièrement ceux donnant lieu à des enjeux, devaient s’éclairer à la chandelle, considérée comme un objet de luxe.

Il était d’ailleurs d’usage, dans les endroits modestes, que les participants laissent quelque argent en partant pour dédommager du coût de cet éclairage.

Et lorsque les gains étaient faibles, ils ne couvraient même pas le prix de la chandelle…

http://dictionnaire.reverso.net